Archive | Videos / photos Flux RSS de cette section

Salon de l’auto : avec les salariés qui ont manifesté le 8 octobre 2010 _Ils sont venus des quatre coins du pays, les Renault, les Goodyear, les Valeo… à l’appel de la CGT. VIDEO

 Image de prévisualisation YouTube

101008manifauto.jpgLe 8 octobre, 6000 salariés de l’automobile, de la métallurgie, de la chimie (pneumatiques), des constructeurs et des sous-traitants sont venus manifester à l’occasion du Mondial de l’automobile à Paris 15ème, de Javel à la Porte de Versailles, à proximité d’un des lieux historiques de la construction automobile en France, les anciennes usines Citroën.  

Là même où est présenté l’avenir de l’industrie automobile mondiale, ils ont porté leurs revendications contre les fermetures d’usine et suppressions d’emploi, contre le chantage à l’emploi, les bas salaires, la dégradation des conditions de travail : Autant de luttes à relier directement avec le mouvement national pour la défense des retraites, pour le retrait de la loi Woerth.

Le succès de la manifestation du 8 annonce une forte participation des salariés de l’automobile à la grève à partir du 12. La fédération CGT de la chimie, la CGT métallurgie de Rhône-Alpes ont déjà lancé des mots d’ordre de grève illimitée. La consultation continue ailleurs.

 

Emploi, salaires, retraites: des luttes directement liées.

 Les dizaines de milliers de suppressions d’emploi par an dans le secteur, à un rythme encore accéléré depuis la « crise » de 2008, le quasi-gel des salaires contribuent à assécher le financement des retraites.

Le patronat de l’automobile doit rendre aussi les quelque 2 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales par an dont il bénéficie. Elles sont directement happées par les profits.

Le cas de l’automobile illustre combien la meilleure taxation des profits, c’est l’augmentation des salaires, du salaire net et du salaire socialisé. Après la « crise » en 2009, les grands constructeurs ont rapidement renoué avec les bénéfices – 823 millions d’euros pour Renault au 1er semestre 2010, 630 millions pour PSA – tout en continuant à délocaliser.

Réclamer la taxation des profits financiers des entreprises, oui. Mais on ne financera pas durablement notre système de retraite avec des profits réalisés à l’étranger.

 

Les manifestants ont mis en avant l’exigence de la prise en compte de la pénibilité et de retraites anticipées à 55 ans. Dans certains métiers de l’automobile, on est usé parfois dès l’âge 40 ans. La régression avec le projet de loi Woerth est d’autant plus inacceptable.

En aucun cas, cette revendication n’est à déconnecter de celle de l’emploi. Il ne s’agit pas, comme cela s’est si souvent passé, de faciliter l’éviction par les patrons, aux frais de la collectivité, de salariés âgés sans réembauches correspondantes…

De la même façon, contrairement à la propagande médiatique, jamais les salariés n’ont considéré les primes de licenciement arrachées par les luttes comme une victoire tant que les usines, les activités étaient supprimées.

 

La question de la sauvegarde de la construction automobile en France est maintenant posée. 

 

Les discours des PDG au Salon ne trompent personne, pas plus que les déclarations d’autosatisfaction de Sarkozy. La stratégie poursuivie par les directions des grandes entreprises, à la recherche du profit maximal pour leurs actionnaires, menace directement une filière industrielle fondamentale en France, l’un des 6 ou 7 pays à la maîtriser (encore) à tous les niveaux, des bureaux d’étude à l’assemblage.

 

En 2004, le solde commercial de la France en produits liés à automobile était excédentaire de 12,3 milliards d’euros. En 2008, il accuse un déficit de 3,4 milliards d’euros.

Une dégradation aussi brutale ne saurait s’expliquer par la conjoncture. C’est le résultat d’un choix des capitalistes français, celui de l’abandon progressif de la production en France, celui du déclin. Aujourd’hui, avec 45% de sa production en France, PSA est présenté comme un « bon élève », Renault étant tombé en dessous de 33%. Les voitures des constructeurs français vendues sur le marché français sont pour une grande partie produites à l’étranger, notamment en Europe de l’est, où les chaînes sont délocalisées les unes après les autres. Sans parler des équipements dont la délocalisation a été plus précoce.

 

Ne pouvant plus ignorer cette réalité, le pouvoir politique, par la voix de Sarkozy, a choisi de la dénoncer lui-même, mais pour mieux la laisser s’aggraver.

Il entonne l’air du patriotisme industriel. Il sermonne les patrons. Il convoque des « états généraux » pour que chacun, notamment les syndicats, ait un lieu pour « causer toujours ». Il médiatise à outrance quelques sauvetages de PME.

 

Mais l’essentiel de la politique du pouvoir consiste à détourner toujours plus d’argent public vers les entreprises accusées : 600 millions d’euros par an pour les patrons de l’automobile avec la suppression de la taxe professionnelle, 1 milliard avec la prime à la casse. 6 milliards d’euros leur ont été prêtés pendant la crise dans des conditions exceptionnelles pour renflouer leur trésorerie et passer à une nouvelle phase de leurs restructurations.

 

Aucun renversement de tendance n’a été observé en contrepartie. Les nouvelles Clio seront montées, au moins pour une part, en Turquie, les voitures électriques de Renault aussi.  30.000 à 40.000 emplois auront été encore supprimés en 2010.

La pression sur les salaires et les conditions de travail a franchi un nouveau stade dans le cynisme. Après Bosch, Continental à Clairoix (maintenant fermé), General Motors Strasbourg ou Continental (encore) en Midi-Pyrénées exercent directement un chantage à la fermeture d’usine et à la délocalisation, si les salariés n’acceptent pas des diminutions de salaire et des allongements d’horaire.

 

Dès 2010, en revanche, les profits sont de retour. Gageons que les dividendes et les rachats d’actions le seront dès le début de l’année prochaine.

 

Une autre politique nationale s’impose. Les patrons, il faut arrêter de les aider mais les contraindre.

 

Les salariés par leurs luttes s’opposent à la stratégie patronale de casse et la limitent. Autour d’eux des bassins d’emplois entiers se mobilisent. La France reste un marché important, primordial pour les constructeurs. Ils ne peuvent pas tout se permettre. 

Communistes, nous soutenons les revendications, nous nous efforçons de donner écho et de contribuer à toutes ces luttes, de proposer des perspectives politiques.

 

Toutes les aides publiques actuelles ou presque passent finalement dans les profits. L’intervention publique, d’abord celle de l’Etat, n’a de sens que pour défendre et renforcer la filière, sa cohérence, développer la recherche, la formation.

