Archive | mai 2013

Le mardifeste du Parti Communiste 7

Tous les mardis, un épisode du Manifeste

Épisode précédent

  1. Le socialisme allemand ou socialisme « vrai »

La littérature socialiste et communiste de la France, née sous la pression d’une bourgeoisie dominante, expression littéraire de la révolte contre cette domination, fut introduite en Allemagne au moment où la bourgeoisie commençait sa lutte contre l’absolutisme féodal.

Philosophes, demi-philosophes et beaux esprits allemands se jetèrent avidement sur cette littérature, mais ils oublièrent seulement qu’avec l’importation de la littérature française en Allemagne, les conditions de vie de la France n’y avaient pas été simultanément introduites. Par rapport aux conditions de vie allemandes, cette littérature française perdait toute signification pratique immédiate et prit un caractère purement littéraire. Elle ne devait plus paraître qu’une spéculation oiseuse sur la réalisation de la nature humaine. Ainsi, pour les philosophes allemands du XVIIIe siècle, les revendications de la première Révolution française n’étaient que les revendications de la « raison pratique » en général, et les manifestations de la volonté des bourgeois révolutionnaires de France n’exprimaient à leurs yeux que les lois de la volonté pure, de la volonté telle qu’elle doit être, de la volonté véritablement humaine.

L’unique travail des littérateurs allemands, ce fut de mettre à l’unisson les nouvelles idées françaises et leur vieille conscience philosophique, ou plutôt de s’approprier les idées françaises en partant de leur point de vue philosophique.

Ils se les approprièrent comme on fait d’une langue étrangère par la traduction.

On sait comment les moines recouvraient les manuscrits des œuvres classiques de l’antiquité païenne d’absurdes légendes de saints catholiques. À l’égard de la littérature française profane, les littérateurs allemands procédèrent inversement. Ils glissèrent leurs insanités philosophiques sous l’original français. Par exemple, sous la critique française du régime de l’argent, ils écrivirent « aliénation de la nature humaine », sous la critique française de l’État bourgeois, ils écrivirent « abolition du règne de l’universalité abstraite », et ainsi de suite.

La substitution de cette phraséologie philosophique aux développements français, ils la baptisèrent : « philosophie de l’action », « socialisme vrai », « science allemande du socialisme », « justification philosophique du socialisme », etc.

De cette façon on émascula formellement la littérature socialiste et communiste française. Et, comme elle cessait d’être l’expression de la lutte d’une classe contre une autre entre les mains des Allemands, ceux-ci se félicitèrent de s’être élevés au-dessus de l’« étroitesse française » et d’avoir défendu non pas de vrais besoins, mais le besoin du vrai ; non pas les intérêts du prolétaire, mais les intérêts de l’être humain, de l’homme en général, de l’homme qui n’appartient à aucune classe ni à aucune réalité et qui n’existe que dans le ciel embrumé de l’imagination philosophique.

Ce socialisme allemand, qui prenait si solennellement au sérieux ses maladroits exercices d’écolier et qui les claironnait avec un si bruyant charlatanisme, perdit cependant peu à peu son innocence pédantesque.

Le combat de la bourgeoisie allemande et surtout de la bourgeoisie prussienne contre les féodaux et la monarchie absolue, en un mot le mouvement libéral, devint plus sérieux.

De la sorte, le « vrai » socialisme eut l’occasion tant souhaitée d’opposer au mouvement politique les revendications socialistes. Il put lancer les anathèmes traditionnels contre le libéralisme, le régime représentatif, la concurrence bourgeoise, la liberté bourgeoise de la presse, le droit bourgeois, la liberté et l’égalité bourgeoises ; il put prêcher aux masses qu’elles n’avaient rien à gagner, mais au contraire, tout à perdre à ce mouvement bourgeois. Le socialisme allemand oublia, fort à propos, que la critique française, dont il était l’insipide écho, supposait la société bourgeoise moderne avec les conditions matérielles d’existence qui y correspondent et une Constitution politique appropriée, toutes choses que, pour l’Allemagne, il s’agissait précisément encore de conquérir.

Pour les gouvernements absolus de l’Allemagne, avec leur cortège de prêtres, de pédagogues, de hobereaux et de bureaucrates, ce socialisme devint, contre la bourgeoisie menaçante, l’épouvantail rêvé.

Il ajouta son hypocrisie doucereuse aux coups de fouet et aux coups de fusil par lesquels ces mêmes gouvernements répondaient aux émeutes des ouvriers allemands.

Si le « vrai » socialisme devint ainsi une arme contre la bourgeoisie allemande aux mains des gouvernements, il représentait directement, en outre, un intérêt réactionnaire, l’intérêt de la petite bourgeoisie allemande. La classe des petits bourgeois léguée par le XVIe siècle, et depuis lors sans cesse renaissante sous des formes diverses, constitue pour l’Allemagne la vraie base sociale du régime établi.

La maintenir, c’est maintenir en Allemagne le régime existant. La suprématie industrielle et politique de la grande bourgeoisie menace cette petite bourgeoisie de déchéance certaine, par suite de la concentration des capitaux, d’une part, et de l’apparition d’un prolétariat révolutionnaire, d’autre part. Le « vrai » socialisme lui parut pouvoir faire d’une pierre deux coups. Il se propagea comme une épidémie.

Des étoffes légères de la spéculation, les socialistes allemands firent un ample vêtement, brodé des fines fleurs de leur rhétorique, tout imprégné d’une chaude rosée sentimentale, et ils en habillèrent le squelette de leurs « vérités éternelles », ce qui, auprès d’un tel public, ne fit qu’activer l’écoulement de leur marchandise.

De son côté, le socialisme allemand comprit de mieux en mieux que c’était sa vocation d’être le représentant grandiloquent de cette petite bourgeoisie.

Il proclama que la nation allemande était la nation exemplaire et le philistin allemand, l’homme exemplaire. À toutes les infamies de cet homme exemplaire, il donna un sens occulte, un sens supérieur et socialiste qui leur faisait signifier le contraire de ce qu’elles étaient. Il alla jusqu’au bout, s’élevant contre la tendance « brutalement destructive » du communisme et proclamant qu’il planait impartialement au-dessus de toutes les luttes de classes. À quelques exceptions près, toutes les publications prétendues socialistes ou communistes qui circulent en Allemagne appartiennent à cette sale et énervante littérature.

2. Le socialisme conservateur ou bourgeois

Une partie de la bourgeoisie cherche à porter remède aux anomalies sociales, afin de consolider la société bourgeoise.

Dans cette catégorie, se rangent les économistes, les philanthropes, les humanitaires, les gens qui s’occupent d’améliorer le sort de la classe ouvrière, d’organiser la bienfaisance, de protéger les animaux, de fonder des sociétés de tempérance, bref, les réformateurs en chambre de tout acabit. Et l’on est allé jusqu’à élaborer ce socialisme bourgeois en systèmes complets.

Citons, comme exemple, la Philosophie de la misère de Proudhon.

Les socialistes bourgeois veulent les conditions de vie de la société moderne sans les luttes et les dangers qui en découlent fatalement. Ils veulent la société actuelle, mais expurgée des éléments qui la révolutionnent et la dissolvent. Ils veulent la bourgeoisie sans le prolétariat. La bourgeoisie, comme de juste, se représente le monde où elle domine comme le meilleur des mondes. Le socialisme bourgeois systématise plus ou moins à fond cette représentation consolante. Lorsqu’il somme le prolétariat de réaliser ses systèmes et d’entrer dans la nouvelle Jérusalem, il ne fait que l’inviter, au fond, à s’en tenir à la société actuelle, mais à se débarrasser de la conception haineuse qu’il s’en fait.

Une autre forme de socialisme, moins systématique, mais plus pratique, essaya de dégoûter les ouvriers de tout mouvement révolutionnaire, en leur démontrant que ce n’était pas telle ou telle transformation politique, mais seulement une transformation des conditions de la vie matérielle, des rapports économiques, qui pouvait leur profiter. Notez que, par transformation des conditions de la vie matérielle, ce socialisme n’entend aucunement l’abolition du régime deproduction bourgeois, laquelle n’est possible que par la révolution, mais uniquement la réalisation de réformes administratives sur la base même de la production bourgeoise, réformes qui, par conséquent, ne changent rien aux rapports du Capital et du Salariat et ne font, tout au plus, que diminuer pour la bourgeoisie les frais de sa domination et alléger le budget de l’État.

Le socialisme bourgeois n’atteint son expression adéquate que lorsqu’il devient une simple figure de rhétorique.

Le libre-échange, dans l’intérêt de la classe ouvrière ! Des droits protecteurs, dans l’intérêt de la classe ouvrière ! Des prisons cellulaires, dans l’intérêt de la classe ouvrière ! Voilà le dernier mot du socialisme bourgeois, le seul qu’il ait dit sérieusement.

Car le socialisme bourgeois tient tout entier dans cette affirmation que les bourgeois sont des bourgeois – dans l’intérêt de la classe ouvrière.

Au Bangladesh, les travailleurs du textile enfin autorisés à former des syndicats : une conquête dans le sang

Le désastre humain a révélé toute l’hypocrisie des pays occidentaux, et de leurs multinationales, pour qui la liberté se limite à la libre-entreprise et s’arrête aux portes de la liberté d’expression, de manifestation, d’organisation syndicale.

1 127 morts au dernier décompte macabre : la catastrophe humaine vécue au Bangladesh a dévoilé les conditions d’esclavage moderne des ouvriers du Bangladesh devenu, avec la Chine, l’ « atelier du monde » dans le secteur textile.

La catastrophe a ému les travailleurs du monde entier, a enragé les ouvriers et ouvrières locaux qui réclament désormais non seulement des normes de sécurité fermes mais aussi l’expropriation des employeurs et enfin la liberté d’organisation syndicale.

Car les grandes firmes occidentales comme Benetton, H et M ou Carrefour ont choisi le Bangladesh comme terre d’élection pour deux raisons : le pays offre le coût du travail le plus bas au monde (1 $ par jour) ; le gouvernement assure un environnement favorable aux entreprises.

Favorable aux entreprises, cela veut dire peu d’impôts, pas de cotisations sociales patronales, aucun droit du travail contraignant, et surtout répression de tout mouvement syndical organisé.

Au Bangladesh, la répression contre le mouvement syndical est constante : le droit de grève n’est pas reconnu dans les « services essentiels » ; la syndicalisation impossible dans le secteur public mais limité dans le privé à la reconnaissance par les autorités de l’organisation syndicale.

