Archive | juin 2009

SAINT-QUENTIN De l’humanité à la Fête des libertés (Le courrier Picard)

delhumanitealafetedeslibertesmedium.jpgLE COURRIER PICARD

Lundi 29 Juin 2009

Il y avait comme un air de liberté, hier après-midi au stade Marcel-Bienfait, celui de la Fête des libertés du PCF.

OAS_AD(‘Position1′);SAINT-QUENTIN De l'humanité à la Fête des libertés (Le courrier Picard) dans Fête des Libertés-Fête Huma-Repas ECT on error resume next Set oFlashPlayer = CreateObject(« ShockwaveFlash.ShockwaveFlash. » & nRequiredVersion) If IsObject(oFlashPlayer) Then bIsRightVersion = True End If If (Not bIsRightVersion) And (nRequiredVersion

Ambiance bon enfant hier, à la journée de fête organisée par la section locale du Parti communiste depuis trente-trois ans. Musique et tournoi de football ont fait bon ménage avec les discours politiques.

Libre. De faire ce qu’ils voulaient. S’allonger sur l’herbe pour lire la dernière gazette du Parti communiste français. De chausser ses baskets pour taper dans le ballon rond. D’écouter le concert de Farid ou des Little dead cats. Certains ont fait les trois, hier, à l’occasion de la Fête des libertés organisée au stade Marcel-Bienfait de Saint-Quentin.

Il s’agit d’une Fête de l’huma, mais plus petite, beaucoup plus petite. Les organisateurs appartiennent bien au même parti, le PCF. La section locale tenait sa 33e édition. « Cette année, on a pris le thème de Résistance et luttes », souligne Jean-Luc Tournay, conseiller régional. Ce sujet a été abordé lors d’un débat mené par des responsables syndicaux, des militants ainsi que des élus locaux et régionaux. « Maxime Gremetz est passé », note Jean-Luc Tournay.

« Bonjour camarade »

Cette journée était également, en quelque sorte, le lancement local des élections régionales. « On aura une liste. On veut faire passer nos idées. Il faut que le PC retrouve ses valeurs », poursuit le conseiller régional. Retrouver sa base. « Notre ambition est d’aller dans les entreprises, dans les quartiers. » Premier arrêt, hier à Neuville, pour la fiesta dominicale.

« Bonjour camarade. » La salutation est désormais de mise pour Julien. Ce Saint-Quentinois de 19 ans vient de signer son adhésion au PCF. « C’est une histoire de famille. Je suis dedans depuis tout petit », confie-il avant de souligner la bonne ambiance de la journée. Elle fut bon enfant. Les doigts de pieds en éventail sur l’herbe, des jeunes prennent le goûter. Cerise sur le gâteau, le concert des Little dead cats.

D’autres se laissent charmer par une autre musique, plus politique. « On a des propositions. La crise, il y a autre chose à faire. » Les communistes veulent montrer qu’ils sont dans la place. « On est là, on se bat. On n’a pas envie de s’arrêter. » La voix de sirène est celle de Jean-Luc Tournay, ravi de voir la fête battre son plein. « Il y a du monde. » Autour du barbecue, sur l’herbe… Des militants recomptent les bulletins des nouveaux adhérents. Dame nature semble avoir pris sa carte, tout du moins celle de sympathisant. Elle a laissé son soleil en roue libre

3 commentaires

CN du PCF des 19 et 20 juin 2009 – Intervention de Corinne BECOURT (02)

Conseil national du PCF des 19 et 20 juin 2009 

Intervention de Corinne Bécourt, fédération de l’Aisne 

A Saint-Quentin, nous avons rencontré de réelles difficultés à mobiliser pour le Front de gauche, en contraste avec l’écho très favorable de l’implication des communistes dans le mouvement social.

Sur le plan du résultat électoral, nous constatons la même chose que dans le Nord, le Pas-de- Calais ou la Somme. Malgré la campagne régionale, nous perdons 1 point sur la ville et reculons notamment dans les quartiers populaires et ouvriers par rapport à 2004.

Certains sympathisants nous l’ont dit clairement : « nous ne voulons pas de cette Europe, nous l’avons déjà rejetée ». Le flou du programme national du Front de gauche, en décalage avec la clarté de notre campagne pour le NON en 2005, l’union pour l’union au sommet ne nous ont pas aidés à être clairs sur notre projet communiste.

Il faudra en tenir compte.

Dans les luttes très fortes qui se développent dans notre région, nous sommes présents et de plus en plus reconnus. Nous avançons. Nous avons gagné dans une boîte l’adhésion de deux intérimaires. Dans les quartiers, nous avons recréé une cellule qui marche depuis plusieurs mois. Une autre est en cours de reconstitution comme une cellule d’entreprise.

Dans la suite de notre action des derniers mois, nous avons décidé de placer notre « Fête des libertés », le 28 juin, sous le thème : « résistances, luttes et perspective politique ». De nombreux syndicalistes d’entreprise en lutte de la région ont déjà répondu présents pour le débat. Notre souci, à eux comme à nous, est d’avancer, face au sabotage de l’industrie, à la casse de l’emploi, des perspectives politiques qui aident les luttes à dépasser l’objectif des primes de licenciement.  

Une exigence revient avec force dans l’urgence, face aux délocalisations notamment : l’appropriation publique et sociale des moyens de production et les formes qu’elle peut prendre.

Dans les mois qui viennent, cessons de tomber dans les arrangements politiciens de sommet !  Il n’y a rien de pire pour le Parti. Les élections ne sont qu’un moyen, pas un objectif en soi.

Notre priorité doit être notre ouverture sur le monde du travail, notre action pour le développement des luttes, et pour cela, l’expression de nos fondamentaux politiques communistes.

La première préoccupation des gens, des militants communistes parmi eux, surtout dans ces conditions difficiles, c’est de vivre, parfois de survivre. Ils ont besoin du PCF pour se battre, pour situer les vraies responsabilités quand les mauvais coups pleuvent de partout.

Fête des Libertés 28 JUIN

fete09site.bmp

Inauguration à 13H30 avec Maxime GREMETZ 

Débat  à 15h

concert, tournoi de foot à 6, friterie barbecue, ect…

 

 

CN du PCF des 19 et 20 juin 2009 – Intervention d’Alain DE POILLY, fédération du Val-de-Marne

Quelles leçons tirer de l’élection européenne ?
D’abord sur le plan européen
,
l’abstention de 57 % des électeurs en Europe démontre que les citoyens européens, non seulement ne croient plus à l’Europe actuelle, mais qu’ils ne croient plus non plus que l’on puisse changer cette Europe à partir du parlement européen.

Nous avons 5 députés européens, qui doivent beaucoup à la bonne mobilisation des militants et des élus de notre parti. Je pense que ces 5 députés vont faire un excellent travail. Mais il faut voir la réalité en face, ce n’est pas avec 5 députés du Front de gauche et un groupe de la Gauche unitaire européenne de 34 députés sur 736 députés européens, que nous allons pouvoir tenir notre promesse électorale de faire une Europe sociale par la voie parlementaire.

Notre parti ferait bien de rouvrir le débat sur notre stratégie politique vis-à-vis de l’Europe. En effet, l’expérience démontre que le niveau le plus efficace pour remettre en cause le carcan ultra-libéral de cette Europe reste la nation, comme en 2005 lors du référendum.
En suite sur le plan national

Le Front de gauche avec 6,5 % des suffrages exprimés ne fait guère plus que le Parti communiste en 2004 avec 5,9 %. Visiblement il n’a pas créé la dynamique d’union attendue.

