Archive | 19 mars 2010

Réaction à chaud du 16 mars, tour à tour, les secrétaires fédéraux du PCF ont révélé la nature du pacte tacite qu’aurait dû respecter Gewerc.

Régionales Picardie. L’allégeance du Front de gauche au PS ne paie pas !

Le président sortant PS de la région Picardie, Claude Gewerc, a décidé de ne pas intégrer de candidats du Front de gauche sur sa liste au second tour. Il aurait accepté, prétend-il, à la rigueur de céder 3 places éligibles. Le Front de gauche, qui a obtenu 5,3% au 1er tour, en exigeait au minimum 5 (dont 3 communistes).

Dans une autre situation, nous serions en droit de dénoncer l’hégémonisme voire l’anticommunisme du PS.

Mais pas en 2010 en Picardie avec la stratégie (régionale) du « Front de gauche » !

Tour à tour à la radio (France Bleu, le 15 mars) et dans le « Courrier Picard » (extrait ci-dessous), des responsables du « Front », les secrétaires départementaux du PCF de la Somme (J.Carliez) et de l’Oise (T.Aury) ont révélé la nature du pacte tacite qu’aurait dû respecter C.Gewerc.

En écartant toute possibilité de liste commune avec Maxime Gremetz et toute une partie des communistes picards, ils font remarquer qu’ils ont empêché qu’une liste menée par des communistes dépasse les 10%. Elle aurait pu se maintenir au 2ème tour et négocier avec le PS sur une position de force.

Effectivement, l’addition du résultat de la liste des communistes de « Colère et espoir »  avec Gremetz comme chef de file, 6,20% et de celui de la liste du « Front de gauche », 5,34% rejoint le résultat (en pourcentage) de la liste unie « Colère et espoir » de 2004, 10,86%.

Au lendemain du 1er tour, les dirigeants du Front de gauche se prévalent de cette situation de division pour revendiquer une reconnaissance de C.Gewerc. C’est inconcevable !

Gewerc, non content d’être débarrassé (au conseil régional) de Gremetz, élimine aussi les autres communistes pour ne garder que les disciples de Robert Hue, alignés sur sa liste dès le 1er tour. Il est ravi d’être le dernier à rire.  

C’est grave pour le PCF. Ces dirigeants n’en finissent pas de se disqualifier.

Comment peuvent-ils justifier l’ostracisme à l’égard de Gremetz mais « l’ouverture » du Front de gauche, par exemple, à une tête de liste, conseillère écolo sortante dans l’Aisne ?

Chacun, notamment dans la région, a son opinion sur la personnalité de Maxime Gremetz. La liste qu’il proposait avec ses camarades, celle qu’ils ont finalement présentée, étaient ouvertes et diverses, sans exclusive à priori, tout en étant « à l’initiative de communistes ».

Des centaines de communistes ont fait la campagne. Le meeting final a été fort notamment des interventions de militants cheminots, de syndicalistes de Goodyear, de jeunes communistes. Les critiques portées sur la gestion Gewerc sont irréfutables.

Il est temps d’arrêter le gâchis, le processus de destruction de l’organisation communiste en Picardie (comme ailleurs). La direction nationale ne peut plus continuer à couvrir l’exclusion de fait, arbitraire, illégale et intolérable, de centaines de communistes de la Somme. Sous peine de se disqualifier elle-même.

Le total 6,20+5,34=11,54% peut et doit être, malgré l’abstention considérable ici aussi, le socle, sur le plan électoral, d’une reconquête, sans compromission politicienne, de la place du PCF dans les entreprises, dans les quartiers populaires, dans les luttes dans la Picardie de Continental, Goodyear, Nexans et de dizaines d’autres entreprises où les salariés se battent contre la casse industrielle.

Extrait du Courrier Picard du 16 mars 2010 :

« Reconnaissance…

Le PCF a aussi rappelé au PS qu’il avait pris de gros risques. Et réussi, en se présentant sous sa propre étiquette, à barrer le boulevard qui s’ouvrait à Maxime Gremetz, le maintenant en deçà du seuil fatidique de 10 %. Une bonne action qui aurait, estime le PCF, valu une certaine reconnaissance. » 

Lien vers le site de la section du PCF de Saint-Quentin (communiqués de la liste « Colère et espoir) : http://pcfsaintquentin.unblog.fr/

Le PCF a aussi rappelé au PS qu’il avait pris de gros risques. Et réussi, en se présentant sous sa propre étiquette, à barrer le boulevard qui s’ouvrait à Maxime Gremetz, le maintenant en deçà du seuil fatidique de 10 %. Une bonne action qui aurait, estime le PCF, valu une certaine reconnaissance.

