Archive | 7 août 2011

Primaires PS : le maire (PCF) d’Aubagne pour Aubry. Cohérent !

Primaires PS : le maire (PCF) d’Aubagne pour Aubry. Cohérent !

rédaction vivelepcf 7 août 2011

 

Daniel Fontaine, membre du PCF, maire d’Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône, a annoncé dans le quotidien « La Provence » qu’il participera aux primaires du PS et votera pour Martine Aubry.

 

Pour lui, il n’y aucune contradiction pour lui avec son soutien enthousiaste à Jean-Luc Mélenchon.

 

Il a raison. Il est parfaitement cohérent.

 

Il n’y a guère que JLM pour faire semblant de croire qu’il sera au 2ème tour. Cela lui permet d’esquiver, de façon cavalière, la question de son alignement sur le PS et la perspective de nouvelle gauche plurielle portée par le Front de gauche.

 

Daniel Fontaine déclare : « Je travaille avec un certain nombre d’amis de gauche pour élaborer des propositions dont le candidat socialiste devra tenir compte ». C’est la même démarche qu’assigne Pierre Laurent au Front de gauche : peser à « gauche » sur une future majorité de gauche. La question n’est pas « si la gauche va se rassembler » mais « sur quel contenu la gauche va se rassembler ».

Puisque le maire d’Aubagne considère que Martine Aubry est plus à « gauche » que ses concurrents, dans cette logique, il a raison de la soutenir.

Pour notre part, nous ne voyons pas en quoi Aubry serait plus à gauche, puisque le programme du PS sera le même quel que soit le candidat, tout aussi « social-libéral pro-européen ». Les lois Aubry de flexibilité du temps de travail, indûment dite des « 35 heures », profitent toujours bien au patronat, notamment avec les 25 milliards d’euros annuels d’exonérations de cotisations sociales qui creusent d’autant les déficits de la Sécu et du budget de l’Etat.

 

Dans le même article de la Provence, la présidente de l’agglomération d’Aubagne, Magali Giovannangelli (PCF et FASE – ex-refondateurs) penche aussi pour Aubry. Mais elle se demande s’il faut participer aux primaires.

Là encore Daniel Fontaine est le plus cohérent avec la démarche du Front de gauche, qui est avant tout électorale (depuis sa création). La personnification présidentielle joue en plein sur Mélenchon qui promet la « révolution par les urnes », ou la « révolution citoyenne » s’il est élu. Logique que cela se passe de la même façon pour l’ensemble de la « gauche ».

 

Daniel Fontaine ne se contente pas d’être cohérent. Il est conséquent. Il apprécie en Martine Aubry une « dame d’ouverture ». Ils sont bien ouverts tous les deux aux mêmes vents.

 

En 2008, aux élections municipales à Aubagne, il inclut, dès le 1er tour, le MODEM sur sa liste.

Martine Aubry aussi avait fait le même choix de l’alliance avec le MODEM, mais au 2ème tour seulement.

 

Nous aussi, nous sommes cohérents mais dans notre rejet de la réalité de la stratégie du Front de gauche et dans notre choix de faire vivre et renforcer le PCF sur une base claire.
 

Le PC portugais dénonce dans le nouveau plan d’austérité un « programme de ruine économique et de misère sociale » et propose une alternative à construire dans la lutte

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Mesures annoncées dans le nouveau plan d’austérité :

Plus d’exploitation pour les travailleurs:

  • Licenciements facilités et moins onéreux ;
  • Fin du paiement des heures extraordinaires ;
  • Généralisation de la précarité avec le contrat unique ;
  • Licenciements en masse notamment dans la fonction publique ;

Moins de revenus pour les travailleurs et les retraités :

  • baisse des salaires et des retraites
  • augmentation de l’IRS (impôt sur le revenu) et de l’IMI (taxe foncière municipale)
  • diminution des allocations sociales ;
  • réduction de la durée et du montant des allocations-chômage ;

Augmentation des prix des biens et services essentiels:

  • Augmentation de l’IVA (TVA) : alimentation, restauration, électricité et gaz ;
  • Augmentation du ticket modérateur et des déremboursements ;
  • Augmentation des billets et pass sociaux pour les transports ;
  • Augmentation des loyers et des prêts immobiliers ;

Plus de privatisations et de fermetures de services publics :

  • Privatisation des Correios (Poste), de l’EDP (Électricité), de la REN (Réseaux d’électricité) , de la GALP (Gaz), d’une partie de la Caixa Geral de Depósitos (Caisse des Dépôts) ;
  • Privatisation des transports publics : le Métro, CARRIS (tramway et bus de Lisbonne), la STCP (Transports urbains de Porto), TAP (Air portugal), des lignes de chemin de fer, des aéroports et des ports
  • Fermetures d’écoles, de services de santé, de tribunaux, de postes de police et de la Garde nationale républicaine ;

