Archive | 4 mars 2009

Moi, Modibo, expulsé « comme un animal »

Témoignage. Depuis Bamako où il a été expulsé depuis une semaine, Mobido Sissoko, 41 ans dont vingt en France, témoigne de son expulsion, alors qu’il était en grève de la faim.

Il a le souffle court, parle lentement. Gêné. Depuis une semaine, Modibo Sissoko est de retour à Bamako, capitale du Mali, après vingt ans d’absence. Il souffle : « J’ai rien ici. Je connais pas. » Et s’inquiète : « Comment je vais récupérer mes affaires qui sont restées en France ? ». À quarante et un ans, cet homme a vécu autant à Paris qu’à Bamako. Arrivé en 1989 en France, il a travaillé pendant vingt ans dans le bâtiment. Plusieurs fois licencié parce que sans papiers, il avait néanmoins obtenu de son dernier employeur une promesse d’embauche, indispensable à sa demande de régularisation par le travail. Rendez-vous était fixé en préfecture le 12 mars.

Mais fin janvier, Modibo Sissoko est arrêté à proximité de son foyer à Viry-Chatillon. À la suite d’un refus d’embarquer, il est sous le coup d’une interdiction du territoire français de trois ans prononcée par le tribunal de grande instance de Lyon en 2007. Il a beau montrer sa convocation en préfecture, rien n’y fait, Modibo est placé au centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau, en attendant sa probable expulsion. Le 14 février, les retenus du centre votent la grève de la faim. « Dans le centre, les sans-papiers sont traités comme des criminels, explique Modibo. On remplit les caisses de l’État en payant des impôts et après on est traités comme des chiens. »

Vendredi 20 février, Modibo est « extrait », comme dit le vocabulaire officiel, du CRA pour être « éloigné du territoire ». Mais le commandant de bord le débarque. Selon la préfecture, son comportement n’était pas de nature à ce que le vol se déroule sereinement. Selon le Réseau Éducation sans frontières (RESF), le commandant de bord aurait refusé d’embarquer sans assistance médicale une personne affaiblie par une semaine de grève de la faim. Modibo est ramené au CRA. Son répit est de courte durée. Deuxième tentative d’expulsion le lundi. Modibo Sissoko, escorté par six policiers, dit alors avoir été violemment « agressé » : « J’avais les pieds scotchés au siège, les mains menottées dans le dos. J’étais attaché comme un animal. Plié en deux, je n’arrivais pas à respirer. »

Au point que plusieurs passagers interviennent. L’Association malienne des expulsés (AME) qui a accueilli Modibo à l’aéroport a recueilli le témoignage de l’un d’entre eux, prêt à témoigner devant la justice. « Il a été touché violemment, confirme Alassane Dicko, secrétaire permanent de l’association, employant un euphémisme par peur des poursuites. L’un des passagers nous a dit qu’il hurlait comme une bête. » Les passagers organisent une collecte : 560 euros pour que Modibo ne rentre pas sans rien à Bamako.

Depuis son « rapatriement » comme il dit, Modibo dit « avoir mal partout », particulièrement au dos. Il doit aller voir un médecin aujourd’hui. L’Association malienne des expulsés s’inquiète du changement de nature des expulsions : « Depuis décembre, les expulsés ont changé, remarque Alassane Dicko. Nous voyons arriver de plus en plus de gens qui étaient depuis très longtemps en France, quinze ans, même vingt-deux ans la semaine dernière. L’un vient de sortir du bureau, il a sa femme et ses enfants en France, il ne comprend pas ce qui lui arrive. »

Marie Barbier

Moi, Modibo, expulsé http://l’humanité

Grève générale en Guadeloupe : le point de la situation par Jean marie NOMERTIN [LKP]

Grève générale en Guadeloupe  : le point de la situation par Jean marie NOMERTIN [LKP]  dans Luttes, grèves, manifs rien

JPEG - 205.1 ko

Voilà ce qu’ils n’arrivent pas à comprendre : toute la mesure de ce mouvement.

En temps normal il nous aurait fallu nous excuser de commencer un meeting non programmé, non prévu, à 22H45. Mais il s’agit cette fois d’un meeting que vous qui êtes présents ce soir nous avez imposé ! Et c’est là toute la différence par rapport au temps d’avant !

Et il est important de le comprendre ! Vous êtes là depuis un certain temps et nous n’avons encore jamais eu à nous excuser, à venir vous voir pour vous dire que tel ou tel meeting se fera ou ne se fera pas ; que s’il se fait ce sera à telle ou telle heure. Vous restez là, parce que vous voulez savoir ce qui se passe !