 

Gagner des droits nouveaux pour les salariés est fondamental, notamment ceux des sous-traitants et des filiales, pour combattre les effets des politiques d’externalisation : des comités d’entreprise communs, l’application des mêmes accords d’entreprise…

 

Nous mettons en avant l’exigence de (re)nationalisations dans le secteur, notamment de Renault dont l’Etat reste actionnaire à 15% de Renault. Le retour d’un grand acteur national en France changerait la donne. (On a vu avec quelle précaution, le gouvernement français a évité que ses aides publiques au moment de la crise ne le fasse rentrer dans le capital des constructeurs ou des banques, contrairement à la situation aux Etats-Unis où la nationalisation démocratique n’a pas d’histoire).

 

Face aux stratégies de délocalisation, se pose aussi la question de l’UE.

Les capitalistes français ont pu s’appuyer sur l’ouverture totale des marchés, la mise en concurrence directe et totale des travailleurs des pays de l’UE (et des pays commercialement associés) malgré les immenses différences de niveau de vie et de développement. L’idée d’une remise en cause en France des règles européennes, par exemple d’une « taxe anti-dumping social », fait son chemin.

Les capitalistes français ont été fortement aidés également par l’euro. Avec l’euro fort, les investissements hors zone euro ont été encore plus profitables. Dans la zone euro (qui comprend la Slovénie et la Slovaquie), la concurrence est exacerbée. La remise en cause de la monnaie unique est un objectif qui va aussi dans l’intérêt de l’industrie automobile française. 

 

Pour l’instant, les capitalistes de l’automobile et le pouvoir ont réussi à maintenir leur cap, au prix de peu de concessions. Des luttes dans tout le pays, des Molex aux Continental, ont commencé à construire une riposte d’ensemble. Les 6.000 ouvriers au Mondial viennent de montrer son développement. 

Une victoire sur les retraites peut être l’étape qui inverse cette politique de casse industrielle, qui rouvre une perspective de développement pour une filière d’excellence selon un modèle de réponse aux besoins et de coopération.

 

Nous nous situons résolument dans cette perspective.

Image de prévisualisation YouTube

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoaf8t7k.html

Les lycéens de Condorcet mobilisés contre la réforme des retraites… et réprimés !

Ce matin à 8h30, à l’initiative de la Jeunesse Communiste, une quarantaine de lycéens ont bloqué leur établissement « Condorcet » à Saint-Quentin pour montrer leur désaccord et leur colère la réforme Woerth des retraites. Vers 10h, ils étaient plus de 300 à manifester dans une ambiance bon enfant. Très vite les forces de l’ordre intervenaient, pour un simple incident. Charges et bombes lacrymogènes  sur la jeunesse  qui ne faisait que revendiquer son profond désaccord contre la réforme des retraites. Des interpellations ont eu lieu, et ce à l’entrée de l’établissement, ce qui a fortement choqué les adultes présents et l’équipe pédagogique. Le proviseur,  reconnaissant le droit de grève des  manifestants,  n’avait pas autorisé les forces de l’ordre à pénétrer dans l’établissement, ce qu’ils ont fait malgré tout pour procéder à des arrestations.

Dans la ville de Xavier BERTRAND, ardent fossoyeur de nos retraites et zélé serviteur de Sarkozy, nous appelons les lycéens et étudiants à venir manifester nombreux le mardi 12 octobre à 17h, place Lafayette à Saint-Quentin.

RETRAIT DU PROJET WOERTH !

 

20101007maniflycenscondorcet2.jpg20101007maniflycenscondorcet.jpg20101007maniflycenscondorcet3.jpg

 

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Picardie-Express/Le-blocus-du-lycee-Condorcet-se-transforme-en-mini-emeute

 

Et pour éviter tout débordement, ceci n’est pas inutile (merci Rémy) :

CONSEILS A L’ÉGARD DE LA JEUNESSE MANIFESTANTE

Un CRS, de part sa fonction, n’a pas à réfléchir, il doit obéir.
Un lycéen peut lui prouver qu’il est intelligent…

La tactique des forces de l’ordre est on ne peut plus simple:
Venir au plus près des manifestants pour provoquer les quelques imbéciles qui vont alors lancer des projectiles et donner un bonne raison au CRS de charger à grand renfort de lacrymos… Les manifestants sont alors dispersés et la manif cassée.

La solution:
Sitting dès l’arrivée des CRS, les fauteurs de troubles sont obligés de se plier à la masse ou se retrouvent à découvert… Si vous bloquer un rue, ils ne peuvent que vous enlever un par un. Restez calme, laisser vous trainer sur le trottoir, et allez reprendre votre place un peu plus loin. Prévoyez de l’eau, des barres céréales, et des chansons, un sitting peut être long…

 

Autres conseils: dans une manif évitez les casquettes, bonnet, les couleurs flachis ou les vêtements noirs de la tête aux pieds. Les forces de l’ordre ont besoin de bouc émissaire pour justifier leur violence, les plus visibles sont des cibles faciles.

 

Les évènements du jeudi 7 octobre au lycée Condorcet de St Quentin prouvent que le gouvernement
a peur de la jeunesse qui ce soulève.

 

Continuez, restez solidaires, restez mobilisés.

 

 

 

15 commentaires

Manifestation contre la réforme des retraites Woerth à St-Quentin

20101002002redimensionner.jpg20101002004redimensionner.jpg20101002005redimensionner.jpg20101002012redimensionner.jpg20101002013redimensionner.jpg20101002015redimensionner.jpg20101002026redimensionner.jpg20101002028redimensionner.jpg20101002043redimensionner1.jpg20101002038redimensionner1.jpg20101002046redimensionner1.jpg20101002050redimensionner1.jpg20101002051redimensionner1.jpg20101002057redimensionner1.jpg20101002070redimensionner1.jpg20101002081redimensionner1.jpg

Manifestation retraite ; Conseil municipal de Saint-Quentin : Après la réussite du 2 octobre, préparons le 12

PREPARONS LE 12 OCTOBRE

 jusqu’à la victoire

le 2 octobre : point d’étape pour préparer le 12 et ses suites

Après l’immense mobilisation du 23 septembre, du 2 octobre, devant la volonté confirmée du pouvoir de passer en force, les salariés en lutte, dans leurs entreprises, dans leurs sections syndicales, leurs syndicats, réfléchissent à la nouvelle étape du mouvement.

