Archive | décembre 2012

Quand la zone franche crée des déserts médicaux à Saint-Quentin (conseil municipal du 10 décembre 2012, intervention d’Olivier Tournay (PCF) pour l’opposition)

 

Xavier Bertrand,Maire de Saint Quentin, ex Ministre de la Santé , Allo Docteur ?

Xavier Bertrand,Maire de Saint Quentin, ex Ministre de la Santé , Allo Docteur ?

 

 

Conseil municipal du 10 décembre 2012

Intervention d’Olivier Tournay (PCF) pour l’opposition

 

Question orale.

Monsieur le Maire

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux

 

L’opposition tient à vous interpeller sur la situation dramatique pour une partie de la population concernant l’accès aux soins.

 

En effet, consulter un médecin généraliste près de chez soi est devenue dans certains quartiers de la ville impossible.

 

Que constatons-nous ?

 

En premier point, une baisse massive  du nombre de médecins généralistes.

Il y a 10 ans, il y avait environ 70 médecins généralistes à Saint-Quentin. Ils sont 51 aujourd’hui. S’il n’y pas de renouvellement, ils ne seront que plus que 27 dans 7 ans, car 75% des généralistes de la ville ont plus de 55 ans.

 

 

En second point, une iniquité flagrante de leur répartition sur le territoire.

En effet, il existe des zones blanches ou quasi-blanches sur des pans entiers de la ville : quartier Saint-Martin, quartier Neuville, quartier de Remicourt, et tout zone blanche dans le quartier Europe.

.

 

Voilà un quartier entier sans médecin de proximité. 8000 habitants[1]…et pas de médecin généraliste. Un quartier qui accumule déjà les difficultés : chômage élevé, 20% de la population sortie du système scolaire sans diplôme, précarité financière très importante.  On ajoute des difficultés aux difficultés.

 

Par contre, force est de constater qu’il doit y avoir beaucoup de malades Boulevard Richelieu vu la myriade de cabinets installés.

 

Alors pourquoi arrive-t-on à cette offre de soin déséquilibrée à Saint-Quentin ? En partie à cause d’une mesure fiscale en place depuis 1996[2] et qui  peut être totalement pervertie, à savoir la zone franche. Ces zones géographiques donnent droit aux entreprises qui s’y implantent à des exonérations fiscales[3] tout en devant répondre à un certain nombre de critères d’emploi[4].

 

L’effet pervers de ce système, ici et ailleurs, fait que des professions libérales, par exemple des médecins, se délocalisent, il n’y a pas d’autre terme, et bénéficient entre autre d’une exonération  de leur impôt sur le revenu allant jusqu’à 100 000 euros ! En clair, des médecins, avec un revenu très confortable par rapport à la moyenne, peuvent ne pas payer d’impôt sur le revenu.

 

A Saint-Quentin, 24 sont partis en zone franche. Certains pour y jouer le jeu en investissant, en créant de l’emploi, et d’autres, non !

 

Conséquence : des populations qui doivent traverser la ville pour se faire soigner, ou changer de médecin, ou contraintes de faire appel aux visites à domicile, ce qui est néfaste au budget de la sécurité sociale.

 

 

Et la mairie dans tout ça ?  Nous ne l’avons pas entendue se plaindre des effets pervers de la zone franche, ni demander à l’amender. Et vous allez me dire, ce n’est pas dans ses prérogatives, mais elle compte installer des maisons de santé, comme pis-aller.

 

Mais que fait le législateur pour garantir à tous véritablement l’accès aux soins de proximité ? Que fait le maire ex-ministre de la santé dans sa ville? »

La situation actuelle est éclairante à ce sujet !

 

 


[1] Source INSEE http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/duicq/zus.asp?reg=22&uu=02501&zus=2202050

[2] loi 96-987 du 14 novembre 1996

[3] Les avantages fiscaux
Les entreprises répondant aux critères ci-dessus sont donc exonérées :
- de l’impôt sur les bénéfices ;
- de la taxe professionnelle ;
- des charges sociales patronales pour la partie de la rémunération mensuelle des salariés inférieure à 1,5 fois le SMIC ;
- des cotisations personnelles, pour les artisans ou commerçants ;
- de la taxe foncière pour les propriétés bâties implantées en ZFU dont l’activité rentre dans le cadre de celles admises par cette loi.

Les entreprises de moins de 5 salariés bénéficient de ces avantages fiscaux pendant :
- 5 ans à taux plein ;
- 5 ans à 60% ;
- 2 ans à 40% ;
- 2 ans à 20%.

Les entreprises dont les effectifs sont supérieurs à 5 salariés conservent ces exonérations pendant :
- 5 ans à taux plein ;
- 1 an à 60% ;
- 1 an à 40% ;
- 1 an à 20%.

 

[4] elles doivent :
- compter moins de 50 salariés à plein temps (2 mi-temps valent 1 plein temps) ;
- répondre à la définition de petite entreprise, telle que l’entend l’Union européenne, c’est-à-dire que leur chiffre d’affaires hors taxe ne doit pas excéder 10 millions d’euros ;
- avoir une activité commerciale, libérale, artisanale ou industrielle. Cependant, elle ne doit pas appartenir aux secteurs de la construction automobile, de la construction navale, de la fabrication de fibres textiles artificielles ou synthétiques, de la sidérurgie, du transport routier de marchandises.

En outre, leur chiffre d’affaires à l’exportation doit être inférieur à 15%.

Enfin, pour bénéficier des remises fiscales, 1/3 des salariés de ces sociétés doit être issu de zones urbaines sensibles. (la moitié actuellement à Saint-Quentin)

1 Commentaire

Base urbaine de loisirs (Bul), encore des millions pour le privé

Encore une fois, l’argent public pleut pour la BUL.

