Europe

Près de deux-tiers des citoyens européens déclarent ne pas être intéressés par les élections européennes du 25 mai

Près de deux-tiers des citoyens européens déclarent ne pas être intéressés par les élections européennes du 25 mai

Voilà un sondage qui ne fera pas la une de nos médias qui tentent désespérément de susciter un intérêt pour le prochain scrutin européen du 25 mai : une large majorité des citoyens européens ne trouvent guère d’intérêt dans ces élections, simulacre de démocratie.

Les panneaux publicitaires fleurissent dans la rue, les transports, nos écrans pour tenter de nous impliquer : « Il va décider qui gouvernera l’Europe, et vous ? ». Qui y croit aujourd’hui, près de dix ans après le désaveu imposé aux « Non » hollandais, français et irlandais ?

Les peuples européens ne sont pas dupes : 62 % pas intéressés par le scrutin

Dans une Union européenne de plus en plus anti-démocratique, où le pouvoir est concentré entre les mains de la BCE et de la Commission – avec leur instrument privilégié l’Euro – au service des banques et des industriels, le Parlement européen sert d’alibi démocratique.

Mais qui peut croire que l’élection des députés européens peut permettre aux peuples européens de décider qui gouvernera de l’Europe ?

Les peuples ne sont pas dupes. Le sondage IPSOS, conduit entre le 1 er et le 25 avril, dans 12 pays de l’Union européenne révèle cette indifférence, qui est aussi une défiance envers cette Europe-là.

Selon ces chiffres, 62 % des citoyens de ces pays participant à l’enquête ne sont pas intéressés par ces élections – dans des pays tels que la Belgique, la Croatie, la France, la Grande-Bretagne, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, les Pays-bas, la Pologne, l’Espagne et la Suède.

Dans aucun pays, une majorité de citoyens n’est sûre de se déplacer

Dans aucun pays les élections européennes ne suscitent un intérêt dans la majorité de la population.

Ce scrutin éveille un intérêt chez 48 % des Polonais, 47 % des Français et 46 % des Italiens, descendant ensuite sous la barre des 40 % : en Hongrie (40 %), Grande-Bretagne (39 %), Irlande (38 %), Belgique et Allemagne (37 %), Espagne et Croatie (33%), Suède (32%), Pays-bas (20 %).

Cet intérêt faible se manifeste dans le fait que seules 35 % des personnes interrogées sont certaines d’aller voter le 25 mai prochain, tandis que si 30 % pensent pouvoir aller voter, 35 % affirment qu’ils ne se déplaceront pas dans deux semaines.

Hormis en Belgique – où le vote est obligatoire – dans aucun pays une majorité de citoyens n’est certaine de se déplacer pour cette échéance électorale. Les scores les plus élevés d’intention de vote se trouvent en France (44%), Pays-Bas (41%), Italie (39 %), les plus faibles en Espagne (30%), Irlande (30%), Grande-Bretagne (27%) et la Pologne (20%).

Marine Le Pen, la plus populaire des candidats à la Commission européenne … très loin devant Alexis Tsipras

Si c’est une anecdote, elle est révélatrice d’un certain état d’esprit dans l’Europe de 2014. Les enquêteurs ont demandé aux citoyens de ces 12 pays si ils connaissaient les différents candidats à la Commission européenne.

Parmi les candidats les plus célèbres au sein de l’UE : Marine Le Pen, candidate de l’extrême-droite européenne, arrive en tête. 53 % des citoyens des 12 pays européens la connaissent.

Elle arrive très loin devant le candidat socialiste européen, l’allemand Martin Schulz (40 %) et le candidat de la droite européenne, le luxembourgeois Jean-Claude Juncker (39%), au coude-à-coude avec José Bové, le candidat des verts européens (39%).

Enfin, le moins connu des candidats se trouve être le grec Alexis Tsipras (31%) présenté par le Parti de la gauche européenne (PGE).

Ce sondage n’apprend dans le fond rien de neuf à ceux qui ne suivent pas l’ « europtimisme » béat de nos commentateurs médiatiques, du consensus politique dominant, jusqu’à certains dirigeants de partis de gauche dite radicale membres du PGE.

Même si pour la frange la plus consciente des travailleurs, il s’agira de trouver si possible le vote de dénonciation, sur des positions de gauche, de l’UE du capital, les peuples n’ont rien à attendre du scrutin du 25 mai, et ce sondage montre qu’ils n’en attendent rien.

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

Mots-clefs :

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...