Pourquoi ?

D’abord parce que l’union ne se décrète pas par des accords au sommet, nous l’avions déjà expérimenté lors de l’élection présidentielle, l’union se construit dans le temps, dans les luttes, dans les consciences, autour d’un projet de société.

Ensuite parce que ce Front de Gauche s’est comporté comme un nouvelle force de gauche, force qui, si elle n’a pas réussi à capter l’électorat populaire, a réussi à faire disparaître le parti communiste des débats électoraux

Aussi, la question aujourd’hui, ce n’est pas, faut-il poursuivre ou non le Front de Gauche ? Mais : quel rôle doit jouer le Front de Gauche dans l’avenir ?

En effet, ce Front de Gauche ne doit pas devenir un obstacle à une union plus large, ne cherchons pas à faire rentrer à tout prix dans ce Front de Gauche les formations politiques anticapitaliste qui s’y refusent. Ce ne doit pas être le Front de Gauche ou rien.

Ne nous enfermons pas dans un front de gauche qui se résumerait à un tête-à-tête Parti communiste/Parti de la Gauche. Cela entretiendrait la confusion sur une fusion à la Die Linke, objectif affiché par Mélenchon et certains de nos dirigeants.

Notre parti a besoin de retrouver son identité pour donner un prolongement politique aux luttes. Nous l’avons vu lors de cette élection. Il ne suffit pas qu’il y ait des luttes de haut niveau pour que cela se traduise dans les urnes, faut-il encore que ceux qui luttent acquièrent une conscience de classe. Là est l’utilité du parti communiste.

En conséquence, le peuple de gauche aujourd’hui a plus besoin d’un front de luttes anticapitaliste porteur d’un projet de société qui rassemble toute la gauche anticapitaliste, que d’un Front de Gauche qui se réduit à mettre en place une nouvelle force de gauche qui se substituerait au parti communiste dans tous les scrutins à venir.

Après la fusion-disparition mise en échec lors de notre 34ème congrès, ne mettons pas en place avec le Front de Gauche la disparition sans fusion !

La direction du parti propose de poursuivre le Front de Gauche. Alors faut-il présenter des candidats du Front de gauche aux élections régionales, comme aux élections européennes ? Je pense que cette décision, qui engage notre existence, doit faire l’objet d’un débat dans le parti. Effectivement, l’existence d’un parti politique est conditionnée par sa présence aux élections.

Nous sommes tous pour poursuivre l’union engagée avec le Front de Gauche, cette union étant indispensable pour changer la société. Le choix n’est donc pas entre union ou repli sur soi, mais entre :
Faut-il faire une union qui implique la disparition du parti communiste dans toutes les échéances électorales à venir ?

ou

Faut-il faire une union qui implique un renforcement du parti communiste, afin d’affronter les échéances électorales à venir, notamment en présentant au premier tour des élections régionales des candidats du parti communiste, l’union de toutes les forces de gauche se faisant au deuxième tour ?

Moi, je suis pour le renforcement du parti communiste, donc pour des candidats du parti communiste aux élections régionales.

CN du PCF des 19 et 20 juin 2009 – Intervention de D. NEGRI

Conseil national du PCF des 19 et 20 juin 2009

Intervention de Dominique Negri, fédération de l’Isère

Mon intervention porte sur trois points du rapport.

1 -  Résultats des européennes et Front de gauche.

Le rapport revient avec insistance sur le succès du Front de gauche, le début de dynamique. Regardons la réalité !

Nous avons maintenu, très légèrement amélioré, le résultat des listes PCF de 2004. C’est essentiellement le résultat de la campagne du PCF, sur la base de leur travail quotidien. Une raison de plus d’arrêter de douter du potentiel des communistes !

Dans notre section, à Saint-Martin d’Hères, nous obtenons le meilleur résultat de l’agglomération grenobloise.

Mais cela ne peut pas masquer le fait majeur : l’abstention que nous devons analyser avec attention. Je prends 4 bureaux de quartiers populaires de Saint-Martin d’Hères. Langevin : 69,11% d’abstention en 2009, 72,29% de votes NON en 2005. Barbusse : 68,58% et 75,52%. Paul Bert : 72,07% et 70,07%. Aragon : 71,33 et 71,67%.

C’est clair : l’électorat du NON s’est largement abstenu. C’est bien plus qu’une « défiance » vis-à-vis de l’Union européenne, c’est un rejet de l’UE du capital et le rejet de l’illusion d’une réorientation sociale. Entendons-le et sachons nous appuyer sur lui contre la politique du gouvernement de Sarkozy !

Au final, nous arrivons au même nombre d’élus du Parti. Je me permets de rappeler que les communistes n’ont pas approuvé la répartition des têtes de listes entre les organisations du Front de gauche alors que nous en sommes la seule vraie force politique.

2 – Les conditions du combat politique en lien avec les luttes.

Nous ne pouvons que souscrire à cet objectif du rapport. Mais nous devons constater que le rapport de forces social est resté invisible dans le vote alors que la perspective politique part des luttes.

Aussi, dès à présent, renforçons le contenu politique communiste de nos interventions ! Tout nous invite à mettre en avant nos analyses marxistes. Travaillons à la convergence des luttes !

La privatisation de la Poste est largement rejetée par la population. Avançons la nécessité de la défense et de la reconquête du monopole public, seul garant d’un service public de qualité pour tous. Les directives européennes de marchandisation, de mise en concurrence sont disqualifiées.

La marchandisation de la santé est tout autant refusée. Nous le voyons avec le succès dans notre section de la pétition pour le retrait de la loi Bachelot, pour la défense de l’hôpital public, 1 200 signatures en quelques semaines.

Un PCF bien vivant, visible, actif dans les luttes, utile pour dégager la perspective : c’est le préalable au rassemblement et à l’unité.

3 – Les « transformations » du PCF.

De quoi parle-t-on ? Une « transformation » du PCF est un sujet grave qui doit être pris avec sérieux et demande le temps nécessaire aux débats dans toutes les structures du Parti. Ce n’est pas possible dans le cadre du « congrès d’étape » annoncé par Pierre Laurent, dans la foulée des élections régionales qui auront mobilisé à fond les camarades. Pour ne pas voler ces débats aux communistes, il faut un autre calendrier.

Pourquoi cette précipitation ? Pour forcer une transformation du PCF avec son effacement au sein d’une structuration du Front de Gauche ? Non !

Alors que chaque jour, avec cette crise majeure du capitalisme, la nécessité de l’existence et du renforcement de notre Parti, comme outil politique indispensable pour les travailleurs, se confirme !

Lettre aux syndicalistes- DEBAT-Fêtes des Libertés-DIMANCHE 28 JUIN 2009

Aux syndicalistes

 Aux secrétaires de Syndicat

                                                                                              Aux  secrétaires de C.E

Saint-Quentin, le 17 juin 2009

      Cher(e) Camarade, cher(e) ami(e),

Chaque jour, sur vos lieux de travail, dans vos entreprises et établissements, vous constatez et combattez les dégâts de la politique libérale, de privatisation et de recherche du profit maximum.