Dans le secteur textile, la situation est encore plus simple : le droit à la liberté syndicale est proprement nié.

La présence d’une organisation aurait, selon plusieurs voix concordantes, sans doute permis de défendre la sécurité sur le lieu de travail, organisé un droit de retrait des salariés au vu des conditions de plus en plus périlleuses de travail, telles que constatées avant la catastrophe.

La portée de la décision adoptée le 13 mai ne doit pas être sur-estimée mais elle vaut pour son symbole : les 4 millions de travailleurs du textile se voient enfin reconnaître le droit à l’organisation syndicale sans autorisation préalable de l’employeur.

Cette mesure s’inscrit toutefois dans une volonté de faire descendre la pression au moment où la colère des ouvriers sur place monte. Dans le même temps, le gouvernement annonçait la fermeture de 18 usines pour raisons de sécurité.

Cette mesure ne doit soulever aucune illusion. Le droit de grève et les droits syndicaux étaient censés être reconnus en droit, mais contredits en pratique par la complaisance de l’Etat avec les multi-nationales, par les multiples réserves à leur application, les rendant inopérants.

Ce que la catastrophe révèle, ce que cette annonce médiatique dévoile, c’est ce que la mondialisation capitaliste est prêt à détruire au nom du profit :

les salaires, les droits sociaux, les services publics pour les travailleurs exploités du cœur ; les droits fondamentaux et la vie pour les travailleurs de la périphérie super-exploités.

Rappelons cette citation du Capital (chapitre XXXI), reprise d’un économiste anglais du XIX ème siècle, d’une tragique actualité :

« Le capital abhorre l’absence de profit ou un profit minime, comme la nature a horreur du vide. Que le profit soit convenable, et le capital devient courageux : 10 % d’assurés, et on peut l’employer partout; 20 %, il s’échauffe !, 50 %, il est d’une témérité folle; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines; 300 %, et il n’est pas de crime qu’il n’ose commettre ».

Identifier le taux de profit des multi-nationales du textile, c’est comprendre jusqu’où elles étaient prêtes à aller dans le crime et l’horreur humaine.

Face à de telles crimes, l’indignation humaniste n’est qu’une première prise de conscience. Elle doit mener à l’action politique révolutionnaire visant au renversement de ce système inique.

Le mardifeste du Parti Communiste 6

Tous les mardis, un épisode du Manifeste

Épisode précédent

 

III. Littérature socialiste et communiste

1. Le socialisme réactionnaire

a) Le socialisme féodal

Par leur position historique, les aristocraties française et anglaise se trouvèrent appelées à écrire des pamphlets contre la société bourgeoise. Dans la révolution française de juillet 1830, dans le mouvement anglais pour la Réforme{28} elles avaient succombé une fois de plus sous les coups de cette arriviste abhorrée. Pour elles, il ne pouvait plus être question d’une lutte politique sérieuse. Il ne leur restait plus que la lutte littéraire. Or, même dans le domaine littéraire, la vieille phraséologie de la Restauration{29} était devenue impossible. Pour se créer des sympathies, il fallait que l’aristocratie fît semblant de perdre de vue ses intérêts propres et de dresser son acte d’accusation contre la bourgeoisie dans le seul intérêt de la classe ouvrière exploitée. Elle se ménageait de la sorte la satisfaction de chansonner son nouveau maître et d’oser lui fredonner à l’oreille des prophéties d’assez mauvais augure.

Ainsi naquit le socialisme féodal où se mêlaient jérémiades et libelles, échos du passé et grondements sourds de l’avenir. Si parfois sa critique amère, mordante et spirituelle frappait la bourgeoisie au cœur, son impuissance absolue à comprendre la marche de l’histoire moderne était toujours assurée d’un effet comique.

En guise de drapeau, ces messieurs arboraient la besace du mendiant, afin d’attirer à eux le peuple ; mais, dès que le peuple accourut, il aperçut les vieux blasons féodaux dont s’ornait leur derrière et il se dispersa avec de grands éclats de rire irrévérencieux.

Une partie des légitimistes français et la Jeune Angleterre ont donné au monde ce spectacle.

Quand les champions de la féodalité démontrent que le mode d’exploitation féodal était autre que celui de la bourgeoisie, ils n’oublient qu’une chose : c’est que la féodalité exploitait dans des circonstances et des conditions tout à fait différentes et aujourd’hui périmées. Quand ils font remarquer que, sous le régime féodal, le prolétariat moderne n’existait pas, ils n’oublient qu’une chose : c’est que la bourgeoisie, précisément, a nécessairement jailli de leur organisation sociale.

Ils déguisent si peu, d’ailleurs, le caractère réactionnaire de leur critique que leur principal grief contre la bourgeoisie est justement de dire qu’elle assure, sous son régime le développement d’une classe qui fera sauter tout l’ancien ordre social.

Ils reprochent plus encore à la bourgeoisie d’avoir produit un prolétariat révolutionnaire que d’avoir créé le prolétariat en général.

Aussi dans la lutte politique prennent-ils une part active à toutes les mesures de violence contre la classe ouvrière. Et dans leur vie de tous les jours, en dépit de leur phraséologie pompeuse, ils s’accommodent très bien de cueillir les pommes d’or et de troquer la fidélité, l’amour et l’honneur contre le commerce de la laine, de la betterave à sucre et de l’eau-de-vie.De même que le prêtre et le seigneur féodal marchèrent toujours la main dans la main, de même le socialisme clérical marche côte à côte avec le socialisme féodal.

Rien n’est plus facile que de donner une teinture de socialisme à l’ascétisme chrétien. Le christianisme ne s’est-il pas élevé lui aussi contre la propriété privée, le mariage, l’État ? Et à leur place n’a-t-il pas prêché la charité et la mendicité, le célibat et la mortification de la chair, la vie monastique et l’Église ? Le socialisme chrétien n’est que l’eau bénite avec laquelle le prêtre consacre le dépit de l’aristocratie.

b) Le socialisme petit-bourgeois

L’aristocratie féodale n’est pas la seule classe qu’ait ruinée la bourgeoisie, elle n’est pas la seule classe dont les conditions d’existence s’étiolent et dépérissent dans la société bourgeoise moderne.

Les bourgeois et les petits paysans du moyen âge étaient les précurseurs de la bourgeoisie moderne. Dans les pays où l’industrie et le commerce sont moins développés, cette classe continue à végéter à côté de la bourgeoisie florissante.

Dans les pays où s’épanouit la civilisation moderne, il s’est formé une nouvelle classe de petits bourgeois qui oscille entre le prolétariat et la bourgeoisie ; fraction complémentaire de la société bourgeoise, elle se reconstitue sans cesse ; mais, par suite de la concurrence, les individus qui la composent se trouvent sans cesse précipités dans le prolétariat, et, qui plus est, avec le développement progressif de la grande industrie, ils voient approcher l’heure où ils disparaîtront totalement en tant que fraction autonome de la société moderne, et seront remplacés dans le commerce, la manufacture et l’agriculture par des contremaîtres et des employés.

Dans les pays comme la France, où les paysans forment bien plus de la moitié de la population, il est naturel que des écrivains qui prenaient fait et cause pour le prolétariat contre la bourgeoisie aient appliqué à leur critique du régime bourgeois des critères petits-bourgeois et paysans et qu’ils aient pris parti pour les ouvriers du point de vue de la petite bourgeoisie. Ainsi, se forma le socialisme petit-bourgeois. Sismondi est le chef de cette littérature, non seulement en France, mais en Angleterre aussi.

Ce socialisme analysa avec beaucoup de sagacité les contradictions inhérentes au régime de la production moderne. Il mit à nu les hypocrites apologies des économistes. Il démontra d’une façon irréfutable les effets meurtriers du machinisme et de la division du travail, la concentration des capitaux et de la propriété foncière, la surproduction, les crises, la fatale décadence des petits bourgeois et des paysans, la misère du prolétariat, l’anarchie dans la production, la criante disproportion dans la distribution des richesses, la guerre d’extermination industrielle des nations entre elles, la dissolution des vieilles mœurs, des vieilles relations familiales, des vieilles nationalités.

À en juger toutefois d’après son contenu positif, ou bien ce socialisme entend rétablir les anciens moyens de production et d’échange, et, avec eux, l’ancien régime de propriété et toute l’ancienne société, ou bien il entend faire entrer de force les moyens modernes de production et d’échange dans le cadre étroit de l’ancien régime de propriété qui a été brisé, et fatalement brisé, par eux. Dans l’un et l’autre cas, ce socialisme est à la fois réactionnaire et utopique.

Pour la manufacture, le régime corporatif ; pour l’agriculture, le régime patriarcal : voilà son dernier mot.

Au dernier terme de son évolution, cette école est tombée dans le lâche marasme des lendemains d’ivresse.

 

Un an de pouvoir de Hollande, pourquoi se montrer déçu ? Les forces existent, aujourd’hui comme hier, pour stopper cette politique !

Communistes, nous ne faisons pas partie des déçus de Hollande. Nous n’attendions rien de mieux de son avènement à la Présidence, il y a un an. Nous ne faisons pas partie de ceux qui se sont faits des illusions, surtout pas de ceux qui ont propagé des illusions sur ses projets.

Aujourd’hui, notre détermination est entière à nous opposer à la poursuite de la politique d’austérité, bientôt de super-austérité, menée au service du capital, sous l’égide de l’Union européenne.

Le mécontentement, la colère, la volonté d’agir de la plus grande part des salariés, retraités et jeunes sont plus élevés que jamais. Il est possible de reconstituer les mobilisations massives, convergentes, de 2009, contre l’austérité déjà, de 2010 contre la casse des retraites, alors que justement le nouveau gouvernement les attaque à nouveau.

L’expérience est flagrante pour tous : La perspective de « changement » n’est pas dans tel ou tel changement institutionnel lointain. Pas de diversion, modérée ou pseudo « radicale » ! Elle est dans le mouvement populaire lui-même, dans sa capacité à faire reculer la politique du pouvoir tout de suite, à faire prévaloir des choix de rupture.

Un an de pouvoir de Hollande, pourquoi se montrer déçu ? Les forces existent, aujourd’hui comme hier, pour stopper cette politique ! dans Faire Vivre et Renforcer le PCF 130516_hollande_sarko-300x145François Hollande a globalement tenu ses promesses ! Celles qu’il a faites au patronat et à l’Union européenne !

