Divers, Le PCF à St Quentin, Solidarité internationale

Le 2 septembre, 67e anniversaire de la libération de Saint-Quentin

 En 1944, une soixantaine de Résistants du Saint-Quentinois sont  arrêtés par la police nazie. 27 d’entre eux, membres du réseau Musician Tell, sont  jugés par un tribunal allemand. Le 8 avril 1944 ils sont conduits au lieu-dit  « la Sentinelle » . Ils seront fusillés. Une autre partie des Résistants partira en camp de concentration. Très peu en reviendront.

 A la Libération de Saint-Quentin, le 2 septembre 1944, la Résistance locale, très active, prend part aux combats.
Beaucoup y laisserons leur vie. Un camp de défense passif avait été établi pour protéger la population. Des Résistants ont attaqué l’armée allemande de ce poste. Les Nazis ont répondu en les écrasant avec un char .

Il faut encore et toujours rendre hommage au combat et au sacrifice de ceux qui ont participé à la libération de notre ville.

La liberté, la paix, l’indépendance nationale ont animé le combat qu’ils ont payé de leur vie, un combat aussi courageux que responsable.L’insurrection nationale des Forces françaises de l’intérieur, l’action des Forces françaises libres ont contribué à sortir notre pays de 4 ans de nuit nazie, de souffrances, de guerre.

Elles ont aussi joué un rôle décisif pour que notre peuple recouvre pleinement sa souveraineté, participant en tant que tel à la libération du pays, s’imposant vis-à-vis des alliées.

L’insurrection nationale a préservé les possibilités d’une France indépendante. Elle a été la victoire des masses populaires, armées ou non armées, contrastant avec l’attitude des « grandes féodalités économiques et financières », des capitalistes compromis dans la faillite nationale et la collaboration.

Aboutissement de la Résistance, l’insurrection libératrice est décisive dans les conquêtes sociales et démocratiques, sans précédent, des années d’après-guerre, avec l’application d’une partie du programme du Conseil national de la Résistance.

De façon incontestable, le Parti communiste fut l’élément décisif de cette bataille militaire et politique et de ses résultats. Dès juillet 1940, l’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos affirmait « Jamais un grand peuple comme le nôtre ne sera un peuple d’esclaves ».Les « féodalités financières » ont reculé mais n’ont jamais accepté les concessions de la Libération au peuple travailleur.

67 ans plus tard, de manière extrêmement préoccupante, la Sécurité sociale, les grands services publics, les acquis de la Libération sont remis en cause dans leur fondement.

Dans le même temps, la souveraineté nationale est de plus en plus confisquée au profit de structures capitalistes supranationales qui pilotent les politiques antipopulaires.

Dans le même temps encore, ceux qui sabotent ou laissent faire ce saccage, déploient un discours de haine et de xénophobie qui ne peut que rappeler, toutes proportions gardées pour l’instant, les discours des années 30 et 40.

L’Histoire nous enseigne que cette coïncidence n’est pas fortuite. Inlassablement faisons la connaître !

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Une réponse à “Le 2 septembre, 67e anniversaire de la libération de Saint-Quentin”

  1. Le 17 octobre 2014 à 22:42 Fred02840 a répondu avec... #

    Une précision. Parmi les 27 fusillés figuraient huit résistants du groupe de Neufchâtel-sur-Aisne « Ceux de la Libération », non communiste, ainsi que Lucien Sauvez (chef du groupe C des FFI, formation « Aubenton », dénoncé). D’autres étaient du secteur d’Hirson-Buire (C. Grisot…). Les autres appartenaient en majorité au détachement FTPF Gabriel-Péri (groupe Jean-Catelas) de Fresnoy et environs, et œuvrer au sein de la section F du réseau Tell-Musician.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...