Et c’est aussi pourquoi nous disons que ce mouvement est réellement chouké an didan tout goudron a tout chimen ki an péyi la sa ! (ce mouvement est puissamment enraciné dans ce pays). Et nous disons que nous n’aurions pas pu commencer ce meeting si les camarades de retour de la sous préfecture (négociations sur les prix des produits de première nécessité), n’étaient pas venus pour nous permettre de donner une explication détaillée des choses.

Il nous faut aussi comprendre que notre grève est à un carrefour !

Et c’est à nous de lui indiquer la bonne voie à prendre ! Nous, et pas le préfet ! Nous et pas le recteur ; et encore moins les chefs d’établissement scolaire.

Nous le disons en direction de tous ceux qui reprennent le travail : pa ni pwoblem, reprenez donc le travail… Mais lorsque nous travaillons, vous êtes les premiers à dénoncer la surcharge de travail et le manque d’effectifs. Et aujourd’hui, alors que la moitié des personnels est en grève, vous souhaitez travailler, travailler plus que n’importe quel autre jour. Zô pli enmé travay ki pon moun !

A ceux là, nous le redisons, prenez vos responsabilités ! Car toutes les centrales syndicales ayant appelé à la grève, il n’y aura pas ces jours-ci des syndicats pour vous défendre dans l’entreprise.

Nous le disons aussi parce qu’il nous appartient de comprendre là où nous allons aujourd’hui. Raymond GAMA (intervenant précédent) l’a dit : toutes les Assemblées que nous avons convoqué ont rassemblé au minimum 400 personnes. Mais il en a oublié une, celle ayant réuni les Femmes (dimanche 1er mars 2009 à Lauricisque – PàP). Il y avait effectivement bien plus de 400, certains ont avancé le chiffre de 600 femmes présentes dimanche à trois heures de l’après-midi à Lauricisque.
Dans ces réunions, les personnes présentes apportent des idées, prennent des initiatives…

Et c’est là toute la différence aujourd’hui !

C’est parce que nous avons, en tant que dirigeants, des comptes à vous rendre que les camarades partis en négociations à la sous préfecture étaient obligés de venir là ce soir vous donner des explications. Ils auraient pu rester plus longtemps…

Nous disons que sur les marges arrières et sur les prix des grossistes, il nous faut les faire reculer sur le prix des marchandises. A moins qu’ils ne produisent des documents nous prouvant que leurs bénéfices, leurs marges sont moindres. Et à ce moment là nous laisserons tomber…

Mais ce n’est pas parce que, comme certains l’avancent, que nous avons déjà gagné 200 euro, que nous avons déjà baissé le prix de l’eau, le prix des carburants… que nous devons considérer que les pwofitasyon ont pris fin.

Nous disons NON ! Ce mouvement doit nous permettre d’arracher tout ce que nous devons contre les pwofitasyon ! Et c’est cette décision que le LKP a pris !

puce-96d77 dans Luttes, grèves, manifsSur Basse-Terre, l’eau baisse de 3%. Pour nous c’est insuffisant, pais elle baisse déjà de 3%
puce-96d77Pour les transporteurs, on est parti de 0 euro. On en est ce soir à 35 000 euro. nous sommes à la moitié du chemin. Ils doivent faire un geste supplémentaire. Car il est inadmissible que des personnes qui pendant un siècle, de génération en génération, ont permis à un système de fonctionner vaille que vaille, puissent du jour au lendemain se retrouver sans aucun revenu ; alors qu’on leur a fait acheter des cars neufs et qu’ils ont des mensualités à payer !
Il faut donc que chacun prenne la dimension du problème et surtout du drame social vécu par ces transporteurs.

Nous redisons que cette grève est à un carrefour.

Car lorsque le préfet a annoncé en pleine négociations que le travail devait reprendre ce lundi matin, il ne faisait que tester notre détermination.
Nous lui avons dit et avons dit en présence des journalistes présents qu’il devait nous adresser le document promis (le projet de protocole) ; et qu’une rencontre aurait lieu cet après-midi à 18H00 aux Affaires maritimes.

Que s’est-il passé entre temps ?

Le préfet nous a dressé le document à 15H00 (twzè’d lapwémidi) ! 14 pages à quinze heures ! Sachant que nous devions nous réunir pour l’étudier ensemble…

puce-96d77La première faute qu’on trouve dans ce document c’est qu’y figure parmi les signataires, le nom de Jean-claude MALO, alors que ce dernier a démissionné de lAssociation des maires de Guadeloupe ! Comment une personne ayant démissionné du poste qu’il occupait peut-il être invité par le préfet à venir signer un tel document ? !

puce-96d77Deuxième faute contenue dans ce document : elle prote sur l’aide du Conseil général. Le préfet fait figurer le mot « euro » sans indiquer le montant exact de la somme que la collectivité départementale met sur la prime relative au RSA.