Plus de 52 MILLIONS d'euros pour sa construction, payé avec notre argent, nos impôts et offert au privé en 2010
Base urbaine de loisirs (Bul), encore des millions pour le privé dans Conseil Municipal de St Quentin image_64802793
Inauguration de la Bul, un beau cadeau au privé
 Cet équipement, certes de qualité,  n’en finit pas « d'engraisser » le privé (investissements exclusivement publics 
 puis gestion donnée au privé)

Oui la Bull est un bel équipement, mais TOUS les Saint-Quentinois
 doivent y avoir un accès.
4,50€ pour un adulte et 3,30€ pour un enfant de moins de 12 ans, rien que pour l'entrée piscine : 
pour beaucoup d'entre nous, c'est un luxe.
Cet équipement appartient à tous les Saint-Quentinois, payé avec nos impôts
Nous dénonçons sa gestion "cadeau" au  privée ainsi que  l’augmentation de
 nouveaux crédits alloués par la communauté d’agglomération. La semaine dernière, 
la communauté d'agglomération a voté un budget supplémentaire pour "quelques travaux",  
avec notamment 1,4 million consacré à « la reprise des plages extérieures », suite à des 
fissures constatées. 

Nous dénonçons tous les élus, de droite comme de gauche qui ont voté à

l’unanimité lors de la dernière réunion du Conseil d’agglomérations

 l’attribution de  ces nouveaux millions d’euros pour le privé.

 La Bul doit être  un service public

Des équipements sportifs pour tous  avec un service public de qualité,

voila ce qui doit nous guider.

bul dans Faire Vivre et Renforcer le PCF

Voilà  ce qui guide les communistes du Saint-Quentinois.


		                

130 salariés de Faurecia (filiale PSA) à Saint-Quentin au chômage partiel: Nationalisation

3 millions de chômeurs

14% dans l’Aisne

15,5 à Saint-Quentin

Arrêtons l’hémorragie

130 salariés de Faurecia (filiale PSA) à Saint-Quentin au chômage partiel: Nationalisation dans Communisme-Histoire- Théorie faureciaArticle de l’Aisne Nouvelle : Faurecia a stoppé sa production pour trois semaines. Si le groupe parle sans plus de précision de « fermeture de fin d’année », la CGT invoque le chômage partiel pour les 130 salariés.

Dans l’automobile, la sidérurgie, la pharmacie, les raffineries, les chantiers navals… la recherche du profit capitaliste amène à la suppression de dizaines de milliers d’emplois, à la casse même de l’outil de production. La France est ainsi devenue lourdement importatrice net de biens automobile depuis 2002 (année du lancement de l’euro). Elle est en passe de le devenir pour l’acier etc.

Devant un tel gâchis, l’idée monte : celle de l’appropriation collective par la nationalisation. Elle s’appuie sur l’histoire de notre pays, celle des grandes nationalisations de la Libération notamment, qui ont été des points d’appui pour l’ensemble du monde du travail, pour la réponse aux besoins du pays comme pour la coopération internationale.

Quand l’exigence de nationalisation devient incontournable,images1 dans Faire Vivre et Renforcer le PCF

le pouvoir s’efforce de la contourner !

PCF St-Quentin 02

PCF St-Quentin 02

Une seule solution, LA LUTTE………

François Hollande et son gouvernement poursuivent leur jeu de l’impuissance et leur pédagogie de la résignation.

Ils avancent, quand ils ne peuvent pas faire autrement, des idées marquées à gauche. Mais ils s’appliquent à démontrer qu’on ne peut pas les mettre en œuvre. C’est à quoi depuis une semaine, le chœur dissonant de Montebourg, Ayrault et Hollande, s’évertue pour contrecarrer une exigence qui monte : celle des nationalisations. Avec les hauts-fourneaux d’Arcelor-Mittal à Florange comme cas d’école.

Dans l’automobile, la sidérurgie, la pharmacie, les raffineries, les chantiers navals… la recherche du profit capitaliste amène à la suppression de dizaines de milliers d’emplois, à la casse même de l’outil de production. La France est ainsi devenue lourdement importatrice net de biens automobile depuis 2002 (année du lancement de l’euro). Elle est en passe de le devenir pour l’acier etc.

Devant un tel gâchis, l’idée monte : celle de l’appropriation collective par la nationalisation. Elle s’appuie sur l’histoire de notre pays, celle des grandes nationalisations de la Libération notamment, qui ont été des points d’appui pour l’ensemble du monde du travail, pour la réponse aux besoins du pays comme pour la coopération internationale.

En une semaine, le gouvernement a dû reprendre le mot, mais pour mieux le déformer.

Certains avaient déjà, même dans les directions syndicales, émis la proposition d’une entrée de l’Etat ou de sa banque d’investissement dans le capital de Mittal. Comme si la solution, c’était de renflouer le licencieur ! Les mêmes à l’époque nous avaient présenté les privatisations des grands services publics comme des « ouvertures du capital ».

D’autres font appel, même à « gauche », à l’Union européenne ! C’est précisément son ancêtre, la Communauté européenne du charbon et de l’acier, la CECA, dès les années 50, qui a organisé, loin des peuples, le démantèlement de la filière, notoirement en Lorraine, au profit des grands trusts capitalistes.

Cette semaine, on a entendu parler de « nationalisation-menace », de « nationalisation-dissuasion », de « nationalisation temporaire ». Dans tous les cas, notamment dans la bouche de Montebourg, il n’est jamais question d’autre chose que de soutenir le profit capitaliste, pour le compte d’un repreneur hypothétique (a-t-il jamais existé ?) du site de Florange. La nationalisation aurait coûté au moins 400 millions d’euros d’argent public, alors que, même officiellement, Arcelor-Mittal doit 1,8 milliard d’euros au fisc.

Puis en fin de semaine, plus rien du tout. Dans son bras de fer avec Mittal, Hollande a une faiblesse musculaire… Surprenant !

Toute idée de nationalisation est abandonnée. En échange, se met en place un scénario bien rodé en Lorraine comprenant un plan de pré-retraite et de reclassement des 600 ouvriers de Florange, probablement grassement accompagné d’argent public à Mittal, une promesse de celui-ci du maintien de l’investissement (en fait déjà programmé) et une perspective aléatoire de la remise en fonction des hauts-fourneaux dans un cadre « écologique » et européen, avec 70% d’investissement public, toujours pour le compte de Mittal.

« Scandaleux », voilà le mot trouvé par Madame Parisot pour qualifier toute perspective de nationalisation. « Scandaleux », c’est le mot approprié pour la politique du gouvernement au service du Medef qui cherche à enterrer toute idée de nationalisation.