Un rapport de force considérable existe pour mettre en échec le gouvernement, gagner le retrait du projet de loi, mettre un coup d’arrêt à sa politique antisociale que les budgets annoncés contre l’assurance maladie et les dépenses publiques et sociales de l’Etat viennent confirmer. Partout monte l’idée qu’une suite de journées espacées de grève comme en 2003 ne suffira pas.

Le 12 octobre, la prochaine journée nationale interprofessionnelle de grève et de manifestation, à l’appel des confédérations syndicales, peut et doit être le point de départ du bras de fer décisif.

Les revendications propres de chaque profession, pour le maintien de l’activité, pour les salaires, pour le service public, pour l’école et l’université convergent de plus en plus nettement dans la bataille des retraites

 

 

Conseil municipal de Saint-Quentin 27-09-2010
Appel d’Olivier TOURNAY (PCF) à se mobiliser massivement contre la réforme des retraites Woerth en manifestant le 2 octobre 2010 à 10h, place Carnot à Saint-Quentin.

« Alors que vous promettez un avenir faussement radieux à Saint-Quentin, vous vous empressez de soutenir d’une seule voix au plan national la contre réforme des retraites qui obligera à terme la plupart des saint-quentinois à travailler jusque 67 ans s’ils veulent obtenir leur pension complète. Quelle belle hypocrisie ! Aussi, j’engage la population à venir manifester massivement le 2 octobre pour obtenir le retrait de cette réforme régressive et sauvegarder la retraite à 60 ans à taux plein, et ce, après 37 ans et demi de cotisations ! Ca, c’est un avenir nettement plus prometteur ! »

 

http://www.dailymotion.com/video/xf16vh

4500 manifestants à St-Quentin contre le projet de réforme des retraites- Nouvelles manifestations les 2 et 12 octobre

Retrait du projet de réforme des retraites !

20100923012redimensionner.jpg20100923021redimensionner.jpg20100923024redimensionner.jpg20100923025redimensionner.jpg20100923026redimensionner.jpg20100923032redimensionner.jpg20100923034redimensionner.jpg20100923035redimensionner.jpg20100923037redimensionner.jpg20100923041redimensionner.jpg

FETE DE L’HUMANITE 2010-Programme-Pour se rendre à la fête-Le stand de St-Quentin

 Avant la Fête : Le 7 SEPTEMBRE TOUS DANS LA RUE POUR la retraite à 60 ans pour tous financée par notre système de retraite solidaire par répartition. Il a fait ses preuves;emoticone Aucun recul social n’est négociable.

Le stand du PCF de Saint-Quentin vous attend avenue Paul Vaillant-Couturier.http://www.dailymotion.com/video/xen20a

image4.gif

La Fête de l’Humanité c’est un espace unique, festif et convivial où la solidarité, les débats se mêlent à la culture. C’est une multitude de concerts d’exception, d’animations de rue, du théâtre, des expositions.
Cette année, la Fête de l’Humanité fête ses 80 ans : trois jours dignes de ce vénérable anniversaire !
 

FETE DE L’HUMANITE 2010- http://humanite.fr/fete_huma

19€ les 3 jours (en prévente)- Gratuit pour les moins de 15 ans-25€ sur place

 Infos monteurs : 

 @  Chargement du camion le vendredi 3 septembre à 14h  (rdv à la section) 

@  Départ le samedi 4 septembre à 6H 

@  Retour le Lundi  13 septembre, fin de journée 

Il serait bien que des camarades ne participant pas au montage ou à la fête puissent prendre le relais au déchargement du camion à Saint Quentin le 13/9/2010. 

OUVERTURE DU STAND SUR LA FETE DES LE LUNDI 6 SEPTEMBRE

 

Concerts

vendredi 10 septembre

18H00 Dissident Chaber [Scène des Pays du Nord]

18H30 The Popopopop’s [Scène Zebrock]

18H45 Skacahuetes [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

18H50 Danakil [Grande scène]

19H45 Danse Hip Hop Bonneuil [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

19H45 Dissident Chaber [Scène des Pays du Nord]

20H00 Cécile Hercule [Scène Zebrock]

20H00 Inauguration de l’espace [Scène Jazz’Hum’Ah]

20H00 Racines de Swing Carte blanche avec invités [Scène Jazz’Hum’Ah]

20H00 6 Coups mc, Ali B, Sai-Sai, D-Master et Sab200 star [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

20H00 Fest-Noz des Fédérations bretonnes [Place Eugène Guillevic]

20H20 Raggasonic [Grande scène]

20H50 Ici & Lui [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

21H00 La Mauvaise foi [Scène des Pays du Nord]

21H30 Agnès Bihl et ses invités [La scène Zebrock]

21H40 Oumar Thiam [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

21H50 The Prodigy [Grande scène]

22H15 Patchwork [Scène Vitry-Fréquence 94]

22H30 DJR-Van [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

samedi 11 septembre

14H20 Ell [Scène Zebrock]

14H30 Jean Gilles (chanson) [Scène Vitry-Fréquence 94]

14H40 Hommage à Jean Ferrat [Grande scène]

15H00 Flo Costes [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

15H30 Kadys [Scène des Pays du Nord]

15H50 Mamienco (pop rock folk) [Scène Zebrock]

16H10 Lewis Beding [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

16H40 Alain Souchon [Grande scène]

17H00 Trio Terranova/Lété/Méchiali [Scène Jazz’Hum’Ah]

17H00 CRSKP+Substance Crew [Scène des Pays du Nord]

17H10 La grosse Lulu [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

17H20 Push Up [Scène Zebrock]

17H20 La Grosse Lulu [Scène Vitry-Fréquence 94]

18H20 Caravan Palace [Grande scène]

18H20 Skacahuetes [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

18H30 Amnésia [Scène des Pays du Nord]

19H00 D’ de Kabal [Scène Zebrock]

19H00 Sébastien Texier Trio « Dont forget you are an animal » [Scène Jazz’Hum’Ah]

19H30 Ici & Lui [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

19H40 Intermède Danse – JMM Cie [Forum social]

20H00 Madness [Grande scène]

20H30 6 Coups mc, R-authentik, TDI et Jess [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

20H40 Juan Rozoff [La scène Zebrock]

21H00 Elie Maalouf (piano) “Through Life” [Scène Jazz’Hum’Ah]

21H15 Danse Hip Hop Bonneuil [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

21H30 Magenstria [Scène des Pays du Nord]

21H40 Simple Minds [Grande scène]

22H00 Zoufris Maracas [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

22H10 Dee Nasty [La scène Zebrock]

23H00 HK et les Saltimbanks [Scène des Pays du Nord]

23H00 DJ –Van [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

dimanche 12 septembre

12H15 Intermède Danse – JMM Cie [Forum social]

