Archive | Conseil Municipal de St Quentin Flux RSS de cette section

FETE DES LIBERTES 5 et 6 juillet 2014, Stade Municipal Plein Air à Saint-Quentin (Vélodrome-Rue de Thiers)

Fête des Libertés les 5 et 6 juillet

Stade Plein Air à Saint-Quentin- place du 87ème RI

Entrée gratuite

 

Sur facebook pour les informations complémentaire et le détail des groupes : https://www.facebook.com/events/765518510127779/?source=1

Concerts, débat, restauration, buvette, Méchoui, brocante, stands de cellules, stands politiques, culturels, associatifs, …
Fête des Libertés 5/6 juillet-Stade Plein Air
Album : Fête des Libertés 5/6 juillet-Stade Plein Air
Fête des Libertés 5 et 6 juillet 2014, stade municipal Plein Air à Saint-Quentin-Aisne Bienvenue à tous pour cette 3éme fête. A saint-Quentin, l'ensemble des partis politiques vous sollicitent à chaque élection, spécialistes de la langue de bois, des f
0 image
Voir l'album

Pour une bonne organisation, n’oubliez pas de réservez pour le méchoui et la brocante…

La fête des libertés sera de retour cette année au stade Plein Air.
L’entrée reste gratuite.

Samedi, concerts à partir de 16h :
- Maldito Rapaz
- Lost Island
- Nada
- Quartier libre
- Toxic Waste

11H00, hommage à Claude Tournay, Militant communiste, dirigeant historique du PCF, ancien secrétaire fédéral, secrétaire de section, Conseiller Régional et Adjoint au maire à Saint-Quentin.

Dimanche toute la journée, pour toute la famille :
Brocante (à partir de 8h), Méchoui le midi (sur réservation) avec le karaoké de Gégé, débat à 15h00, stands culturels et politiques, espace enfants
Concerts :
- Madara
- Moka
- D-Rago

 

Infos militantes: Début du montage mardi 1er à 17h30 (chargement du camion et livraison sur le terrain).

MONTAGE -DEMONTAGE

Rendez-vous sur le terrain tous les matins à 9h30
Avec prise de repas commun pour ceux qui le souhaitent
Nous dormirons sur place à partir du jeudi

Équipe fixe (du mercredi au lundi) : Ludovic Boulanger, Gauthier Ducos, Haudegond Willo, Olivier Tournay, Corinne Becourt, Didier Tassin, Mouloud, Marcelle Marchandise, Franck Mousset

D’autres camarades rejoindront l’équipe de montage en fonction de leurs disponibilités : Jean Luc Tournay, William, Aurélien Jan, Serge Casier, Gérard, Maryse, Vvj Rt, Carole Barloy, …

Rejoignez-nous ! Tous les bras sont les bienvenus (pas les têtes, y’en a déjà trop) !

C’EST PARTIIIII !!!!!!!!!!!!!!!

Xavier Bertrand se prépare à ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014 : halte à la démagogie

consult rythmes mai 2014 moinsPar le biais du site internet de la ville et par un document distribué dans les écoles aux parents d’élève, Xavier Bertrand lance une (troisième) consultation où deux possibilités apparaissent pour la rentrée 2014 concernant la réforme des rythmes scolaires :

  • une application qui s’appuie sur le nouveau décret de Benoît Hamon. Il s’agirait de répartir le temps scolaire sur 5 matinées et de libérer 2 après-midis, dont un réservé aux activités périscolaires. Selon certaines sources, le jour de cet après-midi varierait en fonction des quartiers.
  • La non application de la réforme. C’est à dire le maintient des horaires actuels : lundi, mardi, jeudi, vendredi ; 8h30 – 11h30, 13h30 – 16h30

consult rythmes mai 2014 2 moins
La Section du Parti communiste français de Saint-Quentin continue d’appeler à s’opposer à l’application de la réforme des rythmes scolaires. Entre autre, pour l’inégalité de traitement sur le territoire qu’elle engendre et donc la remise en question sur service public qu’est l’Education Nationale, la primauté du financier et de la logistique dans le choix des horaires, les pleins pouvoirs aux maires pour fixer les horaires, la dégradation des conditions de travail des enseignants, la fatigue accrue des enfants, la qualité aléatoire des activités périscolaires, …

Dans le même temps, nous mettons en garde quant aux manœuvres politiciennes de Xavier Bertrand et sa municipalité UMP et sur ses réelles motivations. Il y a fort à parier que les dés sont déjà jetés. Le mode de consultation, qui n’offre que deux choix, sans même un « ne se prononce pas », qui n’offre aucune transparence quant aux résultats, qui permet de voter plusieurs fois via internet, ne laisse à la population qu’un goût amer et servira ensuite à Xavier Bertrand pour mieux légitimer ses choix politiques. Mais les Saint-Quentinois ne sont pas dupes quant à la considération qu’il a pour l’Éducation nationale et pour l’avenir de nos enfants en général compte tenu de son investissement dans le gouvernement Sarkozy, des mesures qui y ont été prises et de sa gestion municipale des écoles publiques et des budgets qui lui sont alloués à Saint-Quentin. Les gouvernements Sarkozy avaient attaqué une casse du service public, les gouvernements Hollande continue l’action sous d’autres angles.

Communistes, nous continuons de contribuer, aux côtés des salariés et des usagers,  à la construction de la mobilisation pour la défense de nos services publics.
Localement, nous continuons d’exiger des moyens pour nos enfants. Notamment, puisqu’il est ici question de l’école publique, et comme dans notre programme pour les élections municipales, nous continuons de demander des moyens décents pour le fonctionnement des écoles sur Saint-Quentin, à savoir, une augmentation de la dotation annuelle par élève d’au minimum 40€.

Pour rappel, quand des écoles de villages environnant ont des dotations par élèves de 60 euros par an, Gauchy atteignant même les 100€, à Saint-Quentin, on atteint juste les 400€ … par classe de 25 élèves, soit moins de 20€ par an et par élève. Cette dotation permettant l’achat de fourniture pour les élèves et la classe (cahiers, manuels scolaires, crayons, stylos, matériel de géométrie, …). Les conséquences sont là, la plupart des classes de CP doivent faire le choix entre le fichier de mathématiques ou de français, le matériel manque cruellement, les photocopies sont rationnées, les jeux éducatifs rares ou usagers, …
Bien sûr, l’excuse financière est avancée. Saint-Quentin compte environ 5000 élèves, une augmentation de cette dotation de 40€ par élève coûterait 200 000 €. Quand on sait que chaque année, la municipalité alloue 500 000 € à une délégation de service publique chargée de la culture, 690 000 € pour MaTélé ou encore plus de 2 millions d’euros pour le budget communication, la somme de 200 000 € paraît dérisoire et apparait alors comme un choix politique délibéré.

Section PCF de Saint-Quentin

Installation du Conseil de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin (intervention d’Olivier TOURNAY – PCF)

Conseil communautaire du 11 avril 2014

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF) – Conseiller communautaire de Saint-Quentin
olivier conseil
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers communautaires.

La nouvelle réglementation électorale permet désormais aux oppositions municipales de Saint-quentin de siéger à la Communauté d’Agglomération, ce que vous avez refusez durant trois mandats. Aussi, cette assemblée a fonctionné, jusqu’à présent, sans véritable représentativité. Il parait que l’on pouvait y faire de la gestion sans faire de politique. Balivernes !

Lorsque vous privatisez le réseau de bus, c’est politique et la population en subit les conséquences : 30% d’augmentation du ticket pour un service rendu peu pertinent : pas de service en soirée, ni le dimanche matin.
Lorsque vous bradez les services publics en les offrant au privé, c’est politique.
Lorsque l’on paie une eau très chère, c’est politique. Surtout lorsque l’on sait qu’un quart de l’eau acheminée dans la communauté d’agglomération est perdue dans des fuites. L’an prochain, le contrat privé du traitement de l’eau arrivera à échéance, et je peux vous assurer que là aussi, la question sera politique !

Cette assemblée, de par l’étendue des ces compétences,  est éminemment politique. Et à ce titre, en tant que conseiller communautaire d’une opposition, car ce sont désormais plusieurs oppositions qui sont représentées et qu’il ne peut y avoir de confusion avec l’extrême droite ici présente, je ferai de la politique pour proposer une autre orientation des budgets et pour m’opposer à toutes politiques allant à l’encontre des intérêts de la population.
Merci de votre attention.

Encore des fermetures de classes à Saint-Quentin (Conseil municipal du 14 avril 2014 – intervention d’Olivier TOURNAY – PCF)

Conseil municipal du 14 avril 2014

 

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

 

olivier conseil

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux.

 

Je souhaitais interpeller le conseil municipal sur l’arrêté portant décisions d’implantation et de retrait d’emplois d’enseignant du 1er degré pour la rentrée 2014, plus communément appelé « mesures de carte scolaire ».

 

Pour Saint-Quentin, voilà l’état des lieux.

Pour les postes classes, 2 fermetures en préélémentaires (Camille Desmoulins et Alfred Clin),  1 fermeture en primaire à Lyon Jumentier. Il y aura deux ouvertures[1], auxquelles je souscris. Pour être complet, la fusion des Patriotes et d’Ozenfant (je n’aimerai pas y être directeur en cas d’accident, les deux écoles étant éloignées de 150 m !) la fermeture d’un demi poste en établissement spécialisé et 2 postes en plus en surnuméraire[2].