A juste titre, les salariés sont écœurés. La lutte va continuer.

L’exigence d’un vaste programme de nationalisations démocratiques des secteurs clés de l’économie n’est pas étouffée. Au contraire, elle s’étend. Elle est reprise par les salariés de Petroplus, des Chantiers de l’Atlantique. Le scandale PSA, aux actionnaires gorgés par des décennies d’aides publiques, avec la liquidation de l’usine d’Aulnay, fait avancer l’idée de la nationalisation des constructeurs automobile.

Communistes de dizaines de sections du PCF, nous avons fait signer massivement une pétition dans ce sens .

Nous mettons en débat le lancement d’un appel « pour un vaste programme de nationalisations démocratiques des secteurs clés de l’économie (industrie, secteur financier, grande distribution) et pour la reconquête des grands services publics ».

A la pédagogie de la résignation, du moindre mal, de l’accompagnement, à celle de l’indignation stérile, nous opposons la développement des luttes sur des positions de rupture.

 

 

 

 

Notre pétition de septembre :

Retrait du plan de casse de PSA!  Nationalisation de PSA et Renault!

Sans surprise, François Hollande, après l’indignation feinte, joue l’impuissance devant le plan de casse de 8000 emplois à PSA et la liquidation de l’usine Citroën d’Aulnay. Un rapport d’expert, de complaisance, vient habilement soutenir sa position. Il critique la stratégie de la direction mais juge la « restructuration » inéluctable et oppose perfidement les ouvriers d’Aulnay à ceux de Madrid. Maintenant, le gouvernement va s’appliquer à aménager « socialement » le plan pour mieux le faire passer.

Et pourtant, les politiciens de tous bords n’ont cessé, durant toute la campagne électorale, de clamer leur volonté de redresser l’industrie. Et bien ils le peuvent mais il faut les y contraindre!

Aujourd’hui, au nom de la crise, le nouveau gouvernement accompagne la stratégie du tout profit des actionnaires de Peugeot, comme hier, le gouvernement précédent a délivré des milliards d’euros d’aides publiques, directes et indirectes, aux capitalistes du secteur. Renault, dont l’Etat reste l’actionnaire de référence mais dont les profits sont absorbés à 85% par le privé, a impulsé la politique de délocalisation et de casse industrielle en France.

Une lutte nationale peut imposer autre chose que ces choix hypocrites :

- Le retrait pur et simple du plan de « restructuration » de PSA.

- Le remboursement des aides publiques reçues.

- La fin de la mise en concurrence destructrice, organisée par l’UE, notamment avec l’euro, entre les travailleurs de chaque pays. Notre peuple a déjà dit NON aux traités européens. Faisons-le respecter !

L’industrie et l’industrie automobile en particulier sont des priorités nationales? Oui ! Alors posons la question de la nationalisation des deux entreprises centrales, dont dépendent les équipementiers et sous-traitants, qui structurent des bassins d’emploi entiers, avant qu’il ne soit trop tard !

Que l’on ne nous dise pas que c’est trop cher ! La capitalisation boursière de Peugeot-Citroën est tombée à 2,25 milliards d’euros. C’est 20 fois moins que le coût de l’avion de guerre Rafale !

Historiquement, la nationalisation, après l’expérience de la Libération, n’a rien à voir en France avec les opérations de renflouement momentané par l’Etat des trusts comme General Motors aux Etats-Unis. Un rapport de force existe pour, par la lutte, par l’intervention des salariés, se débarrasser des intérêts privés, gagner d’autres choix industriels dans l’intérêt du pays: la réponse aux besoins face à la logique du profit.

Nous demandons au gouvernement et au président d’imposer immédiatement le retrait du plan de casse des patrons de PSA, de nationaliser  PSA et de renationaliser intégralement Renault.

Conseil municipal du 10/12/2012 Vote du budget et consultation – intervention d’Olivier TOURNAY (PCF) pour l’opposition

Conseil municipal du 10/12/2012 Vote du budget et consultation - intervention d'Olivier TOURNAY (PCF) pour l'opposition dans Conseil Municipal de St Quentin OLIVIER-TOURNAY

OLIVIER TOURNAY, élu Communiste

Conseil municipal du lundi 10 décembre 2012

Intervention d’Olivier Tournay (PCF) pour l’opposition

 

Vote du  budget 2013

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux.

 

Comme chaque année, nous avons reçu dans notre boîte aux lettres le budget à la loupe 2012.

Comme chaque année, c’est un quasi copié collé de l’année précédente.

Comme chaque année, c’est un outil de désinformation, partiel et partial.

 

Un point positif tout de même, point de mensonge sur les augmentations d’impôts en d’autres temps, comme ce fut le cas dans l’édito de l’an dernier. C’est bien monsieur le Maire, en progrès.

 

Pour le reste, c’est à revoir.

Pourquoi ?

Parce que l’on nous refait encore le coup de la pastille rouge sur les spécimens de la taxe foncière et de la taxe d’habitation. En rouge donc,  l’augmentation de la taxe foncière il y a 3 ans par le conseil général, mais toujours pas la compensation due à la baisse de la taxe d’habitation  du même conseil général (ce qui a effectivement  eu des conséquences pour les bailleurs sociaux, nous le regrettons et le disons chaque année).  Mais à côté, sur le spécimen, nulle mention des augmentations passées de l’intercommunalité. Pourriez-vous me dire Monsieur le Maire,  de combien ont progressé (en pourcentage, comme vous le faites, pour le conseil général)  les taux de la communauté d’agglomération sur la taxe d’habitation entre 2010 et 2012 ? (je vous aide : on passe d’un taux de 1.78% à 9.39% soit 524% d’augmentation). Magie des chiffres ! Et comme quoi, on arrive à beaucoup de conclusions avec des pourcentages.

Dans le même ordre d’idée, pas de rappel de la création d’une taxe de l’intercommunalité sur la taxe foncière. Et pour en finir avec les petites bulles, vous découvrez cette année que la loi de Finances augmente chaque les bases d’imposition. C’était étrangement tu les années précédentes.

