Communisme-Histoire- Théorie, Faire Vivre et Renforcer le PCF, Solidarité internationale

« Les Français ne vont pas se laisser dépouiller comme des Grecs » écoeurant Mélenchon!

L’écœurant Mélenchon et le mépris des peuples

 

vivelepcf 22 août 2011

 

« Les Français ne vont pas se laisser dépouiller comme des Grecs ! » : Jean-Luc Mélenchon n’a pas trouvé de meilleure conclusion à son interview sur I-Télé le 18 août 2011 que cette formule xénophobe. (lien vers l’émission)

C’est affligeant.

Il reprend le rôle qui échoit dans bien des pays, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Finlande… à la presse de la droite populiste, aux partis nationalistes qui s’évertuent à montrer du doigt les peuples du sud de la zone euro, accusés de toutes les tares. De même que dans les pays du sud de l’Europe, ceux du nord sont taxés par la même presse « d’égoïsme ».

A défaut des immigrés, diriger la colère populaire vers les autres peuples est une vieille méthode des classes dirigeantes.

Dans son populisme revendiqué, Mélenchon s’autorise tous les écarts, même ceux-là.

 

Le mépris des peuples n’est pas nouveau chez lui. Pour la direction, il varie selon son intérêt politicien du moment. Quand il roulait ouvertement, avec son parti le PS en 1992, pour l’Europe supranationale du capital, il n’avait pas hésité déjà, au nom de son parti, à dénigrer le vote des Danois contre le Traité de Maastricht. Aujourd’hui, c’est les Grecs.

Ce mépris des « grands petits peuples » le ramène invariablement au consensus dominant sur la centralité « des relations étroites franco-allemandes » dans l’esprit des « fondateurs de l’Union européenne » (in son livre, « Qu’ils s’en aillent tous », page 118). Une UE, fondée sur l’alliance des principaux impérialismes européens : voilà la belle idée de Mélenchon !

 

Communistes, nous avons une autre conception de la politique que la démagogie électoraliste, fût-elle teintée des couleurs du « Front de gauche » et des positions radicalement opposées sur l’UE.

 

Notre idée de la politique, internationaliste, nous réunit aux luttes déterminées et courageuses du peuple grec, mené par un parti communiste conséquent, contre aussi bien ses capitalistes nationaux que contre leurs alliés de l’UE, de la BCE et du FMI.

Elle nous réunit aux luttes des travailleurs danois contre la remise en cause de leurs acquis sociaux, de leur souveraineté nationale, aux travailleurs allemands contre la sape de leurs salaires et pensions.

Partagée, elle a réuni nos camarades et les travailleurs des autres pays à notre rejet de la Constitution européenne en 2005.

 

Mélenchon n’a décidément rien avoir avec nous. Ce n’est pas un « allié ». C’est un politicien écœurant d’opportunisme et de populisme.

 

Pour nous, c’est clair : Mélenchon c’est non ! Nous laissons à ceux qui, à la direction du PCF l’ont intronisé, le soin d’assumer ses positions.

Pour notre part, nous ne laisserons rien passer de Mélenchon parce que nous voulons défendre, faire vivre et renforcer le PCF dont le peuple aura tant besoin avant comme après 2012.

 

A propos de Parti Communiste Français-St-Quentin 02

" Face au capital, aujourd'hui, plus que jamais, le peuple a besoin du PCF"

Les commentaires sont fermés.

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...