Plus de profits et de privilèges pour les Banques et les grands groupes :

  • Préservation de tous les avantages fiscaux pour le capital ;
  • 12 milliards d’euros d’aides et 35 milliards de garanties pour les banques ;
  • Financement des grands groupes économiques en réduisant leurs cotisations à la Sécurité sociale ;
  • La BPN (Banco Português de Negócios) livrée au privé, laissant l’État régler les pertes ;

Vol de la prime de Noël :
Le premier-ministre Passos Coelho a déjà annoncé son intention de retirer aux travailleurs et aux retraités une partie de la prime de Noël. Il s’agit d’une mesure, dissimulée durant la campagne électorale, qui enlèvera près de 800 millions d’euros à ceux qui vivent de leur salaire ou de leur retraite.
Un tableau social désolant :

Le chômage augmente :
Le nombre actuel de chômeurs bat tous les records historiques enregistrés depuis le 25 avril 1974 :

  • le taux de chômage a augmenté de 11,1 à 12,4% au premier trimestre 2011 ;
  • le nombre officiel de chômeurs est passé de 619 000 à 688 900 ;
  • si on ajoute les inactifs, qui ne recherchent pas de travail aux agences pour l’emploi et ceux qui ne travaillent que quelques heures, on en déduit qu’il y a plus d’un million de portugais, soit 17,7% de la population active, qui n’ont pas d’emploi ;
  • L’allocation chômage n’est versée qu’à 293 000 personnes, ce qui correspond à 42,6% des chômeurs officiels ;
  • Avec l’application des « mesures d’austérité », qui provoqueront une récession économique encore plus importante, il est prévu que le taux officiel de chômage atteigne les 14% en 2013 ;
  • Le taux réel de chômage pourrait ainsi atteindre près de 20% de la population active en 2013, soit plus d’un million cent mille portugais privés du droit au travail ;
  • En dépit de la progression de ce fléau, l’aide aux chômeurs sera réduite de 150 millions d’euros ;

La pauvreté de plus en plus répandue :
En parallèle à la hausse du chômage, la pauvreté, la misère et la faim sont de plus en plus répandus au Portugal, mais les aides sociales aux plus défavorisés continuent d’être diminuées :

  • 97 000 personnes ont déjà perdues le droit au RSI (Revenu social d’insertion) dans les trois premiers mois de l’année. Le nombre de bénéficiaires du RSI est passé de 428 000 à 331 000 ;
  • Près de 20% des étudiants (plus de 12 000) ont perdu leur droit à la bourse) ;
  • Plus d’1 million 500 000 enfants et jeunes ont perdu et connu une diminution des allocations familiales en 2010 ;
  • Plus de 13 000 enfants ont perdu la revalorisation des allocations familiales due à leur handicap ;
  • Au moins 2 millions de portugais (1 sur 5) sont sous le seuil de pauvreté, vivant avec moins de 360 euros mensuels ;
  • Selon l’accord signé avec la troika, les dépenses liées aux aides sociales seront réduites de 350 millions d’ici 2013 ;
  • Les dépenses liées au Service national de santé seront coupées de 925 millions d’euros, ce qui signifie une augmentation des tickets modérateurs, des déremboursements, etc.
  • Sans les pensions et les aides sociales de l’État, plus de quatre millions de portugais (un tiers de la population) seraient condamnés à la pauvreté ;

Les inégalités se creusent :
Le fossé entre les pauvres et les riches au Portugal est le plus important de l’Union européenne :

  • Les revenus des 2 millions les plus riches sont près de sept fois plus supérieurs à ceux des 2 millions les plus pauvres ;
  • Le groupe des 2 millions les plus pauvres ne gagne que 7% des revenus nets des ménages ;
  • Le groupe des 2 millions les plus aisés absorbe 45% des revenus nets des ménages ;
  • Les 100 portugais les plus riches ont accru leur fortune d’un tiers en 2010, quand la plupart des travailleurs ont vu leurs salaires gelés ou avec des revalorisations minimes ;

Le pays a besoin d’une autre voie, avec le PCP, il est possible de sortir de la crise :
La sortie de la crise nécessite une rupture avec les intérêts des plus riches et des puissants et une politique patriotique et de gauche qui s’oppose aux injustices et au déclin national. La politique défendue par le PCP préconise :