Au final, pour Saint-Quentin, c’est un demi poste en plus pour l’an prochain mais c’est encore 3 classes qui ferment, et au plan comptable, 1 classe de moins. Avoir des postes supplémentaires (du surnuméraire), c’est très bien, sauf qu’ils sont pris sur les effectifs classes. Se retrouver avec des cas où il y a 30 élèves par classe, cela n’a aucun sens, surtout que les professeurs des écoles ont pour mission de personnaliser et de différencier leurs enseignements.

Au lieu de se donner une chance d’avoir des classes moins chargées, on préfère se dire que 30 élèves en primaire ou en maternelle hors ZEP par classe, permettent d’enseigner dans de bonnes conditions. Alors oui, on peut feindre d’ignorer que la réussite scolaire est aussi fonction du nombre d’élèves par classe. Théorie sûrement pour vous, aussi je vous en renvoie aux travaux de l’économiste Thomas Piketty[3], dont les conclusions de cette étude sont accessibles sur le site de l’Education Nationale). Moins d’élèves par classe pour de meilleurs acquis, ce n’est pas une vue de l’esprit. Si l’on regarde le classement PISA (Programme International de Suivi des Acquis), qui émane de l’OCDE, organisme peu révolutionnaire vous me l’accorderez, la Finlande (bien mieux classée que la France) est un des pays où les inégalités sont le mieux corrigées par l’éducation : chez les 3-6 ans, c’est 21 enfants maximum par classe, avec 2 professeurs. Et en primaire, la norme est de 20 élèves par classe.

Qu’on le veuille ou non, Saint-Quentin est une ville qui se paupérise, où en moyenne 20% de la population est sortie du système scolaire avant la 3e. Cela doit nous alarmer. Il faut en finir avec la logique comptable qui ne fait qu’augmenter le nombre d’élèves par classe. Pour mémoire, à Saint-Quentin, c’est une trentaine de postes supprimés et 3 écoles fermées depuis 2007, s’inscrivant dans les mesures du quinquennat de Nicolas Sarkozy : 77 000 postes en moins dans l’éducation nationale, mesures que vous avez votées monsieur le Maire. Le compte n’y est pas pour autant avec les gouvernements Ayrault-Valls. On s’éloigne de plus en plus de la promesse d’embauche de 60 000 enseignants, à peine 7000 depuis 2012. En plus du pacte de responsabilité et du CICE, on s’apprête à tailler 50 milliards dans le Service Public pour mieux défiscaliser les entreprises.

 

A Saint-Quentin, comme ailleurs, au lieu de fermer des postes, qu’est-il nécessaire de faire ?
- Faire en sorte que l’école maternelle soit de nouveau accessible à tous dès deux ans, comme le dispose le Code de l’Education[4]  qui prévoit que « l’accueil des enfant de deux ans [soit] étendu en priorité dans les écoles situées dans un environnement social défavorisée », la démonstration a été faite que c’est largement le cas à Saint-Quentin.

Code de l’éducation qui prévoit aussi que »les enfants qui ont atteint l’âge de  deux ans au jour de la rentrée scolaire peuvent être admis dans les écoles et les classes maternelles dans la limite des places disponibles ». En fermant des postes, on fait tout le contraire. Le taux de scolarisation des moins de 3 ans est extrêmement faible alors qu’elle permet justement d’éviter les redoublements à l’école primaire, surtout pour les milieux défavorisés. En définitive, plus on ferme en maternelle, moins on peut scolariser les enfants de moins de 3 ans.

Pour finir, assez des délibérations sur l’enseignement pour se donner bonne conscience. Les tableaux numériques, les tablettes en classe, pourquoi pas. Mais cela ne résout rien, pour preuve, il y a une quinzaine d’années, a été votée une délibération ici même permettant l’achat d’un parc informatique très important à destination des écoles et qui devait être déterminant pour l’avenir des élèves. Ce n’est pas le cas !

Ce dont Saint-Quentin a besoin, c’est de classes qui ne ferment pas. Et c’était d’ailleurs la position de votre majorité jusqu’en 2002, qui s’opposait systématiquement à toute fermeture.

Exemple du compte rendu de la séance du 25 février 2002 : « les difficultés des enfants […] justifient non seulement le maintien de tous les postes mais plus encore des créations de postes en faveur […] des élèves en difficultés. C’est ainsi et seulement ainsi que le retard scolaire de la Picardie, par rapport à la moyenne nationale, sera comblé.

C’est pourquoi le Conseil Municipal se prononce contre la fermeture de postes proposée par l’Inspecteur d’Académie et demande la création de postes de soutien supplémentaires pour assurer l’indispensable rééquilibre national. »

Délibération votée à l’époque à l’unanimité.

 

Je vous propose donc ce soir de mettre au vote cette motion.

Motion :

A l’adresse de Monsieur l’Inspecteur d’Académie, de Monsieur le Recteur et de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale.

 

Vous n’êtes pas sans connaître les conséquences scolaires des difficultés sociales des élèves. La situation à Saint-Quentin est de ce point de vue particulièrement alarmante. C’est pourquoi, nous attirons votre attention sur les mesures de carte scolaire qui risquent de compromettre l’avenir de nos enfants.

Les élèves de deux ans doivent être accueillis à l’école maternelle dans des conditions acceptables.

Les effectifs de classe doivent permettre la réussite de tous les élèves.

 

Nous vous demandons par conséquent de réexaminer l’ensemble des mesures de carte scolaire à Saint-Quentin, de ne pas fermer de classe lorsqu’elles sont nécessaires à l’accueil des 2 ans et de donner tous les moyens nécessaires en terme de postes à Saint-Quentin.

En d’autres termes, aucune fermeture de classe à Saint-Quentin.

 

Merci de votre attention.

 


[1] 1 ouverture à Ernest Lavisse en élémentaire, 1 ouverture en primaire à Pierre Laroche

[2] 2 implantations de postes « plus de maîtres que de classes », 3 retraits de postes d’enseignants en appui, 3 implantations de postes REP +

[3] L’impact de la taille des classes sur la réussite scolaire dans les écoles, collèges et lycées français -
Les dossiers évaluations et statistiques - Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire (École des hautes études en sciences sociales) - N°173 – mars 2006

 

[4] art L113-1

Installation du conseil municipal de Saint-Quentin (28/03/2014), intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

Conseil municipal  de Saint-Quentin du 28 mars 2014

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux.

Au nom de la liste les Voix de la Colère, présentée par le PCF, je tenais en premier lieu à remercier les Saint-Quentinois qui nous ont accordé leur confiance ce dimanche 23 mars 2014.

Je tenais aussi à remercier encore une fois les camarades, ici ce soir, qui se sont pleinement investis durant ces derniers mois, et sans qui cette aventure humaine n’aurait pas eu lieu. Merci pour leur ténacité, leurs compétences et leur disponibilité qui ont permis de rendre cette campagne intense et enrichissante.

Ce soir, je ne ferais pas abstraction de l’entrée du FN dans cette assemblée. Je le déplore amèrement. Entrée permise par des politiques gouvernementales successives désastreuses pour la population : casse des retraites, casse des services publics, notamment de l’éducation nationale et ses 77 000 suppressions de postes qui ne seront pas compensés, baisse des dotations de l’Etat,  baisse des charges continue pour le patronat, le choix d’accorder des aides aux entreprises qui licencient et délocalisent plutôt que de nationaliser des savoirs faire (comme la sidérurgie ou le secteur automobile, …), augmentation de la TVA. La liste est bien longue  et voilà le résultat.

Pour qu’ils ne puissent pas jouer la petite musique de la diabolisation, de la victimisation, je rappellerai uniquement que derrière la façade ripolinée du FN, se trouve le même fond de commerce nauséabond : celui de l’extrême droite.

 Faut-il le préciser, ce sont désormais plusieurs oppositions qui sont représentées et qu’il ne peut y avoir de confusion.

Monsieur Bertrand, Monsieur le Maire, vous êtes certes élu, profitant d’une part d’une forte abstention et d’autre part, d’un rejet de la politique gouvernementale actuellement menée. Et bien entendu, je mettrai à profit ces mandats de conseiller municipal  et de conseiller communautaire qui m’ont été confiés pour proposer une autre orientation des budgets et pour m’opposer à toutes politiques allant à l’encontre des intérêts de la population : augmentation du prix des transports en commun ou de l’eau, privatisation des services municipaux,…

Ces attaques, je le crains, seront légions.

Merci de votre attention.

2014-02-10 aisne nouvelle

Communiqué d’Olivier Tournay suite aux résultats des élections municipales

Au nom de la liste les Voix de la Colère, présentée par le PCF, je tenais à remercier les Saint-Quentinois qui nous ont accordé leur confiance ce dimanche 23 mars 2014.

Je tenais à remercier tout autant les camarades qui se sont pleinement investis durant ces derniers mois, et sans qui cette aventure humaine n’aurait pas eu lieu. Leur ténacité, leurs compétences et leur disponibilité ont permis de rendre cette campagne intense, enrichissante et exaltante.