 

 

Tout ça pour dire, qu’utiliser 3 ans de suite le même procédé, c’est-à-dire donner des informations partiales, ce n’est plus de la désinformation, c’est de l’acharnement.

 

 

Et comme toujours, l’opposition n’a pas le droit à la parole.

 

Nous aurions pu combler les oublis :

 

-          le manque de places en crèche

-          le toujours coût exorbitant de l’inutile vidéosurveillance, dont vous ne faites que chaque fois donner quelques exemples certes frappants, mais sans les situer dans le temps ni dans la masse des actes de délinquance. Vidéosurveillance dont vous refusez toujours d’évaluer l’impact et l’utilité par la mise en place d’un protocole d’étude).

 

-          rien sur les loyers qui continuent d’augmenter à Habitat Saint-Quentinois : +2.42% d’augmentation, soit 16,3%  depuis 2008.

 

-          Rien sur la formation et l’emploi qui  est pourtant à vos dires votre priorité. Au 2d trimestre 2012, le chômage a légèrement reculé à Saint-Quentin (vu la date je me garderai bien de  dire qui doit s’en octroyer la paternité), mais sur l’année, ce chômage reste est en hausse de 5.6%. Source INSEE bien entendu.[1]

 

 

 

-          Et nos autres réflexions sur meilleure utilisation de l’argent public : repenser un transport collectif accessible à tous,  le retour total en régie de l’eau, la fin des délégations de service public coûteuses, permettre une réelle diversité culturelle avec une salle des musiques amplifiées tant attendue.

 

 

Enfin, est-ce vraiment un budget que vous présentez dans cette brochure ? C’est plutôt un rapport d’activité.

Votre programme municipal n’étant peut-être pas assez nourri, vous faites appel pour la seconde fois dans ce mandat à une consultation. A quoi sert ce budget dans ce cas là ?

 

Mais d’un autre côté, on demande l’avis sur des projets déjà en cours (quai Gayant, place de la gare, Basilique). Qu’est-ce qui se passe si l’on s’y oppose ? Et il est posé des question de bon sens : voulez-vous que l’on rénove le trottoirs, les écoles ?

 

 

Bref, on donne l’impression de donner la parole aux gens, ce n’est qu’un nuage de fumée.

La preuve s’il en fallait une : les résultats de la précédente consultation. Regardons la page des projets les plus utiles et les moins utiles.

Dans les projets les plus utiles :

-          poursuite de la remise à niveau des écoles. Effectivement, les écoles Kergomard et David et Maigret ont été rudement remise à niveau.

-          Mise en place d’actions d’accompagnement à l’emploi (qui est également dans la brochure de cette année) : on les cherche !

 

 

Dans les projets les moins utiles :

-          équipement des écoles avec tableaux numériques.

-          Création d’une cité de l’image et du son.

 

Il semblerait Monsieur le Maire que vous n’ayez pas tenu compte de la précédente consultation.

 

Pour en revenir au budget, vous l’aurez bien compris, nous ne voterons pas ce budget qui ne pas en considérations les besoins de la population.

 

 

Merci de votre attention.

 

 

 


[1] www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/duicq/uu.asp?reg=22&uu=02501

Les camarades de Saint-Quentin

Les camarades de Saint-Quentin dans Faire Vivre et Renforcer le PCF en-tete-blog-20121-300x84

La situation politique exige plus que jamais l'existence d'un grand parti communiste dont la nécessaire indépendance de pensée doit être entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte des classes.

2000- 2010Pas de droits sur l'album 200130

Pas de droits sur l'album 254457

Retraites : Manifestation du 23 SEPTEMBRE 2010
Album : Retraites : Manifestation du 23 SEPTEMBRE 2010
La situation politique exige plus que jamais l’existence d’un grand parti communiste dont la nécessaire indépendance de pensée doit être entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte des classes.
10 images
Voir l'album
 Pas de droits sur l'album 200128Pas de droits sur l'album 268746

 

 

 

L\’International

 

Le PCF de Saint-Quentin dénonce les problèmes de chauffage à Habitat Saint-Quentinois

Le PCF de Saint-Quentin dénonce les problèmes de chauffage à Habitat Saint-Quentinois dans Le PCF à St Quentin chauffage-2012-pcf-1-300x215Lundi 17 décembre 2012, la section du PCF de Saint-Quentin, les Communistes du Quartiers de Neuville  ont dénoncé publiquement les problèmes de chauffage auxquels  sont confrontés des locataires d’Habitat Saint-Quentinois particulièrement en période de grand froid.

Il n’est pas tolérable que certains locataires vivent dans des appartements dont la température peine à dépasser les 12 degrés. Plusieurs locataires nous ont rejoints et nous ont confirmés les faibles températures dans leur logement

Cette situation qui est le fruit d’un différend, d’une histoire de « gros sous » entre Habitat Saint-Quentinois et le prestataire Missenard-Quint, n’a pas à être subi par les locataires, l’habitat Saint-Quentin ne doit pas oublier qu’il gère du logement dit « social », que beaucoup des locataires sont des salariés et/ou travailleurs pauvres, disposant de faibles ressources  mais aussi des personnes âgées ou des enfants.
L’habitat Saint-Quentin a certes protesté auprès du prestataire,  mais force est de constater que la situation s’enlise depuis plusieurs semaines. Et se sont les locataires qui subissent la double peine : payer des charges pour un chauffage défaillant (s’ ajoutant à un loyer qui a augmenté de 16, 5% depuis 2008) et supporter le coût d’un chauffage d’appoint (pour ceux qui le peuvent !), grévant encore davantage les faibles budgets.

 

Face à cette situation inacceptable, le PCF de Saint-Quentin interpelle la municipalité.  Celle-ci préside Habitat Saint-Quentinois et donc doit prendre toute la mesure de sa responsabilité pour qu’enfin tous , les locataires aient accès à un chauffage de qualité et que le surcoût dû au chauffage d’appoint soit pris en charge.

 

Ils appellent les locataires à garder tous les justificatifs liés au surcout du chauffage d’appoint et  à les contacter si la situation ne s’améliore pas pour qu’ensemble nous décidions des suites à donner.

 

Les Communistes de Saint-Quentin restent vigilants et attendent des résultats très rapides.