12H30 Les Carnavaleux et l’Orphéon Jazz Band [Scène des Pays du Nord]

14H00 Boogie Balagan [Scène Zebrock]

14H00 Burning Lady [Scène des Pays du Nord]

14H00 Jean Gilles (chanson) [Scène Vitry-Fréquence 94]

14H10 L’ensemble de cuivres de l’Orchestre philharmonique de Radio France [Grande scène]

14H30 La grosse Lulu [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

15H30 Flo Costes [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

15H40 Aschehoug [Scène Zebrock]

16H00 Zira “Les Zarbres” [Scène Jazz’Hum’Ah]

16H30 Jacques Dutronc [Grande scène]

16H30 Oumar Thiam [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

17H10 Volo [La scène Zebrock]

17H15 Zoufris Maracas [Scène Vitry-Fréquence 94 ]

18H00 Le coq et la pendule (hommage à Claude Nougaro) André Ceccarelli trio + David Linx chant [Scène Jazz’Hum’Ah]

Pour se rendre à la Fête

 

 

Pour rejoindre la Fête de l’Humanité, au PARC DEPARTEMENTAL DE LA COURNEUVE, préférez les transports en commun ! Cela vous évitera les bouchons dans les environs de La Courneuve. Vous pourrez ainsi profiter de la Fête en toute sérénité. Si, toutefois, vous deviez venir en voiture, réservez dès maintenant votre place de parking !
 

POUR ALLER AU PARC DEPARTEMENTAL DE LA COURNEUVE EN TRANSPORT EN COMMUN

RER B : station Le-Bourget puis navette RATP.

Métro : ligne 7, station La-Courneuve-8-Mai-1945, puis navette RATP.

Tramway : Ligne T1, station La-Courneuve-8-Mai-1945, puis navette RATP.

 

Privilégiez les transports en commun !

Horaire des navettes/bus entre le RER ou le métro et la Fête 

Vendredi : 14h00 > 00h30 

Samedi : 8h00 > 00h30

Dimanche: 8h00 > 21h


POUR ALLER AU PARC DEPARTEMENTAL DE LA COURNEUVE  EN VOITURE / EN COVOITURAGE

Nationale 2, depuis la porte de La Villette en suivant le fléchage ou autoroute A86, sortie La Courneuve centre puis suivre le fléchage.

Privilégiez le covoiturage avec nos partenaires :

123envoiture.com

Covoiturage.fr   

Conducteurs: proposez vos places disponibles sur notre page covoiturage

Passagers: trouvez votre trajet sur notre page covoiturage

 

PARKING

Attention : cette année les parkings publics se situeront sur la zone du Parc des Expositions de Villepinte afin de supprimer les bouchons interminables aux abords de la Fête. Ils sont surveillés et ouverts de 8h à 3h. Des navettes assureront, en moins de 12 minutes, la relation aller-retour avec la Fête, de 8 heures le matin à 3 heures du matin le lendemain.

Le forfait 3 jours est en prévente à 20€

Réservez votre place de parking ! 

 

PARKING DEUX ROUES

Un parking gratuit destiné aux vélos et aux motos, ainsi qu’une consigne de casques gratuite, seront à disposition des participants pendant les trois jours de la Fête de l’Humanité. L’association FFMC (fédération française des motards en colère), la Mutuelle des motards et Moto-magazine assureront la tenue du parking deux roues et des consignes de casques.

Horaires :

Le vendredi de 11h à 00h30

Le samedi de 8h à 00h30

Le dimanche de 8h à 23h

L’accès au parking est balisé à l’approche de la fête.

 

LA FETE DE L’HUMANITE EN DIRECT

Info trafic et disponibilités parkings en temps réel, ambiance de la Fête, programmation et débats, France bleu 107.1 s’installe à la Fête de l’Humanité. Pour tout savoir en temps réel, écoutez le direct !

De nombreuses émissions de toutes les antennes de Radio France seront en direct de la Fête pour profiter pleinement de cette ambiance unique !

 

INCONTOURNABLE /

La liste des stands du Village du Monde à la Fête de l’Humanité

 

 

Afaspa

Afghanistan, Ayenda

Alba,

Algérie, le Lien des ouvriers et paysans (PADS)

Algérie, Alger Républicain
 
Algérie , Parti pour la Laïcité et la Démocratie

Algérie, RCD
 
Allemagne, Die Linke

Allemagne, Neue Deutschland

Amicale des Gosériens et amis de France ( AGAF)

Asedos

Ass. Karera
 
Ass. Latino America Unida
 
Ass. Des Travailleurs Maghrébins de France

Ass. Peuples Solidaires

Belgique, PC Wallonie-Bruxelles

Belgique, Parti du Travail

Bolivie, Etat Plurinational de Bolivie

Brésil, Bumba
 
Cameroun, Kinith Longe Mallo

Chine, PCC, Le Quotidien du Peuple

Collectif unitaire national de soutien à Mumia Abu-Jamal

Colombie, PC – Voz
 
Colombie, Radio Cafe Stereo

Comité Solidarité avec les indiens des Amériques (Nitassinan)
 