Aux travailleurs, il a très peu promis, sinon des phrases creuses et des « efforts », sans obligation de résultat, comme à Arcelor-Florange. Il a effectué quelques rectificatifs à la politique de son prédécesseur (ex : carrières longues). Sa politique frappe moins fort certains secteurs, comme l’éducation (et encore).

Sur les questions de société qui ne coûtent rien financièrement, utilisées comme diversion, il est à la moitié de son programme.

Mais en termes d’austérité, au nom de la « réduction des déficits » et du respect des « engagements européens », Hollande et le gouvernement Ayrault, sous leurs airs d’impuissance font du zèle ! Le Medef n’a pas à être déçu !

Avec le Crédit d’impôt « compétitivité », les contribuables, les salariés et retraités paieront eux-mêmes  6% des salaires (inférieurs à 2,5 fois le SMIC) en lieu et place des employeurs : 20 milliards d’euros de cadeaux par an, davantage qu’aucune mesure de Sarkozy. Le relèvement de l’impôt le plus injuste, la TVA, servira à cela ! La TVA antisociale est de retour !

Avec le Medef et la CFDT, la majorité a fait passer une casse sans précédent du droit du travail, avec l’accord pour faciliter les licenciements, indument appelé ANI (Accord national interprofessionnel).

La « gauche » au pouvoir reprend les privatisations « partielles » comme au temps de Jospin et annonce un vaste programme de « cessions de participations ». 15 ans après France Télécom, EDF, Areva, puis, qui sait, la SNCF ou La Poste ?

Dans le même temps, le gouvernement couvre et accompagne les plans de destruction d’activité et d’emploi dans l’automobile (PSA, Renault), la sidérurgie, les raffineries etc.

Il programme une nouvelle contre-réforme des retraites, deux ans à peine après que le PS a participé aux manifestations contre la remise en cause de la retraite à 60 ans (mais pas contre l’augmentation du nombre d’annuités…).

Hollande poursuit aussi la politique impérialiste de Sarkozy avec l’intervention au Mali.

N’en jetons plus !

Si changement il y a, c’est dans le ton. A l’arrogance de son prédécesseur a succédé la pédagogie du profil bas, de la résignation, de l’impuissance.

Hollande peut aussi aller plus loin que Sarkozy dans l’implication à sa politique des syndicats de collaboration comme la CFDT.

Si déception il y a, c’est par rapport à l’absence de changement malgré l’éviction de Sarkozy.

De 2007 à 2012, l’idéologie dominante, les médias se sont appliqués à identifier la politique antisociale à la personne de Sarkozy. On a renvoyé l’échec des mouvements sociaux, pour les retraites, pour La Poste, pour l’hôpital, à l’intransigeance d’un seul homme…

Travailleurs, en face de nous, nous n’avions pas un individu, Sarkozy, mais une politique cohérente, défendue en France et en Europe aussi bien par la droite que par une certaine « gauche ».

En aucun cas, bien sûr, il ne fallait laisser à Sarkozy la légitimité d’aggraver sa politique. Mais, il était prévisible que Hollande n’apporterait aucun changement sur le fond. Hautement irresponsables et trompeurs sont ceux qui l’ont laissé entendre ! Ils ont nourri l’abstention, la résignation, la tentation du populisme d’aujourd’hui.

N’acceptons pas ces perspectives ! 

En l’absence d’alternative sur le fond économique et social, la droite peut déjà essayer de se remettre en selle en mobilisant sur la question du « mariage pour tous », qui pourtant n’est ni de gauche, ni de droite.

L’extrême-droite aggrave sa démagogie « sociale » pour détourner la colère des travailleurs et déconsidérer notamment la question de la rupture nécessaire avec l’UE, faire le jeu du retour de la droite. Elle renvoie également tout aux élections et à des alliances avec l’UMP aux municipales (on voit le « social » !).

D’autres, à gauche, se placent dans la perspective d’un changement de premier ministre. Les mauvais coups ont toujours lieu en début de quinquennat. Dans le calendrier européen, c’est au tour des travailleurs de France de passer à la moulinette !

Ensuite, certains imaginent un gouvernement d’apaisement. Avec un Montebourg, le ministre de la casse industrielle, comme premier ministre? Avec d’autres ont soutenu « sans conditions » Hollande et accompagné sa politique? Il y a peu à attendre de ces « déçus » d’aujourd’hui ou de demain.

Communistes, notre préoccupation n’a rien à voir avec ces calculs politiciens ! Nous ne cherchons pas à participer à une majorité social-démocrate de secours quand on aura laissé passer la pire phase de l’austérité.

Contre la politique du capital, contre une droite qui mobilise, contre l’extrême-droite, nous portons des propositions de rupture tout de suite dans les entreprises, dans les quartiers et les villages :

Abrogation de l’accord de facilitation des licenciements (ANI) et du Crédit d’impôt « compétitivité » aux entreprises (CICE)

Retour aux 37,5 annuités pour une retraite pleine. Refus de toute augmentation de la CSG. Remboursement des 30 milliards d’euros, par an, d’exonérations de cotisations sociales patronales.

Baisse des tarifs du gaz et de l’électricité, de l’ensemble des services publics. Retour aux monopoles nationalisés acquis à la Libération.

Vaste programme de nationalisations, incluant l’automobile, la sidérurgie, l’énergie, le secteur bancaire et la grande distribution.

Rupture avec l’Union européenne et abandon de l’euro.

Plus que jamais, l’heure est aux luttes, pour faire échec à la politique au service du capital et ouvrir une perspective de changement réel !

1 Commentaire

« Renvoyez-moi à Cuba ! » : le cri d’un « dissident » cubain mis à la rue par la police de son pays d’accueil, l’Espagne

Article EDT pour Vivelepcf.fr 

« Renvoyez-moi à Cuba ! » : le cri d’un « dissident » cubain mis à la rue par la police de son pays d’accueil, l’Espagne dans Faire Vivre et Renforcer le PCF 130512_martinez_alicante_cubaGilberto Martinez, sa femme et ses trois enfants de 8, 15 et 22 ans font partie de ces « dissidents » cubains qui ont migré en Espagne en 2011 à la suite d’un accord négocié entre l’église catholique et le gouvernement de La Havane.

Aujourd’hui, Gilberto Martinez crie à la face du monde : « Remmenez-nous à Cuba ! ».

Ses illusions sur le monde capitaliste « libre » sont retombées en 26 mois. Le 7 mai 2013, la police espagnole a procédé sans ménagement à l’expulsion de sa famille du logement qu’elle occupait à Alicante. La mobilisation en aide de militants anti-expulsion a été durement réprimée.

Comme des dizaines de milliers de personnes, ils ont été jetés à la rue par un Etat espagnol, plus soucieux des intérêts des banques et des spéculateurs, que de ceux des habitants, même de ses « réfugiés politiques ».

Au bout d’un an, alors qu’on lui avait promis 5 ans de soutien, le gouvernement espagnol (pourtant passé à droite !) a coupé les vivres à la malheureuse famille exilée. Plus d’électricité, plus d’eau, puis plus de toit : le sort de millions de personnes dans les pays capitalistes n’est même pas imaginable pour la plupart des Cubains.

Gilberto Martinez comprend mieux comment il a été manipulé, là-bas à Cuba comme en Espagne. Saluons son courage de le reconnaître!

Le règne de la propriété privée et de la loi du marché fait expulser des centaines de familles alors que 20.000 logements restent vides à Alicante.

Des camarades cubains rappellent que la toute première mesure du gouvernement révolutionnaire, le 26 janvier 1959, a été l’annulation de toutes les expulsions, suivie par la diminution de 30 à 50% des loyers, puis par l’attribution du titre de propriété de leur logement aux locataires.

Deux conceptions du monde, du droit du logement. L’une à combattre, l’autre à préserver et à consolider.

Gilberto Martinez et sa famille seront sans doute maintenant de ce combat !

De « l’amnistie sociale » à la convergence des luttes contre la politique antisociale

Les atermoiements du gouvernement et du PS sur « l’amnistie sociale » ne doivent rien au hasard. Après l’avoir votée au Sénat, après avoir annoncé qu’ils ne la laisseraient pas passer à l’Assemblée, ils s’apprêtent à la « renvoyer en commission », c’est-à-dire à faire durer le débat public.

Cela permet au pouvoir de focaliser la question sociale et syndicale, le débat « à gauche », sur une question hautement symbolique mais qui ne lui coûte rien financièrement.

Cela permet aux médias et à la droite de mener une intense et honteuse campagne contre les militants syndicaux présentés comme « délinquants », au même titre que certains supporters du PSG ou certains de ceux de Frigide Barjot.

A nouveau, le pouvoir cherche à faire diversion et à empêcher les mobilisations convergentes nécessaires contre sa politique d’austérité.

Nous vous renvoyons vers notre article : « Amnistie sociale, le coup tordu du gouvernement »

L’importance d’intensifier la mobilisation pour la proposition de loi communiste d’amnistie sociale n’est que plus grande. Le rassemblement du 16 mai derrière l’Assemblée sera également fortement symbolique.

Le même jour sera examinée la proposition de loi sur les « licenciements boursiers ». Cela pourrait porter à confusion, d’autant, qu’a minima, le PS va déposer une proposition de loi sur la « reprise des sites rentables ». En lien, notre analyse sur le concept de « licenciement boursier » : « Licenciements « boursiers » : une notion indéfinissable et dangereuse ».

La mobilisation contre l’ANI, l’accord gouvernement-Medef-CFDT pour faciliter les licenciements, a amorcé une convergence de lutte contre l’austérité. L’ANI a certes été adopté par le Parlement. Mais on ne saisit pas bien pourquoi le nouveau secrétaire de la CGT Thierry Le Paon juge (Direct Matin du 29 avril) que la recherche de l’unité avec la CFDT devrait amener à dépasser cette question.

La mobilisation et le rassemblement des salariés pourraient continuer à s’amplifier contre l’ANI en y associant toutes les luttes et oppositions, contre la casse de l’industrie, les cadeaux au patronat au nom de la « compétitivité » dont le scandale des 20 milliards d’euros du « crédit d’impôt compétitivité ».

Les manifestations du 1er mai ont rassemblé 160.000 personnes – 100.000 selon la police -. C’est moins qu’en 2012, année électorale, mais plus qu’en 2011. Les militants ont exprimé la recherche d’une mobilisation et de luttes sociales convergentes.

C’est bien là que réside l’alternative politique réelle !

La bataille pour « l’amnistie sociale » entre, pour nous, dans ce combat général.

Les ouvriers de PSA-Aulnay votent la reprise, « tête haute », en l’absence de perspective nationale.