 

Olivier TOURNAY, conseiller municipal PCF de Saint-Quentin, administrateur d’Habitat Saint-Quentinois.

 

sans-titre-11-172x300 dans Luttes, grèves, manifs2012-12-17-17.26.212-300x225

21-223x3002012-12-17-17.25.46-300x225

 

Première étape vers le 36eme congrès du Parti Communiste Le vote des textes

Première étape vers le 36eme congrès du Parti Communiste Le vote des textes dans 36éme Congrès du PCF pcf-st-quentin

 file:///C:/Users/coco/Desktop/VOTE%20AISNE%20ET%20ST%20QUENTIN%20CONGRES%2036%20DEC%202012.htm

Les communistes du Saint-Quentinois se sont prononcés vendredi 14  et 15 décembre 2012 sur l’un des 4 textes proposés : le projet de la direction sortante et 3 textes alternatifs.

Malgré les turbulences de cette année, la section ne dépose pas le marteau et la faucille à terre. Elle garde ses positions de classe et prépare la riposte  face à la politique programmée de super austérité et à la violence sociale qu’elle engendre.

Les camarades se sont déplacés à la Maison des Communistes du Saint-Quentinois pour marquer leur union militante et s’exprimer clairement

A 94% pour le texte alternatif  n°3 «  Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement, cosigné par Jean Luc TOURNAY(secrétaire de la section) et Corinne BECOURT (membre du conseil national)

La section du Parti Communiste de Saint-Quentin enfonce le clou pour un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe.

La commission électorale composée de Serge CARRIER-Olivier TOURNAY-Jean Philippe CATTEAU- Aurélien et Corinne BECOURT, Jean Luc TOURNAY  s’est déplacée à la Fédération du PCF à Tergnier pour remettre ses résultats.

Saint-Quentin 1ére section PCF du Département
VOTE DU 14 ET 15 DECEMBRE 2012
SECTION INSCRITS A JOUR DE COTISATIONS VOTANTS TEXTE CN TEXTE 1 Unir TEXTE 2-la riposte TEXTE 3 résolument communiste
BOHAIN 18 18 13 4 1 0
CHÂTEAU THIERRY 47 23 18 2 3 0
CHAUNY 87 53 52 1 0 0
HIRSON 26 15 11 0 4 0
LEHAUCOURT 14 11 11 0 0 0
LAON 55 36 29 2 5 0
SAINT-QUENTIN 106 100 0 0 1 99
Celllule Gauchy-St-QUENTINOIS 37 31 26 1 4 0
SOISSONS 57 46 35 8 1 2
TERGNIER 51 51 50 0 0 0
TOTAL 498 384 245 18 19 101
% PAR RAPPORT AUX INSCRITS 77,11 63,80 4,69 4,95 26,30
Congres 2008 497 255 118
Notre section avait 1 seul vote par correspondance, mais il n’ai jamais arrivé à la Fédération
Ou sont les nombreuses adhésions annoncées, même constat au niveau national
National Inscrits Votants
15/12/12 63033 34158
01/06/11 69227 48631
PERTES ADHERENTS 6194 14473

 

Quartier de Neuville, exigeons un chauffage décent dans nos logements. LUNDI 17 décembre A 17H Devant l’école Henri Arnould

PCF St-Quentin 02

PCF St-Quentin 02

Parti Communiste Français- Section de Saint-Quentin

22, rue de la Pomme Rouge-02100 Saint-Quentin

pcfquentin@gmail.com- Tel: 06.26.09.26.48

Les Communiste de la Cellule Victor Jara

 

LOCATAIRES EN COLÈRE

Encore des problèmes de chauffage dans nos immeubles

Malgré les promesses de Xavier Bertrand, Maire de Saint-Quentin et de l’OPAC, nous sommes encore trop nombreux à devoir utiliser un chauffage d’appoint ou  nous  résoudre à Quartier de Neuville, exigeons un chauffage décent dans nos logements. LUNDI 17 décembre  A 17H Devant l'école Henri Arnould dans Faire Vivre et Renforcer le PCF 0000502113-0-300x200avoir froid, surtout lorsque les températures baissent.

C’est intolérable !

Locataires, nous payons un loyer qui a encore augmenté et des charges bien élevées pour pouvoir exiger  un chauffage de qualité.

L’Opac doit remplir ses engagements . Nous vous donnons rendez-vous

LUNDI 17 décembre  A 17H Devant l’école Henri Arnould (devant les tours)

 

Pour un chauffage de qualité pour tous 

Ensemble, nous faisons entendre notre voix

La presse sera invitée

Les Communistes du Quartier de Neuville

1 Commentaire

La direction du PCF abandonne « la faucille et le marteau » (Pas nous), sans débat interne, sans discussion, sans même l’avis du conseil national !

Sans débat interne, sans discussion, sans même l’avis du conseil national, la « faucille et le marteau » ont disparu de la nouvelle carte du PCF, remplacés par le logo de l’euro-compatible « Gauche européenne »…

Qui peut nier l’effacement communiste et qu’en pensent les adhérents ? La direction du PCF abandonne

 

Une autre méthode dans l’Aisne, pour un Front de Gauche qui supplante le PCFfd-et-carte-300x152 dans Communisme-Histoire- Théorie

 

 

Les camarades de Lorraine : Nationalisation de toute la sidérurgie

Les camarades de Lorraine : Nationalisation de toute la sidérurgie dans Communisme-Histoire- Théorie banderoleLa nouvelle est tombée comme un couperet: Ayrault a décidé de ne pas nationaliser Florange mais de passer un « accord » avec Mittal, promettant 180 millions d’euros d’investissement sur 5 ans pour le site.

Encore une fois le gouvernement ne fait preuve d’aucun courage pour sauver l’industrie. Il renonce ainsi à l’ambition d’une relance durable du site et préfère faire confiance à un milliardaire qui, dans tous les sites belges, luxembourgeois et français privilégie une stratégie financière contre l’investissement productif.

 

TROP, C’EST TROP

Ça suffit ! La Lorraine, et singulièrement les sidérurgistes de la Fensch, n’en peuvent plus d’être les otages de marchés indignes.

