Archive | 9 juin 2011

Voici donc les infos de la Section A diffuser largement aux adhérents….Modalités du vote des ADHERENTS- Votre avis va compter…3 candidats, 2 stratégies

En pièce jointe le dernier tract de la section : X.BERTRAND RESPONSABLE! et le programme de la fête des Libertés qui se déroulera le DIMANCHE 26 JUIN, les billets de tombola sont prêts, moyen financier important pour réaliser cette Fête.(carnet de 5 billets à 2€, le tirage des lots, dont 1 vélo se fera sur la fête). Pensez à réserver pour le MECHOUI au plus vite
Diffusion du tract : Des équipes collectives se mettent en place mais chacun peut faire un bout de son quartier, sa rue. Si tu souhaites que nous te déposions les tracts prend contact avec la section (coordonnée sur le tract en pièce jointe)

AVENIR DU PCF, des précisions sur le déroulement du vote :

Des choix graves et importants pour l’avenir du PCF sont à faire… Ta participation à cette consultation des communistes va compter. Trois débats de fond ont eu lieu pour notre section, chacun a pu se forger son avis. Pour tous les adhérents de la section de St-Quentin, le vote se déroulera à la section au 22, rue de la Pomme Rouge les 16,17 et 18 juin (de 17H à 19H le jeudi et le vendredi, de 9H30 à 11H le samedi, puis dépouillement). Une commission pour le bon déroulement des opérations sera mise en place ce mardi par le Comité de Section.

Afin d’avoir une cohérence et une lisibilité des résultats, les envois par la poste sont possibles mais au siège de la section du PCF, 22 rue de la Pomme Rouge, dans une enveloppe signée au dos par l’adhérent avec son nom et sa cellule. Seuls les votes reçus à la section seront pris en compte. Comme cela est précisé dans les statuts, si cela n’est pas encore fait, tu peux te mettre à jour de tes cotisations (les 3 derniers mois, au moins) jusqu’au moment du scrutin, mais le versement de ces trois mois est impératif afin qu’aucun vote ne soit contesté.

INFO HEBDO: MODALITES PRATIQUES .La conférence nationale vient de se tenir. Après un riche débat, les délégué-e-s ont adopté la résolution et le bulletin de vote soumis aux adhérent-e-s pour la consultation des 16, 17 et 18 juin. Elle s’ouvrira le jeudi 16 juin à 9 H et sera close le samedi 18 juin à 18 H.

 

Concernant la participation au vote nos statuts prévoient que :

4.1. Décisions et votes

Tous, toutes les adhérent-e-s reçoivent les informations et les éléments matériels pour chaque consultation. Seul-e-s les adhérent-e-s détenant la carte du Parti communiste français depuis plus de trois mois avant la date du scrutin, à jour de leur cotisation, c’est-à-dire pour les trois derniers mois, au moins, qui précédent le scrutin, peuvent participer au vote. A cette fin, une liste des électeurs, consultable, est établie au moment du scrutin et validée par une commission désignée par le ou les exécutifs des territoires concernés. Cette commission organise la consultation et assure le bon déroulement des opérations de vote. Elle prend toutes dispositions pour faciliter la participation du plus grand nombre d’adhérent-e-s.

 

Afin de permettre l’organisation la plus efficace et la participation maximale, ce vote devra s’organiser au plus près des sections et des organisations locales de notre parti qui connaissent le mieux nos adhérent-e-s. Celles-ci devront mettre en place des commissions électorales chargées de veiller au bon déroulement du scrutin : elles dresseront des listes d’émargement du vote, récolteront les cotisations, organiseront des permanences dans les locaux de sections, partout où cela sera possible, ….Des commissions départementales seront également mises en place, pour récolter et globaliser les résultats du département.Les résultats devront être transmis à la vie du parti entre 18h et 22 h.