Comité Village de l’amitié Vancanh

Côte d’Ivoire, Parti pour le Progrès et le Socialisme

Côte d’Ivoire, c.o.p.a.c.i

Cuba, PC, Granma
 
Cultures-mondes

Ensemble contre la peine de mort

Espace débats

Espagne, PCE,  Mundo-Obrero

Fédération française de l’association des Tamouls

Forum pour un autre monde

Grande-Bretagne, Morning Star

Guadeloupe, PC, l’Etincelle

Guinée Bissau, Ass. La Fabrik

Guinée, Ass . Mosaîk Guinée

Haïti, Papha-Kip

Haïti, Rasin Ginen

Indonésie, Solidarité Indonésie
 
Irak, PC, Tarik Al Shaab
    
Irak, UPK

Iran, Kar, Etehad-e-kar, Tarhi-No

Iran, Nameh Mardom,Tudeh Party

Iran, Contre-Courant
 
Iran, Comité Indépendant contre la répression des citoyens iraniens
 
Irlande, Parti Communiste, Unity

Irlande, Sinn-Fein, An Phoblacht Republican News

Italie, Partito della Rifonzione Comunista

Kurdistan, Centre culturel et d’information

Kurdistan, Firatta Yasam, KKP

Kurdistan, PS Riya Azadi

Liban, Parti Communiste

Madagascar

Maroc, Voie démocratique

Maroc, ass. Marocaine des droits humains

Maroc, Al Bayane, PPS

Maroc, Parti socialiste unifié

Martinique, PC, Justice

Mauritanie, FLAM

Médias africains

MRAP

Nicaragua, Adelante

No Pasaran

Nouvelle-Calédonie/Kanaky, Parti Travailliste, USTKE

Palestine, AJPF

Palestine

Palestine, AFPS

Palestine, Envie de Lire-Le Philistin

UJFP-Génération Palestine-CCIPPP
 
Parti de la Gauche Européenne

Pérou, PC, Ahora-Unidad

Pérou, Solidarité-Urgence

Pérou, Expresion Latina

Portugal, PC, Avante

La Réunion, PC, Témoignages

Rép. Arabe sahraouie, Front Polisario, Sahara libre
 
S.P.F. Comité du Livre/SGLCE

Solidarité Haïti

Sénégal, Daan Doole, Parti de l’Indépendance et  du Travail

Sénégal, Les Amis de Kidira

Sénégal, Jaapoo

Survie/CADTM

Syrie, Parti démocratique du peuple, Arraée

Syrie, PC, An nour

Togo, ensemble pour un Togo libre

Tunisie, Mouvement Ettajdid

Turquie, Halk Cephesi

Venezuela, Rép. Bolivarienne du Venezuela

Vietnam, Parti Communiste, Nhân Dân

Fête durable et solidaire

 

En entrant à la Fête de l’Humanité, vous changez d’air. L’ambition affichée et celle d’un développement humain durable et solidaire. A la Fête de l’Humanité, on se bat pour la préservation de la planète, des ressources naturelles et de la biodiversité. On milite également pour un nouveau système de production, de consommation et de distribution.

 

Nos 12 engagements pour le développement durable :


Comme chaque année, la Fête de l’Humanité se soucie de l’environnement et prend des mesures pour réduire son impact sur le lieu et la pollution engendrée par la Fête. Pour cela nous nous engageons sur les 10 points suivants :

> Navettes gratuites entre les stations de RER et Métro, parking public et la Fête ; nous incitons l’organisation du co-voiturage par l’intermédiaire du site internet 123envoiture.com

> Parking réservé aux deux roues pour inciter les participants à venir en vélo

> Plan de maîtrise d’énergies

> Les déchets de la Fête sont triés en usine

> Contrôle de la pollution sonore

> Sanitaires à faible consommation d’eau

> Accueil du public handicapé (parking gratuit, installation de rampes d’accès pour tous les espaces officiels, espace privilégié aux abords des scènes)

> Tri du verre (des containers sont placés à l’arrière des stands)

> Gobelets à consigne réutilisables pour limiter les déchets (les gobelets à consignes permettent de réduire de 80% les déchets plastiques de la Fête)

> Récupération des huiles de friture des stands pour les recycler. Nous vous sollicitons dans ce cadre pour que vous n’ayez pas recours à des groupes électrogènes, en effet ces appareils émettent de grandes quantités de CO2 en plus de la gène sonore qu’ils occasionnent.

> L’eau est au centre des préoccupations environnementales, nous souhaitons vous faire partager notre engagement quant à la réduction de sa consommation. Pour cela nous vous invitons à utiliser des lave-vaisselles, à équiper vos robinets d’économiseur d’eau et à chasser le gaspillage.

> Une Infirmerie. Plus de 100 bénévoles et personnels médicaux seront sur place pour tous les soins nécessaires : l’équivalent d’un service d’urgence d’une petite ville !

 

Nous vous encourageons à nous rejoindre dans cette lutte pour une planète durable.

Une Fête propre qui préserve l’environnement du Parc de La Courneuve est un gage pour la pérennité de la Fête.

 

Une Fête solidaire

La Fête de l’Humanité est une fête solidaire. Les associations y donc toute leur place. 2010 étant l’année européenne de lutte contre la misère et l’exclusion, la Fondation Abbé-Pierre ainsi que le Secours populaire y auront toute leur place.

Parmi les nombreuses autres associations présentes dans les allées de la Fête, AIDES prend, lors de cette dix-huitième participation, une place plus grande. Outre son stand qui sera marqué par deux thématiques principales : « AIDES à l’international » et « Comment, issu de l’immigration et séropositif au VIH ou au VHC, vivre en France », l’association de prévention du sida ouvre au cœur du camping un « chill-out room » où l’échange et le dialogue ne connaîtront pas les limites du temps.

Dans cette diversité des associations, on pourra faire tomber les murs au Forum pour un autre monde, s’interroger sur la meilleure façon de mettre fin à la guerre en Afghanistan au stand du Mouvement de la paix, s’intéresser aux conditions de vie des « guerriers de la pluie», les indiens Mapuches, avec France Amérique latine…

Angela Davis -Racisme et Capitalisme- Vidéos

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Rabia: « Le Malin »-Une chanson, un texte engagé…SOYONS DES MILLIONS le 7 septembre

larabiafestivallabellerouge2010123479e4b789.jpgQuand le malin montre du doigt on ne voit pas son autre main tournée vers nos droits, notre retraite…LE 7 septembre, il n’y aura pas de délinquants, de sales parents, de gitans, de pauvres, il y aura tout un peuple debout et rassemblé dans la rue
http://www.la-rabia.fr/IMG/mp3/lemalin.mp3

Les travailleurs précaires des centres sociaux municipaux (CM 28-6-2010, intervention d’Olivier TOURNAY, PCF)

http://www.dailymotion.com/video/xe6p2q

Fête de l’Humanité 2010 -vidéo

8O ANS , c’est la fête ! http://www.dailymotion.com/video/xe3r27

Vous pouvez m’appeler Tony   http://www.dailymotion.com/video/xaqwl8

 

SAINT-QUENTIN Le communisme se veut capital (article Courrier Picard)

Les plus jeunes ne le savent peut-être pas, mais avant 1995 et le premier mandat de Pierre André, la Ville était entre les mains d’un communiste, Daniel Le Meur. À deux jours de la fête du parti, rencontre avec deux « héritiers ».

 

Jean-Luc Tournay et Corinne Bécourt, deux dirigeantsde la section locale. Résolument marxistes, ils dénoncent le capitalisme pour une société égalitaire.

Jean-Luc Tournay et Corinne Bécourt, deux dirigeantsde la section locale. Résolument marxistes, ils dénoncent le capitalisme pour une société égalitaire.

Qu’est-ce qu’être communiste en 2010 ?

Corinne Bécourt, 47 ans, l’une des dirigeantes de la section locale et membre du conseil national du PCF : Je suis marxiste et contre le capitalisme. Le communisme avant tout est une forme d’utopie. Il faut en avoir, des utopies. Les gens n’ont plus de perspectives, ni pour eux ni pour leurs enfants. Travailler, manger, dépenser, un cercle infernal dont il faut sortir.