Cette politique menée par le gouvernement Sarkozy, soutenue fortement par l’UMP avec son chef de file X.BERTRAND, ex ministre de la sante et du travail…au service du MEDEF de Laurence PARISOT a des conséquences terribles dans tous les domaines de la vie des salariés et des privés d’emploi. C’est encore plus vrai en Picardie, pourtant, une région riche d’atouts, bénéficiant d’une implantation géographique et stratégique dont elle devrait impérativement tirer profit pour l’avenir de nos enfants, des Picardes er des Picards.

Aujourd’hui, ceux qui tirent les ficelles, les fossoyeurs de la France, nos gouvernants utilisent la crise du capitalisme, pour accélérer la désindustrialisation, les délocalisations engendrant l’explosion du chômage, de la précarité et de la misère. Les exemples ne manquent pas dans notre région ne citant que CONTINENTAL et GOODYEAR, qui rien que ces deux entreprises là parmi tant d’autres menacées de licenciements ou de fermeture mettent prés de 2000 salariés à la rue.

A cette situation,il faut ajouter les attaques frontales contre les Services Publics (la Poste,la Santé notamment avec la loi Bachelot, l’Education Nationale,la SNCF,les tribunaux …), les Retraités et l’âge de la retraite que le ministre du travail ( Hortefeux ) veut une nouvelle fois reculer,sous prétexte du déficit record de la SECU(merci X Bertrand , 20 milliards d’Euros) et que les autres pays d’Europe sont pour la plupart à 65 ans ou plus ;enfin c’est aussi l’attaque en règle contre le code du travail,le droit de grève,notre dignité…

Face à cette situation dramatique, plus que jamais l’action Syndicale est nécessaire et nous savons pertinemment le travail que vous faites quotidiennement dans vos entreprises, dans vos ateliers ou bureaux pour contrecarrer tous ces mauvais coups et préserver votre outil de travail. Mais pour autant, l’action Syndicale, vos organisations syndicales aussi indispensables soient-elles,ne peuvent se substituer à l’action politique,aux partis politiques. Bien sur, beaucoup reste à faire pour améliorer la démocratie participative, pour que les femmes et les hommes politiques soient bien plus à l’écoute du monde du travail et qu’une véritable politique de gauche soit menée dans ce pays. Que des droits nouveaux soient enfin accordés aux salariés pour mieux appréhender la situation de l’entreprise et de se donner les moyens d’intervenir le plus efficacement possible face à la situation que l’on connait.

C’est cet esprit que notre Section souhaiterait avoir ton point de vue, tes suggestions, tes propositions sur toutes ces questions, dans le cadre des mouvements sociaux actuels, après les élections Européennes qui ont vu une abstention record et enfin d’essayer de comprendre et de définir avec toi quelles perspectives faut­-il donner aux luttes et quel doit être le rôle du Parti Communiste Français dans ce contexte de crise du capitalisme ?…

Pour cela, nous serions très heureux de ta participation au débat que nous organisons le 

DIMANCHE 28 JUIN A  15H00 dans le cadre de la FETE DES LIBERTES 

                  Au STADE Marcel BIENFAIT – Quartier de Neuville –Saint-Quentin                               

Avec également la participation de : 

Maxime Gremetz, Député et Conseiller Régional

Jean Luc Belpaume, Conseiller Régional

Emanuel Dan Trang, Membre du Conseil National du PCF

Corinne Becourt, Membre du Conseil National du PCF

Des élus locaux de Saint-Quentin et Gauchy

Espérant te compter parmi nous, reçois, cher camarade, mes fraternelles salutations.

Jean Luc Tournay 

Secrétaire de la Section du PCF de St-Quentin 

Conseiller Régional

NB : Une inauguration de la Fête, où tu es cordialement invité, se déroulera à 13H00, suivi du verre de l’amitié. 

Georges Marchais (PCF): Jean-Pierre Elkabbach; Alain Duhamel

http://www.dailymotion.com/video/k20a8NiCbZq1p5oTIN

 

http://www.dailymotion.com/video/k71JrMGbUyXHbioTUQ

EMPLOI, POUVOIR D’ACHAT ET PROFITS EN PICARDIE

Le journal de Maxime GREMETZ, Député Communiste

EMPLOI, POUVOIR D’ACHAT ET PROFITS EN PICARDIE dans Luttes, grèves, manifs pdf ensemblejuin2009.pdf

 

 

 

Perspectives: Après les Européenneses possibilités sont toujours aussi grandes de mettre en échec la politique du pouvoir sarkozyste

Le gouvernement tente d’exploiter le résultat des élections européennes pour légitimer la poursuite de ses réformes antisociales et leur aggravation. C’est de bonne guerre mais le scrutin du 7 juin a exprimé le contraire et confirmé l’opposition massive du pays à cette politique, de même que le développement des luttes (industrie, hôpital, EDF-GDF…) ne s’est pas démenti pendant la campagne électorale.

Moins de 1 électeur sur 9 a voté pour l’UMP, 10,83% des inscrits exactement. Davantage de salariés ont fait grève et manifesté depuis le début de l’année que le parti du pouvoir ne compte d’électeurs. Le soutien aux luttes est largement majoritaire et se renforce : plus de 75% au mouvement pour l’hôpital public, contre la loi Bachelot.

L’abstention massive, 6 électeurs sur 10, davantage encore parmi les jeunes, les ouvriers et les employés a une signification politique forte.

Elle prolonge le NON référendum de 2005 (obtenu avec plus 70% de participation). Elle confirme le rejet de l’Union européenne, de ses traités, de ses directives et règlements au service du patronat et des capitalistes. Le Traité de Lisbonne, adopté dans le dos du peuple, n’a aucune légitimité pour servir de prétexte et d’instrument à la politique de casse économique et sociale du gouvernement.

Pour autant, la question primordiale demeure : qu’est-ce qui permet au pouvoir sarkozyste de nourrir de nouvelles prétentions (nouvelles attaques contre les retraites, le statut des salariés et la fonction publique…) ? Sur quoi bute le mouvement social ?

La perspective politique ne peut pas résider dans celle d’une nouvelle alternance en 2012. Le scrutin le confirme aussi.

Le PS connaît un lourd désaveu électoral (recul de 11% sur 2004 et sur les cantonales de 2008). Sa posture d’opposant n’arrive plus à convaincre, même par défaut. Fervent défenseur du Oui en 2005 puis de Lisbonne, il n’affronte pas sur le fond les contre-réformes du gouvernement. En période de crise du capitalisme, l’option sociale-démocrate d’aménagement du capitalisme perd encore plus de crédibilité.

Les élections européennes ont à nouveau apporté un démenti à ceux qui rêvent de la disparition du PCF. Ceci dit, la stratégie du « Front de gauche » avec des dissidents du PS, en effaçant à nouveau l’image de notre parti n’a pas permis d’améliorer son résultat de 2004 (6%), malgré le contexte de luttes. Elle a brouillé son identité et ses positions, notamment contre l’UE et le rassemblement à « gauche ».

L’aspiration à l’unité de ceux qui luttent, face à la cohérence de la politique au service du capital est très forte. La puissance des journées de grèves et de manifestations des 29 janvier et 19 mars l’a montré. Mais comment passer de la juxtaposition des luttes à leur convergence, à l’addition des forces, dans un mouvement solide, déterminé et continu sur des revendications précises, pour commencer à mettre en échec tout de suite le gouvernement ? Cet objectif de rassemblement devra dépasser les compromis de l’unité syndicale.