Depuis quatre mois, plusieurs centaines d’ouvriers de l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois, poursuivaient une grève, principalement animée par leur syndicat CGT.

Avec les actions (parfois spectaculaires) des salariés de Pétroplus, de Florange ou de Goodyear, celle d’Aulnay représente l’état actuel des luttes dans l’industrie, dans un contexte d’accélération de la casse de l’outil de travail par les groupes capitalistes et d’impuissance, mise en scène, des pouvoirs publics.

Le 17 mai, les grévistes ont voté la suspension du mouvement et la reprise du travail. Un accord a été signé avec la direction.

Les grévistes ont obtenu une prime supplémentaire de 20.000 euros, une « indemnité de de fin de litige », pour ceux d’entre eux qui quitteraient l’entreprise avant le 31 mai, en s’engageant à ne pas l’attaquer aux prud’hommes. Ils ont obtenu des garanties de mutation interne pour 70 autres. Les poursuites et procédures de sanction, engagées par la direction contre certains grévistes – véritables intimidations –  sont abandonnées.

De son côté, la direction peut refaire tourner l’usine, suivant ses objectifs de cadence, jusqu’à sa fermeture programmée en 2014. La CGT renonce à attaquer judiciairement le plan de « restructuration », ce qui aurait pu éventuellement la retarder.

Mais surtout la direction de PSA finit de faire acter, dans l’entreprise et dans le pays, son plan de suppression de 8.000 emplois et de fermeture de l’usine d’Aulnay.

Il faut saluer la ténacité des grévistes. Elle leur a permis d’arracher ces dernières avancées mais aussi toutes les précédentes.  Les syndicats d’accompagnement et de collaboration prétendent les avoir obtenues par la « négociation » du plan antisocial. Mais tous les salariés qui en bénéficieront, dont la majorité de non-grévistes, ne le devront qu’au rapport de forces construit par la grève.

Les ouvriers de PSA-Aulnay votent la reprise, « tête haute », en l’absence de perspective nationale. dans Luttes, grèves, manifs 130519_PSA_Le_Paon-300x180Que la grève ne puisse pas aller plus loin était très prévisible. Les limites dans lesquelles le mouvement s’est développé à Aulnay sont vite apparues.

Les soutiens et les manifestations de solidarité ont été nombreux – montrant des possibilités – mais sans que soit construite une large campagne convergente contre la casse de l’usine d’Aulnay, contre l’ensemble du plan de PSA, encore moins pour l’avenir de l’industrie automobile.

« Zéro PSA au Pôle emploi » : cette revendication syndicale, pleinement justifiée, a tenu lieu de perspective politique nationale.

Ainsi le pouvoir PS, dès juillet 2012, s’est placé dans la seule optique d’amendement du plan, côté « social », du reclassement du maximum de salariés de PSA, y compris en leur réservant des embauches dans les entreprises publiques. Nous avons écrit ailleurs sur les nouvelles aides accordées à PSA…

De son côté, le Front de gauche s’est concentré sur sa formule politique « d’interdiction des licenciements boursiers ». Le concept est très contestable sur le fond. Il est inopérant dans la lutte immédiate à PSA.

De même que le mot d’ordre général de Lutte ouvrière « d’interdiction de tous les licenciements ». La lutte à PSA aura servi à diffuser ce slogan universel. Jean-Pierre Mercier, responsable national de LO, devenu secrétaire de la CGT-PSA-Aulnay, ne manquera pas d’insister à la fête annuelle de ce mouvement, qui a juste lieu le lendemain de l’accord avec la direction de PSA.

En revanche, la perspective de nationalisation de PSA, de renationalisation intégrale de Renault, si longtemps défendue par le PCF, a été écartée par les principaux acteurs politiques.

Dans cette phase de saccage d’une industrie aussi structurante, de distribution scandaleuse d’aides publiques aux licencieurs et aux délocaliseurs etc., la nationalisation de l’automobile redevient pourtant une perspective rassembleuse, susceptible de faire converger les luttes, de renforcer l’efficacité de chacune.

Les limites de l’épisode PSA doivent nous y faire encore davantage réfléchir.

Casse des retraites : On prend les autres et on recommence ! Le rapport de force existe toujours pour les mettre en échec !

Vivelepcf, 14 mai 2013

Casse des retraites : On prend les autres et on recommence ! Le rapport de force existe toujours pour les mettre en échec ! dans APPELS 130514_retraites_ps-300x191

Quand les hiérarques du PS manifestaient en 2010...

Hollande et Ayrault viennent d’annoncer, à grand bruit, une nouvelle contre-« réforme » des retraites qui sera soumise au Parlement dès septembre prochain.

Ils reprennent exactement les mêmes prétextes que leurs prédécesseurs : l’ampleur des déficits (artificiels), la contrainte européenne. L’objectif est toujours le même : transférer progressivement l’argent des retraites vers le patronat et le profit capitaliste.

En face, les mêmes évidences demeurent. Pourquoi faire travailler les anciens (ou les maintenir au chômage) jusqu’à 65 voire 70 ans alors qu’il y a déjà  4 millions de chômeurs chez les plus jeunes dans le pays ?

Comment parler de déficit (14 milliards d’euros dit-on) quand les entreprises bénéficient de 30 milliards d’euros annuels d’exonérations de cotisations patronales ?  Et quand le gouvernement leur octroie un nouveau cadeau de 20 milliards d’euros par an, creusant le déficit du budget, avec le « Crédit d’impôt compétitivité ».

Hollande et Ayrault tâtent le terrain avant d’annoncer leurs mesures définitives. Mais on sait déjà que les sacrifiés seront les mêmes que sous Sarkozy et Fillon.

Les pistes avancées évoquent un nouvel allongement de la durée de cotisation, une hausse de la CSG, notamment pour les retraités eux-mêmes (alors qu’ils ont déjà cotisé toute leur vie active !), une baisse du pouvoir d’achat des pensions. Un précédent récent: avec la complicité de la CFDT, le Medef a obtenu une désindexation des retraites complémentaires. Elles ne suivent plus l’augmentation des prix.

On peut aussi compter sur le pouvoir pour essayer d’opposer à nouveau les salariés des différents régimes les uns aux autres pour mieux aligner les prestations de tous vers le bas, par exemple les pensions de réversion.

On peut aussi redouter une réforme plus structurelle mettant en cause le financement solidaire par la cotisation sociale.

Alors où est le changement depuis 2010 ?

En 2010, le PS avait participé aux grandes manifestations pour les retraites… En matière de retraites, le premier acte politique de Hollande et Ayrault aura été de maintenir la loi Sarkozy-Woerth. Il est vrai que le candidat Hollande n’avait, contrairement à son parti, rien promis sinon un rectificatif pour les carrières longues (qu’il a fait) et l’ouverture d’une négociation pour une nouvelle réforme, ce qu’il fait.

Par rapport à Sarkozy, il peut espérer compter sur la collaboration de certains syndicats comme la CFDT qui a déjà cosigné avec le Medef « l’accord » pour faciliter les licenciements (ANI). La CFDT est déjà prête à accepter l’allongement de durée de cotisation.

En 2013, le pouvoir compte sans doute que la désillusion de 2012 aboutisse à la résignation et au désengagement.

Communistes, nous mettrons toutes nos forces pour gagner l’inverse : l’expérience et les enseignements de 2010 et 2012 peuvent et doivent nourrir une résistance et une mobilisation victorieuses.

Le mouvement de 2010 a été massif pas le nombre de manifestants, plusieurs millions, et par le soutien populaire. De journée d’action en journée d’action, il a fallu des mois avant qu’il s’essouffle.

Mais, une nouvelle fois, la tactique des manifestations espacées, sans appel coordonné à la grève, n’a pas permis de concentrer efficacement cette force.

S’est posé également le problème de la perspective donné au mouvement. Jusqu’au bout, on a attendu le mot d’ordre immédiat unificateur qu’aurait dû être le retrait du projet de loi Woerth. La recherche de l’unité des organisations a abaissé le niveau des revendications.  Réclamer une « autre réforme » a fait diversion. ça y est, on va l’avoir ! La question du nombre d’annuités a été évacuée des revendications. Avec 41,5 ou 42 annuités, comment rassembler pour une retraite effective à 60 ans? L’abandon hier sur cette question facilite l’attaque du gouvernement aujourd’hui.

L’attaque de la droite en 2010 avait été préparée par la remise en cause des régimes dits « spéciaux » en 2007. La forte mobilisation, à la SNCF, à la RATP, à EDF, avec un large mouvement de grève, avait été court-circuitée par l’entrée en négociation des directions syndicales sur les bases du gouvernement. Cette expérience lourdement démobilisatrice doit être prise en compte. En 2010, en l’absence de revendication globale intégrant la remise en cause la « réforme » des régimes spéciaux, la mobilisation des secteurs clés des transports et de l’énergie a été faible.

Enfin et surtout, l’échec de 2010 est venu de l’illusion entretenue d’un changement par les élections en 2012. Maintenant, l’expérience est faite. La casse des retraites, la politique d’austérité ne se résument pas à un seul homme, même un Nicolas Sarkozy, et à son « obstination ». Le mouvement social ne saurait attendre un changement institutionnel, une future élection ou un changement de gouvernement.

C’est au contraire la victoire du mouvement populaire lui-même, sur une question capitale comme celle des retraites, qui ouvrira la voie à la rupture politique avec l’austérité et l’Union européenne.

C’est à partir de cette réflexion que nous continuons la bataille pour les retraites, sans rien lâcher sur les revendications sociales et politiques fondamentales, dont :

-          Le retour à la retraite à 60 ans

-          Le retour à 37,5 annuités (durée moyenne des carrières effectives lors de la liquidation des droits)

-          La prise en compte de la pénibilité avec une annuité de bonification pour 5 années travaillées.

-          Le relèvement immédiat du « minimum contributif » (retraite minimale) pour arriver à aucune retraite en dessous du SMIC.

-          L’indexation des retraites sur le salaire moyen

-          La fin du scandale des exonérations de cotisations patronales, le rehaussement de leur taux suivant les besoins. L’abrogation du Crédit d’impôt compétitivité.

Une hausse du SMIC et le rétablissement d’une échelle mobile des salaires effaceraient automatiquement le besoin de financement des retraites.

C’est là le cœur, le moteur de notre système solidaire qu’il faut défendre et reconquérir !