Indigne, le jeu cynique de la famille Mittal. Indignes, les batailles de pouvoir dans les palais parisiens. Indigne, le mépris des uns et des autres pour les ouvriers et les techniciens d’Arcelor, pour les salariés des sous-traitants de la sidérurgie, pour les élus locaux.

Qui nous convaincra que les vieilles rivalités entre le Premier ministre et son ministre du Redressement productif n’ont pas pesé d’un poids néfaste sur le traitement du dossier Florange par le gouvernement ? Qui osera affirmer que la direction d’ArcelorMittal a attendu mercredi, quatre jours après la conclusion de l’accord de Matignon, pour s’aviser que le projet Ulcos serait émaillé de difficultés techniques telle qu’il en devenait irréalisable en l’état ?

Toutes les  justifications du monde n’y changeront rien. Les sidérurgistes mosellans, qui ont fait preuve d’un incroyable sang-froid depuis le début de leur bras de fer avec le magnat indien, se voient en retour condamnés à subir le poids d’enjeux qui les dépassent. Et à travers leur drame, c’est toute une région qui voit son image à nouveau dégradée, alors qu’elle se bat ici pour inventer un avion, là pour accueillir les marchés de l’Orient, ailleurs pour construire l’automobile du futur. Alors, maintenant, vraiment, il est plus que temps que l’on cesse de jouer avec les nerfs des Lorrains. Ça suffit !

Nationaliser n’est pas un « gros mot »

L’État doit, par la nationalisation, le contrôle public, assurer l’avenir industriel de Florange et de notre sidérurgie.

Nationaliser, cela nécessite des droits d’intervention, de contrôle des salariés pour d’autres critères de gestion répondant à l’intérêt général.banderole-300x52 dans Faire Vivre et Renforcer le PCF

A contre sens

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division.

La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès, en rassemblant l’ensemble de tous les travailleurs, que nous devons nous battre. La lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait, camarades. C’est la volonté d’un Parti Communiste fort et influent !

Paul Barbazange, décembre 2012Dans la partielle de Béziers, Paul Barbazange  a choisi à nouveau d’aller à contre sens. Il a effacé  son Parti pour une démarche floue, Don Quichotte dans un Front de Gauche satellite du PS, qui prive toute volonté, toute ambition révolutionnaire !!!

Dimanche, le candidat FdG enregistre une chute vertigineuse, passant de 6,26% en juin à 4,48%  en décembre dès le 1er tour,  ce triste résultat marque les limites du texte alternatif n° 1,   »Pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur, » que défend notre camarade. Il accentue l’abandon et les renoncements du drapeau rouge du mouvement ouvrier.

Plus grave encore, il oblige dès aujourd’hui, 9 décembre 2012,  toutes les victimes de la crise à se livrer pieds et mains liés à l’exploitation et à l’écrasement !

Mes camarades, battons-nous pour un Parti résolument communiste, dans l’affrontement de classes.

« L’émancipation des Travailleurs sera l’œuvre des     Travailleurs eux-mêmes » (KARL MARX)

 

MONNINI Eric,

Membre du bureau de section

Motion déposée par la section de St-Quentin au Sous-Préfet le jeudi 29 novembre 2012

Motion déposée par la section de St-Quentin au Sous-Préfet le jeudi 29 novembre 2012 dans Divers pcf-st-quentin

 

PARTI COMMUNISTE FRANCAIS-                               Saint-Quentin le 29/11/2012     

Section de Saint-Quentin

22, rue de la Pomme rouge

02100 Saint-Quentin                                                                                                                      

 

 

 

MOTION remise à Monsieur le

                                                                                        SOUS-PREFET de Saint-QUENTIN 

 

   motion-palestine-201 dans Luttes, grèves, manifsSOLIDARITE AVEC GAZA ET RECONNAISSANCE DU PEUPLE PALESTINIEN A L’ONU

 

      Aujourd’hui, jeudi 29 novembre 2012, journée internationale de Solidarité avec le peuple Palestinien, un vote est prévu pour l’amélioration du statut de la Palestine, comme état non-membre à l’Assemblée Générale de l’ONU .

Cela fait prés d’un siècle que sont niés à ce peuple ses droits nationaux et jusqu’aux droits humains fondamentaux.

Depuis le 14 novembre 2012 , Israel a lancé une nouvelle offensive contre la bande de GAZA ;

Le triste bilan de cette opération fait état de 160 morts palestiniens et de plus de 1 000 blessés parmi la population civile.

Cette agression est étroitement liée avec les élections israéliennes qui se tiendront en janvier prochain.

Nous assistons à une attaque criminelle contre un peuple assiégé à GAZA. Cela n’a rien à voir avec la sécurité et tout à voir avec la négation du droit inaliénable de ce peuple à l’auto-détermination.

 

Le peuple Palestinien a subi la dépossession et l’exil forcé depuis 1948 ; prés d’un million de Palestiniens ont été expulsés de force de leurs maisons ; l’occupation israélienne en juin 1967 de la Cisjordanie et de la bande de Gaza n’a apporté que de nouvelles souffrances alors que la résolution 242 de l’ONU prévoit qu’Israel doit évacuer ces territoires.

 

Les politiques israéliennes tout au long de ses 45 années d’occupation ne reposent que sur l’expropriation des terres, les colonies, le siège de GAZA et la Cisjordanie, la démolition des maisons et le mur de la honte qui enserre cette terre palestinienne.

 

Mettre un terme à cette occupation est la seule issue pour les Palestiniens, pour pouvoir mener une vie de prospérité et de progrès, c’est la seule façon de concrétiser la liberté et la dignité de ce peuple.

 

Depuis 2007 , l’Etat d’Israel maintient un blocus inhumain contre Gaza ; c’est une véritable catastrophe humanitaire .

Quelles sont les réactions de la communauté internationale ?

           Où est la France, du Président Hollande ?

 

Dans son discours à l’ONU le 25 octobre dernier, le président de la République Française met en garde contre le péril Syrien, Iranien, appelle à des interventions armées ; rien sur l’agression Israélienne !

          Il y a deux semaines, il accueillait en grande pompe le Premier ministre israélien Netanyahu, premier fauteur de guerre.