Xavier Bertrand est certes élu, profitant d’une part d’une forte abstention et d’autre part, d’un rejet de la politique gouvernementale actuellement menée. Pour autant, je saurai mettre à profit les mandats de conseiller municipal et communautaire qui m’ont été confiés pour m’opposer à toute politique allant à l’encontre des intérêts de la population

Enfin, les luttes ne se mènent pas seulement durant les élections. Vous pouvez compter sur les communistes pour porter haut et fort, au-delà des assemblées les combats contre les politiques d’austérité, d’où qu’elles viennent.

Olivier TOURNAY

1ère réaction suite aux résultats de l’élection municipale de Saint-Quentin : Communiqué de Corinne Bécourt

La colère est forte !

Olivier Tournay est réélu Conseiller Municipal avec 7.72% des voix, nous progressons en pourcentage et en nombre d’électeurs, une belle victoire.

– A notre grand regret, Xavier Bertrand est élu dès le 1er tour ce qui lui permettra d’amplifier sa politique de casse sociale.

-Seule l’abstention sort réellement « victorieuse » de ce scrutin. Cette abstention est le résultat du dégoût des politiques menées successivement par la droite et la gauche, politique qui cassent le peuple un peu plus chaque jour…

– Trop de Saint-Quentinois se sont trompés de colère en votant Front National.

– Le PS à travers la candidature de Michel Garand s’écroule, c’est le juste résultat de leur politique nationale de casse que tous  nous subissons tous les jours. Ils portent la responsabilité de leur échec.

– Dans un contexte national difficile nous regrettons le manque de clarté du positionnement politique de notre direction nationale. Tous, nous avons besoin d’une organisation politique forte et revendicatrice. Les unions opportunistes avec le PS dès le premier tour au détriment de revendications claires pour les salariés et la population nuisent quotidiennement à l’organisation ouvrière sur des bases solides. Tout comme l’éloignement des positions de classe indispensables à la résistance à la politique du capital, accentué par son adhésion au Front de Gauche.

 

- La candidature de Lutte Ouvrière, a joué son rôle de dispersion, nous empêchant d’obtenir un deuxième siège pour porter plus haut nos revendications légitimes.

 

Nous sommes fiers du combat des communistes et sympathisants, de leur engagement à travers la liste « les voix de la colère ».

De nombreux Saint-Quentinois nous ont rejoint, notamment de nombreux jeunes. Nous avons creusé notre sillon, nous sommes prêts pour continuer le combat : CICE, sécurité sociale, retraites, défendons nos droits !

 

Un grand merci à tous les candidats, aux militants, aux électeurs, nous avons vécu une campagne exceptionnelle. Bravo

Vive les luttes, vive le PCF !

Corinne BECOURT
Secrétaire de la section de St-Quentin du PCF

Appel au personnel : Ville, Communauté d’Agglomération, CCAS

Le dimanche 23 mars prochain se tiendra le 1er tour des élections municipales.

La liste « Les Voix de la Colère » présentée par le PCF et conduite par Olivier TOURNAY a acté dans ses priorités, les services publics. D’ailleurs, dernièrement, le Courrier Picard titrait lors de la présentation de notre programme : « En avant toute sur le service public ».

Dans cette liste, figurent des collègues de travail émanant de divers services, des syndicalistes, qui connaissent bien les difficultés liées à vos conditions de travail, puisqu’ils travaillent avec vous.

Olivier TOURNAY, tête de liste, et ses colistiers, font des propositions et s’engagent à réunir les syndicats afin de mettre en place un calendrier de réunions et examiner dans un premier temps certaines questions telles que : 

- l’IAT (Indemnité Administrative Technique)

- les conventions mutuelles

- la prévoyance maintien du salaire

- le CNAS pour tous…

Plus généralement, nous proposons : 

- de reprendre en régie les travaux effectués dans tous les secteurs par le privé : fin de toutes les délégations de service public

- un service municipal de pompes funèbres

- une nouvelle crèche municipale

- une maison municipale de la santé

D’autres propositions sont bien sûr à étudier.

C’est dans cet esprit que nous avons décidé d’être sur la liste «Les Voix de la Colère», menée par Olivier TOURNAY, pour être à votre écoute et qu’ensemble, nous agissions pour que le service public redevienne une priorité et un véritable outil au service de tous, à commencer par la ville et la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin.

 

Les candidats et membres du comité de soutien vous appellent à voter dès le 1er tour pour la liste « Les Voix de la Colère » :

Bécourt Corinne (candidate), Brin Yvon, Delannoy Rémy, Carpentier Laurie (candidate), Carrier Serge, Cartier Stéphane, Casier Serge (candidat), Desmidt Jean-Marie (candidat), Ervet Gérard (candidat),  Joube Jocelyne, Lemeur Daniel, Lesur Alexandre, Letient Philippe, Mendes Thomas (candidat), Osiol Jean-Marie, Polle Valérie, Poette Jean-Claude, Tassin Ruth, Timelli Dominique, Tournay Jean-Luc (candidat), Varenne Georges, Philippe Vernet

Notre profession et le bulletin de vote

finale

finale2

facebook

les 15 premiers m3 d’eau gratuits par an et par habitant, c’est financé !

La mesure est socialement juste.

A Saint-Quentin, le prix du m3 est d’environ 5,1€. Ces 15 premiers m3 coûtent environ 76€ par an et par habitant. Pour un ménage avec 2 enfants, c’est plus de 300€. Cette somme pèse fortement, comme toute les autres dépenses incompressibles (électricité, nourriture, loyer, …) sur les foyers, encore plus sur les bas salaires, les précaires et les chômeurs.

Pourquoi 15m3 ?

Nos calculs nous ont permis d’arriver à cette quantité raisonnable. Pour un couple avec 2 enfants, la consommation moyenne est de 120 m3. La mesure permet de prendre en charge 60m3 (15 x 4), soit la moitié de cette consommation, la part « vitale » au bien être de tous. Nous ne pouvions raisonnablement proposer la prise en charge de 30 m3 par personne, nos calculs et les ressources disponibles à la communauté d’agglomération nous permettre d’arriver à cette quantité.

Le financement ?

La mesure est financée par quatre axes principaux :

- un retour à une régie publique totale de l’eau (un gain moyen de 25% sur le coût du privé dans les agglomération où cela a été mis en place)
– une restauration du réseau de canalisation (25% de perte en fuite actuellement)
– une tarification progressive des m3 : vitaux (<15m3), utiles (entre 15 et 60 m3) et de confort (au delà de 60m3)
– un investissement de la communauté d’agglomération

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question

Conseil municipal (3-3-2014) – vidéosurveillance : mythe technologique de 4 millions d’euros à Saint-Quentin – intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

Conseil municipal du 3 mars 2014

 

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

 

878336628_B972153869Z.1_20140304123327_000_GOV2260JJ.1-0

(crédit photo : aisne nouvelle)

 

 

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux.

 

Il nous est demandé de voter une demande de subvention en faveur du déploiement de la vidéosurveillance. Aussi, il est peut être temps d’en tirer quelques conclusions après 5 ans de mise en service.

Et comme depuis le début, je n’aborderai pas la question sous un angle philosophique, est-ce bien ou mal d’être en permanence sous l’œil des caméras. J’en reste à un positionnement politique sur l’impact et le coût de la vidéosurveillance pour la commune, car nous ne pouvons pas nous contenter de ce poncif de votre cru « Qui n’a rien à se reprocher, n’a pas à craindre la vidéosurveillance ».

 

 

En effet, alors que les études scientifiques non inféodées à des lobbys sécuritaires prouvent à la fois le peu d’efficacité et le coût exorbitant de la vidéosurveillance, des communes, comme Saint-Quentin, continuent de s’équiper. Quelle est la motivation? Faire de la démagogie auprès des électeurs.

 

Car :

  1. C’est un enjeu national : ça a été sous la présidence de Nicolas Sarkozy une injonction de l’Etat. Et cela continue de l’être aujourd’hui. En 2013, Manuel Valls a imposé que le fond de l’Etat reste stable.

 

Car :

  1. C’est un enjeu local, Comment est perçue la vidéosurveillance pour le moment ? Une partie de la population est en demande, celle en particulier qui ressent le plus le sentiment d’insécurité, qui n’est pas forcement liée à l’expérience réelle de l’insécurité. Cette population se dit rassurée (personnes âgées, commerçants de centre ville). Une autre partie de la population y est indifférente. Aussi, dans les villes où la vidéosurveillance est mise en place, les élus ne rencontrent pas de résistance et s’en servent activement auprès des électeurs.

C’est exactement ce qu’il se passe à Saint-Quentin.

 

 

Concrètement, la vidéosurveillance à Saint-Quentin, c’est :

 

- Un budget de plus de 4 millions d’euros d’argent public dépensés depuis 2009 (estimation basse – matériel, réparation, local, personnel)

- Des dotations qui émanent l’Etat pour son installation tandis que l’on fait des coupes sombres dans les effectifs de la Police Nationale (2002 : 150 000 policiers en France, 2010 : 144 000, et à Saint-Quentin : c’est 18% de policiers en moins entre 2002 et 2011[1]. Vous a-t-on entendu sur le sujet ? Non. Tout comme pour la casse de la Protection Juridique de la Jeunesse, de  l’éducation nationale. On n’éduque plus, on réprime.

- Du personnel qui est censé   visionner ce que filment près d’une centaine caméras, alors qu’ils n’ont que 20 écrans à leur disposition.

- Du personnel, humainement incapable de se concentrer des heures durant sur ces écrans.

- Des caméras que personne ne visionne après 1h du matin en semaine.