Saint-Quentin : » Xavier Bertrand se paie une télé (avec nos impôts) » Par Olivier Tournay

Olivier TOURNAY

Olivier TOURNAY, PCF, Conseiller Municipal opposition

La mairie inaugurait ce vendredi 17 mai 2013,  place de l’Hôtel de ville le lancement de la télé locale en grandes pompes. Ou faudrait-il mieux parler de toutes petites chaussures au regard de la faible mobilisation, preuve en est qu’on est loin des préoccupations de la population.

En cette année préélectorale, c’était donc la dernière pièce de l’édifice en matière de communication de la mairie UMP, qui était loin d être en reste en la matière depuis 1995.

Bref, après une incursion dans les réseaux sociaux pour commenter la pluie et le beau temps (ou guère mieux), après un journal municipal où l’opposition peut s’exprimer dans un entrefilet (il faut bien respecter la législation), voilà  l’artillerie lourde avec une télé locale, à 650 000 euros annuels, excusez du peu !

Bien entendu, ça ne sera pas la télé de la mairie ni du maire, c est lui même l’affirme[1]. Et pourtant, qui choisit-on ne premier dans l’assistance pour donner son avis à chaud sur ce lancement ? A Vincent Savelli, conseiller municipal de droite ! Que l’on se rassure, il est pleinement satisfait. Ouf, l’argent public n’est donc pas gaspillé !

Comment pourrait-on croire que ce ne sera pas la télé du maire ? Quand bien même les élus n’apparaîtraient pas, cette télé va faire la publicité des projets de la municipalité, et cela sans qu’aucune voix discordante puisse s’exprimer.

Enfin, pour faire avaler la pilule des 650 000 euros, on n’hésite d’ ailleurs pas à utiliser les arguments les plus pathétiques qui soient. Imaginez,  cette télé locale va être un « outil pour l’emploi », permettre de « rapprocher les demandeurs d’emploi et les entreprises qui offrent des emplois ». Allons donc, une télé et le chômage va baisser. S’il on voulait se montrer cynique, on pourrait se demander pourquoi ce projet n’ a pas été mené en 2008, puisque le chômage a augmenté de 60% a saint Quentin  en 6 ans.  Tout  cela n’est qu’une mauvaise blague qui surfe sur la préoccupation première de la population.

Olivier TOURNAY, Conseiller municipal d’opposition (PCF)


[1] Interview de Xavier Bertrand, Aisne Nouvelle du 16-05-2013

Fermeture de l’entreprise Bou et licenciements, où en est-on ?

L’entreprise de Xavier Bou met la clé sous la porte, laissant ainsi sur le carreaux nombre de salariés et petits fournisseurs impayés.

Voici le point de la situation par un camarade qui a accompagné les salariés :

Le 11 Mars 2013 les trois entreprises de Xavier BOU étaient mises en redressement judiciaire. Début Avril nous avons reçu les salariés de ces trois entreprises à leur demande pour leur expliquer comment allait se dérouler leur licenciement.

Le 8 Avril, je me suis rendu à la salle Paraingault où j’ai assisté la quasi-totalité de ces salariés (31 personnes).

Mon intervention auprès de l’administrateur judiciaire a été de lui poser une question : comment peut-on en arriver à ce stade où le sort de 39 salariés est mis sur la sellette ?

Apparemment l’entreprise contracterait plus de dettes que de rentrées d’argent, bien entendu aucun chiffre ne nous a été communiqué.

On nous précise que certains chantiers vont être arrêtés car ils coûtent plus cher qu’ils ne rapportent d’argent.

On nous dit qu’un expert sera nommé pour regarder de plus près les comptes de l’entreprise.

Plus de la moitié des salariés sont pris le C.S.P. (Contrat Sécurisation Professionnelle), car dans le tsunami les salariés sont très jeunes.

J’ai rencontré la semaine dernière un salarié licencié qui à commencé le C.S.P. , il est toujours en attente du paiement de sa prime de licenciement et de ses congé payés.

Lionel PAWLIK.

Qu’a fait Xavier Bertrand pour éviter ce désastre ? Où est, encore une fois, sa politique de l’emploi ?

Ce système qui favorise l’opportunisme et met en avant la réussite individuelle et financière ne peut qu’engendrer ce genre de personne, des patrons voyous n’ayant pour seul objectif l’enrichissement personnel fut-il au détriment des autres . A moindre échelle, on retrouve ici la même démarche que celle des patrons qui délocalisent alors que l’entreprise dégage des bénéfices, à la seule fin d’augmenter ceux-ci. L’objectif étant toujours d’engranger un maximum de profit en un minimum de temps, le rôle social de l’entreprise comme créatrice de richesse dans l’intérêt du plus grand nombre n’existe plus. Si certains entrepreneurs sont encore dans cette démarche, ils se font rapidement écraser par le peu de scrupule des autres. Business is business …

Le rapport de force est latent mais il est toujours là. Restructurons nous pour imposer NOTRE façon de faire.

 

La « gauche » renoue avec les privatisations « partielles ». Dailymotion : l’écran de fumée de Montebourg.

Article pour vivelepcf.fr, 11 mai 2013

Des « cessions d’actifs pour financer l’investissement sans accroître la dette publique », voilà la nouvelle invention de la langue de bois gouvernementale. Entre 1997 et 2002, la gauche plurielle avait inventé « l’ouverture du capital » déjà pour « favoriser l’investissement ».

En clair, comme le pays en fait l’expérience, ce dont il s’agit, c’est de privatisations partielles ouvrant la voie à des privatisations totales.

Hollande et Ayrault mettent leurs pieds sur les pas de leurs prédécesseurs. Ils ont annoncé, le 7 mai, qu’un vaste programme de « cessions » serait intégré dans le projet de budget 2014 présenté à la fin de l’été 2013.

EDF et GDF-Suez pourraient être les premières concernées. Le gouvernement a déjà vendu en avril, sans débat, des parts de Safran et d’EADS. Les dépenses d’armement nourrissent d’autant plus les intérêts privés ! Demain, le nucléaire dans les mains du privé ?

Les cours en bourse des entreprises à participation publique sont au plus bas : ils le resteront jusqu’au grand bradage! Les capitalistes et spéculateurs se frottent les mains après l’annonce du pouvoir. Ils ont par exemple mis la main, à vil prix, sur la poule aux œufs d’or : les sociétés d’autoroutes, privatisées sous Jospin (Autoroutes du sud) puis sous Villepin. De leur côté, les collectivités s’endettent lourdement pour étendre le réseau.

Ayrault promet, la main sur le cœur, que les intérêts nationaux seront préservés. Cela aussi, on l’a déjà entendu.

La montée du capital privé fait prévaloir les intérêts privés contre le service public, les investissements répondant aux besoins, contre les salariés, les usagers, les populations. Les « garanties » promises ne valent rien. Sur tous les points, France-Télécom aura été le pire exemple de saignée du pays et du personnel. Le seuil des 50% de participation d’Etat « garanti » est tombé tout seul en 2004. Les promesses du ministre Sarkozy sur le maintien à 100% public du capital d’EDF et GDF lui ont fait allonger le nez d’un kilomètre !

Les gouvernements successifs de droite ou de « gauche », privatiseurs par alternance, se relaient également comme complices des capitalistes, même lorsque l’Etat conserve une part de capital, reste « l’actionnaire de référence ».

Une affaire récente presque anecdotique vient le souligner : Dailymotion.

La « gauche » renoue avec les privatisations « partielles ». Dailymotion : l’écran de fumée de Montebourg. dans Faire Vivre et Renforcer le PCF 130512_Montebourg-300x148Voilà tout d’un coup M. Arnaud Montebourg qui enfourche ses grands chevaux pour partir en croisade sauver … Dailymotion. Soudain, il s’est souvenu que l’Etat restait l’actionnaire de référence de France-Télécom, propriétaire de cette petite entreprise de 120 salariés, acteur secondaire de la diffusion de vidéos par internet. Pas question pour M. Montebourg de laisser Dailymotion passer sous contrôle étranger!

Mais alors, puisque l’Etat est toujours leur actionnaire de référence, pourquoi M. Montebourg n’intervient pas pour s’opposer à gestion du personnel à France Télécom, au plan massif de suppressions de poste à Renault (non, là, il approuve Carlos Gohsn) ?

L’affaire surmédiatisée de Dailymotion sert d’écran de fumée pour masquer la gravité du nouveau programme de privatisations annoncé.

La même hypocrisie se retrouve sur le plan politique. Ayrault s’applique à faire profil bas, le temps de faire passer les pires mesures antisociales du quinquennat, que le Medef espère irréversibles. A Montebourg le rôle de l’affirmation à « gauche », le soin de se tenir prêt pour une deuxième période de la présidence Hollande.

Nous ne sommes pas dupes.

Début avril, Montebourg, grisé sans doute d’être interviewé par le célèbre Wall Street Journal, avait imprudemment vendu la mèche du projet de « cessions de participations ».

Certains, issus du PS, commencent à avancer la perspective de participer à un gouvernement dirigé par Montebourg. Parmi ceux-ci, Mme Lienemann, M. Mélenchon l’ont applaudi bruyamment sur la micro-affaire Dailymotion. Peut-être veulent-ils faire oublier leur soutien aux privatisations de Jospin lorsqu’ils siégeaient dans son gouvernement.

L’opposition aux nouvelles privatisations, dans l’énergie, la défense, l’industrie ne peut être remise à des postures politiciennes, renvoyant la perspective à quelque changement institutionnel.

Cette bataille décisive est directement à relier à l’ensemble des luttes pour le service public, contre la casse de l’industrie, pour, à l’opposée, de nouvelles nationalisations dans les secteurs cruciaux comme l’automobile, la sidérurgie, l’énergie…

Communistes, nous la mènerons !

Les dirigeants de Die Linke défendent l’Euro… contre Oskar Lafontaine!

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Rien ne va plus pour Die Linke. En chute libre dans les sondages, la formation « de gauche » allemande est minée par les dissensions internes. La dernière en date, sur la monnaie unique, opposant les dirigeants du parti à leur père fondateur, l’économiste Oskar Lafontaine.

Il n’est plus besoin de présenter Oskar Lafontaine. L’ancien ministre des Finances de Schroder se définit comme viscéralement attaché à l’héritage social-démocrate, européiste du SPD, qu’il estime trahi par son actuelle direction.

C’est ce cheminement qui le conduit à claquer la porte du gouvernement social-démocrate en 1999, à quitter le SPD en 2005 puis à fonder « Die Linke » avec les dirigeants du PDS (Parti du socialisme démocratique), restes des communistes du Parti du socialisme unifié est-allemand.