  • Augmentation des salaires et des retraites, notamment du salaire minimum national aux 500 euros dès 2011 (en maintenant l’objectif de 600 euros en 2013) et des retraites de 25 euros ;
  • Lutte contre la précarité, notamment avec la conversion des travailleurs autonomes (recibos verdes) en véritables contrats de travail ;
  • Valorisation de la production nationale avec plus d’investissements publics, une aide aux PME, le contrôle des importations, des quotas obligatoires de produits nationaux dans les grandes surfaces ; des prix maximum dans l’énergie et le crédit ;
  • Renégociation de la dette publique (échéances, taux, montant), en empêchant le pillage des ressources nationales ;
  • Taxation des grands groupes économiques avec un taux réel de l’Impôt sur les sociétés de 25% pour les banques, une imposition sur les grandes fortunes et la spéculation boursière ;
  • Restauration immédiate des allocations sociales supprimées, en particulier les allocations familiales, les allocations-chômage et les bourses d’étude ;
  • Renforcement de l’investissement public, défense du Service national de la santé, de l’École publique et de la Sécurité sociale ;
  • Lutte contre les privatisations, fin des partenariats public-privé, défense et renforcement des entreprises publiques.

Refuser la régression sociale : agir et lutter !

Le PCP se bat pour la défense des intérêts des travailleurs, de la jeunesse et du peuple et n’accepte pas la soumission croissante du Portugal aux grandes puissances de l’Union Européenne, comme l’Allemagne.

Le PCP refuse la liquidation du contenu démocratique et progressiste inscrit dans la Constitution de la République et lutte pour le développement économique et le progrès, pour l’amélioration des conditions de vie de la population, pour un avenir pour le Portugal.

Seule la lutte des travailleurs, des populations, des jeunes, des retraités, des agriculteurs, des petits entrepreneurs peut mettre en échec les politiques de droite, faire obstacle à l’aggravation de l’exploitation, défendre et revendiquer les droits.

Dans cette lutte, les travailleurs et le peuple portugais peuvent compter sur le PCP – le parti de la liberté, de la démocratie et du socialisme.

Il y a 66 ans: Hiroshima et Nagasaki. Désarmement nucléaire unilatéral de la France !

110807nagasaki.jpgIl y a 66 ans: Hiroshima et Nagasaki. Désarmement nucléaire unilatéral de la France ! 

Il faut l’anniversaire des bombardements américains sur Hiroshima et Nagasaki pour que l’on reparle, un peu, de la menace de guerre nucléaire qui pèse sur le monde.

L’accident de la centrale Fukushima a relancé un large débat sur le nucléaire civil, alimenté par les rivalités des multinationales de l’énergie (ce qui n’empêche pas les inquiétudes d’être sérieuses et fondées).

Mais rien sur le nucléaire militaire, qui est pourtant, lui, développe de l’énergie uniquement pour tuer.

 

Les bombes nucléaires seraient des armes dont on ne sert pas, paraît-il ?

 

Mais à Hiroshima le 6 août 1945, puis à Nagasaki le 9 août, les bombes ont bien été lâchées. Les destructions « massives », totales, ont fait quelque 200.000 morts sur le coup, des dizaines de milliers ensuite. Des rescapés, leur descendance, souffrent toujours des conséquences des radiations.

 

Le crime des dirigeants des Etats-Unis avait un but militaire et politique.

Il s’agissait peut-être de précipiter la reddition du Japon, sûrement d’affirmer la force du clan capitaliste face à l’Union Soviétique.

Les Etats-Unis engageaient une course à l’armement nucléaire qui n’est pas achevée. Des dizaines de milliers d’Hiroshima sont toujours en réserves. « La prolifération » continue sur la planète.

 

Quel « équilibre de la terreur » pourrait en retenir l’utilisation ?

 

Au sommet de l’OTAN en décembre 2010 à Lisbonne, a été réaffirmé que « la défense anti-missile ne saurait se substituer à la dissuasion nucléaire ».

Les programmes de recherche, les essais en laboratoire, continuent à mettre au point des armements nucléaires, à impact « limité », utilisables dans le cadre d’ « opérations extérieures ».

C’est toujours le cas, par exemple, au Laser Mégajoule sur le Bassin d’Arcachon pour la part française.

Rien n’est plus clair aujourd’hui que l’intégration totale du pseudo-programme de dissuasion française, dès le départ, dans la force de frappe de l’OTAN. L’illusion, aussi dangereuse que la réalité, d’une défense nucléaire européenne, a fait long feu. Un impérialisme et des bombes européens indépendants seraient-ils meilleurs ?

 

La bataille pour le désarmement nucléaire est toujours d’une actualité pressante alors que l’impérialisme multiplie les foyers de tension dans le monde.

La campagne, qui n’a pas cessé, pour une éventuelle intervention militaire contre l’Iran, supposé développer l’arme atomique, ne saurait faire oublier qu’Israël en dispose déjà, menaçant ses voisins. Comme l’Inde et le Pakistan…

 

L’Appel de Stockholm de 1950 lancé par Frédéric Joliot-Curie et le Conseil mondial de la paix (15 millions de signatures en France) pourrait toujours faire l’objet d’une campagne massive de pétition*.