Cela n’a pas de sens.

 

La vidéosurveillance, c’est aussi :

- Une délinquance qui se déplace hors du champ des caméras (l’effet plumeau)

- Un effet dissuasif qui reste nul. Cela n’a pas de sens ! La délinquance, un coup ça monte, un coup ça baisse. Globalement, comme l’an dernier la délinquance générale baisse. Tant mieux. Mais comme l’an dernier, il faut s’intéresser à ce qui est potentiellement du ressort de la vidéosurveillance.

L’atteinte aux biens baisse légèrement[2] : -0.36% (2211 cas en 2013 contre 2219 en 2012, avec un taux d’élucidation de 17%)

L’atteinte volontaire à l’intégrité physique augmente : +3,4%[3]

Le trafic de stupéfiant, en hausse !

 

Au final, ce qui est potentiellement du ressort de la vidéosurveillance, l’atteinte aux biens et l’atteinte aux personnes restent en cumulé stable alors que ce qui fait une fois de plus baisser la statistique de la délinquance générale, ce sont les infractions économiques et financières, qui n’ont aucun lien avec la vidéosurveillance !

 

Je ne suis pas le seul à pointer la quasi nullité des effets de la vidéosurveillance sur la délinquance. La Cour de comptes pointe elle aussi « des modalités contestables d’installation et d’exploitation ». Elle estime qu’ “aucune étude d’impact, réalisée selon une méthode scientifiquement reconnue, n’a encore été publiée[4]

 

 

Et c’est bien ce que je demande depuis 5 ans, ce sont des preuves par le biais d’une véritable étude scientifique à Saint-Quentin. Cette étude,  vous la refusez systématiquement et allez me faire du sensationnel en listant un certain nombre de faits divers que la vidéosurveillance aura filmé. Sauf qu’il y a une différence majeure entre des faits divers, aussi dramatiques soient-ils et une étude scientifique, par définition chiffrée pour être la plus objective possible. Des faits spectaculaires, ici comme ailleurs ils en existent. Mais un cas ne prouve pas l’intérêt de dépenser des millions d’euros d’argent public. L’étude scientifique a pour but de dépasser les faits divers, de dépasser le mythe technologique que vous entretenez.

Pourquoi la ville de Saint-Quentin ferait elle exception en matière d’impact de la vidéosurveillance  sur la délinquance ? Même la Grande-Bretagne, précurseur en la matière, en est revenue, Scotland Yard qualifiant l’expérience de « véritable fiasco »[5].

Dernier point, ce qui m’a fortement surpris ce matin en récupérant les données que vos services ont mis à ma disposition, ce que vous n’aviez pas l’évolution de la délinquance par quartier (bien que les statistiques existent). Comment appréhendez-vous ce si coûteux système si vous n’avez rien en interne pour comparer les zones qui sont vidéosurveillées et celles qui ne le sont pas. C’est incroyable d’agir ainsi à l’aveugle !

 

Avec tout ce que coûte cette vidéosurveillance au contribuable, on pourrait en faire des choses nettement plus intéressantes pour le bien-être de la population et en termes de prévention. A Saint-Quentin, ce choix pourrait représenter des emplois municipaux de proximité (que ce soit des gardiens d’immeubles, des éducateurs de rue, des agents de médiation), en mesure de réguler les conflits de la vie quotidienne de manière autrement plus efficace. Une présence humaine de la part de personnes qui connaissent le terrain et la population.

Tout en laissant à la Police Nationale ce qui entre dans ses prérogatives, les crimes et délits.

 

Vous l’aurez compris, ce que je préconise, c’est une autre utilisation de l’argent public, sans escroquer la population sur le sentiment d’insécurité !

 

 

 

Annexe :

 

  1. critères méthodologiques pour étudier la vidéosurveillance (Sébastien Roché, directeur de recherche au CNRS)

-          Se restreindre à quelques délits bien précis.

-          Choisir des « morceaux de ville » (l’analyse de l’impact ne peut être basé sur les individus mais sur des territoires, similaires, qu’il faut comparer avec l’utilisation u non de la VS)

-          Contrôler les fluctuations générales (la délinquance est toujours sujette à des fluctuations contextuelles)

-          Comparer des zones témoins (avant et après l’installation de la VS, avec un recul d’au moins deux ans dans chaque cas ; tout en la comparant avec des zones sans VS. Mais attention aux déplacements de la délinquance).

-          Tenir compte des effets concurrents (comme le fait que des zones soient éclairées, ce qui rend plus difficile le passage à l’acte, et n’est pas forcement le fruit de la VS)

 


[1] Source Police Nationale : 2002 environ 151, 2007 : 138, 2011 : 124 fonctionnaires en poste

[2] 2211 cas en 2013 contre 2219 en 2012, source Direction Départementale de la Sécurité Publique de l’Aisne.

[3] 2012 : 736, 2013 : 761, source Direction Départementale de la Sécurité Publique de l’Aisne.

[4] Source :  Cour des Comptes , novembre 2010 http://www.ccomptes.fr/index.php/content/download/37262/603805/version/2/file/PAR201023.pdf

[5] http://www.dailymail.co.uk/news/article-564240/Billions-spent-CCTV-failed-cut-crime-led-utter-fiasco-says-Scotland-Yard-surveillance-chief.html

Saint-Quentin: le PCF dévoile son programme très social (article Aisne Nouvelle, 10/02/2014)

PUBLIÉ LE 10/02/2014

Par AURÉLIEN WÄLTI

Quelques jours après le PS, les communistes ont présenté leur programme. La gratuité de certains services est au cœur du projet. Pour le financer, ils pourraient supprimer la plage de l’Hôtel-de-Ville.

A 36 ans, le professeur des écoles veut remettre le service public au cœur de la vie saint-quentinoise.PhotoGaël HÉRISSÉ

Une poignée de chips arrosée d’un communard (kir au vin rouge), L’Internationale entonnée le poing levé et un parlé populaire à toutes les tables. Devant près de 140 «camarades» conviés à la traditionnelle «soirée couscous» du Parti communiste saint-quentinois à la salle Paringault, samedi soir, la tête de liste PCF Olivier Tournay a présenté les grandes lignes de son programme pour les élections municipales et communautaires de mars prochain, quelques jours après Michel Garand (tête de liste PS et alliés). Aucune augmentation des impôts n’est prévue.

1 Suppression de la plage de l’Hôtel-de-Ville L’annonce n’a pas été faite lors de la soirée de samedi soir mais, afin de faire des économies, Olivier Tournay pourrait supprimer la plage de l’Hôtel-de-Ville «qui coûte un fric fou» et favoriser celle située aux abords du parc d’Isle. Pour financer ses projets, il réduira également les dépenses de communication, les subventions accordées à Matélé qui «pourrait redevenir une webtélé»et arrêtera totalement la politique instaurée par la majorité actuelle concernant la vidéosurveillance.

2 «L’eau vitale» gratuite Le PCF souhaite rendre gratuit pour tous ce qu’il appelle «l’eau vitale», c’est-à-dire «les quinze premiers mètres cubes consommés par an et par personne.» Pour cela et afin de contrecarrer «l’augmentation de 71% en dix ans du prix de l’eau», il compte mettre en place une tarification progressive suivant trois échelons: «l’eau vitale» gratuite (moins de 15 m3 par an et par personne),«l’eau utile» (de 15 à 50 m3 par an et par personne) et«l’eau de confort» (plus de 50 m3 par an et par personne).«La fin du contrat avec Véolia arrivant à son terme dans un peu plus d’un an, l’eau reviendrait en régie publique, détaille Olivier Tournay. Ce qui permettrait de faire 25% d’économie», entre autres.

3 La mort municipalisée Afin de prendre en charge le coût des démarches funéraires pour ceux qui ne le peuvent pas, le PCF souhaite créer un service public des obsèques.

4 Refonte du réseau de bus La grille tarifaire et les dessertes du réseau de bus Pastel, «mal agencé», seront totalement refondues. Après «renégociation avec la Caisse des dépôts», «une tarification sociale à accès restreint» sera mise en place avec notamment, la gratuité des transports pour les enfants et les étudiants. «Une structure en étoile avec beaucoup d’arrêts à la basilique» redessinera le réseau actuel afin de desservir certaines zones qui ne le sont pas actuellement.

5 Un Parking gratuit pour l’hôpital «Il n’y aura plus à payer un parking pour se faire soigner et aller visiter sa famille.» Pour ce faire, le PCF a plusieurs pistes: renégocier avec le gestionnaire du parking Q-Park, requalifier les trottoirs à proximité pour en faire des places non payantes ou créer un parking gratuit dans le champ tout proche. Le conseiller municipal souhaite également «mettre fin au parking aérien payant en centre-ville et installer des zones bleues» sur la place pour redynamiser le cœur de ville.

6 Construction de logements sociaux Pour consolider son ambition sociale, le PCF imposera «une baisse immédiate des loyers» pour les logements sociaux aux mains d’Habitat saint-quentinois, «la construction de nouveaux logements» et «la fin de la vente du patrimoine public» qui a été engagée.

7 Deux salles pour la musique et les sports Promise par la majorité municipale depuis longtemps mais sans jamais l’avoir concrétisée, la salle des musiques actuelles a intégré le programme communiste: «Nous, nous la ferons!». Une Maison des sports en accès libre sera créée dans les bâtiments inutilisés de Plein-Air.