Comment prendre ces gens au sérieux ? !

Sans oublier tous les oublis, alors que nous avons discuté, toutes les omissions ; tout ce qu’il a transcrit à sa manière ; sans compter tout ce qui y figure et qu’il n’avait pas à écrire, car nous ne le lui avions pas demandé et que c’est par ailleurs inutile.

Les camarades ont donc dû rester là et travailler sur ce document avant de le lui retourner en lui précisant que nous nous rencontrerons aux Affaires maritimes seulement demain. Et que si les documents sont en concordance avec nos revendications ; alros seulement nous signerons une suspension du conflit. Mais que nous ne changerons pas de ligne tant que nous n’avons pas le bon document !

Et nous disons que c’est extrèmement grave. Car voilà des gens (un préfet et un secrétaire général de préfecture chargé de prendre des notes) qui traitent les travailleurs de fainéants ; qui affirment que les travailleurs ne foutent rien ; qu’on les paie à ne rien faire… qui se révèlent être incapables de transcrire point par point ce qu’ils ont écrit ou qu’ils étaient censés écrire entre la journée de samedi à dimanche matin !

Comment peuvent-ils venir critiquer demain un fonctionnaire de catégorie C ou B, quand eux, agents de catégorie A ou de catégorie super A, font de pareils fautes et sont incapables de produire un document ? ! Alors que nous lui avons demandé à chaque fois de nous lire ce qu’il avait acté et que nous lui indiquions les modifications à effectuer.

Nous affirmons qu’il s’agit d’une bande d’incompétents qui ont pour unique objectif de mater les travailleurs et de leur imposer la reprise du travail !

Leur problème c’est d’arriver à faire croire qu’il y aurait un petit groupe d’irréductibles de trois ou quatre individus présents dans les organisations et qui seraient seuls à tenir la grève ! Et parvenir ainsi à monter le peuple contre le collectif.

Mais c’est bien eux que nous démasquons et les démystifions : si la grève perdure, c’est eux et eux seuls qui en portent la responsabilité !

Nous le disons, Oui camarades, nous nous levons tous les jours tôt le matin depuis plusieurs semaines. Mais il y a une dernière accélération à porter et nous nous devons de le faire à fond !

Nous reconduisons donc la même opération que ce matin ; à la même heure ; au même endroit ! Et nous bloquerons comme nous l’avons fait jusque là ! Jusqu’à ce qu’ils nous entendent, nous répondent et satisfassent nos revendications. C’est la condition pour une suspension de la grève !

Mais nous disons aussi qu’il y a plusieurs autres rendez-vous de fixés !

puce-96d77Demain mardi 03 janvier à 10H00 : rendez-vous important en préfecture. Et c’est important pour tout le monde ; y compris pour les petits artisans et petits patrons, même ceux n’ayant pas encore signé l’accord. : nous allons dicuter avec les banques, l’IEDOM et les organismes de crédit.
Pour nous il est important que ces entreprises bénéficient de facilités de crédit au niveau de ces institutions bancaires. Mais il est encore plus important à nos yeux que chaque client, chaque usager puisse savoir réellement que les frais doivent baisser (agios, accès au crédit). Et qu’ils aient aussi une information détaillée sur ce qui se passe !
A titre d’exemple, voilà une quinzaine de jours, Europe 1 indiquait que la France détenait le record en matière de taux de crédit. Mais en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à la Réunion, il est doublement plus cher. Et c’est la BDAF et la Caisse d’Epargne qui abuse le plus dans ce domaine !
Nous exigeons une baisse immédiate !

Nous devons passer cette phase !

Ansanm nou ké lité ! Ansanm nou ké gannyé !

Les rendez-vous du Mardi 3 Mars 2009 :

puce-96d7708H00 : Vélodrome de Gourde liane : LKP : Opération caddie gratuit.

puce-96d7710H00 à la préfecture : LKP-Etat-Institutions bancaires et organismes de crédit : Accès au crédit – Taux de crédit – Droit à l’information des usagers.

puce-96d7715HOO à la préfecture : LKP-Etat : Contrats aidés.
puce-96d77°° RDV à 14H00 au Palais de la Mutualité : Bus prévu (réservation).

puce-96d7716H00 à la sous préfecture : LKP-Grande distribution-Etat : Prix des produits de première nécessité.

Source : UGTG

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
Parcours d'une jeune consei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...