Mais en 1999, La Fontaine restait un partisan de la monnaie unique européenne. Aujourd’hui, en 2013, fidèle à son orientation social-démocrate, européiste conséquente, sa position a changé. Sa déclaration du 30 avril a créé un débat enflammé dans le parti qu’il a contribué à fonder

Pour Lafontaine, il faut sortir de l’Euro pour mener une politique « de gauche »… et sauver l’Europe !

Lafontaine rappelle que son enthousiasme initial pour l’Euro allait de pair avec l’idée d’une « coordination économique européenne » allant vers une « harmonisation salariale ». La Fontaine est aujourd’hui déçu que l’ « Euro n’ait pas conduit à l’adoption d’un comportement rationnel ».

Il souligne, avec acuité, que le capital allemand a en réalité pratiqué une politique de modération salaire pour gagner des parts de marché et ruiner les économies des pays du Sud, qu’il tente d’achever avec sa politique d’austérité.

De la crise actuelle de la zone euro, Lafontaine en tire une conclusion radicale en apparence : en finir avec l’Euro, revenir à une monnaie commune dans un Système monétaire européen. En réalité, la position de l’ex-leader du SPD est conséquente.

Sur le plan économique car la fin de l’Euro est nécessaire à la mise en place d’une politique de relance social-démocrate. La Fontaine avance l’idée que seule une dévaluation compétitive – supposant la souveraineté monétaire – peut représenter une alternative à la dévaluation salariale.

Mais sur le plan politique aussi, la fin de l’Euro est nécessaire au maintien de l’Union européenne. La politique de Merkel et de la classe dominante allemande de la terre brûlée alimente les tensions au sein de l’UE, risquant de faire imploser le projet européen.

La politique de nivellement par le bas des salaires imposée par le capital allemand se sert de l’instrument Euro. Paradoxalement, il faut, pour La Fontaine, en finir avec l’Euro pour rétablir un équilibre au sein de l’UE, assurant la pérennité du projet européen.

Si la position de Lafontaine est pétrie d’illusions idéalistes passées (« adoption de comportements rationnels » sic), elle est toutefois la plus conséquente, dans son cadre réformiste et européiste.

Or, cette position tranche radicalement avec celle promue par le PGE à l’échelle européenne et ses figures Tsipras ou Mélenchon. Elle s’oppose nettement à la position de la direction officielle de Die Linke, et ses architectes liés au PGE, Lothar Bisky ou Gregor Gysi.

Une levée de boucliers à la direction de Die Linke : « Nous disons oui à l’Euro ! »

La position exprimée publiquement par Lafontaine n’a pas encore reçue de réponse frontale, le respect pour l’illustre aîné, l’aura de l’économiste social-démocrate a conduit les dirigeants à lui répondre de façon détournée, ce qu’ont néanmoins fait les deux co-présidents actuels de Linke.

Tout d’abord, Katja Kipping, ancienne dirigeante du PDS (ex-communiste) de l’ex-RDA a répondu par un article dans la presse du parti Neues Deutschland au titre évocateur : « Nous disons Oui à l’Euro ! ».

Le principale argument avancé par la dirigeante du parti est la collusion avec le nouveau parti anti-euro « Alternative pour l’Allemagne » (AfD). Kipping a rappelé la position de Gysi en 1998 : oui à l’Euro, mais il faut une harmonisation sociale et fiscale. Donc plus d’Europe !

Bernd Riexinger, représentant les ex-sociaux-démocrates de RFA a répondu tout d’abord de façon laconique mais claire : « Certains disent Non à l’Euro et oui à l’Austérité (l’AfD), nous, nous disons non à l’austérité et oui à l’Euro. Ils sont de droite, nous sommes de gauche ! »

Les déclarations de soutien à la monnaie unique se sont multipliés dans la presse du parti. Le député européen Jurgen Klute a ainsi émis un vibrant article contre le retour du nationalisme, soulignant en ce sens la « réussite du projet européen » (sic), visant en réalité le retour à la monnaie nationale.

A la gauche du parti, la responsable de la plate-forme communiste Sarah Wagenknecht a, elle, rendu des déclarations peu claires. Aucun soutien explicite à la proposition de La Fontaine, puis une dénonciation du programme de l’AfD, enfin le refus de prendre position pour ou contre.

En vue de la réunion à Dresde en juin, pour adopter le programme du parti pour les élections de septembre, le groupe dirigeant de Die Linke a déjà tiré des conclusions sur l’UE et la monnaie unique :

« Même si l’Union monétaire européenne a été très mal construite, Die Linke ne veut pas la fin de l’Euro. Au contraire, l’Union monétaire doit être totalement réorganisée, afin que l’on défende la coopération pacifique en Europe plutôt que d’exacerber les divisions ».

Au moment où l’idée d’une sortie progressiste de l’Euro s’impose de plus en plus dans le débat européen, désormais mises en avant par des Partis communistes au Portugal ou à Chypre, par les JC d’Espagne, le débat parvient au cœur de l’Europe capitaliste.

Mais pour les dirigeants de Die Linke et du PGE, malgré le bon sens des meilleurs économistes réformistes, la question de l’Euro est politique : il s’agit de sauver le projet d’intégration capitaliste européenne, coûte que coûte.

Histoire des communistes à Saint-Quentin, avec la CGT, unis dans les luttes .

Histoire des communistes à Saint-Quentin, avec la CGT, unis dans les luttes  . dans Communisme-Histoire- Théorie 004-300x209Avec la CGT, unis dans les luttes .

La situation politique exige plus que jamais l’existence d’un grand parti communiste dont la nécessaire indépendance de pensée doit être entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte des classes.

Vive le PCF, avec, sans ou contre sa direction

Histoire des Communistes à Saint-Quentin-02
Album : Histoire des Communistes à Saint-Quentin-02
Avec la CGT, liés dans les luttes. La situation politique exige plus que jamais l'existence d'un grand parti communiste dont la nécessaire indépendance de pensée doit être entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte des classes.
49 images
Voir l'album

1975, manifestation du PCF

xdrx8k_1975-manifestation-pcf-saint-quenti_webcam

 

 

 

 

 

Journal municipal de mai 2013, tribune d’Olivier TOURNAY (PCF) pour l’Opposition

Journal municipal de mai 2013, tribune d'Olivier TOURNAY (PCF) pour l’Opposition dans Conseil Municipal de St Quentin olivier-216x300Une chose est sûre, le Maire UMP Xavier Bertrand, ex Ministre du Travail (+42% de chômeurs depuis 2008 à St-Quentin) et la majorité ne partagent pas nos valeurs.

3.7 millions  pour une vidéosurveillance inefficace

690 000 €/an pour une télé locale

730 000 € pour une seule et même association

500 000 €/an à une entreprise privée sans que la mairie ne donne le détail de son activité et j’en passe…

Il s’agit d’argent public dilapidé  alors qu’un peu plus, chaque jour, les Saint-Quentinois se serrent la ceinture !

Au contraire nous voulons que l’argent public serve à l’amélioration du quotidien de la population : des services publics pour tous et pas un euro de plus pour le privé.

C’est dans les écoles qu’il faut investir (au lieu de les fermer), l’accès au logement, les crèches, les services aux personnes,  un projet culturel équilibré, la gratuité du parking de l’hôpital, la baisse du coût de l’eau…

voilà d’autres choix politiques nécessaires pour Saint-Quentin !

 

Licenciements chez Hazemeyer : la grève fait reculer la direction

Les salariés d’Hazemeyer, sous la menace d’un plan social, ont entamé une nouvelle grève lundi 29 avril. Mardi, bien décidés à ne pas se laisser faire, ils manifestent à l’entrée de leur usine depuis 9h du matin. Feu de pneus et klaxons sont là pour rappeler à la direction qu’ils ne lâcheront rien.

La quasi totalité des cent salariés s’est rassemblée pour contester les modalités du plan de sauvegarde (PSE) ce mardi matin.

Devant l’usine, située route de Grugies à Gauchy (près de Saint-Quentin – Aisne), Bruno Forzy, délégué FO chez Hazemeyer, regrette « un plan social a minima ».

Les discussions butent notamment sur la prime supra légale de licenciement qui pourrait être versée aux salariés menacés.

Sur ce point, la direction indique dans un communiqué « être arrivée au maximum de ce que l’entreprise peut faire pour accompagner le PSE ».
Au cours des dernières semaines, deux réunions du comité d’établissement suivies par deux réunions de négociations ont eu lieu.

Selon la direction,  le nombre de suppressions de postes est ramené de seize à douze. Compte tenu des sept départs volontaires, il resterait cinq « licenciements secs ».

Le plan de sauvegarde pourrait être validé en l’état, ce jeudi 2 mai, lors de la dernière réunion du comité d’établissement.

Ce lundi 6 juin au matin, 70 % des employés grévistes de Hazemeyer, une entreprise spécialisée dans l’énergie, basée à Gauchy (Aisne) avaient voté contre la reprise du travail. En début après-midi, ce second vote à bulletins secrets a inversé la vapeur puisque les employés ont repris leur poste de travail après avoir obtenu quelques points de satisfaction.

source courrier picard : article 1, article 2

 

La lutte a commencé à payer … Travaillons à l’organisation de la coordination de toutes ces luttes afin d’améliorer leur efficacité. Être plus nombreux, plus réactifs et moins isolés les fera reculer. Agissons directement sur leur politique. Il ne tient qu’à nous d’être plus efficace pour arrêter de subir et donner des coups à notre tour… Unissons nous !

PCF Saint-Quentin

430 ouvriers du textile tués au Bangladesh : esclavage et mort là-bas, chômage ici, les profits dans les poches des capitalistes !

Article EDT pour http://vivelepcf.fr/ et http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Le 24 avril, un immeuble de huit étages, le « Rana Plaza », s’est effondré à Savar, ville du Bangladesh. 3000 ouvriers y travaillaient dans 5 ateliers textiles. Au moins 430 sont morts écrasés.

Les causes directes du drame sont connues.

L’immeuble de 8 étages était construit sur un terrain instable de marais. Il avait été surélevé illégalement de 3 étages. La veille de l’effondrement, les ouvriers constatent des fissures. Mais leurs patrons, leurs négriers doit-on dire, les obligent à revenir travailler sous peine de licenciement.

Voilà le prix accordé à la vie humaine au Bangladesh pour 4 millions d’ouvrières et d’ouvriers qui subissent un quasi-esclavage moderne. Le pays est devenu le 2èmeexportateur mondial d’habillement. Sa ressource est l’exploitation maximale d’une main d’œuvre abondante: des semaines de 60 heures, pour 32 euros par mois en moyenne, sans aucune condition de sécurité.