Une Commission Nationale sera chargée de recueillir les résultats et de les rendre publics : elle sera composée d’une délégation du Comité Exécutif National (Jacques Chabalier,Yves Dimicoli, Isabelle de Almeida, Fabienne Pourre, Eliane Assassi, Isabelle Lorand), de Denis Rondepierre et Emilie Lecroq (vie du parti), de François Auguste (président du Conseil National), Marc Brynhole (Président de la commission des conflits), Jean-Louis le Moing (Trésorier National) et d’un-e délégué-e des candidats Emmanuel Dang Tran et André Chassaigne.

 

La direction de Section

1 Commentaire

Le sens du vote Chassaigne est clair : intégrer davantage les communistes au Front de gauche avec Mélenchon.

Rédaction de vivelepcf, 9 juin 2011

 

A la Conférence nationale du PCF, le 5 juin 2011, André Chassaigne a finalement décidé de maintenir son nom sur le bulletin pour le vote des communistes des 16, 17 et 18 juin. Ses explications ont été très claires. Son objectif est de consolider la démarche du Front de gauche.

Aujourd’hui, un certain nombre de dirigeants du Parti invitent à utiliser le vote Chassaigne pour faire barrage à Mélenchon, partant de positions diverses, souvent très éloignées de celles d’André Chassaigne lui-même.

Cette démarche politicienne, rappelant le « vote utile » pour le PS que nous avons si souvent dénoncé, ne tient pas la route dans le PCF. Elle n’est pas efficace contre l’opération visant à imposer Mélenchon.

 

Voici les étapes de notre réflexion.

 

1°- André Chassaigne est clair depuis le départ : il s’inscrit entièrement dans la stratégie du Front de gauche. Il le reprécise encore dans les quelques lignes figurant sur le bulletin de vote qu’il a tenu à lire devant la Conférence.

Sa candidature s’inscrit dans le Front de gauche, sur la base du programme « partagé », en complément de l’accord marchandé entre les partenaires du Front de gauche pour les législatives. Rien sur le fond politique ne sépare sa candidature de la proposition de la conférence nationale amenant la candidature de Mélenchon.

110609 conf nat

2°- La candidature d’André Chassaigne est complémentaire de celle de Mélenchon.

André Chassaigne est clair depuis le départ sur l’originalité de sa candidature par rapport à celle de Mélenchon dans le processus de désignation du candidat.

Rappelons-le : au 35ème « congrès » de juin 2010, André Chassaigne est celui qui monte au créneau pour s’opposer à une candidature présentée par le PCF d’une part, pour s’opposer à une proposition de la fédération du Nord d’autre part, qui demandait que le PCF désigne son candidat pour le Front de gauche avant d’en discuter avec ses partenaires.

A partir de septembre 2010, André Chassaigne avance son nom pour le Front de gauche avec le souci de ne pas laisser la personnalité et la « façon de faire de la politique » de Mélenchon seules pour incarner le Front. Il trouve que les sorties de Mélenchon sonnent trop anti-PS, alors que le Front recherche à participer et à tirer à gauche (illusion dangereuse !) une future majorité de gauche, sonnent trop anti-européennes quand le Front veut « réorienter l’UE ».

A plusieurs reprises, il insiste que le nom du candidat, « la question rétrécie de la candidature », n’est pas décisif par rapport à l’orientation politique. L’appartenance au PCF ne saurait être ni « un atout », ni « un inconvénient ». Pour lui, le PCF doit avoir toute sa place dans le Front de gauche.

Il avait annoncé qu’il se rallierait à l’avis majoritaire de la Conférence nationale. La résolution adoptée à 63% porte entièrement la démarche du Front de gauche conduisant à la candidature de Mélenchon. Mais André Chassaigne a choisi de maintenir quand même sa candidature pour « que les communistes ne se sentent pas frustrés ».

Le sens revendiqué de la candidature d’André Chassaigne, c’est le renforcement de l’implication des communistes dans le Front de gauche avec Mélenchon.

En aucun cas, précise-t-il, il n’accepte qu’elle soit « instrumentalisée » contre le Front de gauche.

 

3°- Les calculs politiciens stériles de certains soutiens, contre-nature, au vote Chassaigne.

 

Des appels se succèdent pour appeler à utiliser la case Chassaigne du bulletin de vote pour s’opposer à Mélenchon.