8 Plus de crèches Une nouvelle crèche sera construite à Saint-Quentin. La dotation aux élèves sera augmentée et atteindra les 60 euros.

 

 

Conseil municipal de Saint-Quentin (16-12-2013), Budget, intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

http://www.dailymotion.com/video/x18i45z

 

Conseil municipal du 16 décembre 2013

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF) pour l’opposition.

 

Budget primitif 2014

 

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux.

 

 

Nous voilà au dernier vote du budget de ce mandat. Nous pouvons maintenant établir un bilan de l’action de la municipalité au travers des budgets que l’on a voté durant ces 6 dernières années.

 

Un budget, c’est par essence faire des choix, regardons ceux que vous avez fait au travers d’un comparatif de l’évolution des budgets de ce mandat (ceux allant de 2009 à 2014). Ce comparatif fait apparaître la vraie nature de la politique menée par la majorité à Saint-Quentin.

 

 

Prenons l’évolution des grands postes de la ville.

 

Le budget de la culture est en baisse (-1,5%) entre le budget de 2009 et celui de 2014.

Plus précisément, -8,5%  de budget pour les bibliothèques

- 11,6% pour l’action culturelle.

 

Sport et jeunesse : -3,9%

Concrètement, c’est moins de gardiens dans les gymnases et plus de casses matérielles.

 

Intervention sociale et santé : +1,6%

Mais dans le détail,  -7,8% pour les services à caractère social relatif au handicap.

- 38% pour les actions en faveur de l’enfance et de la jeunesse.

C’est bien peu de choses pour faire face aux attaques antisociales que l’on connaît, et dont vous prenez votre juste part en tant qu’ancien ministre.

 

Famille : -10%

Et dans le détail : -47,7% pour le budget relatif aux personnes âgées.

-1,7% pour les crèches et garderies.

 

 

Enseignement et formation : -6,21%

Quasiment tous les secteurs y passent -11% pour les écoles primaires, -15,4% pour les écoles maternelles, -30% pour les classes découvertes. Conséquence de  ce dernier point, 12 classes (notamment de Paul Bert, Jean Macé et Schumann) sont recalées.

Alors que le chômage touche de plus en plus durement la population, celle-ci tend à se paupériser. La population a élu cette majorité on voit que vous lui rendez  bien mal en abaissant les budgets des secteurs dont elle a le plus besoin. Est-ce cela un  budget de « bon père de famille ? ». C’est surtout un budget qui fait peu de cas de l’éducation, de la famille, de la jeunesse, de la culture !

 

 

Enfin, l’action économique (-28%).

Dont -88% pour l’intervention économique.

Certes, cela n’est pas censé faire partie des prérogatives, mais je pense que quand le chômage augmente de 45% dans Saint-Quentin (intra-muros) entre 2008 et 2013, l’interventionnisme n’est pas forcement un gros mot.

 

 

Voilà Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers de la majorité la réalité crue de l’évolution du budget dans ce mandat. Voilà vos arbitrages budgétaires, qui ne répondent en rien aux besoins de la population.

Les délégation de service publics fumeuses (notamment une à 500 000 euros), d’une télé municipale, de caméras qui ne font pas baisser la délinquance, de projet de requalifications qui capotent (mais qui coûtent cher en études)…

De coûts de publicité et de publications, de communication en somme impressionnants: 1,3 millions d’euros (budget en augmentation bien entendu : + 44,4%[1]) ce sont vos choix, vos arbitrages, au détriment des écoles, des familles, de la jeunesse.

Mais aussi du logement social. Pour mémoire, alors que les  loyers d’Habitat Saint-Quentinois ont augmenté de 20% depuis 2008, le budget en investissement alloué par la ville reste très faible ( 256 000 euros ), et plus encore dans le réalisé ( 98 000 euros en 2012).

 

Pour finir, les employés municipaux qui travaillent sous votre tutelle pour encore 4 mois, sont certainement ravis de constater tout le bien que vous pensez de leur emploi, quand vous déclarez que le statut de la fonction publique à vie doit uniquement s’appliquer pour les fonctions régaliennes de l’Etat.

Pourquoi ? L’éducation, la santé, la Fonction publique Territoriale seraient moins importants ? Quelle vision du service public ! C’est vrai qu’ils sont plus facilement « délégables » ou revendables au secteur privé, comme le fait d’ailleurs l’actuelle majorité.

Pour rappel, le statut du fonctionnaire, c’est-à-dire qu’il n’a pas la pression du rendement managérial, est ce qui fonde sa neutralité, garante de l’égalité du service public rendu. Avec les fonctionnaires, ce sont les services publics que vous voulez liquider, car ils ne rapportent pas mais ils sont faits pour cela.

Les employés de la ville seront aussi ravis d’apprendre que vous voulez les faire travailler jusque 65 ans (comme le reste de la population d’ailleurs), et en finir avec une retraite basée sur les 6 derniers mois de salaires. Pour niveler vers le bas, encore et toujours. Le Conseil National de la Résistance a réussi à avoir une réelle ambition sociale alors que le pays était exsangue. Monsieur le Maire, vous manquez vraiment d’ambition !

 

Merci de votre attention

 

Evolution des budgets par postes (du budget 2009 au budget 2014), en milliers d’euros – Ville de Saint-Quentin
budget 2009 budget 2014
Enseignement formation (dont)

7864

7375

-6,21%

classes découvertes

32

22,5

-30%

cantine

1320

1112

-15,75%

écoles primaires

2457

2188

-10,90%

écoles maternelles

2387

2019

-15,41%

Culture (dont)

6820

6715

-1,50%

bibliothèques et médiathèques

1182

1081

-8,50%

Action culturelle

1141

1273

-11,60%

Sport et jeunesse

8007

7691

-3,90%

Intervention sociale et santé (dont)

3714

3776

1,60%

services à caractère social pour handicapés et inadaptés

39,5

36,4

-7,80%

Actions en faveur de l’enfance et de l’adolescence

205,8

126,3

-38,59%

Famille (dont)

2184

1967

-9,80%

personnes âgées

464,8

242,8

-47,70%

crèches et garderies

1719

1690

-1,70%

Aménagement et services urbains, environnement

12134

9291

-23,40%

Action économique (dont)

725,7

522,3

-28%

intervention économique

156,5

1834

-88,20%

Aide au tourisme

168

84,8

-49,50%

Dépenses liées aux emprunts

5071

7091

39,83%

[1] Budget 2008 (catalogues, imprimés, publications, publicité, relations publiques) : 909400 E

Budget 2014 : 1313870 E


Conseil municipal du 25/11/2013 -Débat d’orientation budgétaire – Olivier Tournay (PCF)

Lundi 25 novembre 2013

 

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF) pour l’opposition

Conseil municipal : Débat d’orientation budgétaire.

 

 

Selon la loi, le débat d’orientation budgétaire doit avoir lieu sur les orientations générales. Et à la vue de ce rapport, pour être général, c’est général. Alors que ce devrait être un exercice de transparence, nous avons droit à juste une formalité administrative succincte.

 

En effet, vous nous présentez un rapport purement technique. Il y bien quelques éléments d’analyse prospective mais rien sur les principaux investissements projetés. Quiconque  lirait ce rapport n’en saurait pas plus  sur les orientations et prises de décision à venir pour la ville. En effet, vous nous listez des grandes lignes budgétaires. Et après ? Quelle que soit l’issue du scrutin de mars prochain, l’équipe qui sera en place devra faire avec ce budget, et pour l’instant, celui-ci reste totalement opaque. Aussi, allez-vous peut-être nous éclairer sur différents points ?

 

Prenons la ligne budgétaire de l’investissement annuel concernant les écoles. Sur les 6 dernières années, un investissement moyen de 732 000 euros. Cette année, une enveloppe de 432 000 euros. Comment explique-t-on cet écart ?  Compte tenu de l’état général de nombreuses écoles de la ville on peut s’interroger sur cette baisse.

 

Sur le même sujet, comme il n’y a que des grandes lignes,  impossible de connaître par exemple la dotation globale par élève pour le matériel scolaire dans la section fonctionnement. C’est pourtant un débat que l’on pourrait avoir. Dans une ville où le nombre de chômeurs a augmenté de 44% entre décembre 2008  et juin 2013[1], la question de l’investissement que l’on va porter vers la jeunesse devrait être central. Et pour mémoire, Gauchy, ville limitrophe, a une dotation de 103 euros par élève. C’est un vrai choix d’orientation politique.

 

De la même manière, vous annoncez dans les médias des sommes conséquentes pour l’application de la réforme des rythmes scolaires. Où les retrouve-t-on dans votre budget ? Et à ce propos, ce n’est pas un secret que cette réforme ne me convient pas (pour des raisons d’inégalité territoriale, une réforme qui se fait en finalité en fonction des budgets et non des besoins de l’élève, problème de concertation entre les différents partenaires). Mais ce qui est incroyable, c’est que sur ce sujet, vous prenez la posture du défenseur de l’école alors même qu’au plan national et local, vous en  avez été un ardent fossoyeur  (non remplacement d’un professeur sur deux, coupe sombre dans les RASED pour les élèves les plus en difficulté, accompagnement des fermetures d’écoles à Saint-Quentin)

 

Bel exercice démagogique pour le coup.

