Solidarité internationale

« L’Ukraine est un terrain de jeu pour l’Union européenne et les USA face à la Russie »

« L’Ukraine est un terrain de jeu pour l’Union européenne et les USA face à la Russie »

Entretien avec le député communiste Alexander Golub

 

Traduction VL pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ (depuis le site du Parti communiste d’Ukraine)

 

L’Ukraine est un enjeu dans le Grand jeu géopolitique. Les diplomates européens et américains, accompagnés par le choeur discordant de l’opposition, ne s’embarrassent pas du protocole et s’ingèrent activement dans les affaires politiques internes du pays, imposant des réformes, décidant même du sort de notre pays. L’Occident perçoit l’Ukraine comme un terrain de jeu. Quels sont les vrais objectifs des pressions extérieures sur l’Ukraine, voilà ce que le site d’information Golos.ua a demandé au député du Parti communiste Alexander Golub.

Question : Alexander, il semble que les événements dans le centre-ville de Kiev soient juste le cadre d’un affrontement géopolitique pour la conquête de l’Ukraine …

Réponse : Au vu des déclarations d’un certain nombre de politiciens occidentaux et à la suite de la révélation de la conversation téléphonique entre Victoria Nuland (secrétaire d’Etat américaine) et Jeffrey Payetta (ambassadeur américain à Kiev), cela devient évident : tous les événements à Kiev sont étroitement liés aux manœuvres d’acteurs venant d’outre-Atlantique et d’Europe de l’ouest. Sans un soutien moral, financier et l’aide apportée par certains spécialistes dans l’organisation de manifestations pour résister à la répression policière et aux pressions gouvernementales, « Maidan » aurait été impossible. Les politiciens occidentaux ne semblent pas considérer l’Ukraine comme un Etat indépendant. Ce qu’on voit aujourd’hui c’est que les pressions sur le gouvernement, la décision de renforcer les manifestations ou d’arrêter les combats : tout cela est décidé à l’étranger. L’Occcident veut utiliser l’Ukraine comme un terrain de jeu pour sa politique anti-russe, que ce soit en faisant pression sur la Fédération russe ou par son endiguement – militaire, politique et économique. L’Occcident tire aussi profit de la limitation du potentiel économique des anciennes Républiques soviétiques afin de ne pas avoir trop de compétiteurs en face, et afin qu’elles ne puissent pas, par leurs actions communes, protéger leurs marchés des biens étrangers.

Q : Dans le même temps, l’Union européenne et les Etats-unis sont rivaux dans la lutte pour l’Ukraine ?

 

Les positions américaines et européennes convergent sur une base anti-russe. Dans le même temps, les Etats-unis jouent un double jeu, défendant avant tout leurs intérêts. Pour parler de Mme Nuland, le scandale de Wikileaks nous montre bien comment les Américains traitent leurs alliés européens. Ils se considèrent eux-mêmes comme supérieurs et voient l’Union européenne comme un instrument pour réaliser leurs propres objectifs stratégiques. Pour la plupart des politiciens américains, l’Ukraine se situe sur le même plan que la Côte d’ivoire ou le Congo. L’Europe, comme rival des Etats-unis comprend bien que la situation en Ukraine est ambiguë. L’Union européenne, qui se trouve dans une crise économique et politique très sérieuse, ne peut pas ne pas prendre en compte la position de la Fédération russe. D’où la différence de ton dans les déclarations. Tout cela ne change pas bien entendu la nature des relations avec l’Ukraine. Notre pays, c’est notre avis, sera la victime de cette lutte, peu importe comment le rapport de forces se soldera. La lutte ne porte plus maintenant que pour savoir qui va se tailler la part du lion.

Q: Toutefois, dans la lutte géopolitique, il ne faut pas oublier la Russie …

Dans un contexte d’ingérence manifeste dans les affaires intérieures ukrainiennes, la Russie a affiché un certain détachement. La seule chose qu’elle utilisera le moment venu, ce sont les leviers économiques qu’elle use occasionnellement, faisant pression sur le sens des événements. Toutefois, la Russie demande à l’Ukraine de faire un choix en pleine conscience des enjeux. Moscou veut faire de l’Ukraine un Etat amical, stable : pour elle, pas question de semer le chaos économique chez nous et de nous enfermer dans la spirale de la dette. La Russie ne veut pas que l’Ukraine finisse par devenir un protectorat occidental, perde tout son potentiel industriel et que soit installée quelque part près de Kharkov une base de l’OTAN. Donc, la Russie défendra dans tous les cas ses intérêts, tout en envoyant des messages appelant au développement de relations entre nos deux peuples.

Q : Parmi les grandes déclarations sur les valeurs démocratiques, les Etats-unis et l’Union européenne ont parié sur certains acteurs politiques de l’opposition en vue des élections de 2015

Les marionnettistes occidentaux sont le moins du monde intéressés par le sort du peuple ukrainien et de notre économie. Il s’agit d’un conflit sur fond d’intérêts économiques. Ils ont besoin d’un homme qu’ils peuvent contrôler, ils pensent à Iasteniouk, proche des milieux financiers et bancaires, qui obéirait au doigt et à l’oeil à Washington. Klitschko est un politicien de bas niveau, un leader de faible envergure et les pays occidentaux ne peuvent s’assurer qu’il sera à la hauteur de la tâche qui lui sera confiée. Néanmoins, ils sont prêts à miser sur quiconque leur permettra de récolter un retour sur investissement.

Q : Y-a-t-il des moyens d’empêcher les ingérences et la manipulation de politiciens ukrainiens par l’Occident ?

Après la publication de ces conversations, cela devient évident qu’ils sont tous des marionnettes dont les ficelles sont tirés par d’autres. Donc le pouvoir comme l’opposition devraient afficher une volonté politique tout aussi forte. Or, cela ne se passera sans doute pas comme ça car les experts américains travaillent à la fois dans le camp de Ianoukovitch, dans celui de Klitchko et dans celui de Iasteniouk. Cette volonté se trouve canalisée par les intérêts financiers et immobiliers qui existent à l’ouest, et qui renvoient aux Etats-unis directement. Le peuple doit ici avoir son mot à dire et balayer tous ces leaders qui ne représentent pas la majorité des Ukrainiens. Toutefois, un certain sens de l’auto-préservation pousse les autorités à continuer à vouloir appliquer la Constitution, respecter nos lois et notre souveraineté. Ainsi l’intervention des diplomates, si elle ne sera pas stoppée, pourra être rendue bien plus difficile.

Q : Quelles seront les conséquences de ces influences étrangères sur le sort de l’Ukraine ?

Si la crise politique et économique n’est pas stoppée, alors il est assez illusoire d’espérer que l’Ukraine reste le pays qu’elle est aujourd’hui. Il est plus probable qu’elle sera séparée en plusieurs morceaux – devenus des protectorats d’autres pays. Ce seront des Etats sous la dépendance d’autres. Il ne sera guère possible de parler de l’Ukraine comme d’un Etat indépendant.

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...