 

 Où est l’Union Européenne, «  prix Nobel de la Paix  » ?

Elle a signé en juillet, un accord de coopération avec Israel dans de nombreux domaines dont le militaire. L’UE importe massivement des biens «  made in Israel  » produits dans les territoires occupés.

La position des  Etats Unis d’OBAMA, n’est guerre différente de celle de la droite républicaine ; il apporte son soutien total au droit d’Israel de se défendre .

La France par le biais de son ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius a annoncé que Paris soutiendrai le Président palestinien, Mahmoud Abbas ; si c’est le cas ,il était grand temps que la France reconnaisse l’Etat Palestinien à l’ONU pour redonner crédit aux dirigeants palestiniens. La position française, hésitante jusque là, obtenue grâce à la mobilisation de l’opinion est affaiblie estimant que la négociation nécessaire entre Israel et l’OLP , pour l’existence effective de l’Etat Palestinien doit être «  sans condition immédiate   » , ce qui veut dire que les palestiniens ne devraient pas exiger l’arrêt de la colonisation avant toute discussion ! Autant dire que Paris ne compte pas exercer de pressions sur Tel-Aviv.

 

La mobilisation grandit en Palestine, mais aussi en Israel comme dans de nombreux pays.

 

Faisons la grandir en France à partir de revendications légitimes, de justice :

 

Arrêt des attaques meurtrières d’Israel et levée  immédiate du blocus israélien inhumain sur la bande de GAZA et la Cisjordanie.

Respect des résolutions de l’ONU, dont la 242 qui doit mettre fin à l’occupation israélienne.

Démantèlement de toutes les colonies et reconnaissance d’un Etat palestinien indépendant, dans les frontières de 1967, avec Jérusalem – Est comme capitale.

 

Exigeons du gouvernement français :

l’arrêt de toute collaboration militaire française avec Israel, d’achat et de vente d’armements avec ce pays.

Le boycott des produits israéliens issus des territoires palestiniens occupés.

La lutte contre toute forme de racisme, d’antisémitisme est indissociable de la lutte pour la paix le respect du droit des peuples, la justice et le développement

 

SECTION DU PARTI COMUNISTE FRANCAIS DE SAINT-QUENTIN

 

Nous sommes près de 200 communistes à avoir reçu la lettre de la direction nationale du PCF….Réponses à Jacques Chabalier… Marc Jammet, conseiller municipal et Armelle HERVE, secrétaire de Section Mantes La Jolie

 

Nous sommes près de 200 communistes à avoir reçu la lettre de la direction nationale du PCF....Réponses à Jacques Chabalier... Marc Jammet, conseiller municipal et Armelle HERVE, secrétaire de Section Mantes La Jolie dans 36éme Congrès du PCF imagesArmelle HERVE Le 30 novembre 2012

 

31 Rue Pierre Curie

 

78200 Mantes la Jolie

 

 

 

 

 

A Jacques CHABALIER

Je viens de recevoir ta lettre circulaire – non signée – me signifiant que ma signature apposée au texte alternatif « Ni abandon, ni effacement, un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe » n’avait pas été validée faute de cotisations à jour.

Je n’ose croire que tu te sois laissé abuser par la Fédé des Yvelines ! Lequel de vous deux est le plus malhonnête (au moins) intellectuellement ?

Aucune précision ne m’a été demandée par courriel, par téléphone …

 

Je vais donc t’expliquer les choses : suite à un accord entre la section de Mantes la Jolie et la Fédé 78, depuis l’an passé, il a été convenu de faire le point une fois par an, au nom par nom, pour les adhérents qui règlent leur cotisation en espèce ou en chèque à l’ordre de notre section. Il était entendu que les règlements ADF PCF et les prélèvements automatiques seraient encaissés par la Fédé – qui par ailleurs nous reverse avec un délai plus ou moins long la part qui nous revient … (ce n’est pas exactement cela dans les statuts, je me permets de te le rappeler toi que je sais tatillon …)

 

Je ne vais pas m’attarder sur les difficultés à faire vivre un parti essentiellement organisé dans la grande cité populaire du Val Fourré, à Mantes la Jolie, sur les bonheurs et les espoirs que portent nos luttes. C’est le cas notamment pour l’embauche de salariés à la CAF ; pour la réouverture du service de cardiologie interventionnelle dans notre hôpital public depuis …2 ans ½ . Non, je ne m’attarderai pas sur ces sujets, je crois que tu as bien d’autres préoccupations bureaucratiques, loin de ces activités extérieures qui ont pour modeste ambition d’organiser la lutte, de nourrir le débat idéologique sur la nécessité d’un changement de société en rupture avec le capitalisme.

 

Alors, pour en venir à l’essentiel de ton courrier administratif, je te précise qu’en un peu plus de 30 ans de Parti, j’ai toujours été à jour de mes cotisations (quelle que soit ma situation financière par ailleurs). Lorsque j’étais adjointe au Maire, je « virais » directement l’intégralité de mon indemnité à la Fédé, et il fut une époque où je versais aux différentes souscriptions.

Mais je te sens encore sceptique, alors je t’adresse la photocopie des chèques versés. Pour finir de te rassurer je te joins celle du dernier trimestre 2012 que je remets ce jour à ma trésorière.

Avec cette mise au point je te demande de faire un rectificatif, public, dans Communistes, et à l’attention des adhérents. Je persiste et signe pour le texte alternatif « Ni abandon, ni effacement, un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe » et te demande de l’enregistrer.

Je ne te demande pas d’excuses, je sais qu’elles ne seront pas sincères puisque tu es dans un affrontement idéologique. Tes pratiques sont à l’opposé de tout principe démocratique digne de ceux que je combats.

Je ne te salue pas.

Armelle Hervé

Secrétaire de la section de Mantes la Jolie (78)

marc-jammet-300x225 dans Communisme-Histoire- Théorie

Marc lors de notre débat à la fête des Libertés

Marc Jammet

Membre du Conseil départemental des Yvelines du PCF

Conseiller municipal de Mantes la Jolie

31 rue Pierre Curie

78200 Mantes la Jolie

A

Jacques Chabalier

Responsable Vie du Parti

2, place du Colonel Fabien

75019 Paris

Copie à Pierre Laurent

Secrétaire national du PCF

Le 1° décembre 2012

 

Cher camarade,

 

Ton courrier est une insulte au militant et à l’élu que je suis, respectivement depuis 35 ans et 10 ans.

