Archive | 1 avril 2010

Mélenchon veut dépecer le PC…..Rêves toujours

Mélenchon veut dépecer le PC

Par Marcelo Wesfreid, publié le 01/04/2010 à 14:59 l’Express

L’alliance Mélenchon-Buffet explosera-t-elle sur le choix d’un candidat à la présidentielle ?

L’eurodéputé, ragaillardi par les régionales, cherche à obtenir le soutien des communistes pour être candidat en 2012. Levée de boucliers… et de faucilles.

Jean-Luc Mélenchon a beau avoir réussi ses régionales, il est mécontent. Le Parti communiste, son allié dans 17 régions sous la bannière du Front de gauche (7 % des voix), n’a pas répondu à sa proposition de candidature commune à la présidentielle. Il veut d’abord régler la succession de Marie-George Buffet et ne définira sa stratégie élyséenne qu’en juin 2011.

C’est tard, trop tard, s’impatiente Mélenchon, qui se verrait bien porte-drapeau de cette « autre gauche » : « Quand on a trouvé une personnalité capable d’entraîner l’électorat, comme cela a été mon cas, il est regrettable que le premier réflexe du PCF soit de temporiser ou de chercher à me démolir. »

En camping-car à la Fête de L’Humanité

Deux rythmes, deux histoires. « Buffet représente un parti qui existe depuis presque un siècle alors que ma formation, le Parti de gauche, a été créée il y a seulement un an », pointe l’eurodéputé. Si la Place du Colonel-Fabien fait de la résistance, c’est qu’il ne lui a pas échappé que l’ancien socialiste, orateur hors pair, convoite depuis des mois ses sympathisants. A la Fête de L’Humanité, en septembre 2009, Mélenchon s’est littéralement installé sur place : il a loué un camping-car et dormi près des stands.

Il était encore parmi les militants, à la gare du Nord, à Paris, en octobre, le jour du lancement de la nouvelle formule du quotidien communiste. A Creil (Picardie), au cours de la campagne, il est resté devant la gare à écouter les doléances des cadres locaux du PCF. Cinq minutes avant de reprendre le train, il s’est emparé d’une poignée de tracts et les a distribués – pour un peu, il oubliait les électeurs…

Dans les conseils régionaux, les élus de sa mouvance n’ont brigué aucune vice-présidence. Pas question d’avoir les mains liées. Marie-George Buffet s’étrangle: « Fait-on de la politique pour changer la vie ou pour garder une liberté de ton? »

Mélenchon suit une stratégie: pour gommer son passé d’ancien ministre de Lionel Jospin, il tente un dépassement par la gauche, histoire d’enfermer les communistes dans une image de gestionnaires. Lui, pêle-mêle, prône « la mise sous séquestre de l’usine Molex », décrète un « jour de deuil » pour la Poste, préconise une CSG sur les revenus de la finance. A la Saint-Valentin, il a fait distribuer des cartes postales « J’aime les services publics. »

Cette tentative d’OPA pour le moins inamicale, le PCF – déjà miné par les démissions – tente de la minimiser. « Regardez le classement des personnalités politiques de Paris-Match, lance Marie-George Buffet. Je suis loin devant lui en termes de bonnes opinions. » La secrétaire nationale peine même à prononcer le nom de Mélenchon et préfère avancer l’idée d’un hypothétique Front populaire du xxie siècle. « Trouvons une personnalité consensuelle qui puisse éviter la crispation », propose, de son côté, le député André Chassaigne.

Autant dire, un trèfle – rouge – à quatre feuilles. « Déjà, avant 2007, les collectifs antilibéraux avaient passé des mois en vain à discuter pour dénicher une figure incontestée, rappelle Alexis Corbière, un proche de Mélenchon. A l’arrivée, les candidatures s’étaient multipliées. » Cette année-là, le PCF avait fini par se ranger, comme d’habitude, derrière un candidat maison. Mélenchon met d’avance un tel scénario au pilon : « Pour quelle performance électorale ? » Marie-George Buffet n’avait pas dépassé les 2

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...