Pour nous, dans la période, c’est là que se situent la perspective d’alternative politique et l’urgence alors que le Medef poursuit le démantèlement de l’appareil productif (180.000 chômeurs encore en plus en trois mois !).

Nous mettons nos analyses, nos propositions, nos actions et nos organisations dans les entreprises et les quartiers au service de la contre-offensive politique et idéologique.

C’est la raison d’être de notre parti le PCF. Nous vous appelons à vous saisir de son utilité, à venir le renforcer.

Les communistes du Réseau Faire Vivre et renforcer le PCF de l’Aisne  refusent tout processus d’effacement ou de dilution de leur parti et de son identité, outil indispensable pour dégager une perspective politique de rupture avec la politique au service du capital. Au contraire, ils entendent réaffirmer l’actualité des fondamentaux théoriques, marxistes, du PCF, l’importance cruciale de l’organisation communiste dans la lutte des classes. Et participer à revitaliser leur parti, ses organisations de bases, cellules, sections dans les quartiers et les entreprises.

Faire vivre et renforcer le PCF dans le Bas-Rhin

Faire vivre et renforcer le PCF dans le Bas-Rhin

COMMUNIQUE DE PRESSE


Refusant la liquidation progressive de leur parti et des idéaux communistes, des militants de la fédération bas-rhinoise du PCF ont décidé de créer dans le Bas-Rhin une coordination départementale du réseau national. 

 

FAIRE VIVRE ET RENFORCER LE PCF


De nombreux camarades, militants considèrent que ni l’action, ni le fonctionnement du Parti Communiste ne sont à la hauteur des ambitions et des enjeux de la période actuelle. Alors que les enjeux appellent la disparition du capitalisme et la construction d’une société nouvelle, un développement de la démocratie interne, nous constatons que les orientations développées par les décisions réformistes prises, depuis le congrès de Martigue, prolongées par la direction nationale actuelle ont eu pour conséquence la prise de distance de nombreux militants.

Animés par un fort attachement à notre Parti, par la volonté de le rendre attractif, nous choisissons une démarche faite d’ouverture, d’inventivité, de transparence, contre les blocages persistants. Nous proposons d’impulser une nouvelle façon de fonctionner pour profiter pleinement de l’apport de tous les communistes en ouvrant en grand le chantier de la démocratie. Renouer avec les communistes qui ont quitté le Parti, reprendre le dialogue avec les syndicalistes, les salariés et les populations de nos quartiers, tels sont nos objectifs présents.

Ainsi lors des élections des députés au Parlement européen du 7 juin 2009, il est important que le vote des salariés, des citoyens exigeant la satisfaction des revendications sociales et économiques tels :

  • le SMIC à 1 600 €,
  • le droit à la retraite à 60 ans et 55 ans pour les travaux pénibles et dangereux,
  • la création de droits nouveaux particulièrement un droit de véto contre tout projet de licenciement économique,
  • l’arrêt de la casse industrielle et une relance de l’activité par la consommation,
  • la nationalisation des banques, des organismes financiers, assurances pour mener, orienter une véritable politique économique industrielle et de développement durable en plaçant les grandes sociétés et groupes sous le contrôle et la gestion des salariés,

que ce vote se porte sur les candidats du Parti Communiste Français afin qu’un grand nombre de députés de notre parti siège au Parlement européen pour combattre avec les salariés en lutte les orientations et décisions néfastes, anti sociales de l’Union Européenne.

Un tel vote est le seul utile et prolongera la victoire du « NON  AU TRAITE CONSTITUTION EUROPEENNE » en 2004 dont le traité de Lisbonne est une « resucée » que l’antisocial et ami des riches, le Président de la République Française, veut imposer au Peuple Français au profit des ses amis du patronat et des nantis.

A Strasbourg le 4 juin 2009.

Les membres du réseau  – « porte-parole » :

Isidro OLIVA                                                                      André HEMMERLE

ELECTIONS EUROPEENNES – PORTUGAL – ANALYSE DU SECRETAIRE DU PCP

Déclaration de Jeronimo de Sousa, Secrétaire-Général du PCP 

Sur le résultat des élections européennes

« Ce que le pays réclame, c’est une rupture claire avec les politiques de droite que depuis plus de 33 ans le PS et le PSD défendent selon une logique d’alternance, seulement possible avec le renforcement de la CDU. »


Traduit par AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ 


Le secrétaire-général du PCP s’est adressé au pays pour affirmer sa satisfaction devant l’importante progression électorale de la CDU. Une progression qui envoie un signal, celui de la revendication du changement et de la confiance sur le fait qu’il est possible de construire une vie meilleure. Jeronimo de Sousa a ensuite insisté sur la condamnation claire de la politique du Gouvernement qui s’est traduite par la défaite électorale du PS.


Le premier mot qui nous vient à l’esprit est: satisfaction. Satisfaction vis-à-vis de l’importante progression électorale de la CDU. Une progression qui envoie un signal, celui de la revendication du changement et de la confiance sur le fait qu’il est possible de construire une vie meilleure.


Le deuxième mot qui nous vient à l’esprit est: inquiétude. Inquiétude par rapport à la situation du pays et du peuple portugais mais aussi: confiance. Confiance qu’une autre politique et autre voie est possible. Face à la crise, au chômage, aux injustices et à la corruption, une réalité s’impose: donner en ce moment encore plus de force à la CDU.


1 – Le résultat obtenu par la CDU – traduit par la confirmation de l’élection de nos deux députés (dans le cadre de la réduction de 24 mandats nationaux à 22), l’augmentation de son audience électorale et du nombre de voix obtenu, – est l’expression de la vague de soutien enregistrée pendant la campagne, et confirme que la CDU est une force en progrès, indispensable au pays et à la résolution des problèmes du pays.


En confirmant tout le sens des progrès et de la poussée électorale de la CDU lors des dernières échéances électorales, le résultat obtenu aujourd’hui n’ouvre pas seulement dans la vie politique nationale et lors des prochaines élections la perspective de mettre en échec les politiques de droite mais est aussi un moyen, avec le renforcement de la CDU, d’imposer un tournant dans la vie politique nationale.


Un résultat dont la signification et l’ampleur sont d’autant plus à valoriser qu’il a été construit à partir d’une campagne qui, basée sur l’intervention et l’engagement de milliers de militants avec un travail de mobilisation et d’explication dirigée vers les électeurs, a eu à triompher d’un climat de dénigrement ostensible envers la CDU. La déformation constante de son message et de ses propositions, la pression induite par les sondages successifs qui ont confirmé tout au long de la campagne la percpeption claire que, tant du côté du gouvernement que des intérêts économiques liés aux politiques de droite qui sont menées, ce qu’ils craignent le plus c’est que la CDU récolte des voix, car c’est elle qui peut le plus remettre en cause, pas seulement dans les mots, mais dans l’action et dans la construction d’un projet alternatif, les politiques de droite et les intérêts des grands groupes économiques et financiers.


2 – La défaite électorale subie par le PS matérialisée par une perte en terme d’élus et de voix obtenues représente une condamnation claire de la politique du Gouvernement et une érosion indiscutable de sa base sociale.