J’ai toujours été à jour de mes cotisations et, bien souvent, davantage qu’au taux préconisé.

Je te signale que je finance seul, en sus de mes cotisations, mon bulletin d’informations municipales envoyé à plus de 1.000 Mantais par La Poste, trois fois par an – soit 3.000 euros annuels alors que je sors à peine d’une période de chômage de 3 ans et 6 mois.

Pour ce qui concerne la fédération des Yvelines, je t’invite à te rapprocher d’elle et à lui demander des explications sur ce qui semble être, pour le moins, « une légèreté » de la direction.

Il faut en effet que tu saches qu’après quelques péripéties et parce que notre fédération ne reversait pas la part qui revenait aux sections, nous avons passé un accord nous permettant de garder les cotisations qui nous sont versées directement avant que nous ne régularisions, une fois par an, les comptes.

 

Cela nous permet tout simplement de pouvoir disposer d’un « fonds de roulement » pour mener notre activité politique. C’est le cas notamment de notre action pour que la CAF de Mantes la Jolie réponde à sa mission de service public ou celle encore contre la privatisation d’une partie des services de notre hôpital (qui a rassemblé 27.000 signatures sur un bassin de vie de 100.000 habitants).

 

La fédération le sait d’autant plus qu’elle a envoyé un courrier à notre trésorière lui demandant de lui indiquer quels adhérents étaient à jour. Notre camarade lui a répondu aussitôt (je suis à jour – comme tous les autres camarades signatures du texte).

Je m’étonne donc que, sans attendre notre réponse, la fédération nous ait déclarés « non-cotisants » alors qu’elle vient de reconnaître avoir attribué « 40 adhérents fantômes » à une autre section depuis 2009.

 

Au-delà de cette « cuisine » à l’odeur peu ragoutante, tu ne m’empêcheras pas de penser que le courrier « très moral » que tu viens de m’adresser ne vise qu’à une chose : casser le thermomètre pour faire réélire la direction nationale actuelle et donner une caution démocratique à une ligne politique qui mène droit à la disparition du PCF et de ses idéaux au profit d’une partie de pouvoir dans une société que la direction nationale a renoncé à changer.

 

Pour ce qui me concerne – et j’en suis persuadé, l’ensemble de mes camarades que tu veux considérer comme quantité négligeable, je te réaffirme notre volonté de faire vivre et développer un parti communiste utile au changement de notre société et à la construction du socialisme dans notre pays.

 

Cordialement

Marc Jammet

PRES DE 200 COMMUNISTES EN FRANCE ET SIGNATAIRES DU TEXTE pour le 36éme Congrès du PCF

« Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement!

Aisne, Somme, Oise, Gironde, Var, région parisienne, etc…..

ONT RECU LA LETTRE DE LA DIRECTION NATIONALE DU PCF

DONT JEAN  A ST QUENTIN /LUC TOURNAY SECRETAIRE DE SECTION

PAULETTE CARPENTIER

SERGE CASIER

CHRISTIAN PLE

  CORINNE BECOURT, membre du Conseil National…ET d’autres

De quoi la direction du PCF a-t-elle peur?

Communiqué des signataires du texte alternatif, 30 novembre 2012 (en PDF)

 

rond dans ELECTIONS: Un moyen pas un objectifLe 17 novembre, au nom de 450 communistes, dont 8 membres du Conseil national du PCF, 2 secrétaires de fédération, plus de 30 secrétaires de section, nous avons déposé un texte alternatif à la « base commune alternative » de la direction du Parti, « Rallumer les étoiles ».

Notre texte s’intitule « Un Parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement ».

Il pose la nécessité du bilan de l’opération Front de gauche, décidée unilatéralement par la direction. Il propose la rupture avec cette nouvelle étape de la stratégie d’effacement du PCF, de ses positions et de son organisation, d’alignement sur une social-démocratie « de gauche », avec Mélenchon comme porte-parole de fait et une dévalorisation du vote communiste.

Notre texte analyse les graves conséquences des illusions semées sur Hollande et sur l’alternance. Il porte la nécessité, face à la super-austérité programmée « de gauche », de grandes campagnes, en lien avec les luttes, contre l’Union européenne du capital et son instrument, l’euro, pour la défense intransigeante du financement solidaire de la Sécurité sociale, des services publics… Il porte la nécessité de renouer avec notre perspective révolutionnaire, le socialisme : « Il est gravement illusoire de laisser croire que l’on pourrait mettre « l’Humain d’abord » sans rompre avec le capitalisme et l’exploitation de l’homme par l’homme », écrivons-nous.

Nous proposons une adresse nationale au peuple de France pour la nationalisation des secteurs clefs de l’économie, à commencer par l’industrie, les institutions financières, la grande distribution et pour la reconquête des grands services publics.

Vous trouverez, ci-joint, le résumé officiel de notre texte, seule motion rejetant clairement la ligne réformiste d’abandon dans le Front de gauche et le Parti de la gauche européenne.

Au moment où le fonctionnement démocratique des partis « bourgeois » fait tristement jaser, nous déplorons que la direction du PCF choisisse d’étouffer le débat au sein de notre parti. Le vote sur les textes doit avoir lieu les 14 et 15 décembre prochains. A ce jour, la direction ne les a pas envoyés aux adhérents. Le document qu’elle prévoit de faire parvenir comprendra 72 pages « journal », de l’ordre de 600.000 signes typographiques, l’équivalent du « Da Vinci code » à absorber en quelques jours…, sans possibilités d’organiser le débat de fond dans les sections et fédérations. De qui se moque-t-on ? Des communistes ! De qui a-t-on peur du côté du Front de gauche ? Du débat contradictoire, de l’opinion éclairée des communistes !

Vous trouverez ci-joint un communiqué exprimant notre totale réprobation de ces méthodes.

 

Il y a et il y aura des révolutionnaires conséquents en France, ils sont et ils seront communistes !

 

1 Commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...