 

 

J’en reviens à l’opacité de ce budget. Il semblerait, et encore, rien ne l’atteste dans ce document, que l’on resterait sur un tableau des effectifs stable. Pourtant, on se rend compte dans le faits que les remplacements ne se font pas sur les postes, ce qui a  pour première conséquence, un déficit sur les postes techniques de la ville, et pour seconde conséquence, un recours à des délégations de services publics (je pense par exemple aux espaces verts) par des entreprises privées.

D’ailleurs, quel est le coût de ses délégations ? Le budget que vous nous présentez ne permet pas de le savoir. Et là encore, ce n’est pas un secret, je suis farouchement opposé au fait de brader les services publics au privé et plus encore quand le conseil municipal lui-même est privé des ces informations.

Car sciemment ou non, on ne dit pas tout. Pour exemple, lorsque l’on gratte un peu, voilà ce que l’on découvre.

Lors du dernier conseil municipal, voilà ce que vous déclariez à propos de l’exonération d’impôt sur les compétitions sportives : «  Il s’agit, d’exonérer d’impôt sur les spectacles l’ensemble des compétitions sportives qui seront organisées en 2014 sur le territoire de la commune. » L’ensemble des compétitions sportives disiez-vous ? La réalité est tout autre. Les bénéficiaires sont, le SQBB, club sportif et… Sports événements, entreprise privée ! On est loin, très loin de ce que vous avanciez en septembre !

 

 

Transparence en matière de dotations aux associations (les écarts entre certaines associations sont si importants que l’on aimerait comprendre). Votre seule réponse est de dire, faites confiance. Un peu léger quand il s’agit d’argent public.

 

Transparence sur l’évolution de la grille tarifaire des prestations proposées par la ville : baisse, stagnation, augmentation (comme c’est le cas une année de plus pour les loyers d’Habitat Saint-Quentinois, bailleur municipal)

 

En conclusion, nous sommes dans une ville où  le« taux d’imposition [est] plus élevé que la moyenne avec un potentiel fiscal relativement faible » (dixit la Chambre régionale des comptes en2011) et où l’on devrait pouvoir débattre concrètement d’un budget. Mais de part ce rapport uniquement technique et lapidaire, ce débat est d’emblée, faussé, tronqué.

 

Merci de votre attention.

 

 

 

 


[1] Source Insee

Chômeurs toute catégorie 12/2008 : 5085, 06/2013 : 7333 soit, +44,2%

Chômeurs catégorie A 12/2008 : 3747, 06/2013 : 4961 soit, +32.4%

 

aisne nouvelle 29 11 13

 

Le Conseil National du PCF valide Olivier Tournay comme chef de file pour les municipales de 2014 à Saint-Quentin

Dans le prolongement de notre démarche, dans laquelle les communistes de Saint-Quentin ont choisi une liste PCF indépendante du PS, conduite par Olivier Tournay et largement ouverte à des militants syndicaux et associatifs, à des personnalités reconnues dans leur quartier et leur entreprise pour leur résistance à la politique nationale d’austérité relayée par la municipalité de Xavier Bertrand et à celle du patronat. Le Conseil National du PCF, le 6 Octobre 2013 a validé Olivier Tournay comme chef de file.

Municipales 2014 – CN du 6 octobre 2013 et Réunion nationale des animateurs de section

Week-end chargé pour les communistes en vu des élections municipales de mars 2014.

Samedi – Réunion nationale des animateurs et animatrices de section aux Docks Pullman (Saint-Denis)

Municipales 2014 – Réunion nationale des… par CN-PCF

 

Dimanche – Conseil national

  • La discussion
  • Le conseil national a donné mandat à l’exécutif pour la rédaction d’un appel aux citoyennes et aux citoyens pour les élections municipales – à télécharger ici
  • Validation des chefs de file dans les villes de plus de 20 000 habitants

 

02 Laon Yann RUDER
02 Soissons Fabien THERY
02 Saint-Quentin Olivier TOURNAY
05 Gap Jérôme EMMANUEL
06 Le Cannet Jean Michel BOURDILLON
06 Cannes Dominique HENROT
06 Nice Robert INJEY
06 Antibes Gérard PIEL
06 Cagnes-sur-Mer Michel SANTINELLI
08 Charleville-Mézières Sylvain DALLA ROSA
12 Rodez Jean Albert BESSIERE
12 Millau Martine PEREZ
13 Martigues Gaby CHARROUX
13 Marseille Jean Marc COPPOLA
13 La Ciotat Karim GHENDOUF
13 Salon-de-Provence Olivier LOPEZ
13 Gardanne Roger MEI
13 Vitrolles Malik MERSALI
13 Aix-en-Provence Anne MESLIAND
13 Arles Hervé SCHIAVETTI
14 Caen Marie Jeanne GOBERT
14 Lisieux Serge LOISEAU
15 Aurillac Jean Pierre ROUME
18 Bourges Jean Michel GUERINEAU
18 Vierzon Nicolas SANSU
19 Brive-la-Gaillarde Alain VACHER
24 Périgueux Vianey LE CACON
24 Bergerac Claude LHAUMOND
26 Valence Pascal GIRARD
27 Évreux Thierry DEFRESNES
27 Vernon Jean-Luc LECOMTE
29 Brest Jean Paul CAM
29 Quimper Piero RAINERO
30 Nîmes Sylvette FAYET
30 Alès Jean Michel SUAU
31 Muret René CRAMBES
31 Tournefeuille Daniel FOURMY
31 Toulouse Pierre LACAZE
33 Le Bouscat Patrick ALVAREZ
33 Libourne Jean Louis ARCARAZ
33 Gradignan Pierre AUZEREAU
33 Mérignac Joël GIRARD
33 Talence Pierre GORSE
33 Cenon Max GUICHARD
33 Bordeaux Vincent MAURIN
33 Bègles Christine TEXIER
37 Tours Pierre TEXIER
38 Bourgoin-Jallieu Frédérique PENAVAIRE
38 Saint-Martin-d’Hères René PROBY
38 Échirolles Renzo SULLI
38 Fontaine Jean Paul TROVERO
38 Grenoble Patrice VOIR
39 Dole Alain VILLAUME
42 Saint-Étienne Alain PECEL
44 Saint-Herblain Jean Pierre FROMONTEIL
44 Vertou Michel GOUTY
44 Saint-Sébastien-sur-Loire Stéphane GUILLOU
44 Orvault Christophe LANCIEN
44 Saint-Nazaire Yvon RENEVOT
44 Nantes BENATRE Marie Annick SEASSAU Aymeric
45 Fleury-les-Aubrais Alain ROMERO
47 Villeneuve-sur-Lot Daniel HEINRICH
47 Agen Nicolas LUCMARIE
51 Épernay RICHARD William PERREIN Hélène
51 Châlons-en-Champagne Dominique VATEL
53 Laval Adrien GUILLOT
54 Nancy Patrick HATZIG
54 Vandoeuvre-lès-Nancy Annie LEVI-CYFERMAN
58 Nevers François DIOT
60 Beauvais Thierry AURY
61 Alençon François FERRETTE
62 Arras René CHEVALIER
62 Liévin Daniel DERNONCOURT
62 Boulogne-sur-Mer Charles FONTAINE
62 Calais Jacky HENIN
62 Hénin-Beaumont David NOEL
64 Pau Olivier DARTIGOLLES
64 Bayonne Alain DUZERT
64 Biarritz Bernard ITHURBIDE
65 Tarbes Marie Pierre VIEU
66 Perpignan GALANO Philippe FITER Françoise
67 Strasbourg TURAN Hulliya RATCLIFFE Julien
69 Villeurbanne Marc AMBROGELLY
69 Caluire-et-Cuire Véronique CHIAVAZZA
69 Vaulx-en-Velin Bernard GENIN
69 Villefranche-sur-Saône Danielle LEBAIL
69 Oullins Bertrand MANTELET
69 Saint-Genis-Laval Gilles PEREYRON
69 Vénissieux Michèle PICARD
71 Mâcon Eve COMTET SORABELLA
73 Aix-les-Bains Fabrice MAUCCI
74 Thonon-les-Bains Michel VUILLAUME
75 Paris Ian BROSSAT
76 Rouen Mathieu CHARLIONNET
76 Dieppe Sébastien JUMEL
76 Le Havre Nathalie NAIL
76 Saint-Étienne-du-Rouvray Hubert WULFRANC
77 Dammarie-les-Lys Vincent BENOIST
77 Bussy-Saint-Georges Stéphane BERTHIN
77 Pontault-Combault Patrick CABUCHE
77 Ozoir-la-Ferrière Marc FERRER
77 Roissy-en-Brie Sylvie FUCHS
77 Melun Thomas GUYARD
77 Villeparisis Gérard LACAN
77 Chelles Franck MOULY
77 Le Mée-sur-Seine Jean Pierre POUPARD
77 Champs-sur-Marne Maud TALLED
80 Abbeville Jean Marie HEMERLE
83 La Garde Michel CAMATTE
83 Hyères Dominique SASSI
84 Cavaillon Didier BECHIR
84 Avignon André CASTELLI
84 Orange Fabienne HALOUI
85 La Roche-sur-Yon Anita CHARRIEAU
89 Auxerre Alain RAYMONT
90 Belfort Bertrand CHEVALIER
91 Morsang-sur-Orge Marjolaine RAUZE
92 Bagneux Marie Hélène AMIABLE
92 Clamart Gérard AUBINEAU
92 Colombes Yahia BOUCHOUICHA
92 Vanves Claudine CHARFE
92 Meudon Bernard JASSERAND
92 Gennevilliers Patrice LECLERC
92 Levallois-Perret Annie MANDOIS
92 Malakoff Catherine MARGATE
92 Villeneuve-la-Garenne Gabriel MASSOU
92 Antony François MEUNIER
92 La Garenne-Colombes Adélaïde NATUREL
92 Bois-Colombes Anne SOUFFRIN
93 Aubervilliers Pascal BEAUDET
93 Montreuil Patrice BESSAC
93 Saint-Denis Didier PAILLARD
93 Bondy Sylvie BADOUX
93 Gagny Patricia CONCENTRAIT
93 Romainville Sofia DAUVERGNE
93 Le Blanc-Mesnil Didier MIGNOT
93 Bobigny Catherine PEYGE
93 La Courneuve Gilles POUX
93 Noisy-le-Sec Olivier SARRABEYROUSE
93 Neuilly-sur-Marne Daniel SARTHOU
93 Stains Azzedine TAIBI
94 Champigny-sur-Marne Dominique ADENOT
94 Villeneuve-Saint-Georges Sylvie ALTMAN
94 Fresnes Josselin AUBRY
94 Vitry-sur-Seine Alain AUDOUBERT
94 Villejuif Claudine CORDILLOT
94 Ivry-sur-Seine Pierre GOSNAT
94 Choisy-le-Roi Didier GUILLAUME
94 Fontenay-sous-Bois Jean François VOGUET
95 Garges-les-Gonesse Francis PARNY