Courrier picard du 16 mars 2010

PICARDIE Régionales : accord avec les verts, pas avec les rouges

Lundi, le PS (Claude Gewerc, au centre) s’est mis d’accord avec Europe écologie (Christophe Porquier, au premier plan) pour le second tour des régionales. (Photo G. CRIGNIER)

Lundi soir, les socialistes ont annoncé un accord de deuxième tour avec Europe Ecologie… Et l’échec des négociations avec le Front de Gauche, qui ne devrait donc pas participer à la prochaine majorité régionale.

Énorme coup de bluff ou surprise en forme de coup de tonnerre dans un ciel serein… Ce mardi le dira. En attendant, le Parti socialiste a bel et bien annoncé lundi soir la rupture des négociations avec le Front de Gauche, et la signature d’un accord entre les seuls socialistes et Europe Écologie.

Tout au long de la journée, les discussions ont achoppé sur le nombre de représentants du Front de Gauche sur la liste qui doit être déposée ce soir avant 18 heures.

Vers 19 heures lundi, alors qu’ils se rendaient à une assemblée de militants à Longueau, Thierry Aury et Joël Carliez, les deux négociateurs du PCF, estimaient que le PS faisait une fois de plus montre d’une attitude « hégémonique ». « Martine Aubry a indiqué que les discussions devaient se faire sur la base du respect du suffrage universel du premier tour, rappelait ainsi Joël Carliez, secrétaire fédéral de la Somme. Ce simple respect de la démocratie donne pour le Front de Gauche cinq élus. Or les socialistes en proposent trois… »

En cause si l’on en croit les communistes : les trois candidats ex-PCF qui ont choisi de faire liste commune dès le premier tour avec le PS. « C’était le choix du Parti socialiste, nous l’avions averti. »

Reconnaissance…

Le PCF a aussi rappelé au PS qu’il avait pris de gros risques. Et réussi, en se présentant sous sa propre étiquette, à barrer le boulevard qui s’ouvrait à Maxime Gremetz, le maintenant en deçà du seuil fatidique de 10 %. Une bonne action qui aurait, estime le PCF, valu une certaine reconnaissance.
« Le Front de Gauche a eu tout au long de la journée des exigences inacceptables, rappelait de son côté Philippe Massein, directeur de la campagne de Claude Gewerc. Entre 8 heures et 17 heures, son attitude n’a pas évolué.[ITAL] Il réclamait cinq élus en dépit de toute logique. C’est terminé, il n’y aura pas de représentants du Front de Gauche. Je le regrette profondément ».

Officiellement, le PS a donc mis fin aux discussions après le départ des représentants du PCF pour Longueau, en raison des délais liés à l’impression des bulletins de vote.
« Notre imprimeur ne peut plus attendre, les listes doivent partir ce soir… »

Contacté vers 20 h 30, Thierry Aury, tête de liste du Front de Gauche, s’est dit « extrêmement surpris ».
« Je ne suis pas au courant. Je ne vois pas pourquoi nous aurions atteint un point de non-retour. En dehors de la volonté d’exclure le Front de Gauche d’une future majorité régionale, rien ne s’oppose à la reprise des discussions. Il y a six ans, nous avions terminé à 6 heures du matin… »

Le représentant du PCF rappelle que si cette nouvelle se confirme, « le PS prendrait là une très lourde responsabilité, en adoptant une attitude qui n’augure rien de bon pour le rassemblement des forces de gauche… »

La gauche serait-elle éternellement condamnée à livrer le spectacle de la division ? Une chose est sûre, l’affaire – même si elle finit par un rabibochage de dernière minute – laissera des traces.

Alors que la droite est déjà entrée en campagne pour tenter de mobiliser les abstentionnistes, Claude Gewerc pourra-t-il réellement se passer des 10 à 12 % de voix que représente la mouvance communiste et donner, d’une certaine manière, raison à Maxime Gremetz ?

