Solidarité internationale

Quand Hollande faisait allégeance à l’ambassadeur américain, en 2006 : « Nous serons plus pro-européens et pro-américains que Chirac »

Quand Hollande faisait allégeance à l’ambassadeur américain, en 2006 : « Nous serons plus pro-européens et pro-américains que Chirac »

La visite de François Hollande aux Etats-unis en février marquait, au-delà des échanges d’amabilités, l’affirmation d’une convergence totale de vues sur une politique étrangère impérialiste. Rien de surprenant si on lit des documents secrets publiés par Wikileaks.

 

Rien de top secret dans les deux dépêches publiées par l’ambassade américaine et révélées par Wikileaks, deux rapports à un an d’intervalle – juillet 2005, juin 2006 – dans la foulée du « Non » à la Constitution européenne de 2005, dans la préparation des présidentielles de 2007.

 

L’ambassadeur américain décrit la prestation de François Hollande, le 30 juin 2005, comme impressionnante, son analyse « raisonnée et éclairante ».

 

Qu’a dit François Hollande lors de ces rencontres ? Il évoque ses manœuvres de politicien roué au sein du PS, ses prédictions plutôt justes sur l’issue des primaires puis des présidentielles, le besoin de « changement » et de difficiles « réformes » du pays (déjà!), enfin, surtout, son adhésion pleine et entière à l’intégration européenne, ainsi que sa foi dans l’avenir de la relation atlantique.

 

Sa conception de la politique n’est guidée que par un objectif, le pouvoir, un moyen les manœuvres politiciennes. L’ambassadeur américain raconte comment Hollande tout à coup devient « enjoué » lorsqu’il évoque sa tactique électorale.

 

« Les réformes en France sont difficiles à mettre en oeuvre »

 

Pourtant, Sarkozy estime la bataille serrée pour 2007 et surtout la possibilité de mettre en œuvre les réformes nécessaires : « le vainqueur de 2007 n’aura pas un mandat pour réformer la France », a confié Hollande à l’ambassadeur … ce qui explique que l’homme de pouvoir Hollande ne semble pas affecté plus que cela par sa prédiction que Royal serait la candidate aux présidentielles.

 

Réformes ? Le mot revient dans les deux rencontres affublé des termes « difficiles », « nécessaires ». Selon Hollande, au vu de la division de la France en 2007 sur la question (dans la France post-Non de 2005), c’est trop tôt.

 

Ainsi, en 2005, Hollande dénonce le fait que « les réformes en France sont difficiles à mettre en œuvre, car elles sont imposées par le parti majoritaire et ne sont pas l’objet d’un compromis entre les partenaires – un système qu’il a caractérisé comme inefficace ».

 

Vive le dialogue social, l’union sacrée, on connaît …

 

En 2006, Hollande, à l’approche des présidentielles, se disait inquiet que les « réformes ne soient introduites que très lentement, si ce n’est pas du tout » dans le mandat 2007-2012.

 

Sur le contenu de ces réformes, Hollande reste évasif pour la plus grande frustration de l’ambassadeur américain qui confie qu’il n’est pas sûr qu’Hollande « soit l’homme du changement » qu’il prétend être, notant qu’Hollande fait systématiquement référence au gouvernement Jospin.

 

A noter qu’en 2006, Hollande est présent à l’Ambassade avec un autre habitué visiblement, un certain Pierre Moscovici.

 

« Chirac parle de modèle social français, moi je parle de modèle social européen : ce modèle social français, personne n’en veut »

 

Un sujet sur lequel Hollande n’est pas évasif, c’est l’intégration européenne, vue par Hollande comme la seule voie pour l’avenir de la France.

 

Ainsi, sur le « Non » à la Constitution européenne, Hollande évoque un « déficit dans l’explication du traité » (vieille rengaine), le repli nationaliste, la peur de la mondialisation, et donc la nécessité de « relancer la construction européenne ».

 

Pour lui, il ne faut pas proposer un nouveau référendum sur la Constitution, on ne peut pas non plus la faire passer au Parlement (or, c’est ce qu’a fait Sarkozy avec le soutien des députés socialistes  !).

 

Moscovici garantit à l’ambassadeur qu’un gouvernement socialiste serait « plus pro-européen que ceux de Chirac ou Villepin ».

 

Hollande rajoute que lui, contrairement à Chirac ne parle pas de « modèle social français » mais de « modèle social européen ». En effet, selon le dirigeant socialiste d’alors, « ce modèle social français, personne n’en veut ailleurs » (sic).

 

« Avec les Etats-unis, les divergences doivent devenir l’exception » (Moscovici)

 

Et quelle politique étrangère pour la France ?

 

D’abord, Hollande ancre sa future politique dans l’Europe bien sûr, mais surtout en Afrique  : « la France a une responsabilité unique sur ce continent ». On l’a vu depuis, même si l’ambassadeur américain souligne que Hollande voit dans l’UE la « panacée » à tous les problèmes.

 

Sur l’Asie, Hollande souligne le malaise au sein du peuple français : « on peut pas dire aux travailleurs de plus travailler » (ce qu’il fait maintenant!), donc il faut des protections … mais surtout pas du protectionnisme, « juste que tout le monde joue les mêmes règles », donc le protectionnisme hypocrites à coups de normes sociales, environnementales, classique.

 

Enfin, sur la relation franco-américaine, le couple Hollande-Moscovici a de quoi séduire l’ambassadeur qui note que « on entend avec lui un ton singulièrement différent », évoquant l’intervention américaine en Irak.

 

Hollande critique alors Chirac, en 2006, sur son bras de fer avec les Etats-unis, comme un an auparavant, en 2005 il avait qualifié sa future politique étrangère de « ni Blair, ni Chirac », pas de soutien acritique, mais surtout pas d’obstruction gratuite à la politique américaine.

 

En 2006, on est plus proche de Blair que de Chirac en effet, Hollande affirmant la nécessité d’une «  politique étrangère ancrée plus fermement dans des valeurs universelles, tel le soutien à la démocratie, que dans une approche personnaliste comme celle de Chirac ».

 

Cela veut dire soutien aux interventions impérialistes américaines futures, avec sa propre politique.

 

Moscovici conclut par la nécessité de ne jamais aller au conflit avec les Etats-unis : « quand il y a des divergences, il faut ouvrir un dialogue, les différences doivent être l’exception, non la règle ».

 

Le commentaire fait par l’Ambassade révèle qu’ils ont été alors séduits par la prestation de François Hollande, bien que dubitatif sur sa capacité à incarner le changement en 2007. Sept ans après, le programme tracé par Hollande, évoqué plutôt à l’ambassade américaine que devant le peuple, est appliqué avec zèle.

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Mots-clefs :

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...