Les résultats obtenus aujourd’hui par le PS – indissociables des luttes, manifestations et de la colère qui ont uni et rassemblé des centaines de milliers de portugais pour la défense du droit au travail, des services publics et des acquis sociaux et qui ont trouvé dans le PCP et dans la CDU l’opposition la plus déterminée et la plus résolue – sont en soi l’expression d’une condamnation claire de sa politique et de ses orientations et confirment qu’il n’est pas seulement possible, mais qu’il est indispensable, d’infliger en Septembre prochain une nouvelle défaite significative à ce gouvernement et aux politiques de droite qu’il met en place.


3 – La CDU attire l’attention sur l’opération en cours qui concerne l’interprétation des résultats du PDS, et qui cherche à relancer artificiellement une dynamique de bi-polarisation tendant à masquer la similitude parfaite des propositions et des politiques qui, comme la campagne pour les européennes l’a révélé, créent le consensus entre le PS et le PSD. Ce que le pays réclame, c’est une rupture claire avec les politiques de droite que depuis plus de 33 ans le PS et le PSD défendent selon une logique d’alternance, seulement possible avec le renforcement de la CDU.


4 – La CDU salue les candidats et les militants du Parti Communiste Portugais, des Verts, d’Intervention Démocratique et tous les indépendants qui avec leur dévouement généreux, avec leur intervention irremplaçable ont contribué, dans tout le pays, à ce que la CDU puisse apporter une voix discordante au Parlement Européen en faveur de la défense des intérêts nationaux et puisse s’affirmer comme une force indispensable à la résolution des problèmes nationaux et à une rupture avec les politiques de droite.


La CDU salue les milliers d’électeurs qui ont voté pour cette coalition avec la pleine garantie qu’ils trouveraient ici de quoi aller dans le sens du changement qu’ils revendiquent dans la vie politique nationale, de quoi ouvrir une fenêtre d’espoir en une vie meilleure.


La campagne d’explication et de mobilisation des volontés que, semaine après semaine, la CDU a menée constitue un plus inestimable pour l’affirmation d’une force identifiée aux intérêts des travailleurs et de la population, profondément liée à ses préoccupations et à ses aspirations, partageant sa confiance inébranlable qu’une vie meilleure et plus digne est possible.


La Marche « Protestation, confiance et lutte » qui a envahie les avenues du centre de Lisbonne le 23 mai dernier a laissé – bien au-delà d’une simple initiative de campagne – la marque indélébile d’une force ancrée dans un large courant d’hommes et de femmes qui ne se résignent pas face aux difficultés et a constitué un signal fort de confiance et de combativité de la part de ceux qui croient à la construction d’un Portugal plus développé et souverain, qui continuera à vivre par son sens et son ampleur dans les nombreuses luttes qui ont lieu et cherchent à imposer une rupture avec les politiques de droite et construire une politique alternative dans notre pays.


Les résultats obtenus par la CDU, et surtout la vague de soutien à nos propositions et à notre intervention, sont un solide élément qui peut nous rendre confiant dans les batailles politiques et électoales qui dans un futur proche peuvent être décisive pour l’avènement d’un véritable changement dans la vie politique nationale.


Traduit depuis le portugais, depuis le site: http://www.cdu.pt/

Analyse des Européennes par les camarades de la section du 15éme

L’alternative introuvable : 60% d’abstentions aux européennes. La nécessité, plus que jamais, de renforcer le PCF

Première analyse

Un résultat des élections européennes éclipse tous les autres. 60,2% des électeurs inscrits se sont abstenus, auxquels il faudrait ajouter les 2% de bulletins blancs et nuls.

Deux comparaisons aident à interpréter ce chiffre jamais atteint :

1- Au référendum de 2005, l’abstention n’avait été que de 30%. On sait comment l’UE et les partis dominants en France ont décidé d’ignorer la décision démocratique du peuple français, comme celle du peuple néerlandais puis des Irlandais en réintroduisant la Constitution européenne rejetée avec le traité de Lisbonne. Il est logique que les peuples refusent de donner une caution démocratique aux politiciens et aux structures de l’UE qui les méprisent. Le Parlement européen sortant s’était lui-même prononcé à 90% pour la Constitution. L’abstention massive porte la persistance, la montée, du rejet de l’UE du capital. Ses traités, directives et règlements sont plus illégitimes que jamais pour casser les acquis sociaux et démocratiques nationaux.

2- Le 1er mai, l’Humanité titrait « 72% des Français soutiennent les revendications ». Ces derniers mois ont été marqués par des luttes de grande ampleur dans notre pays, dans un contexte de crise du capitalisme. A plusieurs reprises, le 29 janvier, le 19 mars, les travailleurs ont manifesté par millions. Le soutien à ce mouvement qui met en cause directement la politique du Président et du gouvernement et ses contre-réformes n’a cessé de s’étendre. Force est de constater que ce mouvement de fond, qui porte la perspective d’une alternative politique, ne s’est pas retrouvé dans la campagne des élections européennes. C’est l’autre enseignement de l’abstention qui atteint des sommets, parfois 75%, dans les villes ouvrières et les quartiers populaires.

Pour autant, en aucun cas, le gouvernement ne peut se prévaloir de l’expression d’un soutien majoritaire à sa politique. Ses partisans se sont logiquement davantage mobilisés. L’UMP arrive largement en tête mais son résultat, 28% des exprimés, ne représente guère qu’un Français sur 8.

Le PS subit, avec 17% des voix, la lourde sanction de son défaut d’opposition sur le fond à la politique européenne et aux choix nationaux du pouvoir. Les politiciens qui se présentaient comme « écologistes », ont, ce n’est pas la 1ère fois aux européennes (cf 1989), été mis en avant comme vote défouloir sans conséquence. Les travailleurs n’ont rien à en attendre. L’engagement ultralibéral et anticommuniste de M. Cohn-Bendit ne s’est jamais démenti pendant que l’opportunisme politicien de M. Bové s’affirme.  

Comme des milliers de communistes dans tout le pays, nous avons mis au centre de notre action pendant la campagne électorale le contenu du vote communiste qui seul pouvait donner un sens au vote lui-même.

Dans la suite des campagnes de notre parti en 1992 contre Maastricht, en 2005 contre la constitution européenne, nous avons affirmé le refus de l’intégration dans l’UE du capital et de sa fatalité.

Nous avons mis en avant les possibilités de rassemblement et de convergences de tous ceux qui luttent pour commencer à faire plier le pouvoir dès maintenant.  

Cette campagne militante, qui continue, a permis de multiplier les contacts, de réaliser des adhésions, de collecter des milliers de signatures pour le retrait de
la Loi Bachelot contre l’hôpital public…

Mais nous vérifions aujourd’hui que la stratégie du « Front de gauche » a empêché notre parti de jouer pleinement son rôle pour l’alternative politique dans ces élections. Tous les communistes devront y réfléchir.

 

Malgré la force du NON de 2005 et le rôle qu’a joué le PCF dans cette victoire, malgré la crise du capitalisme et l’actualité renouvelée de nos fondamentaux idéologiques, malgré l’ampleur des luttes sociales, malgré le discrédit du PS (28% en 2004), les listes du « Front de gauche » stagnent par rapport aux les listes de rassemblement présentées par le PCF en 2004 : 6,05% des suffrages exprimés (2,4% des inscrits) contre, en 2004, 5,90% des exprimés (2,5% des inscrits). Elles n’ont pas détourné de l’abstention. Avec 1.038.000 voix, le Front de gauche sur toute
la France fait moins que le vote communiste aux cantonales de 2008 dans une moitié du pays (1.150.000 voix rien que sur les 50% de cantons renouvelables).