Jean-Luc Tournay, 56 ans, secrétaire de la section locale : C’est un idéal. Souvenez-vous, le PC c’était la Résistance, les congés payés… Oui, le communisme, c’est aider les plus défavorisés, pas la politique politicienne.

Pourquoi avez-vous adhéré ?
C.B. : Deux militants ont frappé à ma porte pour vendre l’Huma. On a discuté. C’était en 1988. Je n’étais pas plus intéressée que ça à l’époque par la politique. Ils m’ont convaincue et j’ai commencé comme militante à coller des affiches, à tracter… La victoire aux municipales en 1989, la ferveur à Fervaques, c’était génial. Claude Tournay m’a proposé de rentrer au comité de section. Puis, j’ai intégré le bureau et le comité départemental.

J.-L. T. : J’ai débuté aux Jeunesses communistes à 14 ans. J’étais au lycée en mai 68, ça a bougé beaucoup à Saint-Quentin. Mon père était au conseil national du parti depuis 1953 et ma mère militait pour les plus défavorisés et dans des mouvements féministes. Ce qu’elle faisait m’a marqué. À 18 ans, je faisais les 3×8 à Nysan, une boîte textile qui a fermé en 1994 et mis 130 personnes dehors. J’y étais secrétaire CGT du comité d’entreprise. Cette année-là, mon frère Claude, secrétaire de la section du PCF, est décédé. Mes camarades m’ont demandé de prendre sa suite. J’étais plus porté vers le syndicalisme que vers la politique. J’ai beaucoup réfléchi. Je suis toujours secrétaire de la section.

Corinne Bécourt, vous êtes au conseil national du parti depuis 2008, pour quel retour ?

J’y interviens parmi 230 conseillers pour présenter mes idées. J’y rencontre d’autres camarades de France, nous échangeons. Au-delà de la politique, c’est un épanouissement personnel, je suis moins repliée sur moi.

Jean-Luc Tournay, que retirez-vous de votre mandat de conseiller régional ?

Je me suis battu pour le troisième aéroport en Picardie. Le dossier ressortira des cartons. À la Région, j’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes. Je regrette que les Régions ne se soient pas fédérées pour former un contrepoids au gouvernement. Sur un plan personnel, je n’ai plus d’indemnités d’élu (1 600 € par mois – NDLR), depuis le 21 mars. Et je n’ai droit à rien, ni RMI, ni chômage… C’est dur en ce moment.

Propos recueillis par CYRIL RAINEAU

 

 

Alain Bocquet, invité de la fête des Libertés dimanche

Mélange de politique, d'activités plus frivoles, sorte de Fête de l'Huma locale.

Mélange de politique, d’activités plus frivoles, sorte de Fête de l’Huma locale.

 

Treize mille tracts distribués sur le Saint-Quentinois, 700 affiches placardées ici et là, et le Net en appui de la communication : la section locale du PCF annonce la couleur, rouge forcément, de sa traditionnelle fête des Libertés née il y a trente-cinq ans. Ce sera dimanche toute la journée au stade Bienfait (quartier Neuville) avec une double vocation : parler politique, et plus prosaïquement s’amuser.

Commençons par la politique. Cette année, la « Fête de l’Huma » locale s’inscrit dans le cadre du 90e anniversaire du parti à la faucille et au marteau. Le thème des discussions : le dossier chaud et d’actualité des retraites.

À 15 heures, Alain Bocquet, députémaire de Saint-Amand-les-Eaux (Nord), animera le débat sur ce thème. Il sera accompagné de Delphine Watiez, journaliste indépendante, auteur du livre sur le député intitulé Un Marx et ça repart. Des communistes et syndicalistes locaux participeront aussi à ce débat.

Politique toujours avec la présence de différents invités dont l’écrivain Jacques Tourtaux (qui écrit sur le monde ouvrier), de stands de sections communistes locales, de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC).

La fête des Libertés, c’est aussi un bon moment de camaraderie. À 10 heures, tournoi de foot ; à 12 h 30, tartiflette géante ; à 16 heures, concerts et à 19 heures, bal populaire. Sans oublier la traditionnelle tombola avec ses lots qui est aussi un moyen de remplir les caisses du parti.

Fête des Libertés, dimanche toute la journée au stade Marcel-Bienfait.

 

 

Cantonales, cellule, adhérents…

 

Adhérents

Ils sont 300 à la section selon Corinne Bécourt. Mais seulement de 180 à 200 à jour de leur cotisation.

Organisation

En sus de la Jeunesse communiste, la section comprend différentes cellules correspondant chacune à un quartier. Celles de Saint-Jean (baptisée Edgar-André) et de Saint-Martin (Henri-Alé) vont être réactivées. Le concept : que chacune apporte ses idées avec ses différentes approches. Cette organisation répond aussi à la volonté « d’être proche de la population pour entendre ses attentes ».

Cantonales

Aucun nom pour les scrutins de mars (Saint-Quentin nord et centre), mais les communistes annoncent qu’ils présenteront leur candidat.

Conseil municipal

« Olivier (Tournay, conseiller d’opposition – NDLR) nous remonte les informations ; les différentes composantes de l’opposition parviennent à travailler en bonne intelligence », selon Corinne Bécourt.

Lignée

Olivier Tournay est le petit-fils d’Émile Tournay, adjoint au maire de 1977 à 1983 et figure communiste départementale des années 1960 et 70. Le père d’Olivier, Claude, était conseiller régional et adjoint au maire de 1989 à 1994 (année de son décès suite à une longue maladie). Le frère de Claude et donc l’oncle d’Olivier, Jean-Luc Tournay, est secrétaire de la section locale et était conseiller régional jusqu’en mars.

