ELECTIONS: Un moyen pas un objectif, Europe, Faire Vivre et Renforcer le PCF

Avant, après les élections.Face à la super-austérité d’où qu’elle vienne…

Contexte préélectoral

Préparons la riposte par les luttes contre la  politique du capital et de l’UE!

Les puissances d’argent, le
patronat préparent une attaque généralisée contre nos acquis sociaux et
démocratiques.
L’ère Sarkozy a gravement préparé
le terrain. Il continue, il « charge la barque », quitte à compromettre sa
réélection.

 

Sous l’égide de l’UE, au nom des
déficits publics qu’ils ont eux-mêmes creusés, les gouvernements de droite ou de
« gauche » s’attaquent tour à tour à tous les peuples européens. En Italie, le
patronat a débarqué Berlusconi et c’est le gouvernement de Mario Monti, soutenu
par la « gauche », qui s’applique à casser le contrat de travail, la sécurité
sociale…

 

En France, le temps semble
suspendu aux jeux politiciens de la campagne électorale des présidentielles, sur
fond de large consensus des forces de l’alternance sur les questions économiques
et sociales.

Nous assistons à une formidable
opération de conditionnement des esprits à de nouveaux reculs sociaux. Le choix
se situerait entre l’austérité de droite ou l’austérité « équitable » de
« gauche », ou encore entre TVA sociale et hausse de la CSG dans l’objectif de
démantèlement du financement de la sécurité sociale. Pendant ce temps là, crise
ou pas, les entreprises du CAC 40 réalisent 80 milliards d’euros de
profits.

 

Pour nous communistes, l’heure est
à la préparation de la riposte,
suivant les exemples notamment de
nos camarades grecs ou portugais, avec lesquels nous affirmons totale solidarité
contre la politique de l’UE, de l’euro et de la BCE.

 

Notre priorité, c’est la lutte, la
construction du rapport de force contre la politique au service du capital et du
patronat

Elle implique une clarté sur les
questions principales :

- Nous nous engageons pour battre
la droite et de faire reculer l’extrême-droite que l’on ne doit pas laisser
dévoyer la colère populaire. Ce n’est pas pour autant que nous
entretiendrons d’illusions sur un changement possible de politique avec une
majorité à direction social-démocrate.
Nous excluons toute reproduction
de l’échec, encore lourd de conséquences, de la « gauche plurielle » entre 1997
et 2002.

 

- Il n’y a pas de
véritable changement possible dans l’intérêt des travailleurs sans rupture avec
l’Union européenne du capital.
Nous rejetons toute illusion sur une
« réorientation sociale » de l’UE. Notre lutte contre le nouvel accord européen
se situe dans la suite de l’opposition fondamentale du PCF au traité de
Maastricht instituant l’euro.

 

- Pour l’avenir, nous pensons que
notre pays a besoin du PCF, de ce qu’il représente comme parti révolutionnaire
dans l’histoire. Nous refusons tout projet de recomposition politique à
gauche incluant notre parti dans un bloc réformiste.

 

Nos prises de position, nos
actions pendant la campagne électorale sont, en cohérence, dirigées vers le
développement des luttes,
pour le logement, l’école, la
sécurité sociale, les services publics, les salaires et l’emploi… au plan
national comme dans les quartiers et les entreprises

Il y a à peine un an, nous étions
des millions, avec le soutien majoritaire de la population, à combattre la
contre-réforme des retraites. Le potentiel existe pour mettre en échec la
politique au service du patronat et du capital. D’abord par la
lutte.

 

Les travailleurs, le peuple de
France vont avoir besoin des communistes !

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...