PHILIPPE FLUCKIGER

source : http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Regionales-accord-avec-les-verts-pas-avec-les-rouges

Maxime Gremetz et sa liste Colère et Espoir qui se félicite d’être aujourd’hui la première liste à la gauche du parti socialiste, avec ses 6,3 % en Picardie – appellent à faire barrage à la droite, « fidèles à notre combat constant contre la droite et l’extrême droite »

Extrait « Courrier Picard » CARNET DE CAMPAGNE …

Thierry Aury ne donne pas de consigne de vote

Thierry Aury, tête de liste régionale (PCF) du Front de Gauche, lui… ne donne aucune consigne de vote pour le deuxième tour. Dans un communiqué diffusé hier, il se dit « consterné » de la volonté des « représentants de Claude Gewerc de réduire au maximum la place du Front de gauche ». Déplorant, lui aussi, cette attitude « arrogante et hégémonique », il en conclut que « Claude Gewerc refuse ainsi l’élection d’une majorité bien ancrée à gauche à la Région et prend une lourde responsabilité devant les Picards ». En conséquence de quoi, il saute carrément au-dessus du second tour, et appelle « l’ensemble du peuple de gauche, tous ceux qui souffrent des politiques actuelles et aspirent à d’autres choix à travailler ensemble à une véritable alternative à gauche ».

… La gauche de la gauche pour un barrage à la droite

Paradoxalement, ce sont les listes les plus hostiles à une alliance avec le PS qui sont les plus claires dans l’appel à voter contre la droite.

Maxime Gremetz et sa liste Colère et Espoir – qui se félicite d’être aujourd’hui la première liste à la gauche du parti socialiste, avec ses 6,3 % en Picardie – appellent à faire barrage à la droite, « fidèles à notre combat constant contre la droite et l’extrême droite » ; et à se mobiliser dès aujourd’hui « pour imposer une véritable politique de gauche en Picardie ». Sylvain Desbureaux, tête de liste du Nouveau parti anticapitaliste, préfère lui pointer la forte abstention, qui illustre « une défiance vis-à-vis des politiques des partis institutionnels qui sont responsables de la crise sociale, écologique et démocratique ».
Mais lui aussi, appelle clairement à battre la droite et l’extrême droite.

…Le NPA s’en prend au PCF

Pour faire bonne mesure, le NPA pointe aussi « la stratégie perdante du Parti communiste ». Et constate – avec jubilation ? – qu’« après avoir imposé à ses partenaires du Front de gauche de s’engager à participer aux exécutifs empêchant par là même un accord avec le NPA, le PCF se retrouve piégé par un PS qui estime n’avoir pas besoin de lui pour gouverner. » De quoi raviver les regrets puisqu’une liste « rassemblant l’ensemble de la Gauche de la gauche aurait certainement pu se maintenir au second tour et avoir des élus. » Et le NPA de conclure que « Le PCF a fait le choix d’une stratégie qui fait perdre tout le monde à la gauche du PS ». Pas faux, sauf que le parti d’Olivier Besancenot porte aussi une bonne part de responsabilité dans cette stratégie perdante ; stratégie qui n’a même pas l’excuse d’être nouvelle, puisque cette dispersion des listes de la « gauche de la gauche » avait déjà eu ses effets dévastateurs aux Européennes. En attendant la prochaine élection ?

… Et la « gauche rassemblée » avec les Verts tient meeting commun

Pendant ce temps, feignant d’ignorer ces tensions, la liste « Avec la gauche et les écologistes rassemblés pour la Picardie », née de la fusion d’Europe Ecologie Picardie et de la liste de Claude Gewerc, organisera son meeting de fin de campagne ce jeudi 18 mars (à Mégacité, à Amiens à 20 heures). Christophe Porquier, pour Europe Ecologie y prendra la parole en fin de meeting avant l’intervention de Claude Gewerc qui conclura la soirée.

Mardi 23 mars, journée de grève et de manifestation interprofessionnelle

imagescapmkgk8.jpg A l’appel de cinq centrales syndicales. Pour défendre les retraites, les services publics, l’hôpital, l’école ou l’industrie.

Il s’agit plus que jamais pour les communistes d’être au cœur, à l’impulsion des luttes et non « à leur côté », de redonner entièrement son indépendance du PCF pour la remettre au service des travailleurs.

 Mardi 23 mars, 15H Place de l’Hôtel de Ville à St-quentin

2 commentaires

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...