Scrutin

Pour rappel, Daniel Le Meur était premier magistrat de la ville de 1977 à 1983 puis de 1989 à 1995, ainsi que député de 1973 à 1995. Pourtant, le PCF fait pale figure dans les urnes à Saint-Quentin. Les causes selon la section : « L’abstention, le manque de moyens par rapport aux grosses machines » et « la mairie aux manettes forte en communication ». Avec ce commentaire : « Les gens vont à la plage, au village de Noël, ça masque le fait que Xavier Bertrand et Pierre André au Parlement votent les lois ; ça masque aussi le manque de places en crèche à Saint-Quentin, de logements, la situation catastrophique du chômage. »

Positionnement

« Il n’y a pas de tendance dans le parti, nous ne sommes pas des Gremetziens. Nous avons toujours pensé que le parti était utile pour les gens, son histoire le démontre. Il n’est nul besoin de le diluer dans un Front de gauche. Nous sommes pour le rassemblement sur des luttes, mais nous voulons sortir de la logique boutiquière politicienne. Nous, nous en revenons aux fondamentaux, un parti révolutionnaire basé sur la lutte des classes. Nous ne rejetons pas tout en bloc dans le parti, il y a une ligne stratégique que l’on suit. Laissons d’ailleurs le temps à Pierre Laurent d’arriver (secrétaire général du PCF depuis une semaine – NDLR). Et on verra. »

Daniel Le Meur

L’ancien député-maire, âgé de 71 ans, vit désormais dans une petite commune dans le Var. Son terrain a d’ailleurs été grandement touché suite aux inondations de ces derniers jours dans la région de Draguignan.

source : http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-locale/Saint-Quentin-Chauny/Le-communisme-se-veut-capital

1 Commentaire

PCF ST-Vidéo manifestation 1975 contre le plan d’autérité (archives)

http://www.dailymotion.com/video/xdrx8k

 

Le loup de la municipalité dans la bergerie Aisne Nouvelle ?

Nos lecteurs se souviennent sans doute de la bronca qu’avait provoquée la nomination d’Erick Leskiw, proche (très proche) de Xavier Bertrand, au poste de rédacteur en chef adjoint de L’Aisne Nouvelle, journal local au plus fort tirage dans la cité des Pastels.

Pour mémoire, certains journalistes s’étaient émus de cette nomination, arguant du fait qu’Erick Leskiw « pigeait » pour l’ancien ministre, et même pour le bulletin municipal. A l’époque, l’affaire avait été un véritable « buzz ».

« Le hic, c’est que le même Erick Leskiw travaille pour Xavier Bertrand en tant  que photographe, même s’il qualifie cette activité d’ « annexe à son métier de journaliste. C’est un peu comme faire des ménages. »
« Tout le monde ne l’entend pas de cette oreille dans le journal, où certains commencent à se lasser de ces pages à la gloire du leader de l’UMP mais aussi des nombreux articles consacrés à la franc-maçonnerie. Erick Leskiw est, en effet, lui aussi, franc-maçon comme Xavier Bertrand. Par ailleurs, la montée en puissance d’Erick Leskiw au sein du journal s’est faite en parallèle avec celle de Xavier Bertrand au niveau politique national :
« Il a toujours marqué Bertrand à la culotte et aujourd’hui il récolte un peu les fruits de cette réussite », relatait le site Marianne2 à l’époque des faits, en février 2009. (1)

 

Retrait «  déontologique »

 

Toujours en février 2009, l’accusé se défendait clairement sur le très réputé site d’information Rue 89 (2) : «A Saint-Quentin, on voit souvent Erick Leskiw le prendre en photo quand il inaugure une kermesse ou une fête foraine. Même quand une équipe de son journal est présente sur place. Pour l’intéressé, rien de critiquable en cela :

« Je fais ça pour Xavier, mais à titre personnel. Xavier Bertrand est un ami depuis vingt ans, je le connais bien. Comme tous les journalistes (sic), je fais des ménages. Par exemple, j’écris des livres pour des entreprises. Mais ce courrier est totalement diffamatoire : je n’ai jamais été payé par l’UMP ni par la mairie de Saint-Quentin, et je n’ai jamais fait de photos sur commande de Xavier. Il m’en a déjà racheté, c’est tout. Combien ? Je ne sais plus, il faudrait que je regarde. Mais maintenant que je suis rédacteur en chef adjoint, je vais devoir arrêter, faute de temps. Et aussi par déontologie. »

 

« Déontologie », le mot est lâché : le rédacteur en chef adjoint de L’Aisne Nouvelle ne le fera plus, promis, juré !

Las… M. Leskiw a, soit la mémoire courte, soit une définition très personnelle du mot « déontologie ». Car en lisant la Une du dernier bulletin d’information de la ville (QuentinNews, février 2010), on peut lire le nom d’Erick Leskiw dans la catégorie « crédit photos »… C’est vrai, reconnaissons-le : Erick Leskiw ne fait pas de « ménages », comme il dit, pour Xavier Bertrand lui-même, mais pour la majoritré municipale saint-quentinoise tout entière ! De ce point de vue, il a tenu parole, et ses conceptions de la déontologie doivent être proches de celles de l’équipe de Pierre André…

Impossible de savoir si le journaliste de l’Aisne Nouvelle a reçu une contrepartie financière pour cette prestation. Mais que M. Leskiw soit, ou pas, rémunéré n’est pas, en soi, le fond du problème. Même effectuée à titre gracieux, cette collaboration a de quoi (et même, aurait dû) susciter des réactions, ou du moins une certaine émotion exprimée, au sein du plus grand journal local comme à l’extérieur.

Le loup est définitivement dans la bergerie, celle où des journalistes résignés suivent, tels des moutons, une ligne éditoriale dictée par la connivence de la rédaction en chef avec les politiques. S’agissant, tout de même, d’un double ancien ministre, actuellement secrétaire général de l’UMP, et de la municipalité à laquelle il appartient, on est en droit de s’interroger sur l’aspect déontologique de cette association : la bergerie est petite, et le loup bien trop gros…

Références :

  1. : http://www.marianne2.fr/Comment-Xavier-Bertrand-a-fait-main-basse-sur-l-Aisne-Nouvelle_a174990.html
  2. http://www.rue89.com/2009/02/10/a-saint-quentin-la-presse-est-trop-bonne-pour-xavier-bertrand

quentin news

Extrait vidéo : »Le dictateur » Par Charlie Chaplin. Magnifique leçon d’humanité, appel à l’insurrection des consciences, et à la lutte pour le bonheur de tous.

http://www.dailymotion.com/video/x3rnaw

F. LEPAGE – L’art de manier la langue de bois

http://www.dailymotion.com/video/xcyblz

Défilé du 1er mai 2010 à Saint-Quentin

1ermai20106redimensionner.jpg1ermai20103redimensionner.jpg1ermai20104redimensionner.jpg1ermai20107redimensionner.jpg1ermai20109redimensionner.jpg1ermai201011redimensionner.jpg1ermai201012redimensionner.jpg1ermai20108redimensionner.jpg

M. Wamen (CGT Goodyear) parle de la force des luttes collectives. Pour lui, la vraie victoire, c’est la défense de l’emploi et pas une prime de départ si belle soit-elle…

http://www.dailymotion.com/video/xcz6u9

Les paroles c’est bien, les actes c’est mieux!