Pour que les jeans « de marque » importés en Europe aient l’air délavés, des ouvriers bangladeshi pulsent toute la journée du sable sur les tissus, à en tomber rapidement malades de silicose…

Quelques possédants locaux bâtissent des fortunes inouïes sur ce système. L’Etat les aide à contenir les velléités revendicatives des ouvriers. Après le drame, les autorités ont accéléré la reprise du travail dans l’ensemble des usines du pays arrêtées huit jours sous le coup de l’émotion et du deuil.

Elles ont mâté les importantes manifestations ouvrières, notamment à l’occasion du 1ermai. Les salaires réels sont désormais 4 à 5 fois inférieurs à ceux pratiqués en Chine.

Mais les plus gros profiteurs sont ailleurs. Les marques occidentales, tellesBeneton, H&M, ou les marques distributrices comme Carrefour, se défendent toutes d’être clientes des usines de l’immeuble effondré. Qu’importe ! Elles le sont de leurs voisines. Les importations en France de produits textiles en provenance du Bangladesh ont atteint 1,1 milliards d’euros en 2011, 18% de plus qu’en 2010.

La libéralisation totale des échanges mondiaux, en 2005 pour le textile-habillement, a accéléré le mouvement.

Pendant ce temps, en France, le secteur perdait encore des dizaines de milliers d’emplois. La baisse, très relative, des prix de l’habillement ne comprend pas le coût du chômage, de la surexploitation des unités délocalisées, des profits gigantesques des trusts capitalistes.

Pour le peuple du Bangladesh, la situation est désastreuse. La dépendance vis-à-vis de l’étranger est totale. Le potentiel agricole n’est pas exploité, faute d’investissements suffisants. La construction d’infrastructures contre les catastrophes naturelles est stoppée.

Cette situation nous concerne en France, bien au-delà de l’émotion devant les crimes du capitalisme.

Pour nous communistes, la solution ne consiste pas à établir tel ou tel « code éthique » hypocrite mais à faire cesser ce système nuisible à tous les peuples : la mise en concurrence des travailleurs de chaque pays, de tous contre tous.

L’Organisation mondiale du commerce, présidée par le politicien PS Lamy, l’Union européenne, poussent au « libre » échange dans l’intérêt des multinationales.

Voilà comment, sans drame heureusement, on se retrouve à manger du cheval de Roumanie passé par les Pays-Bas à la place de bœuf dans nos raviolis !

Dans l’immédiat, le gouvernement français doit encadrer les importations en provenance du Bangladesh, rendre public le nom des importateurs.

ACCUSONS PUBLIQUEMENT les marques et enseignes qui importent et commercialisent des vêtements fabriqués dans de telles conditions !

A terme, remettons en cause, en France, les règles de l’OMC et l’UE. Le « libre » échange est contradictoire avec le développement de coopérations mutuellement avantageuses entre les peuples.

Le Livre noir du capitalisme n’en finit plus de s’écrire.

Vendredi camarades du 3 mai 2013

Ambiance détendue et conviviale pour débattre avec Monica et Jean Claude Bernatets sur les façons de s’organiser et  de lutter dans l’entreprise.

Prochain rendez-vous le 7 juin 2013, avec Vincent Duchet, pour traiter de la vaste question du travail, sous l’angle philosophique.

Le mardifeste du Parti Communiste 5

Tous les mardis, un épisode du manifeste

Épisode précédent

L’abolition de la famille ! Même les plus radicaux s’indignent de cet infâme dessein des communistes.

Sur quelle base repose la famille bourgeoise d’à présent ? Sur le capital, le profit individuel. La famille, dans sa plénitude, n’existe que pour la bourgeoisie ; mais elle a pour corollaire la suppression forcée de toute famille pour le prolétaire et la prostitution publique.

La famille bourgeoise s’évanouit naturellement avec l’évanouissement de son corollaire, et l’une et l’autre disparaissent avec la disparition du capital.

Nous reprochez-vous de vouloir abolir l’exploitation des enfants par leurs parents ? Ce crime-là, nous l’avouons.

Mais nous brisons, dites-vous, les liens les plus intimes, en substituant à l’éducation par la famille l’éducation par la société.

Et votre éducation à vous, n’est-elle pas, elle aussi, déterminée par la société ? Déterminée par les conditions sociales dans lesquelles vous élevez vos enfants, par l’immixtion directe ou non de la société, par l’école, etc. ? Les communistes n’inventent pas l’action de la société sur l’éducation ; ils en changent seulement le caractère et arrachent l’éducation à l’influence de la classe dominante.

Les déclamations bourgeoises sur la famille et l’éducation, sur les doux liens qui unissent l’enfant à ses parents deviennent de plus en plus écœurantes, à mesure que la grande industrie détruit tout lien de famille pour le prolétaire et transforme les enfants en simples articles de commerce, en simples instruments de travail.

Mais la bourgeoisie tout entière de s’écrier en chœur : Vous autres, communistes, vous voulez introduire la communauté des femmes !

Pour le bourgeois, sa femme n’est autre chose qu’un instrument de production. Il entend dire que les instruments de production doivent être exploités en commun et il conclut naturellement que les femmes elles-mêmes partageront le sort commun de la socialisation.

Il ne soupçonne pas qu’il s’agit précisément d’arracher la femme à son rôle actuel de simple instrument de production.

Rien de plus grotesque, d’ailleurs, que l’horreur ultra-morale qu’inspire à nos bourgeois la prétendue communauté officielle des femmes que professeraient les communistes. Les communistes n’ont pas besoin d’introduire la communauté des femmes ; elle a presque toujours existé.

Nos bourgeois, non contents d’avoir à leur disposition les femmes et les filles des prolétaires, sans parler de la prostitution officielle, trouvent un plaisir singulier à se cocufier mutuellement.

Le mariage bourgeois est, en réalité, la communauté des femmes mariées. Tout au plus pourrait on accuser les communistes de vouloir mettre à la place d’une communauté des femmes hypocritement dissimulée une communauté franche et officielle. Il est évident, du reste, qu’avec l’abolition du régime de production actuel, disparaîtra la communauté des femmes qui en découle, c’est-à-dire la prostitution officielle et non officielle.

En outre, on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité.

Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot.

Déjà les démarcations nationales et les antagonismes entre les peuples disparaissent de plus en plus avec le développement de la bourgeoisie, la liberté du commerce, le marché mondial, l’uniformité de la production industrielle et les conditions d’existence qu’ils entraînent.

Le prolétariat au pouvoir les fera disparaître plus encore. Son action commune, dans les pays civilisés tout au moins, est une des premières conditions de son émancipation.

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme, et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Du jour où tombe l’antagonisme des classes à l’intérieur de la nation, tombe également l’hostilité des nations entre elles.

Quant aux accusations portées d’une façon générale contre le communisme, à des points de vue religieux, philosophiques et idéologiques, elles ne méritent pas un examen approfondi.

Est-il besoin d’une grande perspicacité pour comprendre que les idées, les conceptions et les notions des hommes, en un mot leur conscience, changent avec tout changement survenu dans leurs conditions de vie, leurs relations sociales leur existence sociale ?

Que démontre l’histoire des idées, si ce n’est que la production intellectuelle se transforme avec la production matérielle ? Les idées dominantes d’une époque n’ont jamais été que les idées de la classe dominante.

Lorsqu’on parle d’idées qui révolutionnent une société tout entière, on énonce seulement ce fait que, dans le sein de la vieille société, les éléments d’une société nouvelle se sont formés et que la dissolution des vieilles idées marche de pair avec la dissolution des anciennes conditions d’existence.

Quand le monde antique était à son déclin, les vieilles religions furent vaincues par la religion chrétienne. Quand, au XVIIIe siècle, les idées chrétiennes cédèrent la place aux idées de progrès, la société féodale livrait sa dernière bataille à la bourgeoisie, alors révolutionnaire. Les idées de liberté de conscience, de liberté religieuse ne firent que proclamer le règne de la libre concurrence dans le domaine du savoir.

« Sans doute, dira-t-on, les idées religieuses, morales philosophiques, politiques, juridiques, etc.,

se sont modifiées au cours du développement historique. Mais la religion, la morale, la philosophie, la politique, le droit se maintenaient toujours à travers ces transformations.

« Il y a de plus des vérités éternelles, telles que la liberté, la justice, etc., qui sont communes à tous les régimes sociaux. Or, le communisme abolit les vérités éternelles, il abolit la religion et la morale au lieu d’en renouveler la forme, et cela contredit tout le développement historique antérieur. »

À quoi se réduit cette accusation ? L’histoire de toute la société jusqu’à nos jours était faite d’antagonismes de classes, antagonismes qui, selon les époques, ont revêtu des formes différentes.

Mais, quelle qu’ait été la forme revêtue par ces antagonismes, l’exploitation d’une partie de la société par l’autre est un fait commun à tous les siècles passés. Donc, rien d’étonnant si la conscience sociale de tous les siècles, en dépit de toute sa variété et de sa diversité, se meut dans certaines formes communes, formes de conscience qui ne se dissoudront complètement qu’avec l’entière disparition de l’antagonisme des classes.

La révolution communiste est la rupture la plus radicale avec le régime traditionnel de propriété ; rien d’étonnant si, dans le cours de son développement, elle rompt de la façon la plus radicale avec les idées traditionnelles.

Mais laissons là les objections faites par la bourgeoisie au communisme.

Nous avons déjà vu plus haut que la première étape dans la révolution ouvrière est la constitution du prolétariat en classe dominante, la conquête de la démocratie.

Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’État, c’est-à dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives.

Cela ne pourra naturellement se faire, au début, que par une violation despotique du droit de propriété et du régime bourgeois de production, c’est-à-dire par des mesures qui, économiquement, paraissent insuffisantes et insoutenables, mais qui, au cours du mouvement, se dépassent elles-mêmes et sont indispensables comme moyen de bouleverser le mode de production tout entier.

Ces mesures, bien entendu, seront fort différentes dans les différents pays.

Cependant, pour les pays les plus avancés, les mesures suivantes pourront assez généralement être mises en application :

1. Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l’État.

2. Impôt fortement progressif.

3. Abolition de l’héritage.

4. Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles.

5. Centralisation du crédit entre les mains de l’État, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’État et qui jouira d’un monopole exclusif.

6. Centralisation entre les mains de l’État de tous les moyens de transport.

7. Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production ; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d’après un plan d’ensemble.

