Faire Vivre et Renforcer le PCF

Contrer le FN et le rôle que lui attribue l’idéologie dominante

Contrer le FN et le rôle que lui attribue l’idéologie dominante

Communistes de plusieurs fédérations, à la suite de notre texte alternatif de congrès, nous poursuivons une réflexion sur le phénomène FN et ses nouveaux aspects.

Contrer le FN et le rôle que lui attribue l’idéologie dominante dans Faire Vivre et Renforcer le PCF 130910_LePen_Lepeuple-dabord-300x223Le slogan « Le peuple d’abord » se joue de l’abandon de toute référence de classe dans « L’humain d’abord ».

L’idéologie dominante tente, avec un succès certain et inquiétant, de faire du FN le réceptacle de toutes les colères sociales. Avec Marine Le Pen et son équipe renouvelée, la démagogie atteint un niveau inédit. Elles n’hésitent pas à reprendre, en les déformant et en cultivant l’ambiguïté, des positions historiques de notre parti : par exemple pour les nationalisations ou pour le « produire français ». Dans la suite des dérives de Sarkozy et d’autres leurs discours récurrents sécuritaires et racistes sont banalisés.

Dans le même temps, le FN reste le repoussoir qui permet au pouvoir de justifier toute sa politique, en jouant sur les réflexes, même usés, du « rassemblement républicain ». Dans son discours lénifiant du 14 juillet, Hollande a lourdement insisté sur le danger de l’extrême-droite pour légitimer son alignement sur l’Union européenne et les sacrifices imposés au peuple avec l’euro.

Identifier le danger, le repousser constituent un vrai problème pour nous communistes. Contrairement, à une période antérieure, la revendication du vote FN parmi nos collègues et nos voisins s’est aussi banalisée et ne tient plus seulement de la provocation. Mais cela va aussi de pair avec un développement du racisme et, même à un niveau faible, de groupuscules fascistes. Avec des différences locales, des similitudes avec les situations d’autres pays européens.

Nous le savons, le principal rempart à l’extrême-droite, c’est l’expression et l’organisation de classe révolutionnaires, communistes. Aujourd’hui avec les positions affadies, la conversion au réformisme et à l’Union européenne de la direction du PCF, elles sont gravement défaillantes.

Inspiré par feu son maître Mitterrand, Mélenchon, avec son populisme – comme il en a fait lamentablement la démonstration à Hénin-Beaumont – joue la surenchère avec Le Pen. Elle y gagne bien plus, parce qu’elle peut aller plus loin dans les mots, notamment contre l’Europe, que le sénateur PS honoraire. Se démarquer totalement des propos injurieux, des attaques personnelles de Mélenchon est une nécessité.

Agir spécifiquement contre le Front national a ses limites. Nous avons fait l’expérience dans les années 80 et 90. Le « diaboliser » comme en 2002 peut finir par se tourner à son avantage.

Notre action prioritaire doit se situer sur le terrain que la démagogie FN ne peut en aucun cas occuper : le terrain de classe, celui des luttes, dans nos entreprises et quartiers, dans nos syndicats, nos associations de locataires etc. Communistes, avec ou sans la direction du PCF, mettons en avant les positions de rupture qui donnent à ces luttes leur perspective !

Là, Mme Le Pen, son père et leurs acolytes sont démasqués. Leur rhétorique populiste n’arrivera jamais à cacher leur haine des luttes sociales, leur parti pris pour les possédants dont ils font partie.

Mme Le Pen n’a pu se retenir de saluer l’œuvre de Mme Thatcher dans un communiqué suivant sa mort. Quelle perspective politique offre la famille Le Pen ? Un progrès électoral pour… mieux marchander des alliances avec l’UMP. Voilà qui devrait déciller certains.

Opposants à l’UE, ces nostalgiques de l’Europe fasciste ? Leur conversion dans les mots est tout à fait opportuniste.

Qui écrivait en 1987: « Il ne suffit pas de faire l’Europe de du commerce et de l’économie : il faut aussi et surtout faire faire l’Europe de la défense et de la monnaie. (…) C’est un grand espoir pour l’Europe que les nationalistes des pays d’Europe aient transcendé leur patriotisme et leur nationalisme dans un nationalisme d’un degré supérieur » ?

Ce n’est pas Jacques Delors, c’est Jean-Marie Le Pen dans le mensuel « Europe et patries » de novembre 1987…

Contre l’extrême-droite : soyons des communistes conséquents !

Mots-clefs :

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...