Qui est Emille TORNER!

 Image de prévisualisation YouTube Emile Torner, déporté politique

D’origine juive, élevé par des parents progressistes qui soutenaient les Républicains espagnols pendant la guerre civile, c’est peu dire qu’Emile Torner était prédisposé au refus des lois nazies.

Entré dans la Résistance à l’âge de 17 ans, c’est l’arme à la main qu’il a été arrêté le 19 juillet 1944, dans la Creuse.

Deux mois plus tard, il était déporté au camp de Buchenwald, avant de rejoindre celui de Langenstein au mois de novembre 1944. « Nous vivions dans la crasse la plus complète, exposés au froid et aux infections.

Dans le camp de Langenstein, il y avait une fabrique d’armes où les détenus devaient travailler. Moi, j’avais 18 ans, donc je n’étais pas un ouvrier qualifié, et je ne pouvais pas effectuer de travaux spécialisés. Alors, je faisais du terrassement, ou bien je portais des sacs de ciment de 50 kg, moi qui en pesais moins. »

A l’annonce de leur débâcle face aux Américains et aux Soviétiques, les nazis organisaient ce que l’on appelle les marches de la mort : ils déplaçaient les prisonniers d’un camp bientôt libéré vers un camp plus lointain, où ils auraient le temps de les utiliser puis de les exterminer.

Seuls les malades étaient abandonnés sur place. Ce fut le cas d’Emile, dont le camp a été évacué le 9 avril 1945.Les Américains eux, ne sont arrivés que le 13. Pendant quatre jours, les anciens détenus ont été complètement livrés à eux-mêmes. « Je ne pouvais plus me mettre debout, mais je savais qu’il me fallait tenir, se souvient le vieux monsieur. Je suis donc parti à quatre pattes manger de l’herbe dans les champs voisins, pour survivre.

Quand le camp a été libéré, on m’a trouvé pesant 28 kg ; j’avais une gale surinfectée. Les Américains m’ont gardé jusqu’au 6 mai pour me donner les forces de rentrer en France. Beaucoup de prisonniers sont morts d’avoir trop mangé, ou bu de l’alcool après leur sortie des camps. Nos appareils digestifs étaient complètement détraqués. »

A son retour chez lui, Emile est méconnaissable. Comme les autres déportés, il a du mal à être cru par les Français quand il raconte les souffrances qu’il a endurées. C’est pour que cette période noire ne soit ni oubliée, ni banalisée qu’il continue de se battre aujourd’hui, et d’accompagner les groupes de jeunes pour leur faire part de ce qu’il a vécu.

Frédéric Bernabé (Haute-Saône): faire vivre le PCF par la démocratie et l’action

Frédéric Bernabé, secrétaire de la fédération de Haute-Saône du PCF fait le point après une réunion de travail de responsables d’organisations locales du PCF, le 10 avril 2010 à Paris 15ème.

 

http://www.dailymotion.com/video/xcxwps

 

Il revient sur la démarche de 5 fédérations, dont la sienne, pour que le congrès extraordinaire soit reporté et se tienne dans des conditions respectant les communistes.

La question de la démocratie dans le Parti est essentielle. Depuis des années, le processus de dissolution est mené à marche forcée, contre les communistes.

Au centre, il y a aussi l’action communiste, celle des organisations du Parti.

La question n’est pas d’apparaître comme des « opposants », mais de faire vivre le PCF pour être efficaces, pour ouvrir la perspective politique.

Le véritable rassemblement que doivent rechercher les communistes, ce n’est pas l’unité politicienne avec tel ou tel groupuscule, mais le rassemblement du peuple de France.  

 

Conseil Municipal Saint Quentin-Moins de classes : la majorité interpellée (article Courrier Picard)

Une classe est notamment menacée pour la  rentrée prochaine à l'école François-Collery. (photo d'archive) Une classe est notamment menacée pour la rentrée prochaine à l’école François-Collery. (photo d’archive)

Olivier Tournay (PCF) a profité du conseil municipal de lundi pour demander que soient réexaminées les huit fermetures de classes prévues à la rentrée. Des sauvetages sont attendus le 20 avril.

Les huit fermetures de classes prévues pour septembre prochain dans les écoles de la ville ne sont pas encore définitives. Mais elles font déjà beaucoup débattre les édiles.

« À Saint-Quentin, on ferme des classes et l’on investit dans la vidéo surveillance, a lancé Olivier Tournay, élu PCF, qui n’y est pas allé de main morte lundi soir à l’occasion de la réunion du conseil municipal. Nous demandons (…) de réexaminer l’ensemble des mesures de carte scolaire (…), de ne pas fermer la classe lorsqu’elle est nécessaire pour l’accueil des 2 ans et de garder tous les moyens en poste. » Le danger selon l’élu d’opposition, enseignant de profession ? Une baisse du niveau scolaire. « Nous savons très bien que les fermetures vont de pair avec la baisse de l’accueil des toutes petites sections. Or, la scolarisation des élèves de deux ans favorise leur réussite, notamment pour les populations les plus en difficulté. »

« Les prendre au cas par cas »

Pour Olivier Tournay, les fermetures tendent à augmenter les disparités entre quartiers. « Comment garantir les mêmes chances de réussite pour tous lorsque l’on ferme par exemple deux classes dans l’école Schuman, alors que le taux de chômage dans le quartier Europe atteint 23,6 % de la population active ? »

« Il est sûr qu‘il y a des baisses d’effectifs, a répondu Françoise Jacob, adjointe à l’enseignement. Nous nous sommes toujours battus pour qu’il n’y ait pas de fermetures. Au départ, il y en avait vingt de programmées, cela aurait été catastrophique. » Pour la première adjointe Monique Ryo, présidant la séance, les écoles « doivent être prises au cas par cas. C’est la raison pour laquelle nous avons toujours pris leur défense et celle de leurs classes. Et à notre initiative, il y a eu des dispositifs non obligatoires, comme les clubs de lecture ou d’écriture. » De son côté, le chef de l’opposition Jean-Pierre Lançon (PS) imagine déjà un scénario écrit d’avance et mettant en scène Xavier Bertrand. Le socialiste a même évoqué « le fait du prince ». «  » Il  » n’est pas présent ce soir, mais chaque année  » il  » nous sauve quelques classes. Au début, on nous annonce 20 fermetures, puis seulement huit ensuite ! » Ce que les écoles concernées par les fermetures, seraient heureuses de vérifier lors du prochain Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN), fixé au mardi 20 avril.

BENJAMIN MÉRIEAU

1234

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...