8. Travail obligatoire pour tous ; organisation d’armées industrielles, particulièrement pour l’agriculture.

9. Combinaison du travail agricole et du travail industriel ; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.

10. Éducation publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Combinaison de l’éducation avec la production matérielle, etc.

Les antagonismes des classes une fois disparus dans le cours du développement, toute la production étant concentrée dans les mains des individus associés, alors le pouvoir public perd son caractère politique. Le pouvoir politique, à proprement parler, est le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre. Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, seconstitue forcément en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination comme classe.

À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous.

Le modèle de 6ème république? L’Union sacrée de 14-18 !

Mélenchon sur BFM, le 18 mars 2012 (jour du rassemblement à la Bastille…)
« On fait croire que le régime d’assemblée, c’est la pagaille. Il faut se souvenir qu’on a gagné la guerre 14-18 grâce à un régime d’assemblée dans lequel il y avait un comité secret qui dirigeait les opérations aux côtés de Clémenceau! »

 

Il faut se souvenir aussi que le PCF a été fondé en rupture avec cette collaboration de classe de la CGT, cette trahison de la SFIO-PS, qui se sont rangés alors derrière la droite de Clémenceau au nom de l’ « Union sacrée », ceux qui ont mené la guerre avec « leurs comités secrets » antidémocratique et ont cautionné la boucherie impérialiste que fut la première guerre mondiale!

Soit dit en passant, se dire héritier de Jaurès, l’internationaliste pacifiste, et se revendiquer également de Clémenceau, le « père la Victoire de 14-18 », le premier soutien de la contre-révolution en Russie, c’est un tour de force!

 

Source Vive le PCF

2 commentaires

Le mardifeste du Parti Communiste 4

Chaque mardi, un épisode du manifeste

épisode précédent

 

II. Prolétaires et communistes

Quelle est la position des communistes par rapport à l’ensemble des prolétaires ?

Les communistes ne forment pas un parti distinct opposé aux autres partis ouvriers.

Ils n’ont point d’intérêts qui les séparent de l’ensemble du prolétariat.Ils n’établissent pas de principes particuliers sur lesquels ils voudraient modeler le mouvement ouvrier.

Les communistes ne se distinguent des autres partis ouvriers que sur deux points :

1. Dans les différentes luttes nationales des prolétaires, ils mettent en avant et font valoir les intérêts indépendants de la nationalité et communs à tout le prolétariat.

2. Dans les différentes phases que traverse la lutte entre prolétaires et bourgeois, ils représentent toujours les intérêts du mouvement dans sa totalité.

Pratiquement, les communistes sont donc la fraction la plus résolue des partis ouvriers de tous les pays, la fraction qui stimule toutes les autres ; théoriquement, ils ont sur le reste du prolétariat l’avantage d’une intelligence claire des conditions, de la marche et des fins générales du mouvement prolétarien.

Le but immédiat des communistes est le même que celui de tous les partis ouvriers : constitution des prolétaires en classe, renversement de la domination bourgeoise, conquête du pouvoir politique par le prolétariat.

Les conceptions théoriques des communistes ne reposent nullement sur des idées, des principes inventés ou découverts par tel ou tel réformateur du monde.

Elles ne sont que l’expression générale des conditions réelles d’une lutte de classes existante, d’un mouvement historique qui s’opère sous nos yeux. L’abolition des rapports de propriété qui ont existé jusqu’ici n’est pas le caractère distinctif du communisme.

Le régime de la propriété a subi de continuels changements, de continuelles transformations historiques.

La Révolution française, par exemple, a aboli la propriété féodale au profit de la propriété bourgeoise.

Ce qui caractérise le communisme, ce n’est pas l’abolition de la propriété en général, mais l’abolition de la propriété bourgeoise.

Or, la propriété privée d’aujourd’hui, la propriété bourgeoise, est la dernière et la plus parfaite expression du mode de production et d’appropriation basé sur des antagonismes de classes, sur l’exploitation des uns par les autres.

En ce sens, les communistes peuvent résumer leur théorie dans cette formule unique : abolition de la propriété privée.

On nous a reproché, à nous autres communistes, de vouloir abolir la propriété personnellement acquise, fruit du travail de l’individu, propriété que l’on déclare être la base de toute liberté, de toute activité, de toute indépendance individuelle.

La propriété personnelle, fruit du travail et du mérite ! Veut-on parler de cette forme de propriété antérieure à la propriété bourgeoise qu’est la propriété du petit bourgeois du petit paysan ? Nous n’avons que faire de l’abolir, le progrès de l’industrie l’a abolie et continue à l’abolir chaque jour.

Ou bien veut-on parler de la propriété privée d’aujourd’hui, de la propriété bourgeoise ?

Mais est-ce que le travail salarié, le travail du prolétaire crée pour lui de la propriété ?

Nullement. Il crée le capital, c’est-à-dire la propriété qui exploite le travail salarié, et qui ne peut s’accroître qu’à la condition de produire encore et encore du travail salarié, afin de l’exploiter de nouveau. Dans sa forme présente, la propriété se meut entre ces deux termes antinomiques ; le

Capital et le Travail. Examinons les deux termes de cette antinomie.

Être capitaliste, c’est occuper non seulement une position purement personnelle, mais encore une position sociale dans la production. Le capital est un produit collectif : il ne peut être mis en mouvement que par l’activité en commun de beaucoup d’individus, et même, en dernière analyse, que par l’activité en commun de tous les individus, de toute la société.

Le capital n’est donc pas une puissance personnelle ; c’est une puissance sociale.

Dès lors, si le capital est transformé en propriété commune appartenant à tous les membres de la société, ce n’est pas une propriété personnelle qui se change en propriété commune. Seul le caractère social de la propriété change. Il perd son caractère de classe.

Arrivons au travail salarié.

Le prix moyen du travail salarié, c’est le minimum du salaire, c’est-à-dire la somme des moyens de subsistance nécessaires pour maintenir en vie l’ouvrier en tant qu’ouvrier. Par conséquent, ce que l’ouvrier s’approprie par son labeur est tout juste suffisant pour reproduire sa vie ramenée à sa plus simple expression. Nous ne voulons en aucune façon abolir cette appropriation personnelle des produits du travail, indispensable à la reproduction de la vie du lendemain, cette appropriation ne laissant aucun profit net qui confère un pouvoir sur le travail d’autrui. Ce que nous voulons, c’est supprimer ce triste mode d’appropriation qui fait que l’ouvrier ne vit que pour accroître le capital, et ne vit qu’autant que l’exigent les intérêts de la classe dominante.

Dans la société bourgeoise, le travail vivant n’est qu’un moyen d’accroître le travail accumulé.

Dans la société communiste le travail accumulé n’est qu’un moyen d’élargir, d’enrichir et d’embellir l’existence des travailleurs.

Dans la société bourgeoise, le passé domine donc le présent ; dans la société communiste c’est le présent qui domine le passé. Dans la société bourgeoise, le capital est indépendant et personnel, tandis que l’individu qui travaille n’a ni indépendance, ni personnalité.

Et c’est l’abolition d’un pareil état de choses que la bourgeoisie flétrit comme l’abolition de l’individualité et de la liberté ! Et avec raison. Car il s’agit effectivement d’abolir l’individualité, l’indépendance, la liberté bourgeoises.

Par liberté, dans les conditions actuelles de la production bourgeoise, on entend la liberté de commerce, la liberté d’acheter et de vendre.

Mais si le trafic disparaît, le libre trafic disparaît aussi. Au reste, tous les grands mots sur la liberté du commerce, de même que toutes les forfanteries libérales de notre bourgeoisie, n’ont un sens que par contraste avec le trafic entravé avec le bourgeois asservi du moyen âge ; ils n’ont aucun sens lorsqu’il s’agit de l’abolition, par le communisme, du trafic, du régime bourgeois de la production et de la bourgeoisie elle-même.

Vous êtes saisis d’horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée. Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres. C’est précisément parce qu’elle n’existe pas pour ces neuf dixièmes qu’elle existe pour vous. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu’à la condition que l’immense majorité soit frustrée de toute propriété. En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous. En vérité, c’est bien ce que nous voulons.

Dès que le travail ne peut plus être converti en capital, en argent, en rente foncière, bref en pouvoir social capable d’être monopolisé, c’est-à-dire dès que la propriété individuelle ne peut plus se transformer en propriété bourgeoise, vous déclarez que l’individu est supprimé.

Vous avouez donc que, lorsque vous parlez de l’individu, vous n’entendez parler que du bourgeois, du propriétaire. Et cet individu-là, certes, doit être supprimé.

Le communisme n’enlève à personne le pouvoir de s’approprier des produits sociaux ; il n’ôte que le pouvoir d’asservir à l’aide de cette appropriation le travail d’autrui.

On a objecté encore qu’avec l’abolition de la propriété privée toute activité cesserait, qu’une paresse générale s’emparerait du monde.

Si cela était, il y a beau temps que la société bourgeoise aurait succombé à la fainéantise, puisque, dans cette société, ceux qui travaillent ne gagnent pas et que ceux qui gagnent ne travaillent pas. Toute l’objection se réduit à cette tautologie qu’il n’y a plus de travail salarié du moment qu’il n’y a plus de capital.

Les accusations portées contre le monde communiste de production et d’appropriation des produits matériels l’ont été également contre la production et l’appropriation des œuvres de l’esprit. De même que, pour le bourgeois, la disparition de la propriété de classe équivaut à la disparition de toute production, de même la disparition de la culture de classe signifie, pour lui, la disparition de toute culture.

La culture dont il déplore la perte n’est pour l’immense majorité qu’un dressage qui en fait des machines.

Mais inutile de nous chercher querelle, si c’est pour appliquer à l’abolition de la propriété bourgeoise l’étalon de vos notions bourgeoises de liberté, de culture, de droit, etc. Vos idées résultent elles-mêmes du régime bourgeois de production et de propriété, comme votre droit n’est que la volonté de votre classe érigée en loi, volonté dont le contenu est déterminé par les conditions matérielles d’existence de votre classe.

La conception intéressée qui vous fait ériger en lois éternelles de la nature et de la raison vos rapports de production et de propriété – rapports transitoires que le cours de la production fait disparaître –, cette conception, vous la partagez avec toutes les classes dirigeantes aujourd’hui disparues.

Ce que vous admettez pour la propriété antique, ce que vous admettez pour la propriété féodale, vous ne pouvez plus l’admettre pour la propriété bourgeoise.

12

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...