Une première analyse dans le détail tend à montrer le Front recule souvent dans les villes ouvrières et les quartiers populaires, malgré l’action militante des communistes, mais capte une parti du vote socialiste, notamment dans les centres-villes. Ces résultats et l’émiettement des votes pour les autres listes permettent de faire réélire le même nombre de députés PCF, Jacky Hénin et Patrick Le Hyaric, et de faire élire à Strasbourg Jean-Luc Mélenchon et une militante associative, Marie-Christine Vergiat.

Le choix, imposé aux communistes par la direction du PCF, de la stratégie du « Front de gauche » et la campagne nationale ont brouillé nos positions, d’autant que Jean-Luc Mélenchon s’est rapidement imposé, c’était prévisible, comme porte-parole national. L’engagement « pro-européen » de la campagne (Mélenchon a été un ardent partisan de Maastricht), la perspective politique reportée à une victoire de la « gauche » en 2012 (déjà Mélenchon tend la main à Cohn-Bendit), la priorité donnée aux enjeux institutionnels ont dilué le sens du vote communiste.

Le caractère « unitaire » du Front de gauche, mis en avant malgré l’insignifiance de nos partenaires (2800 adhérents pour le Parti de gauche, 250 pour la « Gauche unitaire »), a révélé davantage un glissement sur les positions de fond historiques du PCF et un appel du pied à l’électorat socialiste qu’une démarche de rassemblement correspondant à l’aspiration à la convergence des luttes.

Nous continuerons à nous opposer à toute perspective de poursuite de la dilution du PCF dans ce type d’alliances aux contours et aux contenus incertains. La direction du PCF doit écarter sans ambiguïtés et définitivement le scénario de fusion dans un « parti de gauche » tel que Mélenchon et certains dirigeants du PCF le proposent. La place de notre parti est plus que jamais dans la lutte des classes.

Sans attendre, nous continuons notre action dans les luttes, dans les entreprises et les quartiers du 15ème. Le 13 juin a lieu une nouvelle et très importante journée nationale de manifestations à l’appel des organisations syndicales.

Dès cette occasion, montrons que le rapport de force pour mettre en échec la politique de Sarkozy-Fillon est toujours bien là. Les élections européennes ne pouvaient pas sonner l’heure de l’alternative politique. Les luttes et leurs convergences si !

 

DECLARATION DU COMITE EXECUTIF NATIONAL et Fédération de l’Aisne: Point sur les résultats

Fédération de l’Aisne, Point sur les résultats :

Le score national obtenu par le Front de gauche est de 6,47% (6,17% en métropole) soit un résultat en progression de 0,6 points par rapport aux européennes de 2004. Les scores progressent dans l’ensemble des circonscriptions.

Le Front de gauche dispose depuis hier de 5 élus :

• Jacky Hénin est élu dans la circonscription du Nord-Ouest (6,84%) • Patrick Le Hyaric est élu dans la circonscription d’Ile de France (6,32%) • Marie-Christine Vergiat est élue dans la circonscription du Sud-Est (5,90%) • Jean-Luc Mélenchon est élue dans la circonscription du Sud-Ouest (8,15%) • Elie Hoareau est élu dans la circonscription des DOM

Déclaration du Comité exécutif national du PCF 

Les résultats dont nous disposons à cette heure pour la France, sont  marqués, comme dans de nombreux pays d’Europe, par un niveau d’abstention record. Ils traduisent, d’une part, l’ampleur de la défiance des électrices et des électeurs envers une construction européenne qui se refuse obstinément à  entendre les exigences d’une refondation sociale et démocratique de l’Union européenne. D’autre part, ces résultats illustrent dans le même temps la difficulté persistante à transformer cette défiance en une alternative forte et crédible aux politiques libérales. Quatre électeurs sur dix seulement se sont rendus aujourd’hui aux urnes dans notre pays. Il faut dire que tout a été fait, au niveau du pouvoir comme de ses relais  médiatiques, pour brouiller les repères, dissimuler les enjeux du scrutin, refuser le débat, et ainsi pouvoir continuer la politique de libéralisation, de concurrence à tout va, de casse sociale qui est celle de l’Union européenne. Dans ce contexte, un peu plus d’un votant sur quatre a exprimé son soutien à Nicolas Sarkozy et aux listes UMP. Mais la confusion a été systématiquement entretenue sur les votes qui permettraient d’exprimer clairement son  opposition aux politiques libérales en France et en Europe. La fausse compétition mise en scène dans les derniers jours entre les listes d’Europe-écologie et du Modem, sur fond de consensus libéral, en a été une illustration éloquente. Quant au Parti socialiste, son très net recul confirme le divorce entre les attentes du peuple de gauche et ses orientations actuelles. Dans ces conditions, le seul signe d’espoir à gauche vient ce soir des résultats des listes du Front de gauche. 

Sa campagne a permis d’ouvrir un débat constructif sur les conditions d’une  alternative à gauche. La dynamique unitaire et politique créée par cette campagne a suscité un intérêt croissant. La démarche des listes du Front de gauche démontre qu’il y a décidément une place pour une gauche déterminée qui, dans le prolongement du mouvement social, oeuvre à rendre meilleure la vie de nos concitoyens. Il reste beaucoup à faire dans cette voie, et cette  perspective est d’autant plus nécessaire au lendemain des résultats enregistrés en France et en Europe. Ces résultats devraient permettre de renforcer le nombre de députés européens français qui iront siéger au groupe de
la Gauche unitaire européenne au Parlement européen. 
 Le Parti communiste, qui va analyser dans les prochains jours avec attention ces résultats, entend poursuivre la démarche qu’il a initiée dans cette élection: travailler à la construction de fronts politiques unitaires porteurs de propositions et de projets alternatifs susceptibles de faire gagner la gauche et de répondre aux attentes sociales et démocratiques de notre peuple.    

Paris, 7 juin, 20 heures

RESULTATS ELECTION EUROPENNES 2004 FRANCE

13 juin 2004

    % des inscrits % des votants
Inscrits 41 518 595    
Abstentions 23 765 992 57,24  
Votants 17 752 603 42,76  
Nuls 585 245   03,30
Suffrages exprimés 17 167 358   96,70

 

liste

nombre
de listes

voix

% des
inscrits

% des suffrages
exprimés (1)

% des suffrages
exprimés (2)

