Archive | 1 juin 2012

Xavier BERTRAND Aurait-il besoin du Front National ?

Parti Communiste Français-Section de Saint-Quentin22, rue de la Pomme Rouge-St-Quentin-

Blog:http://pcfsaintquentin.unblog.fr-pcfquentin@live.fr 

Xavier BERTRAND

Aurait-il besoin du Front National ?

 

Xavier BERTRAND  Aurait-il besoin du Front National ? dans Communisme-Histoire- Théorie images-1Le premier tour de l’élection présidentielle a vu la progression dangereuse du score du Front national. Dangereuse parce que la droite n’hésite plus à reprendre ses thèses. Dangereuse parce que certains candidats n’hésitent plus à s’en servir pour s’offrir « une belle promotion médiatique ». Quitte à le faire encore progresser…

 

A Saint-Quentin, Xavier BERTRAND met à disposition une salle pour une rencontre publique du F’Haine, une première. «En dehors du symbole évident d’une pratique de collaboration aujourd’hui quotidienne entre le FN et toute une partie de la droite classique, c’est une insulte aux Saint-Quentinois.

 

Pendant des mois, le pouvoir sarkozyste, le ministre Guéant succédant à Besson dans cette fonction, a tout fait pour banaliser le discours sécuritaire, discriminatoire et anti-immigrés du FN, de « l’identité nationale » à la croisade inventée contre la Burqa. C’est un choix politique bien réfléchi comme ce n’était pas par hasard que Mitterrand en 1983 assure la promotion de Le Pen à la télévision.

 

Révolutionnaire et internationaliste, Communiste en tout temps nous avons combattu les idées de haine, de rejet de l’autre, d’injustice. En son temps, Emile TOURNAY, Elu, dirigeant du PCF dans l’Aisne et à Saint-Quentin avait refusé tout prêt de salle au Front National, ce qui lui avait valu d‘ailleurs une comparution au tribunal ou il fut condamné au franc symbolique

Le vrai visage de ce parti reste fondamentalement nationaliste, antisocial, raciste, sexiste et homophobe. 

L’objectif du Front National n’est pas la défense des salariés, des précaires, des chômeurs, des retraités… mais la recherche d’un profit maximum pour une minorité de nantis et des reculs sociaux pour tous les autres.  Le FN rend les pauvres, les immigrés responsables de tous les maux : cela évite de s’en prendre aux détenteurs de richesses et au patronat  En aucun cas, il s’agit pour lui de s’attaquer aux racines réelles de la crise actuelle, de lutter pour imposer au gouvernement et au patronat la prise en compte d’exigences sociales négligées depuis un quart de siècle, et en particulier un autre partage des richesses.

 

La lutte contre le fasciste se résume trop souvent à une simple opposition à l’extrême droite, ce qui l’empêche de prendre une véritable dimension politique. Ce n’est surtout pas se lancer dans un concours de populisme et d’invective avec les Le Pen, père et fille. A ce jeu-là, certains espèrent se faire valoir en cachant leurs compromissions politiques. A la fin, c’est l’extrême-droite qui gagne, dangereusement.

 

Ils veulent nous diviser, A nous de nous rassembler…Ecarter le danger de l’extrême-droite, au-delà de la dénonciation, c’est proposer une autre perspective politique.

 

Défendons des positions de rupture immédiate dans les entreprises et les quartiers où résident les travailleurs, dans une perspective de rupture avec le capitalisme. Ne laissons pas un pouce de terrain à la démagogie médiatisée de Mme Le Pen visant à les récupérer, à les dévoyer, à exploiter les compromissions des forces liées au système.

 

Pour la défense du système de retraite solidaire, pour une convergence de lutte vers la reconquête de la retraite à 60 ans, portons plus que jamais les exigences du retour à 37,5 annuités et de la suppression de toutes les exonérations de cotisations patronales.Jean-Marie Le Pen a toujours combattu cette avancée sociale. Voilà que sa fille prône la retraite à 60 ans et l’abaissement des annuités de cotisation. Cherchez l’erreur !

 

487335_4058518190041_1494747886_33386826_510834419_n-300x300 dans ELECTIONS: Un moyen pas un objectifPour les salaires (salaire net et salaire socialisé), nous devons toujours associer la revendication de l’augmentation du SMIC à un niveau permettant une réponse aux besoins premiers, 1700 euros net tout de suite, avec le rétablissement de l’échelle mobile des salaires, supprimée par la gauche mitterrandienne en 1982/83. Marine Le Pen reprend (et déforme) cette revendication fondamentale du mouvement ouvrier. Là aussi, cherchez l’erreur !

 

Sur l’Europe, nous avons combattu systématiquement, de façon conséquente, l’UE du capital. Toute notre argumentation contre Maastricht est validée par les faits, par le pillage des peuples organisé par les trusts au moyen en particulier de l’euro. Plus que jamais, portons ces positions !  Que Mélenchon ait défendu Maastricht et soit un rabatteur pour l’intégration européenne, c’est son problème. En 1991, Jean-Marie Le Pen estimait à la télévision que le bilan de la « construction » européenne était « globalement positif ». Depuis 1992, les nationalistes européens du FN ont pris la posture inverse de s’opposer à Maastricht pour semer le trouble. Le Pen fille est maintenant chargée de légitimer l’UE. Là encore, cherchez l’erreur !

 

Il n’existe pas de lutte contre le fascisme en dehors de la lutte pour la destruction du capitalisme !       

     Contre la collaboration UMP/FN: Samedi 2 JUIN à 10H 

Devant le PMU Quartier Europe afin de diffuser largement ce tract 

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...