Archive | 9 novembre 2010

Front de gauche – effacement du PCF – négation de sa raison d’être

A l’affimation « le Front de gauche ne conduira pas à l’effacement du Parti mais lui donne une nouvelle raison d’exister », notre camarade Christiane Odetti de la section de Lavaur répond dans les Nouvelles du Tarn

L’expérience espagnole devrait nous faire réfléchir….

Les dirigeants du PC espagnol ont expliqué la même chose aux adhérents du PCE pour leur faire ratifier Izquierda Unida (front de gauche espagnol) : Izquierda Unida était présentée comme la réponse à la nécessité d’une dynamique unitaire(« on ne peut pas rester seuls »), les dirigeants mettant l’accent sur la faiblesse du Parti. Ils insistaient aussi sur la soi-disant autonomie à l’égard du PS, cela devait permettre de le surpasser aux élections… Le PCE dans l’IU ne s’est occupé que des élections et a délaissé les entreprises et les quartiers populaires. Et surtout les dirigeants du PCE assuraient que chaque parti resterait indépendant. Or, le port du badge PCE a été interdit aux militants et le PCE n’a plus présenté de candidat sous l’étiquette communiste. Au bout de 20 ans, le résultat en Espagne est un désastre : le PCE n’a que 12000 adhérents et Izquierda Unida ne fait que 3%. Autant dire que la droite et le PS sont tranquilles. Les travailleurs sont désarmés, ceux qui luttent n’ont pas de soutien politique. Certains communistes tentent aujourd’hui de reconstruire leur Parti. I.U. a provoqué l’effacement du PCE qui l’avait créée.

En France, nous pouvons déjà constater que le Front de gauche obtient aux régionales des scores nettement inférieurs aux candidats présentés par le PCF dans la quasi-totalité des cantons aux cantonales de 2008 (parfois la moitié des voix).Cette stratégie s’est traduite par la perte de la moitié de nos élus. Paradoxe pour une organisation qui n’a que des préoccupations électoralistes ! Quant à ses meilleurs scores , le FG les obtient dans les municipalités communistes.

L’auteur de l’article dans les Nouvelles du Tarn semble dire que le FG va favoriser la conscience de classe ; or c’est tout le contraire :le Front de gauche enferme le PCF dans les questions institutionnelles à tel point que nous passons tout notre temps à parler d’élections et que nous nous éloignons d’un parti de lutte de classe ; ainsi on s’affaiblit idéologiquement. L’union avec les « partenaires »du Front de gauche se fait sur des bases réformistes. Il faut savoir que le PCF et le Parti de gauche sont adhérents au PGE (parti de la gauche européenne) qui soutient en Grèce et au Portugal les organisations réformistes contre nos camarades du KKE (PC grec) et du PCP (PC portugais).

Le PCF n’a pas besoin du FG « pour se donner une nouvelle raison d’exister ». Le capitalisme a fait la preuve de sa faillite : il n’y a jamais eu autant de gens qui meurent de faim, la planète n’a jamais été autant en danger à cause de la loi du profit, il n’y a jamais eu autant de chômeurs (20 millions rien qu’en Europe). Régulièrement des salariés se suicident parce qu’ils ne peuvent plus supporter l’exploitation. Il faut rompre avec le capitalisme. La raison d’être du PCF est de donner aux travailleurs et chômeurs des outils de compréhension de la société , de favoriser l’organisation des luttes pour obtenir des résultats concrets et de proposer la construction d’une société faite pour l’homme et par l’homme, le socialisme. C’est en étant utile aux travailleurs que le PCF peut rassembler et se renforcer comme il l’a fait au moment de la Résistance.

 

Christiane Odetti

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...