Aujourd’hui, exigeons en France :

- Le démantèlement unilatéral de la force de frappe nucléaire française (qui coûte 3,5 milliards d’euros au budget de la Nation).

- Un engagement de la France pour la stricte application du Traité de non prolifération et pour l’abolition de l’arme atomique.

 

N’oublions jamais Hiroshima et Nagasaki !

 

 

TEXTE DE L’APPEL DE STOCKHOLM, 19 MARS 1950 :

 

 » Nous exigeons l’interdiction absolue de l’arme atomique, arme d’épouvante et d’extermination massive des populations.
Nous exigeons l’établissement d’un rigoureux contrôle international pour assurer l’application de cette mesure d’interdiction.
Nous considérons que le gouvernement qui, le premier, utiliserait, contre n’importe quel pays, l’arme atomique, commettrait un crime contre l’humanité et serait à traiter comme criminel de guerre.
Nous appelons tous les hommes de bonne volonté dans le monde à signer cet appel. »

Parlementarisme – suffrage universel – extrait de Karl Marx

Extrait de la « Guerre civile en France 1871″ (Editions sociales – page 43)

 

« Au lieu de décider une fois tous les trois ou six ans quel membre de la classe dirigeante devait« représenter » et fouler aux pieds le peuple au Parlement [4], le suffrage universel devait servir au peuple constitué en communes, comme le suffrage individuel sert à tout autre employeur en quête d’ouvriers, de contrôleurs et de comptables pour son affaire. » Karl Marx

Le président vénézuelien Hugo Chavez confirme la centralité de l’alliance avec les communistes « non comme une entente conjoncturelle mais comme une nécessité historique »

Le président vénézuelien Hugo Chavez confirme la centralité de l’alliance avec les communistes « non comme une entente conjoncturelle mais comme une nécessité historique »

 

Compte-rendu publié par le PC Vénézuelien

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le président a salué les 526 délégués nationaux et 43 représentants internationaux qui participent au XIVème Congrès du Parti communiste vénézuelien (PCV), qui se tient dans le contexte du 74ème anniversaire du PCV.

 

Le président de la république, Hugo Chavez Frias, a déclaré ce jeudi que l’alliance du processus révolutionnaire avec le Parti communiste vénézuelien (PCV), bien au-delà du conjoncturel, est une nécessité historique.

 

« Notre alliance va bien au-delà du conjoncturel, c’est une nécessité historique que nous devons continuer à construire », a affirmé le président lors d’une brève participation téléphonique pour l’ouverture du XIVème Congrès du Parti communiste vénézuelien, qui s’est tenue dans la salle de conférence du Parc Central.

 

Dans son discours, le chef de l’État a remercié les militants du PCV « pour leur soutien de toujours »et a confirmé son appui à cette formation politique.

 

Il a réaffirmé que les États-Unis étaient plongés dans une crise capitaliste, moment propice pour passer à l’offensive, une occasion selon lui à saisir pour construire des modèles alternatifs.

 

« La voie (vers le socialisme) est pleine de contradictions et de dilemmes, mais c’est la nôtre, nous mettons le cap vers une nouvelle hégémonie », a souligné le Chef de l’État.

 

Il a rappelé que 2011 marque le septième anniversaire de la déclaration du caractère socialiste et anti-impérialiste de la Révolution bolivarienne, née comme le fruit d’un enchaînement d’événements qui ont émaillé une voie « qui est encore pleine de contradictions, de doutes et de dilemmes, mais qui continue à avancer ».

 

Par ailleurs, le président Chavez a annoncé qu’il entamera d’ici quelques heures la deuxième phase de sa chimiothérapie.« C’est une bataille que je remporterai avec l’aide de vous tous, la solidarité du peuple vénézuelien et des médecins vénézueliens et cubains. Je vivrai pour que, tous ensemble, nous continuions à construire la patrie socialiste », a-t-il affirmé.

 

Un total de 526 délégués nationaux et 4 représentants de 31 organisations venant de 28 pays des cinq continents participent à ce Congrès, intégré dans les célébrations du 74ème anniversaire du PCV.

 

La cérémonie d’ouverture a vu la présence du vice-président de la République, Elias Jaua Milano ; du président de l’Assemblée nationale (AN), Fernando Soto Rojas ; du ministre des Affaires étrangères Nicolas Maduro ainsi que de la députée Cilia Flores, des dirigeants du PCV ainsi que d’autres personnalités de la vie politique nationale et internationale.

 

Vidéo de l’intervention de Hugo Chavez:Image de prévisualisation YouTube http://www.youtube.com/watch?v=mgPl__SFxBM

Légende de la photo : le président Hugo Chavez avec le secrétaire-général du PCV, Oscar Figuera, en novembre 2009

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...