 source

La conception de l’école par la municipalité Bertrand

Notre action sur le radar pédagogique nous a servi à dénoncer la gestion calamiteuse des écoles par la municipalité de Xavier Bertrand ainsi que la fermeture de 30 classes et de 3 écoles dans notre ville par le gouvernement dont il faisait partie.

Lors du dernier conseil municipal, en date du 30 septembre 2013, ce dernier s’est permis, une fois de plus, de rajouter une intervention en fin de séance sans que celle-ci ne figure à l’ordre du jour, ce qui avait l’avantage d’éviter tout débat contradictoire sur le sujet. Cette intervention avait pour objet la politique des écoles de la ville. Mme Françoise Jacob, en charge des affaires scolaires s’est alors lancée dans une longue énumération des divers investissements de la municipalité dans les écoles.

Il serait tout à fait démagogique d’affirmer que la ville ne fait rien, notre argumentation n’en a jamais eu la teneur. D’ailleurs les écoles se trouvent dans ses prérogatives : l’entretien et la maintenance des locaux, l’équipement des écoles (sportif, informatique, …) le recrutement de personnel d’accompagnement (ATSEM), la dotation financière par élève permettant l’achat de fournitures scolaires, de matériel divers pour la classe, l’allocation de transports pour les différentes sorties … L’absence complète d’investissement serait une faute grave.

La municipalité UMP répond à toutes ces prérogatives, mais plus qu’à minima.

La rénovation des locaux se fait vraiment en dernier recours. On se vante, lors de ce conseil municipal, d’avoir changé les fenêtres de l’école Xavier Aubryet. Bravo ! En 2013, nos enfants vont bénéficier du confort du double vitrage. Les sols de l’école Ferdinand Buisson ont été changés, nous vous invitons à apprécier la qualité des murs et plafonds qui feront plaisir aux nostalgiques des années 60. Et Ferdinand Buisson n’est pas une exception (ou peut-être pour ses sols).

Pour ce qui est de l’entretien, la mairie a aussi réduit drastiquement les effectifs en personnel créant à la fois une surcharge de travail pour ceux restant et des conflits entre usagers et personnels.

On nous annonce en grande pompe l’équipement en tableaux interactifs, 15 sur la ville. Ces tableaux permettent de projeter une image, un document et de travailler dessus. Outil intéressant, malheureusement, sur plus de 200 classes, 15 en bénéficient. Il en va de même pour les tablettes, 135 sur 5272 élèves, environ une pour 40. Cela signifie que les élèves, sur une année pourrait l’avoir moins de 4 jours chacun.

A côté de ça, la grande majorité des écoles sont dotées d’un parc informatique obsolète, soit par son âge, soit par manque d’entretien. Car c’est ici, non pas 100 tablettes, mais plus de 1000 ordinateurs dont la ville devrait s’équiper pour pouvoir fournir à chaque classe l’équipement utile. La consolidation du service  de maintenance informatique par l’embauche de nouveaux techniciens est indispensable au bon fonctionnement du parc.

Un nouveau self est inauguré à l’école Lyon Jumentier, très bien. En revanche, lorsqu’un parent prévient au dernier moment que son enfant ne mangera pas à la cantine (ou au self), même pour un cas dûment justifié (rendez-vous médical, accident, hospitalisation d’un proche, naissance d’un petit frère, …), la mairie facture à la famille le repas.

Mais ce que la mairie n’aborde pas, c’est le refus d’embauche d’ATSEM supplémentaires là où le besoin s’en fait sentir. Dans beaucoup d’écoles, ces personnes qui assistent les enseignants dans les classes de maternelle sont en sous effectif. Ce qui oblige les équipes à les faire tourner sur plusieurs classes.

Les transports pour les sorties deviennent aussi un point noir. Des classes ne peuvent assister aux spectacles réservés faute de bus alloués par la mairie ou alors en trop petit nombre. Plus grave, des classes n’ont pas pu effectuer leur cycle piscine, pourtant au programme, faute de transport.

Et lorsque les enseignants signalent en conseil d’école à Mme Françoise Jacob que pour les bus, il faut compter non seulement les enfants et les enseignants mais aussi les parents bénévoles accompagnateurs, cela ne la dérange  pas de répondre que ceux-ci n’ont qu’à se rendre sur les lieux par leurs propres moyens.

La dotation annuelle par élève qui est plus de 5 fois inférieure à certains villages alentours. Et pourtant ces villages ne sont pas plus « riches » que Saint-Quentin, il s’agit bien là d’un choix de la mairie. Si 135 tablettes à 200€ ont un coût d’environ 30 000 €, une augmentation de la dotation de 10 € par an et par élève aurait un coût annuel de plus de 50 000 €. Et ce n’est pas de 10 € que cette dotation devrait être augmentée. Nombre de classe ne sont pas équipés de suffisamment de manuels. Les enseignants doivent souvent faire le choix entre celui de maths ou de français, ou d’un pour deux élèves. Ceci sans même parler de l’équipement en matériel pédagogique pour la classe.

Voilà où nous en sommes arrivés dans notre ville, voilà ce qu’a fait de nos écoles la politique de X. Bertrand.

article A.J. pour la Section de St-Quentin

Xavier Bertrand, chantre de la pseudo-sécurité, enfreint le Code de l’éducation – Conseil municipal (30/09/2013) – Olivier Tournay (PCF)

Conseil municipal du 30 septembre 2013

Intervention d’Olivier TOURNAY

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux

Monsieur le Maire, vous demandez une rallonge de 57 000 euros pour la vidéosurveillance. Non pas cette fois pour étendre le réseau, mais selon les informations données en commission des finances, pour le réparer. Plus de 10% du budget annuel pour des réparations ! Je ne rouvre pas le débat, car de toute façon, de débat il n’y a pas, attendu que vous éludez systématiquement sur le sujet.  Vous allez me donnez je n’en doute pas quelques exemples ensuite prouvant le bien fondé de ce système, mais au final ne prouvant rien du tout, car vous persistez à refuser toute étude approfondie en la matière. On pourrait savoir ainsi pourquoi la délinquance continue d’augmenter en centre-ville, alors que l’essentiel des caméras y sont implantées. Mais pour le coup, circulez, il n’y a rien à voir : la vidéosurveillance, ça marche. Pourquoi ? Parce que !

Légère parenthèse, je suis surpris Monsieur le Maire que vous ne cherchiez pas à faire financer votre si chère vidéosurveillance par des prestataires privés. En effet, vous avez inauguré la semaine dernière un radar pédagogique (jusque là, rien à redire) financé par un organisme d’assurance privé (avec une belle pub sur le radar).  On substitue donc les prérogatives d’une municipalité à un organisme privé en échange d’une publicité, ce que je ne cautionne absolument pas. Mais comble du comble, vous avez fait distribuer à l’intérieur même des écoles Xavier Aubryet et Theillier Desjardins un document qui enjoint les parents d’élèves à céder le droit à l’image de leurs enfants dans le cadre de cette inauguration, à titre gracieux au groupe AXA, pour je cite, «  reproduire, représenter, conserver et utiliser [leur] image pour la réalisation de tout support (papier, vidéo, numérique, etc.) ».

Or, vous n’êtes pas sans savoir que le Code de l’Education, par sa circulaire n°2001-053, article II.1 relatif à la publicité et l’interdiction de tout démarchage en milieu scolaire stipule que « les maîtres et les élèves ne peuvent en aucun cas servir collectivement ou individuellement à quelque publicité que ce soit ». Vous avez franchi deux frontières :

1- L’école, preuve à l’appui, n’est pas pour vous un lieu protégé, sacralisé.