élus

PS 8 4 960 756 11,95 28,90 28,90 31
UMP 8 2 856 368 06,88 16,64 16,64 17
UDF 8 2 053 446 04,95 11,96 11,96 11
FN 8 1 684 947 04,06 09,81 09,81 7
Les Verts 8 1 271 394 03,06 07,41 07,41 6
MPF 7 1 145 839 02,76 06,67 06,83 3
PCF + Alliance pour l’Outre-mer 8 1 009 976 02,43 05,88 05,88 3
LOLCR 8 440 134 01,06 02,56 02,56  
CPNT 5 297 273 00,72 01,73 02,51  
RPF 6 291 234 00,70 01,70 02,21  
La France d’en bas 8 266 538 00,64 01,55 01,55  
RCF 8 147 943 00,36 00,86 00,86  
PT 7 131 434 00,32 00,77 00,78  
PRG 3 121 573 00,29 00,71 01,55  
CAP21 1 98 700 00,24 00,57 03,61  
UMP dissident 1 79 529 00,19 00,46 03,12  
MEI 1 61 457 00,15 00,36 02,76  
MNR 5 53 606 00,13 00,31 00,46  
Automobiliste vache à lait 1 52 376 00,13 00,31 02,35  
Euro-Palestine 1 50 037 00,12 00,29 01,83  
Vivre mieux avec l’Europe 8 26 950 00,06 00,16 00,16  
Europe – Démocratie - Espéranto (EDE) 7 25 067 00,06 00,15 00,15  
Les régionalistes 1 9 249 00,02 00,05 00,37  
La terre sinon rien 1 6 222 00,01 00,04 00,23  
Alliance Royale (AR) 7 5 248 00,001 00,03 00,03  
Herritarren Zerrenda (HZ) 1 5 157 00,01 00,03 00,20  
Nouvelle Solidarité (NS) 1 3 129 00,01 00,02 00,11  
Diversité pour l’Europe 3 2 807 00,01 00,02 00,03  
Non au racisme 1 2 578 00,01 00,02 00,68  
Parti Fédéraliste (PF) 8 1 890 00,00 00,01 00,01  
Nous sommes tous européens 1 1 210 00,00 00,01 00,04  
ALPE 1 1 155 00,00 00,01 00,04  
UFCN 1 865 00,00 00,01 00,03  
Action pour tous 1 359 00,00 00,00 00,01  
Parti des Socioprofessionnels 5 300 00,00 00,00 00,00  
Pôle des Libertés 5 175 00,00 00,00 00,00  
Jus Cogens 1 160 00,00 00,00 00,01  
Parti Humaniste (PH) 2 158 00,00 00,00 00,00  
France Unie 3 119 00,00 00,00 00,00  
France Indépendante 1 0 00,00 00,00 00,00  

 

78

 

RESULTATS ELECTIONS EUROPEENNES 2004 SAINT-QUENTIN 02

Nombre RESULTATS ELECTIONS EUROPEENNES 2004 SAINT-QUENTIN 02 dans Divers vide % inscrits vide dans Divers
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00%


function fenetre(mapage,titre,option) { window.open(mapage,titre,option); }

vide
pix_vert Scrutin du 13 juin 2004 – Résultats cloturés le 13  JUIN à 22h14vide
Nord-Ouest : (AISNE – Saint-Quentin)
vide
vide

vide
RESULTATS SAINT QUENTIN 2004

vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide vide vide vide vide vide vide vide vide
vide vide
vide vide
vide vide vide

vide

 

Résultats élections Européenne 2004 Aisne

Scrutin du 13 juin 2004 AISNE : (Nord-Ouest)
Résultats élections Européenne  2004 Aisne dans Divers vide

vide dans Divers
vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 367 852 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 212 474 vide 57,76% vide
vide
vide   Votants vide 155 378 vide 42,24% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 5 344 vide 3,44% vide
vide
vide   Exprimés vide 150 034 vide 96,56% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 1 887 vide 1,26% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 5 175 vide 3,45% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 8 696 vide 5,80% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 44 542 vide 29,69% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 20 578 vide 13,72% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 23 679 vide 15,78% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 23 vide 0,02% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 2 801 vide 1,87% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 1 713 vide 1,14% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 8 139 vide 5,42% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 3 492 vide 2,33% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 8 781 vide 5,85% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 362 vide 0,24% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 2 826 vide 1,88% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 1 432 vide 0,95% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 8 vide 0,01% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 22 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 15 878 vide 10,58% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide vide vide vide vide vide vide vide vide
vide vide
vide vide
vide vide vide

vide

RESULTATS PAR COMMUNES
Cliquez sur la première lettre de votre commune:
vide A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

RESULTATS PAR COMMUNES
Cliquez sur la première lettre de votre commune:
vide A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00%
Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00%

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00%

RESULTATS PAR COMMUNES
Cliquez sur la première lettre de votre commune:
vide A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 34 692 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 20 467 vide 59,00% vide
vide
vide   Votants vide 14 225 vide 41,00% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 439 vide 3,09% vide
vide
vide   Exprimés vide 13 786 vide 96,91% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 250 vide 1,81% vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 422 vide 3,06% vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 841 vide 6,10% vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 4 083 vide 29,62% vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 2 140 vide 15,52% vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 2 008 vide 14,57% vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 1 vide 0,01% vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 272 vide 1,97% vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 158 vide 1,15% vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 732 vide 5,31% vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 122 vide 0,88% vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 609 vide 4,42% vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 31 vide 0,22% vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 240 vide 1,74% vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 177 vide 1,28% vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 0 vide 0,00% vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 1 700 vide 12,33% vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00%

RESULTATS ELECTIONS EUROPEENNES 2004 CIRCONSCRIPTION NORD OUEST

CIRCONSCRIPTION NORD OUEST

RESULTATS ELECTIONS EUROPEENNES 2004 CIRCONSCRIPTION NORD OUEST dans Divers pix_vert Scrutin du 13 juin 2004 – Résultat cloturé le 13  JUIN à 21h28vide dans Divers
Nord-Ouestpix_vert Les départements de la circonscription: 02 – AISNE 14 – CALVADOS 27 – EURE 50 – MANCHE 59 – NORD 60 – OISE 61 – ORNE 62 – PAS DE CALAIS 76 – SEINE MARITIME 80 – SOMME
Nombre de conseillers européens : 12
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % inscrits vide
vide
vide   Inscrits vide 6 340 216 vide 100,00% vide
vide
vide   Abstention vide 3 669 850 vide 57,88% vide
vide
vide   Votants vide 2 670 366 vide 42,12% vide
vide
vide
vide
vide vide Nombre vide % votants vide
vide
vide   Blancs Nuls vide 94 023 vide 3,52% vide
vide
vide   Exprimés vide 2 576 343 vide 96,48% vide
vide vide vide vide vide vide vide

vide

vide vide
vide Liste conduite par vide Nuance vide Voix vide % exprimés vide Sièges vide
vide
vide  Mme Dominique  REITZMAN vide LXG vide 30 344 vide 1,18% vide 0 vide
vide
vide  Mme Nicole  BAUDRIN vide LXG vide 74 606 vide 2,90% vide 0 vide
vide
vide  M. Jacky  HENIN vide LPC vide 175 095 vide 6,80% vide 1 vide
vide
vide  M. Henry  WEBER vide LPS vide 772 317 vide 29,98% vide 5 vide
vide
vide  Mme Tokia  SAIFI vide LUMP vide 343 354 vide 13,33% vide 2 vide
vide
vide  M. Carl  LANG vide LFN vide 331 342 vide 12,86% vide 2 vide
vide
vide  M. Bertrand  HUGON vide LDV vide 753 vide 0,03% vide 0 vide
vide
vide  M. J.Paul  SUEUR vide LDV vide 44 253 vide 1,72% vide 0 vide
vide
vide  Mme Isabelle  KURZYK vide LDV vide 26 826 vide 1,04% vide 0 vide
vide
vide  Mme Hélène  FLAUTRE vide LVE vide 176 002 vide 6,83% vide 1 vide
vide
vide  M. Didier  VERGY vide LCP vide 75 994 vide 2,95% vide 0 vide
vide
vide  M. Yves  BUTEL vide LDD vide 153 316 vide 5,95% vide 0 vide
vide
vide  Mme Françoise  PACAUD vide LDV vide 5 875 vide 0,23% vide 0 vide
vide
vide  M. Patrice  HERNU vide LDD vide 49 615 vide 1,93% vide 0 vide
vide
vide  M. Julien  DUQUENNE vide LDG vide 23 443 vide 0,91% vide 0 vide
vide
vide  M. Yves  GERNIGON vide LDV vide 201 vide 0,01% vide 0 vide
vide
vide  M. Pierre  VAN OMMESLAEGHE vide LDV vide 787 vide 0,03% vide 0 vide
vide
vide  M. J.Louis  BOURLANGES vide LUDF vide 292 220 vide 11,34% vide 1 vide
vide
vide  M. Gérald  AUGER vide LDV vide 0 vide 0,00% vide 0 vide
vide vide vide vide vide vide vide vide vide vide vide
vide