Mais Chassaigne n’est pas contre Mélenchon. Sa ligne reprend tous les axes du Front de gauche qui conduisent la direction à pousser la candidature de Mélenchon. On ne combat pas la logique du « Front de gauche » à coups de « Front de gauche » !

 

Au-delà de cette évidence, on ne peut que remarquer l’absence de cohérence des supporters, nouveaux ou anciens, du vote Chassaigne. Tout choix politicien ne peut conduire qu’à la confusion.

Il y a ceux qui se reconnaissent dans le Front de gauche mais préfèrent le style Chassaigne au style Mélenchon.

Il y a ceux qui se reconnaissent dans le Front de gauche mais veulent plus d’éléments communistes dans le « programme partagé » et espèrent l’avoir grâce à Chassaigne.

Il y a ceux qui ne refusent pas le Front de gauche, mais ne veulent surtout pas que leurs accords privilégiés avec le PS au plan local soient remis en cause. Il est remarquable que plusieurs dirigeants de fédérations, qui s’étaient prononcés pour des accords de 1er tour avec le PS aux régionales, figurent parmi eux.

Il y a ceux enfin, qui comme André Gerin, s’étaient prononcés contre le Front de gauche mais estiment que choisir un partisan du Front de gauche, autre que Mélenchon, peut mettre en échec le Front de gauche. Gerin va jusqu’à saluer « les éléments positifs de la Conférence nationale ». Gerin a déjà annoncé à la presse bourgeoise, plusieurs fois, son intention de se présenter seul à la présidentielle si Mélenchon est retenu. Veut-il à moindre frais, sans s’exposer sur ses idées absolument personnelles (sur l’immigration, ou en faveur du capitalisme productif), récupérer les camarades attachés à l’idée d’une candidature communiste ?

Quels calculs doivent avoir dans la tête tous ces responsables ! Assez de calcul à 10 bandes !

 

Alors que depuis le départ, le problème fondamental, que nous ne cessons de dénoncer est l’absence de débat des communistes sur le fond !

 

Reste un argument, le vote Chassaigne ne permet-il pas de faire mordre la poussière au symbole du Front de gauche, Mélenchon ? Illusion !

 

4°- Faire barrage au « front de gauche avec Mélenchon » : deux moyens, un seul vote efficace, celui pour Emmanuel Dang Tran !

Dans le vote des 16, 17 et 18 juin, ce qui sera significatif c’est la proportion de voix pour Mélenchon. Selon son score, il sera plus ou moins légitime.

Mais ensuite fondamentalement, ce qui comptera, c’est la condamnation de la ligne politique qui le porte, c’est-à-dire du Front de gauche.

Pour ces deux objectifs, il y a un vote clair, le vote pour la candidature d’Emmanuel Dang Tran. Elle contribue à faire baisser le résultat de Mélenchon, elle porte une ligne politique, ancrée sur le mouvement populaire, clairement en opposition au Front de gauche dont Mélenchon est déjà, qu’on le veuille ou non, le porte-parole.

Refus de l’enfermement dans une perspective politique derrière le PS, rejet de tout arrangement avec le réformisme et l’UE du capital, refus de l’effacement du PCF, exigence d’un vrai programme communiste : c’est sur ces axes clairs que les organisations du PCF pourront, dans la période difficile qui s’annonce avant les élections, résister, faire vivre et renforcer notre parti le PCF.

 

Le vote pour Emmanuel permet d’avoir un point d’appui national pour le PCF, pour notre reconquête des entreprises, des quartiers, des campagnes.

En tant que PCF, c’est-à-dire à mille lieues des arrangements politiciens du FdG

Fête des Libertés à St-Quentin le Dimanche 26 juin: Débat, concerts, foot et grand MECHOUI

Fête des Libertés:

Stade Marcel Bienfait à Saint-Quentin

DIMANCHE 26 JUIN

 

DEBAT

MECHOUI GEANT

CONCERT

FOOT

Tombola, avec tirage des résultats sur la fête

feteliberte1.jpgfetelibertes2011p1.jpg

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...