2- Barrière franchie en matière de droit, et c’est là tout le paradoxe, vous Monsieur le Maire, le chantre de la pseudo sécurité (pseudo car vous avez préférer laisser chuter les effectifs de la police nationale à Saint-Quentin, pour la substituer à des écrans), avec ou sans caméra sponsorisée dans cette rue, vous avez été pris en flagrant délit !

 

Merci de votre attention.

Prix de l’eau à Saint-Quentin : +11.5% depuis 2007 – Conseil municipal (30/09/2013) – Olivier Tournay (PCF)

Conseil municipal du 30 septembre 2013

Intervention d’Olivier TOURNAY

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux

Il nous est demandé de prendre acte du rapport annuel sur le prix et la qualité des services publics de l’eau et de l’assainissement.

En préalable, une fois de plus, nos remarques de l’an dernier n’ont pas été suivies de faits : plus de 120 pages de données techniques à ingurgiter en quelques  jours, ce n’est pas tenable ! Je rappelle que pour des conseillers municipaux qui ne sont pas des professionnels de la politique mais des actifs comme les autres, ces délais aussi courts ne sont pas acceptables.

Et une fois de plus, nous ne devons que prendre acte, car vous continuez de nous refuser l’accès en tant que membre pour représenter l’opposition à la Communauté d’Agglomération. Le débat ferait-il si peur ?

Nous aurions aimé avoir des réponses à certaines questions.

Ainsi, concernant la qualité de l’eau page 24 de la 1ere partie du document, pourquoi certaines données sont-elles très précises et d’autres sont particulièrement succinctes.

Ainsi, nous apprenons que le taux de pesticides est conforme. Mais encore ? Quel est ce taux ? Quel est le seuil maximal à ne pas dépasser ?

Nous apprenons aussi que le taux de plomb est pour l’instant conforme (environ 15 microgrammes par litre pour 25 autorisés) mais que ce seuil va passer  à 10 microgramme le 23 décembre 2013. Que compte faire la Communauté d’Agglomération face à ce problème sanitaire ?

Page 42, nous apprenons que le service de l’eau potable est lié pour près de la moitié de sa dette à Dexia (5.2 millions pour un total de 11.3) ? Peut-être sommes nous passés entre les mailles du filet des produits toxiques, mais y a-t-il vis-à-vis de cette dette un surcoût ? Aucun détail n’est fourni.

Page 18, pourquoi avons-nous toujours 26.3% d’eau qui se perd ? Petite baisse du pourcentage (c’était 27% l’an dernier), mais qui n’est pas manifestement due à une amélioration du réseau, mais à un volume d’eau non facturé qui a presque doublé[1]. Pour mémoire, à Paris, c’est 6% de perte. Cette eau perdue, nous la payons. La remarque a été faite les années précédentes, et il n’y a toujours aucun changement sur ce point. Pour preuve, les actions engagées et listées à ce paragraphe, sont strictement les mêmes que ceux présentés l’an dernier,  et ce, sans aucune analyse des effets qui en découlent.

Parlons maintenant du prix de l’eau. Depuis 2007, le prix de l’eau sur votre facture type d’une consommation de 120m3, a augmenté de 11.5%.[2] Pourquoi une telle hausse, et pourquoi un tel écart de prix avec d’autres villes : 5.10 euros le m3 pour une consommation de 120m3 à Saint-Quentin, 2.77 euros à Amiens ! Et un coût de l’assainissement deux fois plus élevé qu’à Bordeaux, Nice ou Dijon.

Nous aurions aimé aussi débattre de la question d’une tarification par tranche, qui ne pénaliserait pas les familles modestes. Hélas, pour toutes ces questions, ce débat n’a pas lieu, car vous ne nous permettez pas de siéger à la Communauté d’Agglomération.

Merci de votre attention.


[1] volume d’eau non facturé en 2011 : 101 020 m3. 2012 : 193 469 m3, soit +91.9%

[2] Pour une facture de 120m3 en 2007 : 549.55 euros. En 2012 : 613.17 euros soit +11.5%

Quand Xavier Bertrand donne 500 000 euros pour organiser des tournois de boxe que l’on ne voit pas venir ! Conseil municipal (30/09/2013) – Olivier Tournay (PCF)

Conseil municipal du 30 septembre 2013

Intervention d’Olivier TOURNAY (PCF)

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux

Nous aimerions avoir des éclaircissements sur la confusion qui règne autour de l’organisation de tournois de boxe.

En premier lieu, en dépit du résultat, félicitations à l’athlète, qui nous n’en doutons pas, rebondira très rapidement.

En second lieu,  passons à la gestion de l’argent public. 2000 euros pour que l’athlète puisse aller combattre, dépense qu’il n’était pas possible de prévoir en amont, je ne discute pas, car la question n’est pas là.

Monsieur le maire, pourquoi allouez vous une somme de 500 000 euros par an à une société en charge d’une délégation de service public qui a pour mission entre autre d’organiser des combats de boxe de classe internationale pour qu’au final, cela n’ait pas lieu à Saint-Quentin ? La municipalité n’a-t-elle pas eu son mot à dire ? Et selon la presse[1], la société (Bleu Ciel Production) ayant pour charge  la délégation de service public n’a même pas fait de proposition d’enchère, c’est Sports Evénement qui l’a faite.

Alors Monsieur le Maire, dans cette affaire, il semble que la transparence n’est toujours pas au rendez-vous et qu’une fois de plus, la municipalité doit retrouver toutes ses prérogatives au lieu de les brader chèrement à des intérêts privés !

[NB : Xavier Bertrand ne répondra pas à la question, comme à son habitude. Nous ne saurons donc pas pourquoi il n'y a pas eu d'offre de la DSP]


[1] Aisne Nouvelle, 27 septembre 2013

Olivier Tournay : Pourquoi une liste ouverte présentée par le PCF ? Les raisons sont nombreuses, trop nombreuses.

Résumé de l’intervention lors de la fête des libertés (7 juillet 2013)

En 2014, cela fera 19 ans que Xavier Bertrand sera au pouvoir (il aura été député, conseiller général, maire, ministre du Travail). Mais pour quel bilan ? Concrètement, la ville de Saint-Quentin est écrasée par le chômage. Depuis le denier mandant municipal de 2008, le nombre de privés d’emploi a augmenté de 45%. Avec toutes ses casquettes, voilà son bilan. Et dire qu’il a fait de l’emploi sa priorité !

Pouvait-il en être autrement ? Peut-on mettre en application le programme de Nicolas Sarkozy (casse sociale, casse de la retraite, du code du travail, …) et s’attendre à du progrès social, à un mieux-vivre de la population ? Bien entendu que non.

Et de même au plan local. Voilà presque deux décennies que l’on brade les prérogatives de la ville, ses services publics au privé, que l’on finance outrageusement certaines entreprises ou associations. Alors que la population de la ville a de grandes difficultés à se loger correctement, la ville cesse d’investir dans la construction de logements sociaux.

Par contre, en terme de communication, de l’argent, il y en a.

Une télé à 750 000 euros par an, un journal municipal, des vidéos pour internet (50 000 euros !), un site internet à 150 000 euros. Voilà comment on gère l’argent de la ville.

Devrions-nous continuer à subir cela ?

Mais si battre Xavier Bertrand et la politique de l’UMP est un objectif, il ne doit en rien être une finalité. Sarkozy a bien été battu, et alors ? Les gens vivent-ils mieux ? Le gouvernement socialiste est loin, très loin des attentes. Nous attendions que la situation économique change, elle ne fait que perdurer, s’amplifier (réforme des retraites à venir, gel du pont d’indice et du SMIC,…).

Bref, il était impossible de donner un blanc-seing au gouvernement socialiste et à ses soutiens.

Aussi, cette décision a été motivée également par le danger que représente le FN. Ce parti, sous couvert de faux discours de lutte des classes, n’est qu’un parti ultra libéral, un parti qui attise la haine de l’autre, un parti qui montre les pauvres contre les pauvres. Il fallait donner une alternative aux déçus de l’UMP et du PS !

Et enfin, notre motivation première, celle qui doit pousser tous les communistes à se présenter à une majorité d’élection : le renforcement de l’organisation des travailleurs et de tous ceux qui souhaitent lutter contre le système. Utiliser cet outil comme tous ceux en notre possession pour porter plus loin cette idée, pour rassembler un maximum et s’organiser dans le but de résister activement à leur politique. Engagés, combatifs, prêts à agir dans toutes les luttes légitimes. Ce qui nous rassemble, c’est la colère, la rage, la révolte contre les injustices. Pendant que certains se gavent, s’enrichissent à outrance, volent le fruit de notre travail, volent nos acquis, nous, nous payons ! C’est cela la politique du Capital. Les dégâts sont immenses : chômage, pauvreté, souffrances, précarité font partie de notre quotidien. Profitons de cette échéance électorale pour faire savoir qu’il existe une alternative à ce système, un moyen de s’organiser pour résister, que nous y travaillons et que tous ceux qui souhaitent participer à son développement peuvent y prendre part.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons choisi collectivement une liste présentée par le PCF, largement ouverte aux militants syndicaux et associatifs, à des personnalités reconnues dans leur quartier et leur entreprise pour leur résistance à la politique nationale d’austérité relayée par la municipalité de Xavier Bertrand. Une liste composée de gens qui ne sont pas des notables, qui s’opposent à la finance, au capitalisme, et qui luttent tout au long de l’année !

Au 1er tour, on choisit, au 2d tour, on élimine.

Olivier Tournay

1234

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...