Marie-Claude Vaillant-Couturier

mcvc.jpgFemme politique, grande militante communiste, de la résistante, déportée, qui fut témoin au procès de Nuremberg et continua sans relâche à témoigner.


Marie-Claude Vaillant-Couturier a adhéré au PCF en 1934 en riposte au lendemain de la manifestation fasciste du 6 février. Dans les années 30, elle est responsable de l’Union des jeunes filles de France aux côtés de Danielle Casanova et Jeannette Vermeersch. Elle épouse le dirigeant communiste Paul Vaillant-Couturier qui meurt peu après en 1937. Dès 1940, elle s’engage dans la Résistance en rapport direct avec la direction illégale du PCF. A la Libération, à peine rentrée du camp de concentration de Ravensbrück, elle est élue membre du Comité central et PCF. Candidate du Parti, elle est élue députée de la Seine puis du Val de Marne jusqu’en 1973 lorsqu’elle propose à ses camarades que Georges Marchais lui succède. Elle sera deux fois une vice-présidente respectée de l’Assemblée nationale. En toute circonstance, elle défend sans concessions la politique de notre parti.

Parallèlement, dans un autre volet de son engagement, la cause des femmes, elle devient après la guerre la première secrétaire de la Fédération démocratique internationale des femmes.

De Marie-Claude Vaillant-Couturier reste aussi évidemment dans l’histoire le témoin de la Déportation, du système concentrationnaire nazi. Arrêtée en février 1942, elle est déportée à Auschwitz dans le convoi des 230 Françaises du 24 janvier 1943. Elles en franchissent l’entrée en chantant la Marseillaise. Marie-Claude Vaillant-Couturier est transférée ensuite au camp de Ravensbrück que délivre l’armée soviétique.

Témoin au Procès de Nuremberg en 1946. Elle militera jusqu’au bout pour cette mémoire, notamment contre toutes les tentatives révisionnistes et négationnistes, à la Fédération nationale des déportés résistants et patriotes (FNDIRP) puis comme première présidente en 1990 de la Fondation pour la mémoire de la déportation.

Elle est décédée en 1996.

« Ce que nous pouvons laisser comme message aux jeunes, ce que la Résistance nous a appris, c’est que lorsqu’une cause nous paraît juste, il faut lutter pour elle, quels qu’en soient les risques pour soi ». Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Le témoignage de Marie-Claude Vaillant-Couturier au procès de Nuremberg, sur le site de la FNDIRP :

http://www.fndirp.asso.fr/temoigmcvc1.htm

1 Commentaire

Un oubli fâcheux de Raoul Marc Jennar (NPA)


par Michel Soudais

Raoul Marc Jennar Dans un entretien publié hier sur un blog de la rédaction du Monde consacré aux élections européennes, Raoul Marc Jennar, tête de liste du NPA dans la circonscription Sud-Est, expose ses priorités s’il est élu.
Le lecteur-électeur y apprend que le chercheur capable de ne plus être d’accord avec ce qu’il pensait la veille quand il découvre que cette pensée est partagée par des gens avec qui il ne veut plus rien avoir de commun [1] veut « être à Bruxelles et Strasbourg la voix de ceux qui souffrent des politiques ultralibérales décidées là-bas par nos gouvernements et ceux qui les soutiennent ». Fort bien. Qu’il escompte « identifier et dénoncer, sur chaque texte proposé par la Commission européenne, l’influence des groupes de pression. Surveiller les propositions de la Commission et alerter chaque fois que la justice sociale sera menacée, chaque fois que la Commission poursuivra la mise en place d’une Europe du chacun pour soi, chaque fois qu’elle cédera aux lobbies au mépris des exigences écologiques ». Cela peut paraître modeste, mais c’est honnête. Comme il le dit lui-même, il « ne promet rien qu’un parlementaire européen, vu son peu de pouvoir, ne puisse tenir ».

Là où le bât blesse c’est qu’à aucun moment Jennar ne mentionne qu’il ne siégera pas plus d’un tiers de la mandature. Et sans doute bien des lecteurs de ce blog, pourtant électeurs entre l’Ain et l’Ardèche et les Alpes-Maritimes, l’ignorent eux aussi. Ils ne savent pas que la tête de liste qu’ils verraient peut-être bien faire ce job à Strasbourg et Bruxelles démissionnera de son mandat au bout de 20 mois.
À ce stade, j’imagine déjà l’interrogation des suspicieux. D’où je tiens ce que j’affirme, moi qui suis à Paris ?

L’accord passé avec les nationalistes corses

Cette information, je la tiens d’Alain Mosconi, troisième de liste derrière Raoul Marc Jennar. « Je la tiens », c’est une manière de dire parce que je ne connais pas particulièrement le secrétaire national du STC [2] Marins, l’homme qui, lors d’une grande grève à la SNCM en 2005, a détourné le ferry Pascal Paoli, contribuant à détourner l’attention des médias des vrais ressorts et animateurs de ce conflit (Voir le long article d’Enrico Porsia sur Amnistia.net). Mais c’est bien lui qui, dans un entretien audio au journal nationaliste U Ribombu, a dévoilé les termes de l’accord passé avec le NPA. Le passage intéressant commence à 9’45 :

« Nous sommes tombés d’accord sur un principe de ma candidature qui va permettre à la Corse de disposer le temps de la mandature d’un député européen (sic), explique-t-il, puisque ma 3e place est basée sur un système de tourniquet où chacun des trois premiers fera un tiers du mandat. (…) Ce qui veut dire que la Corse à travers ma personne, sur la fin du mandat, pourra bénéficier de sa représentation à Bruxelles. »

Il est fâcheux que Raoul Marc Jennar omette de parler de ce tourniquet. Regrettable que le site du NPA se contente d’évoquer l’existence d’« accords liant A manca-NPA, le NPA et Alain Mosconi » sans préciser les points de cet accord.
Il est en effet assez malhonnête d’embarquer comme passager clandestin sur une liste le représentant d’une mouvance nationaliste dont l’une des revendications est « la corsisation des emplois » que de nombreux électeurs de gauche peuvent, à bon droit, considérer comme une variante insulaire de la préférence nationale défendue par le Front national de Jean-Marie Le Pen.

 

http://www.politis.fr/article7145.html

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...